DNC Chapitre 98

DNC Chapitre 97
DNC Chapitre 99

Et hop, dernier DNC de la semaine ! On assiste à la fin des souffrances de Duxing :p

Bonne lecture à tous ! TDG bonus ce soir si j’y arrive.

 

 

 

Chapitre 98 - Tuer ou ne pas tuer

 

« Ne dis pas ça... Aaaaaah... » dit Gu Duxing qui s’effondrait mentalement et commençait à trembler en regardant son jeune ami d’un air perplexe. Il avait presque envie de lui coller un gnon tant il était déprimé ! C’en est trop ! Comment quelqu’un d’aussi ignorant a pu progresser aussi rapidement ? J’ai moi-même essayé d’entrer dans cet état depuis des années, mais je n’y suis jamais arrivé...

Il sentit une vague d’émotions monter en lui en y repensant, et eut envie de pleurer à chaudes larmes. « C’est... C’est moi qui ait le plus besoin de progresser ... »

Chu Yang se tut. Comment pourrait-il ne pas vouloir que son camarade avance rapidement dans sa culture ? De son côté, il était bien trop faible et avancer de deux rangs n’arrangeait pas grand chose... De l’autre côté, l’épéiste était un Aïeul de l’Épée de cinquième rang et même s’il n’avançait que d’un rang, sa puissance offensive augmenterait malgré tout de façon significative.

Cependant, entrer dans ce genre d’état méditatif dépendait entièrement de la chance et de la compréhension d’un individu. Si le jeune fourbe tentait de l’aider à comprendre quoi que ce soit avant qu’il n’ait les connaissances ou l’expérience nécessaire, il pourrait même retarder la progression de sa culture ! Il pourrait même amener Gu Duxing à ne jamais pouvoir faire l’expérience des états dont il lui parlerait !

On ne peut clairement comprendre que ce dont on fait l’expérience. Une autre personne pouvait avoir vécue bien des choses, elle avait sa propre façon de penser ! Comment deux individus pourraient-ils structurer leurs pensées de façon similaire ?

Si son ami avait déjà fait l’expérience de ce genre d’état méditatif profond, alors Chu Yang aurait pu prendre le rôle de l’esprit de l’épée et lui donner quelques conseils quant à la meilleure façon d’obtenir des résultats... Cela étant, l’épéiste n’avait encore jamais atteint cet état, aussi lui dire quoi que ce soit à ce sujet ne lui apporterait rien de bon.

Le jeune homme comprenait ce principe, et Gu Duxing aussi ; c’était bien pourquoi ils étaient tous les deux maussades.

« Que... Comment es-tu entré dans cet état ?  » lui demanda ce dernier avec une lueur d’espoir mais à peine ces paroles s’échappèrent de ses lèvres qu’il secoua la tête. « Laisse tomber, je suppose que tu ne le sais pas toi-même exactement. Ce n’est pas le genre d’état dans lequel tu peux entrer en sachant qu’il arrive. »

« C’est très sage de ta part ! Tu comprends bien ce qu’il en est » le félicita l’adolescent en lui levant son pouce. Cela étant, ce compliment ne fit que rougir et blanchir l’épéiste qui déprima davantage encore.

« Je ne sais pas comment entrer dans ce genre d’état et plus important encore, je ne peux pas te parler de ma propre expérience. Mais je sais une chose... » Il le regarda et lui dit lentement : « Tu es trop pressé. Tu devrais savoir que qui va lentement va sûrement ! Plus tu te précipites, moins tu vas parvenir à faire quoi que ce soit. Tu n’es encore entré dans aucun état particulier pour le moment ; tu pourrais continuer de t’entraîner dur, mais tu ne parviendras qu’à te détruire se faisant ! »

Gu Duxing fut stupéfait... Il se redressa leva abruptement et se tint droit, un air pensif sur le visage et le regard perdu au loin. Ce conseil sembla lui avoir fait réaliser certaines choses.

Il réfléchit silencieusement un moment, retrouva une respiration régulière et dit calmement : « C’est vrai, j’ai été trop impatient, c’est mon gros défaut. Ton expérience et ta progression forment ta propre façon de penser et provoquent tes opportunités... Si je parviens à avoir une révélation, alors ce sera ma chance. Pourquoi devrais-je me forcer à y arriver ? Aussi longtemps que je reste moi-même, j’y parviendrai. »

Chu Yang sourit et dit d’un air mystérieux : « Au final, tu ne dois dépendre que de toi-même. »

C’était quelque chose qu’il venait de comprendre : il ne pouvait pas partager avec lui les révélations qui lui étaient venues quant au monde des arts martiaux, mais il pouvait parfaitement lui parler de celles qu’il avait eu quant à la vie elle-même.

« Je dois dépendre de moi-même... » L’épéiste serra fermement la poignée de son épée de la main droite. Son corps entier semblait être devenue une épée dégainée tant il dégageait une énergie acérée, et ses yeux s’illuminèrent petit à petit...

Dépendre de soi-même ne voulait pas dire qu’il ne fallait pas recevoir d’aide de ses amis, ou qu’il faille être seul toute sa vie... Ça signifiait simplement qu’il fallait dépendre de ses propres pensées. Et c’était quelque chose qu’il comprenait parfaitement.

« Chu Yang, mon frère ! Tu m’as aidé une fois de plus » dit sincèrement Gu Duxing en observant le lever du soleil à l’Est.

« Tu m’as un jour dit que si nous rencontrions une montagne de couteaux, je devrais te marcher dessus pour la traverser. » Le fourbe lui sourit : « Dans ce cas, que vaut cette petite faveur d’ici à ce qu’on arrive à cette montagne ? »

L’épéiste sourit, se leva et répéta avec un sourire paisible qu’on voyait rarement sur ses lèvres : « En effet, si tu dois faire face à une montagne de couteaux, je te laisserai me marcher dessus pour la traverser. »

Il prononça ces paroles vraiment doucement, en émettant à peine un son... Chu Yang pouvait seulement voir ses lèvres légèrement bouger mais ne pouvait pas entendre quoi que ce soit. Cela dit, pour son ami, ce n’était pas différent que de prêter serment.

Il savait que le jeune homme plaisantait, mais il savait qu’il en ferait tout autant pour lui si jamais ils se retrouvaient dans une situation pareille.

Certaines choses n’ont pas besoin d’être dites, et qu’il valait mieux les garder en son cœur ; c’est bien pourquoi il ne dit rien de plus... Il grava simplement ses mots profondément dans son âme.

« Le mur d’enceinte sera fini d’ici demain. J’ai déjà donné aux ouvriers des ordres quant aux pièces de la main. Quant à moi, je vais sortir un peu » dit Gu Duxing en fixant la surface paisible du lac. « Aucun artiste martial ne nous rejoindra si on reste assis sur nos pouces. Je dois sortir et sélectionner quelques personnes... Et en tuer d’autres ! »

« Ça marche. Je m’occuperai du reste. »

Il rajouta lentement : « Je me suis enfui de chez moi pour me donner l’occasion de m’entraîner. Il s’est passé quelque chose à l’échelle mondiale, qui va changer les Neuf Cieux. Tous les disciples des clans familiaux des Trois Cieux Intermédiaires et des Trois Cieux Supérieurs sont partis explorer le monde pour s’entraîner et ce sont tous des talents remarquables... »

Il n’eut pas fini de parler que le jeune fourbe comprit où il voulait en venir et l’interrompit : « Donc tu as l’intention de recruter ces gens ? » Il se sentit mal à l’aise... Le monde change, les Neuf Cieux changent, les clans familiaux s’entraînent... Mais qu’est-ce que ça veut dire ?

Ce n’est pas arrivé dans ma vie passée... Que va-t’il se passer à présent avec l’arrivé de ces types dans les Trois Cieux Inférieurs ? Que va-t’il arriver au continent ? Quels effets tout ça va avoir ?

Gu Duxing réfléchit un peu et secoua la tête : « Je n’en suis pas sûr. »

Il réfléchit un peu plus et soupira : « Je n’ai aucune certitude d’y parvenir. »

Chu Yang sourit. Il comprenait ce qu’il voulait dire par là. D’abord, il serait difficile de faire venir des membres talentueux de puissantes familles dans le Pavillon de l’Armement Céleste : tous étaient extrêmement talentueux, aussi comment pourraient-ils vouloir s’inféoder à quelqu’un d’autre ? Ensuite, même s’il parvenait à pousser quelqu’un à les rejoindre, cette personne refuserait d’être à la botte de quelqu’un et pourrait même vouloir s’approprier le Pavillon. Il n’était pas sûr de pouvoir l’arrêter le cas échéant.

Et dans l’absolu, comment ces petits maîtres pourraient ne pas prendre quelques puissants gardes avec eux dans leur entraînement ? De leur côté, les deux compères étaient encore bien faibles.

« Lequel de tes frères adoptifs va venir ici bas ? » demanda le jeune homme.

« Ils viennent tous les deux. » L’épéiste eut un léger sourire. « Ils sont très compétitifs l’un envers l’autre, aussi aucun des deux n’accepterait de rester à ne rien faire » dit-il d’un ton cynique.

« Veux-tu qu’on s’en débarrasse ? » suggéra sincèrement le Fourbe. « Ils ont été tyrannique avec toi auparavant, aussi ne devraient-ils pas te laisser tranquille. Tu y as déjà pensé ? »

Gu Duxing trembla et regarda son ami d’un air partagé. « Si j’avais l’intention de les tuer, je l’aurais déjà fait. » Il se retourna et dit doucement : « Quoi qu’il arrive, ce sont les enfants de mon père adoptif et il n’a qu’eux... De plus, ce sont les frères de Sœur Xiao Miao. Mon père comme Xiao Mao seraient dévastés s’ils mourraient tous les deux... Et la Famille Gu n’aurait plus de successeur. »

« C’est étrange : j’ai plus envie de les tuer que toi, mais je ne le ferai jamais à cause de la Famille Gu, de l’attention immense que m’a accordée mon père adoptif et à cause de Sœur Xiao Miao. » Il ajouta même sincèrement : « J’irai même jusqu’à les protéger en cas de danger. »

Il poussa un rire amer : « C’est contradictoire, hein ? »

« Gu Duxing, tu es vraiment un grand homme. Non, tu es un l’incarnation même de ce qu’un homme devrait être. Il faut être un grand homme pour tuer, mais il ne faut pas tuer pour être un modèle pour tous » lui dit sincèrement Chu Yang.

« Il faut être un grand homme pour tuer, mais il ne faut pas tuer pour être un modèle pour tous... » répéta doucement l’épéiste. Un peu plus tard, il sourit et secoua la tête sans rien dire. Il resta debout silencieusement pendant un moment, en regardant le ciel à l’Est. Ensuite, il prit une profonde inspiration est dit : « Le soleil s’est levé, aussi vais-je partir. Je devrais revenir d’ici un mois au plus tard. »

Il leva les bras sans attendre la réponse du jeune homme et comme un aigle qui plane, il ne vola pas mais toucha deux fois la surface de l’eau du pied avant d’atteindre la rive de l’autre côté. De là, il lui fit au revoir de la main, et trembla deux fois avant de disparaître complètement.

Les deux ondulations qu’il avait créées du bout du pied sur le lac s’étendaient encore lentement...

Wazouille

Fondateur du site et traducteur de BTTH, DNC, TDG et SW, Wazouille est un grand audiophile, un gamer, un lecteur avide et bien d’autres choses encore, comme stakhanoviste, à son insu...

Les derniers articles par Wazouille (tout voir)

DNC Chapitre 97
DNC Chapitre 99

11 Commentaires

  1. Letyure

    Merci c :

    Répondre
  2. Conan

    Merci pour le chapitre!!!

    Répondre
  3. grenvious

    merci pour le chapitre

    Répondre
  4. nickylaboum

    merci

    Répondre
  5. Psycho

    Merci pour le chapitre

    Répondre
  6. Zhexiel Kurokage

    Merci pour le chapitre.

    Répondre
  7. Xhanto

    Merci pour le chap 🙂

    Répondre
  8. Illmryn

    merci pour le chap ! C’est quoi cette histoire de frère adoptifs qui viens ? Ils ne sont pas dans les même cieux que Chu Yang ?

    Répondre
    1. Wazouille (Auteur de l'article)

      Ils font partis de la Famille Gu qui est une famille des Trois Cieux Intermédiaires !
      Cela étant, avec l’apparition de l’épée des 9 calamités, tous les jeunes maîtres de ces clans ont été poussé dehors pour qu’ils aillent s’entraîner de part le monde =)

      Répondre
  9. Dark-sram

    Merci pour ce chapitre =D

    Répondre
  10. Dobharchu

    J’ai l’impression que le très long prologue est enfin en train de finir et que l’on va rentré dans le coeur de l’histoire, celle que l’auteur voulais raconté en commençant a écrire ^^

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com