SSN Chapitre 117

SSN Chapitre 116
SSN Chapitre 118

Re-bonjour ! Désolé de la sortie tardive, j’ai eu pas mal de choses à faire. Les deux prochains chapitres du jour sortiront dans la soirée. Si je finis pas trop tard, j’essaierai d’en faire un troisième. Encore une fois merci Damien pour ce chapitre bonus ! Bonne lecture et à tout à l’heure.

 

 

Chapitre 117 : La position d’Alandal 2/2

 

Jung Minchan ne put que soupirer en regardant les informations qui venaient d’annoncer la mort de 57 personnes et leur compromission dans les Invasions récemment survenues. La colère du peuple, loin de se calmer, sembla prendre encore en intensité. Pour cause, c’était l’intégralité des renseignements apportés par Melody qui leur était décrite.

« Quand est-ce que le président arrive ? » demanda-t-il.

« D’ici 30 minutes, tout au plus. » répondit Haemin.

[Le Président de la République de Corée a remercié Kang Woojin pour son intervention. Il a aussi annoncé une réforme complète de l’Assemblée Nationale et le début des pourparlers quant à l’avenir du pays Alandal. Un référendum national sera tenu à ce sujet.]

« Haemin, qu’est-ce qu’on en dit sur internet ? »

« C’est moins dramatique que ce que je pensais. Les gens comme la presse estiment que notre président a fait ce qu’il fallait en combattant la corruption. »

« Mais ils n’ont pas vu les images, ou quoi ? »

« Woojin n’a tué personne directement… »

L’idée était désagréable, mais Kim Haemin disait vrai : Kang Woojin n’avait pas été vu directement en train de s’en prendre aux politiciens. Il n’avait fait que débarrasser la Corée de ses mauvaises herbes. Aussi choquantes les images de son armée avaient été, les causes étaient justifiées. Dès lors, l’opinion publique était plus que positive à son sujet. Plus encore que jamais, on le voyait comme un héros.

« C’est une chance pour nous… »

« Oui, mais cette histoire d’indépendance m’inquiète. Alandal indépendante ? » répondit Minchan.

« Hmm… Je suppose que ça fera comme avec le Vatican. »

« Ça semble plausible, en effet… »

« Il a déjà négocié tout ça avec le Président. »

« Bordel… »

Cette idée ne le rassurait pas. De quelle manière avait-il bien pu négocier ? Il ne tarderait pas à leur expliquer, sa voiture ayant été aperçue par un employé.

Woojin entra le premier dans le bureau en bâillant de façon très vocale. Woo Soonghoon et Lee Kangjin étaient manifestement un peu en état de choc.

« Bah, qu’est-ce que vous faites tous là ? » leur demanda-t-il.

« Président, dit Minchan en s’avançant vers lui, comment avez-vous pu faire une chose pareille ? »

« Quoi ? Je n’ai tué personne à l’Assemblée Nationale, j’ai tenu parole, non ? »

À dire vrai, c’eût presque pour Minchan été souhaitable. Le fait que tout ait été diffusé en direct était pour lui dramatique, même si les morts avaient tous, d’une certaine manière, mérité le traitement.

« Quand avez-vous vu le Président ? Ah.. Écoutez, je vous demande à tous de sortir. J’aimerais parler avec notre chef. »

Tous ne semblaient pas vraiment décidés à partir. L’attention de Jung Minchan se porta d’ailleurs sur l’une des personnes qui l’avait accompagné.

« Qui êtes-vous ? »

« Bonjour. Lee Kangjin. Je travaille avec le procureur de Séoul. »

« Oh ! Le juge Lee Kangjin. Enchanté, le suis le vice-président de la guilde d’Alandal. Mon nom est Jung Minchan. »

Quoiqu’il n’avait encore que la trentaine, quiconque s’intéressant un temps soit peu à la politique avait nécessairement déjà entendu parler de lui. Sa réputation le précédait, aussi Minchan lui présenta-t-il sa main.

« J’ai beaucoup entendu parler de vous, monsieur Jung. » répondit le juge en lui serrant la main.

Lui aussi commençait à être connu du public. On avait vanté sa carrière exemplaire au sein de la guilde du Marteau avant son ascension fulgurante jusqu’aux sommets de la hiérarchie aux côtés d’Alandal. Il n’était pas Éveillé, mais de nombreuses personnes s’intéressaient à lui pour ses capacités de gestion, pour l’essentiel dans le privé. Woojin remarqua soudain que d’une part, tous les membres fondateurs de la guilde étaient présents, mais aussi que Melody elle-même était restée.

« Président, pouvez-vous m’en dire plus sur cette déclaration d’indépendance, à présent ? » demanda Minchan, désireux d’attaquer ce qui le contrariait.

« Hein ? Vous êtes déjà au courant de tout ça ? » s’étonna Woojin.

« Vous… Hmm. Tout le monde est au courant, le Président l’a annoncé lors de la conférence de presse. »

« Ah, il a donc pris sa décision… »

Woojin hocha de la tête. Kim Byungmahn avait donc entendu son appel. Il s’appuya contre son bureau pour leur parler.

« Écoutez, je sais que ces derniers temps, je n’ai pas été le meilleur président possible. J’ai été très occupé par le donjon ce qui m’a fait vous négliger un peu. C’est surtout toi, Minchan, que ça concerne. J’imagine que ça a dû être particulièrement difficile. »

« J’apprécie que vous le reconnaissiez, mais pourquoi avez-vous demandé notre indépendance ? »

« C’est ça ou laisser le gouvernement continuer de nous emmerder sans arrêt. Si je fais ça, c’est pour notre tranquillité à tous. Les choses seront plus simples comme ça. »

Jung Minchan écarquilla les yeux. Pouvait-on réellement créer un pays pour une raison aussi stupide ?

« Putain. De quoi avez-vous parlé avec le Président ? » s’énerva-t-il.

« Je lui ai juste fait une proposition. Il me laisse faire, ou je le tue. »

« C’est… »

« Je plaisante, ça va. S’il accepte ma proposition, je vais former une alliance avec lui. »

Minchan vint s’asseoir sur une chaise, parfaitement décontenancé par le discours qu’il entendait. Peut-être avait-il fait une bêtise en le rejoignant… La Sainte Vierge semblait quant à elle bien plus enjouée.

« Louée soit votre miséricorde ! »

« Bien dit ! J’aurais pu tuer tout le monde, je ne l’ai pas fait. » se satisfit Woojin en regardant Minchan, à la recherche de son assentiment.

Celui-ci se retint de soupirer.

« Vous ne pouvez pas juste faire un pays comme ça, parce que vous l’avez décidé. Vous avez forcément dû négocier, non ? De quoi est-il question ? »

« Il veut que nous formions un traité. »

« Composé de quoi ? »

« C’est plutôt à moi de demander ça… » répondit Woojin avec un léger rire.

« Mais ! »

« Monsieur Lee Kangjin, c’est quoi la bonne recette pour un pays ? »

Sur Alphène, il lui suffisait de se déclarer Roi. Sur Terre, en revanche, les institutions fonctionnaient de manière bien différente. Il fallait faire les choses dans les règles de l’art.

« Eh bien… Il vous faut au minimum une section législative, juridique et administrative. »

« Je vois… Dans ce cas-là… »

Sur Alphène, il n’avait eu pour sujets que ses Chevaliers Noirs et Jaenis. Il devait procéder autrement.

« Minchan ? »

« Quoi… »

« Tu es maintenant premier ministre, toutes mes félicitations. »

« Ha… Haha… Non merci, je ne tiens pas à une telle promotion. Comment pouvez-vous seulement oser me mettre dans une telle position ? Vous surestimez mes ambitions. »

« Tu n’auras qu’à discuter du reste avec Lee Kangjin. »

L’intéressé prit un air confus. Il n’était venu qu’à la demande du Président de la République de Corée, il n’avait jamais été question qu’il participe à ça ! Malgré tout le choc d’une telle annonce, il y avait bien dans l’assemblée une personne qui souriait.

« Et moi hyung-nim, je fais quoi ? » demanda Sunggoo.

« Qu’est-ce que tu veux faire ? »

« Hmm… Si tu es Roi… Moi, j’aimerais bien diriger la Garde Royale. »

« Hong Sunggoo, Commandant de la Garde Royale. Ça, c’est fait. »

« Oh ! Héhéhé ! Je vais raconter ça sur les réseaux… On va pas me croire… »

Kim Haemin lui jeta un regard de dégoût. C’était pour lui comme si les facultés intellectuelles de Sunggoo baissaient à mesure qu’il progressait au combat… Cependant, son ton léger commença de détendre l’atmosphère.

« Excusez-moi, président… » parvint à dire Soonghoon.

« Ah. Tu veux quoi ? »

Enfin, l’opportunité qu’il avait toute sa vie attendu se présentait. Il savait que ses souhaits seraient exaucés.

« Notre pays a besoin d’une sorte d’ambassadeur… Vous savez mieux que personne que je suis plutôt doué pour m’exprimer. »

« Ministre des Affaires Étrangères ? »

« Je déplacerai ciel et terre pour faire mon travail… »

Le visage de Soonghoon était plein de détermination.

J’ai réussi, maman. Le nom Woo va entrer dans l’histoire.

Minchan secoua une nouvelle fois la tête. Ce qui l’effrayait, c’était l’idée que Woojin puisse écouter tout ce qu’il lui dirait. Ses simples paroles influenceraient la réalité…

« Dites-moi au moins dans quel sens on doit travailler. »

Il était trop tard pour faire machine arrière, le Président lui-même ayant donné son aval. Le quartier général d’Alandal pouvait bien devenir une ville indépendante au même titre que le Vatican, mais pas sans certaines garanties.

« Comment ça, dans quel sens ? » s’étonna Woojin.

« Pourquoi est-ce qu’on est là ? Quel est le but d’Alandal ? »

« Tu ne le sais pas encore ? La paix dans le monde, Minchan. Rien d’autre que ça. »

« Vos paroles sont du pain béni, Immortel… » fit Melody.

Le champion de Gehen, le Dieu de la Destruction, que la mort suivait partout, avait maintenant choisi de privilégier la vie à la mort. C’était pour elle une véritable bénédiction. Alphène pourrait peut-être être sauvée. Elle se mit à pleurer.

« Minchan, je te laisse t’occuper de la suite. Ne pense pas trop gros non plus, hein ? »

« J’ai bien compris… »

Minchan se rassura un peu. Il était désormais Roi, rien de plus grave ne pouvait plus arriver.

Dire qu’il va enfin se calmer… Bon, il va falloir que je travaille plus dur encore.

Il avait une tâche colossale à mettre en œuvre : une nation. Certes, il ne s’agissait pas d’un coup d’État ni de prendre le pouvoir à la Corée du Sud, mais comment allait-il bien pouvoir négocier son traité de paix ? Que devait-il seulement demander au gouvernement coréen ?

« Il va falloir travailler dur, monsieur le premier ministre. » lui dit Haemin en lui posant une main sur l’épaule.

« Le premier ministre Jung, hein… »

Son rythme cardiaque s’accéléra du même temps qu’il eut un léger sourire. L’idée avait finalement quelque chose de séduisant.

« Melody, j’aimerais qu’on parle. »

« Oui, mon Roi… »

Kang Woojin perdit l’attitude nonchalante qu’il avait jusqu’alors arboré. Depuis qu’il était devenu Seigneur d’un Domaine Dimensionnel, un doute tenace le perturbait. Melody avait été trouvée dans un donjon… Comment avait-elle fait pour arriver sur Terre ?

« Suis-moi. »

« Bien… »

Ils sortirent du bureau et Woojin fit apparaître un portail de retour. Celui-ci disparut aussitôt après elle.

« Merde ! Prévenez immédiatement Titan ! » cria James, le chef des Chevaliers du Saint Ordre.

Son président, Deacon, ne tarda pas à recevoir le message. Kang Woojin venait de créer le pays Alandal, et Melody était seule avec lui.

Nostra

Nostra

Administrateur et traducteur d'IATM et SSN. Personnage obstiné, perfectionniste et doté d'un ego démesuré.
Nostra

Les derniers articles par Nostra (tout voir)

SSN Chapitre 116
SSN Chapitre 118

7 Commentaires

  1. thePower

    Merci

    Répondre
  2. Lectifer

    Merci pour ce chapitre

    Répondre
  3. mayel

    le paix de traité... C’est un nouveau concept ? 😉

    Répondre
    1. NostraNostra (Auteur de l'article)

      T’as rien vu 😀 Merci !

      Répondre
  4. Newkan

    je les avais oublier les toutou de melody x) pauvre minchan , il va pas vivre vieux avec toures ses emotions ^^ merci pour le chapitre hate des 2 autres 😉

    Répondre
  5. Zhexiel Kurokage

    Merci pour le chapitre.
    PS:Haha, je vient de me rendre compte que j’avais oublié de poster un merci depuis la reprise de SSN après sa grande pause. ‘^^

    Répondre
  6. essitamessitam

    merci pour le chapitre

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com