DNC Chapitre 200

DNC Chapitre 199
DNC Chapitre 201

Bonsoiiiiiir~ La journée n’était pas trop dure ? Voici votre chapitre du Fourbe du jour ! Et la fin va vous frustrer, hé hé hé…

Bonne lecture et à ce soir pour le BTTH bonus !

 

 

Chapitre 200 - La plus belle femme du pays, la plus haute autorité, la richesse et la gloire… Restez !

 

Un domestique avança doucement et écarta gentiment le rideau de pampilles. Une fois que Chu Yang fut entré, le serviteur les relâcha lentement et s’en alla en silence. Il n’y eut pas un bruit du début à la fin.

Le jeune homme fut choqué dès son entrée.

Il trouva devant lui une personne assise sur un fauteuil couvert de coussins. Enfin, c’était un peu exagéré que de dire qu’il s’agissait d’une personne ; concrètement, c’était plus un tas d’os secs.

Les organes de cet homme ne devaient pas peser tous ensemble plus de trois cents grammes à tout casser. On pouvait dire que ce n’était plus que de la peau fripée tendue sur un squelette.

Son visage était dépourvu de la moindre couleur. Le seul signe de vie qu’on y trouvait venait de ses yeux opaques, qui brillaient encore d’une glorieuse vitalité. Ce n’était que lorsqu’il ouvrait les yeux qu’on pouvait deviner qu’il vivait encore.

L’aura lugubre de la mort suintait lentement de cette personne, qui pourtant vivait encore.

Il était vêtu d’une robe jaune vif, mais ce noble habit ne parvenait pas à camoufler cette aura.

À ce moment, il regardait dans la direction de l’adolescent avec beaucoup d’efforts.

Ce dernier n’arrivait pas à imaginer comment un corps aussi décharné pouvait encore tenir assis ! Même s’il était plus adossé qu’autre chose…

« Tu… Tu es Chu Yang ?» Cette personne parlait si bas qu’on ne l’entendrait pas si on ne prêtait pas attention ; par chance, il articulait suffisamment pour qu’on puisse entendre chacun de ses mots.

Tie Butian se tenait derrière cet homme, une main sur son épaule. Des larmes perlaient aux coins de ses yeux, prêtes à couler à tout moment.

Ce pauvre ère n’était nul autre que Tie Shicheng, l’empereur de la nation du Nuage de Fer et le père du Prince.

Il sombrait dans l’inconscience pendant plus de vingt heures, mais à chaque fois qu’il se réveillait, il restait conscient moins de quinze minutes. Le plus tragique était qu’à chaque fois, il était parfaitement lucide !

C’était le plus difficile à supporter pour sa famille ! Il aurait été beaucoup plus simple pour eux qu’il devienne sénile ! Cependant, lorsque l’empereur s’était réveillé cette fois, il avait appris la disparition de Du Shiqing et avait immédiatement demandé à son fils de lui donner une dose de parfum d’esprit de dragon !

Ce parfum portait également le nom de parfum de récupération d’esprit. Il aidait une personne mourante à reprendre un peu d’énergie et à dire ce qu’il avait besoin de dire, ou faire ce qu’il avait à faire !

Cependant, il n’était efficace que très peu de temps et, une fois le temps écoulé, le mourant perdait sa dernière étincelle de vie.

« En. » répondit doucement le Fourbe. Il n’osait pas parler fort, de crainte que le moindre trouble soit insupportable à l’empereur dans son état.

« Ah, pas besoin de cérémonie. » Les yeux de Tie Shicheng tressaillirent légèrement. « Rapproche-toi un peu que je te vois. Tu te tiens trop loin, je n’arrive pas à distinguer tes traits. »

Le Ministre obéit et approcha de quelques pas.

Il n’était qu’à cinq ou six pas du mourant, et pourtant ce dernier le voyait mal… Le souverain avait une vue extrêmement mauvaise.

« Pas mal, tu es effectivement beau garçon en plus d’être talentueux. » dit l’empereur en souriant légèrement. Au moins était-il un peu mieux quand il ne riait pas… Mais quand il riait, il avait l’air d’un démon terrifiant…

« Votre Majesté est trop bonne. »

« Butian chante souvent tes louages devant moi. Hé hé, il pense que je ne peux pas l’entendre, mais j’entends tout distinctement !» Tie Shicheng sourit avec une certaine fierté, puis il soupira et dit : « Je n’ai jamais été aussi détendu depuis dix ans. »

Derrière lui, Tie Butian rougit légèrement avant de blanchir tout à coup.

« Ces derniers temps, j’ai appris tout ce que tu avais fait. » Les yeux de l’empereur brillèrent de plus en plus et devinrent plus vifs. Son âme dégagea lentement une aura majestueuse.

C’était le parfum d’esprit de dragon qui faisait peu à peu effet.

« Tu as très bien travaillé !» Le malade le jaugea du regard et dit lentement : « J’ai également dit de nombreuses fois à Butian que pour être un souverain, il fallait être un peu cruel. Je lui ai dit que lorsqu’il était nécessaire de tuer, alors il fallait le faire même si ça concernait ses descendants. Il n’y a rien qu’un roi ne puisse sacrifier ; telle est la voie des suzerains. C’est une voie solitaire pleine de hauts et de bas ! Une vie sans aucune certitude !»

« Il est bien plus épuisant d’être un souverain qu’un roturier. Parfois, on connaît des gens et on n’a pas envie de les tuer, mais on doit le faire quand même. Parfois, on sait que certaines personnes vont nous manquer, mais on doit tout de même les tuer ! Parfois, on sait qu’on doit faire des choses injustes, mais on doit tout de même les faire ! On doit supporter toutes ces choses seul, parce qu’on est un souverain !»

Bien qu’il regarde Chu Yang, il semblait davantage s’adresser à son fils.

« En étant un suzerain… On doit penser au monde, pas à soi-même ; et encore moins à sa famille. C’est la douleur d’un souverain. Qui dans ce monde n’a pas de sentiments ? Les rois en ont aussi, mais ils n’ont pas le droit de les écouter. Par conséquent, le cœur de tout dirigeant est solitaire et misérablement triste. D’innombrables choses travaillent notre conscience, nous torturent jour et nuit… Et c’est bien pourquoi l’espérance de vie d’un roi est encore bien courte…»

Tie Shicheng poussa un nouveau soupir ; quel que soit ce à quoi il pensait, ça avait fait apparaître un chagrin immense dans son regard.

L’adolescent ne savait pas quoi dire à cet empereur mourant, et choisit donc de rester silencieux.

« Je suis monté sur le trône en tant qu’empereur à l’âge de dix-huit ans. J’ai construit une puissante armée en quelques années ! Nous étions absolument inégalés ! Du Sud au Nord, tous se rendaient partout où nous allions ! En cinq ans, nous avons étendu d’un tiers le territoire du pays ! J’étais ambitieux, à l’époque ; j’avais l’impression que le monde tenait dans le creux de la main, et n’attendait que moi pour être unifié !»

« Le Nuage de Fer était stable lorsque le Grand Zhao l’a considéré comme une menace et l’a attaqué ! J’étais alors dans la force de l’âge et très ambitieux ; j’ai mené l’armée moi-même ! Nos armes étaient affûtées et incomparables ! J’ai gagné les batailles les unes après les autres. Même lorsque Diwu Qingrou dirigeait leurs armées, ils ne faisaient pas le poids face à nos armes !» (NdT souvenez-vous qu’on nous parlait d’un assassinat massif de forgerons…)

« À l’époque, cinq cent mille soldats du Nuage de Fer affrontèrent quatre cent mille troupes du grand Zhao sous le commandement de Diwu Qingrou, dans une zone de six cent cinquante kilomètres aux Montagnes des Dragons Jumeaux. Je croyais pouvoir totalement oblitérer son armée et directement envahir le Grand Zhao ! Nous aurions profité de notre puissant élan pour envahir le pays de Wuji et unifier les Trois Cieux Inférieurs !»

La voix rauque de l’empereur devint plus en plus excitée. Une légère roseur apparut sur son visage tandis que son regard devint fier et fascinant. C’était comme s’il revivait l’époque où il menait des milliers de soldats à la conquête du monde.

« Cependant, un groupe d’assassins apparut au début de la bataille ! Treize Vénérables Martiaux s’étaient infiltrés dans notre camp et ont tenté de me tuer sans se soucier de leurs propres vies ! Cependant, ça ne suffisait pas, un archer divin était également présent et il m’a frappé d’une flèche à plus de trois cents mètres de distance !» On lisait dans son regard une grande rancœur. « C’est cette flèche qui m’a fait tomber de mon piédestal droit en enfer !»

« Cette flèche était enduite de poison pour lequel il n’y a pas d’antidote. Sans moi, nos soldats étaient désordonnés dans la bataille ; nous avons subi de lourdes pertes et nous sommes reculés jusqu’à la Citadelle comme une tortue se cachant dans sa carapace. Nous avons essayé de tenir depuis ce jour…» Arrivé à ce point, sa voix s’affaiblit.

« J’aurais dû mourir il y a dix ans, mais je suis encore en vie à présent… Je les ai fait attendre bien trop longtemps !» Tie Shicheng soupira. Il ferma légèrement les yeux, et deux larmes coulèrent sur son visage.

Chu Yang dit doucement : « Votre Majesté, avez-vous laissé des choses en suspens ?» Il aurait été inapproprié, voire même stupide, de dire des choses du genre « longue vie à l’empereur » ou d’autres idioties à propos de reposer en paix. Il savait que si l’empereur avait voulu le voir, ce n’était pas juste pour parler de ses sentiments.

Il a plein de courtisans avec qui discuter de ses sentiments ; pourquoi m’en parler à moi qu’il vient juste de rencontrer ?

Le mourant trembla un peu, et dit d’un ton où perçaient la distraction et le regret : « Des choses en suspens… J’en ai plein… Plein…»

« Mon affaire en suspens, c’est le Nuage de Fer…» Il soupira, puis il demanda tout à coup : « Ministre Chu, pourrais-tu accepter la requête d’un mourant ? Je souhaite te voir rester au Nuage de Fer. »

Le jeune homme fut surpris, et leva la tête pour le regarder.

« Mon Butian a l’étoffe d’un empereur. Il établit d’assez bonnes stratégies, mais il n’est pas assez cruel !» Ses yeux semblaient presque asséchés tandis qu’il fixait Chu Yang. « Tu es capable de tuer de façon décisive, et de t’occuper de tout proprement. Tu es le parfait complément aux déficiences de Butian ! Vous formez tous les deux une paire parfaite, comme faite par les dieux… Hum, de parfaits associés !» dit-il d’une voix un peu bizarre à la fin.

L’adolescent marqua une pause, puis il répondit en s’excusant : « Je suis sincèrement navré, je ne peux pas rester ici. »

« Si tu restes… Je… Je te donnerai la main de ma fille unique !» Tie Shicheng le fixa et dit : « Ne rejette pas ma proposition trop vite… Une foix que tu l’auras épousée, tu seras le régent de la nation du Nuage de Fer ! Tu te tiendras au-dessus de tous et tu détiendras une autorité absolue !»

Derrière lui, Tie Butian baissa la tête et se mordit les lèvres. « Père…»

« Ministre Chu, ma fille est la plus belle femme du pays…» L’empereur ne prêta pas attention à son fils, et continua de fixer le Fourbe. « Tu détiendras une autorité absolue et obtiendras la richesse d’une nation comme dote ! Acceptes-tu ?»

« La plus belle femme, une autorité absolue et la fortune de tout un pays…» Le Ministre eut un sourire douloureux. « Il est vraiment difficile de résister à une telle tentation, mais… j’aime déjà quelqu’un. De plus… mon but dans la vie ne se trouve pas dans les Trois Cieux Inférieurs. »

Il sourit : « J’apprécie grandement votre bonté, Votre Majesté. »

Deux puissants rayons de lumière jaillirent tout à coup des profondeurs des yeux de l’empereur. Un long moment plus tard, il dit doucement : « Bien ! Très bien ! Tu es vraiment digne du titre de Roi des Enfers Chu !»

Il toussa faiblement deux fois et dit avec désinvolture : « J’ai une question, Ministre Chu. Tu dois me répondre honnêtement. »

Ce dernier répondit : « Je vous en prie, Votre Majesté, posez-la. »

« Avez-vous quoi que ce soit à voir avec la disparition soudaine de Du Shiqing, Ministre Chu ?» demanda gravement le mourant. Derrière lui, Tie Butian se redressa d’un coup et fixa son ministre d’un regard vif.

 

Wazouille

Fondateur du site et traducteur de BTTH, DNC, TDG et SW, Wazouille est un grand audiophile, un gamer, un lecteur avide et bien d’autres choses encore, comme stakhanoviste, à son insu...

Les derniers articles par Wazouille (tout voir)

DNC Chapitre 199
DNC Chapitre 201

13 Commentaires

  1. Mywok

    Merci pour le chapitre et félicitations pour les 200 !!!

    Répondre
  2. Lectifer

    Merci pour ce chapitre

    Répondre
  3. Laghtt

    Merci pour le chapitre !!! bravo pour le 200 eme chapitre !

    Répondre
  4. Khultima

    Merci pour le chapitre. Félicitation pour le chapitre 200 et vivement le 201 x)

    Répondre
  5. Gilgamesh

    Merci pour le chapitre, là on va voir si ministre Chu va avouer, si c’est le cas, je suis sûr que l’empereur lui dira que c’est bien mdr

    Répondre
  6. nickylaboum

    merci

    Répondre
  7. 4Help

    SPOTED Merci du chapitre.

    Répondre
  8. Zhexiel Kurokage

    Merci pour le chapitre.
    PS:Félicitation pour les 200 !
    PPS:Spoted !

    Répondre
  9. grenvious

    merci pour le chapitre

    Répondre
  10. guts

    merci pour le chapitre

    Répondre
  11. TesaYuuTesaYuu

    Merci pour le chapitre, on atteint les 200 ^^! Mais cette fin …grrrr

    Répondre
  12. psycho

    aaaaaaahhhhhh!!!!!! cette fin Orz
    Merci pour le chapitre
    ps : felicitation pour les 200 😉
    pps : vivement la suite !!!! 😉

    Répondre
  13. ling xiaoying

    Mercie.
    Je rêve où l’empereur viens de dire que son fils est en réalité une fille. A ce que je me rappelle il a tué tout c’est enfants donc sa fille est butian car je me rappelle bien de l’autre qui est une fana de l’épée quelle était pas belle. En plus au début quand on décrit butian ça fait penser à xiao yu dans tdg. En plus de la réaction de celui ci. Évidant que c’est une ou j’ai manqué des événements.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com