IATM Chapitre 11

IATM - Chapitre 10
IATM Chapitre 12

Bonjour ! Suite des aventures du plus malchanceux des mégalomanes... Enfin, encore que la chance a l’air de tourner pour Roan. Bonne lecture.

 

Chapitre 11 : La Lance de Travias 2/5

 

« Monsieur ! »

« À l’aide ! »

Lui crièrent des voix appartenant de toute évidence à des enfants, âgés de 4 à 8 ans tout au plus. C’est au nombre de cinq qu’ils étaient venus chercher de l’aide, avant de tomber sur Roan.

« Sauvez not’ maman ! »

Au milieu des pleurs, Roan tenta de les rassurer et s’accroupit pour se mettre à leur niveau. La voix posée, il leur demanda :

« Qu’est-ce qu’il se passe, les enfants ? »

La plus âgée d’entre eux prit la parole : « Y’a des méchants qui sont venus... Ils sont partis avec papa et maman ! »

Sa tirade terminée, elle en revint à ses sanglots. Il fronça les sourcils.

« Des méchants hein... » pensa-t-il tout en essayant de se rappeler. Mais rien ne lui revint. L’événement n’avait donc rien à voir avec lui.

« Écoute-moi ma grande. Comment tu t’appelles ? » lui demanda nouvellement Roan.

« ... Lia. » répondit-elle en interrompant temporairement ses pleurs.

« C’est joli comme tout Lia ! Dis-moi, tu es bien la plus grande ici ? »

Elle sécha ses larmes de ses deux mains et prit un air décidé avant de hocher la tête. Il lui pointa alors la direction du camp.

« Si tu y vas, tu vas voir plein de soldats super forts. Explique-leur ce qui vous arrive. »

« Et ils vont nous aider ? »

Roan la vit alors sourire. Il ne pouvait ignorer son appel empli d’espoir.

« Bien sûr qu’ils vont vous aider ! »

Les enfants se calmèrent un peu, et Roan prit finalement la décision de les accompagner. Aux abords du camp, un cri chargé de colère retentit :

« Roan ! »

« Ce sale petit bâtard ose revenir en marchant comme si de rien n’était... » pensa Dosen, essayant de se contenir.

Il l’avait cherché un moment sans le trouver. Persuadé qu’il avait déserté, il avait déjà une bonne idée de la façon dont il le punirait une fois retrouvé. Toutefois, en le voyant revenir si paisiblement, la colère le gagna tout à fait et il devait trouver une nouvelle méthode.

« Où est-ce que tu étais passé espèce de... Hein ? » ajouta Dosen qui se calma soudain en voyant les enfants.

« C’est... » commença-t-il à calmement expliquer.

Le Major passa alors par différents registres d’expressions à l’écoute de son récit avant, celui-ci terminé, de prendre la parole :

« Tu dis que quelqu’un a attaqué leurs villages et enlevé leurs parents... »

« Oui. » répondit Roan en hochant de la tête.

Dosen resta un moment à réfléchir, se demandant essentiellement si Roan n’avait pas engagé ces enfants dans le but de se constituer une excuse. Toutefois, cette vision des choses lui semblait par trop surréaliste.

« Bien. Emmène les enfants avec toi, et va directement voir le Commandant Gale. » lui dit-il enfin en lui plaçant une main sur l’épaule.

« Oui ? » répondit bêtement Roan, qui ne semblait pas avoir saisi l’ordre.

« Les villages sont en danger, nous devons aller les secourir. » lâcha-t-il en haussant un sourcil.

« Ah, ah oui. Bien sûr. » assentit Roan en riant de manière gênée.

« Tu as cru que j’allais te frapper ? »

Roan ne répondit rien. Dosen jeta un oeil aux enfants dont les yeux étaient toujours marqués de larmes et continua :

« Ce n’est pas un secret, je ne t’aime pas. Mais je suis moi aussi un soldat du Royaume de Rins. Mon devoir est d’en protéger les citoyens. » Après quoi se mit-il à leur sourire.

Pour seule réponse, Roan hocha de la tête.

« Allez les enfants, on y va. » leur dit Roan, en prenant Lia par la main. À peine parvenus dans l’enceinte du camp, Gale vint jusqu’à eux. À n’en point douter, Dosen avait dû faire part de ses doutes à son supérieur.

Toutefois, c’était avec un grand sourire qu’il s’approchait.

« Pauvres gosses... » se dit-il en se forçant à maintenir un air jovial.

Il invita les enfants à s’asseoir sur un petit banc et leur caressa à tous la tête. Leurs mines adorables au milieu de tous ces soldats poussa le Commandant à leur faire amener à boire et à manger.

« Mangez doucement, hein ? » leur dit-il d’une voix douce.

Les enfants, un peu impressionnés, regardèrent un peu autour d’eux avant de se jeter sur le pain. Ils étaient affamés. Sans s’échanger un mot, Roan et Gale les regardaient. Lia but un grand verre de lait et s’adressa directement à Gale, les moustaches pleine de lait :

« C’est toi le chef ici ? »

« C’est ça. C’est moi le chef ! » lui dit-il en riant, sur le même ton léger.

Lia tenta de prendre un air plus sérieux et posa son verre avant de lui demander :

« Alors on va pouvoir sauver papa et maman, hein ? »

« Oui, bien sûr. Mais pour ça il faut que tu me dises ce qu’il s’est passé. » lui dit-il prudemment.

Elle hocha de la tête.

« On jouait à cache-cache dans la forêt, et puis y’a 20 monsieurs qui sont venus avec des épées et des gourdins... Et puis... »

Elle se mit à pleurer à nouveau. Gale lui essuya la joue en se mettant à son niveau. Elle eut un petit sourire timide. Il ajouta alors :

« Est-ce qu’ils ont fait du mal aux gens ? »

« Oui... Tonton James et Michael ils sont... Ils sont... »

Elle s’effondra de nouveau en larmes. Gale se dit que des enfants ne devraient jamais avoir à connaître ça. Mais il n’avait d’autre choix que de la pousser à continuer son histoire :

« Qu’est-ce qu’il s’est passé, ensuite ? »

« Ben... » reprit-elle d’une voix timide. « Ils ont attaché les autres et sont partis avec. Comme ça. Nous, on était toujours cachés... »

Gale la félicita en faisant un salut militaire exagéré.

« C’est très bien. Vous êtes tous très courageux, vous avez de quoi être fiers. Ma grande, je peux te poser encore deux questions ? Merci. Dans quel village vous habitez ? »

« Le village de Hotton. »

« Hotton... Ça ne me dit absolument rien. » se dit Gale. Ce devait être un tout petit village.

« D’accord. Est-ce que tu sais où est-ce qu’ils sont partis ensuite les vilains monsieurs ? » reprit-il.

« Ben... Je pense qu’ils sont allés au village de Trum. Hmm. Oui. C’est sûrement ça. » répondit Lia d’une voix plus assurée.

Encore un nom inconnu... Trum devait donc aussi être en danger. Gale se releva en fronçant des sourcils.

Le Major Dosen, qui avait fini par les rejoindre, dit discrètement à Gale :

« Ça ressemble à des esclavagistes... »

« À n’en point douter. » lui répondit Gale en le saissant par l’épaule. Il ajouta :

« Je te laisse en charge de cette mission. Tout d’abord, trouve quelques soldats qui connaissent les deux villages. Prends avec toi cinq escouades de cavaliers et traque-les. »

« Bien. Compris. » consentit Dosen en s’inclinant.

Roan, qui était jusqu’alors resté parfaitement silencieux, leva un doigt vers eux pour s’exprimer. Les deux suspendus à ses lèvres l’écoutèrent alors :

« Je connais le village de Trum. »

« Comment ? Tu connais Trum ? » s’exprimèrent les deux de concert avec un air de surprise non-feinte.

Il hocha de la tête.

« Comment pourrais-je ne pas le connaître... C’est là que se trouve la lance de Travias. » pensa-t-il en souriant discrètement.

Celle que, sans l’intervention de Roan, on ne découvrirait que dix-sept ans plus tard.

« De toute façon, lance ou pas, dès que la guerre contre les monstres sera terminée, je devrai m’y rendre pour rejoindre la région de Potter. » pensa-t-il à nouveau.

Gale le sortit de sa réflexion : « Bien. Tu pars en éclaireur avec eux. »

En de telles circonstances, chaque seconde compte. Roan, de par ses connaissances, constituait donc une fantastique opportunité pour cette opération. Le Major Dosen mit son ressentiment de côté et demanda à Roan :

« Tu sais monter à cheval ? »

« Oui. » répondit-il.

« Parfait. » conclut Dosen laconiquement, quoiqu’il fut surpris.

Les nouvelles recrues savaient rarement monter. Mais Roan n’était pas n’importe qui. Ses rêves de commandement l’avaient rapidement forcé à monter un cheval.

« Dix ans sur ces saloperies... » pensa-t-il.

Il n’était certainement pas jockey, mais il pouvait se déplacer et se battre sans tomber au moindre cahot.

« Bien. Nous partons. »

Les deux s’inclinèrent face à Gale avant de se diriger vers les cavaliers.

« Ça, en revanche, je ne l’ai jamais vécu... » pensa-t-il.

Il serra sa lance et eut un frisson. Il ne maîtrisait cette fois plus rien. Il n’était plus question de gobelins écervelés, mais bien d’êtres humains.

« Espérons que ça se passe bien... »

Nostra

Nostra

Administrateur et traducteur d'IATM et SSN. Personnage obstiné, perfectionniste et doté d'un ego démesuré.
Nostra

Les derniers articles par Nostra (tout voir)

IATM - Chapitre 10
IATM Chapitre 12

8 Commentaires

  1. djej19270

    Merci pour le chapitre et tout le travail que vous faites au quotidien.

    Répondre
  2. Naos

    merci pour le chap ^^

    Répondre
  3. essitamessitam

    merci pour le chapitre

    Répondre
  4. nicylaboum

    merci

    Répondre
  5. Myrddin

    Merci pour le chapitre

    Répondre
  6. eVoX

    Merci pour le chap^^

    Répondre
  7. Blackers

    merci pour le chapitre

    Répondre
  8. Gilgamesh

    Merci pour le chapitre, j’espère que Roan va être sans pitié et tous les anéantir ahah 🙂

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com