SSN - Chapitre 17

SSN - Chapitre 16
SSN - Chapitre 18

Bonjour ! Bon, ben on sait de qui Woojin tient son caractère... Lisez le chapitre pour le découvrir ! Bonne lecture.

 

 

Chapitre 17 : Situation familiale

 

C’était une de ces disputes familiales interminables...

« Je t’en prie, n’y retourne pas. »

« Je ne peux pas arrêter maintenant. » répondit Woojin.

« Tu n’as pas besoin de faire ça... Je gagne assez d’argent maintenant, regarde tout ce que j’ai eu en une journée ! » lui opposa sa mère.

Woojin lui afficha, sur son téléphone, son relevé de compte bancaire. Elle ne semblait toutefois pas prête à entendre raison :

« Tu reviens après cinq longues années de disparition, et tu espères que je vais te laisser mettre ta vie en danger ?! »

Woojin, serrant les poings, s’exprima alors avec colère :

« Tu préfèrerais peut-être que je vive éternellement à tes crochets ? Toi au boulot et moi avachi sur le canapé à attendre que ça me tombe tout cuit dans le bec ? »

Il continua.

« Je vais continuer à gagner de l’argent comme ça. Tu n’auras plus jamais à t’inquiéter des finances de la famille. C’est moi le chef de famille maintenant, toi et Sooah êtes sous ma responsabilité. »

« Mais... Woo... Woojin... » dit-elle péniblement avant de fondre en larmes. C’était la notion de chef de famille qui l’avait fait flancher. Son mari disparu, elle avait tellement lutté pour en arriver là... Ce n’était pas la vie dont elle rêvait, mais elles s’en sortaient.

Woojin la serra fort contre lui, laissant les larmes tremper son vêtement.

C’est alors, avant même qu’ils ne puissent reprendre leur conversation, qu’un petit raclement de gorge se fit entendre. C’était la patronne du restaurant, Kim Soonohk. Elle les aurait bien jetés dehors sans l’intervention de sa fille, mais Soongmi lui avait fait signe d’y aller doucement. Leur attention acquise, elle s’adressa directement à la mère de Woojin :

« Je ne voudrais pas avoir l’air rude, mais vous comptez réellement nous lâcher comme ça ? Je connais votre situation, mais vous savez que sans chef, le restaurant ne peut pas tourner. Pourriez-vous au moins continuer le temps que je trouve un remplaçant ? »

Woojin fronça les sourcils, mais sa mère ayant commencé à répondre avant lui, il se tut.

« Oui, bien évidemment, j’ai des principes. Il n’est pas question de tout quitter ainsi. »

« Hrmpf. Alors fais en sorte que ce soit réglé d’ici une semaine. Sooah a besoin d’une mère plus que moi. » lâcha Woojin.

« Oh Woojin... Que t’est-il arrivé... » se demanda-t-elle. Il disparaissait pendant 5 ans, revenait pour préparer son examen, et la sortait finalement de sa condition riche comme elle ne pouvait en rêver ? Elle continua à pleurer un moment en repensant à tout ce qu’elle avait traversé.

Soongmi se mit aussi à pleurer : « Oh maman... C’est tellement triste... »

Sa mère lui donna un mouchoir, quelque peu abasourdie. Ce n’était vraiment pas le genre de sa fille de s’émouvoir ainsi... D’aucuns pouvaient, par moments, la qualifier de véritable peste.

Lee Soogyung, la mère de Woojin, en avait d’ailleurs fait les frais. Pourquoi se faisait-elle soudain si charmante ? Elle revint au calme, et demanda à Kim Soonohk, la véritable patronne du restaurant, si elle pouvait prendre sa journée.

Elle hésita un peu, mais Woojin acheva de la convaincre :

« De toute façon, si c’est non, elle quitte le boulot. C’est simple. »

Elle n’avait pas vraiment le choix. Le restaurant devrait se passer d’elle pour le service du soir, ou fermer. Il restait à espérer qu’elle revienne le lendemain...

C’est Soongmi qui répondit : « Oui, allez-y madame. Profitez bien de votre temps avec votre famille. Au fait, Woojin, fais attention à toi hein ? Essaie de me donner des nouvelles. Tiens, voilà mon numéro ! »

Elle se saisit de son téléphone et l’ajouta à son répertoire avant de prendre celui de Woojin. Ceci fait, elle ajouta : « Bonne journée à vous ! »

Une fois sortis, Woojin fut tiré par l’avant-bras par sa mère qui l’emmenait dans une autre direction que celle qu’ils empruntaient normalement pour rentrer chez eux.

« Tu nous emmènes où comme ça ? » demanda-t-il.

« Tu verras bien quand on y sera. Au fait, toi et mademoiselle Park, vous vous connaissez depuis longtemps ? »

« Hmm, on était au lycée ensemble. Pourquoi ? »

Pour seule réponse elle poussa un soupir, puis s’arrêta sans prévenir. Elle se tourna vers lui et, l’air inquiète, lui dit :

« Je ne veux pas me mêler de tes histoires, mais si tu me ramènes cette petite conne à la maison, sache que je m’y opposerai. »

Woojin ne put retenir un petit rire et la rassura aussitôt : « Rassure-toi, elle ne m’intéresse pas. »

Cette fille l’avait couvert de cadeaux, des années passées... Mais pour lui, ça faisait plus de vingt ans. Qu’il se souvint de son visage tenait déjà du miracle, car il ne ressentait déjà pas grand chose pour elle à l’époque. Pire encore, à en voir la réaction de sa mère, elle était à éviter.

« Bon, sérieusement, on va où comme ça ? » dit-il pour changer de sujet.

« Je t’ai déjà dit que tu verrais bien. » répondit-elle en le guidant vers le quartier général de la guilde du Marteau. Derrière celui-ci se trouvait un petit parc.

Proche de celui-ci se trouvait un petit épicier d’où elle acheta une bouteille d’alcool et puisqu’il en vendait, une chrysanthème 1)Fleur généralement déposée dans les cimetières. A noter qu’en Corée comme en France, cette fleur symbolise la joie.

Ils marchèrent sur un petit sentier et pour parvenir face à un imposant monument, sur lequel on pouvait lire : Monument aux morts de la station Sahdahng.

Des centaines de personnes avaient péri lorsque les donjons avaient fait leur apparition. On ne comptait plus le nombre de morts ayant suivi les Invasions (NdT : pour rappel, c’est une phase durant laquelle les monstres s’échappent du donjon), mais le jour le plus marquant fut sans nul doute celui qu’on avait nommé le Jour du Traumatisme.

C’est ainsi qu’en cette funeste journée où Woojin avait aussi disparu furent créés, proches des stations, des parcs de ce genre.

Sans un mot supplémentaire, Woojin se mit à genoux. Il déposa la fleur et renversa le contenu de la bouteille à même le sol. Sa mère se mit de nouveau à pleurer en le voyant accomplir cette tâche, manifestement le cœur aussi lourd que le sien.

« Mon chéri... Notre petit garçon est rentré. Notre Woojin... »

Woojin, en réponse à sa prière, la prit dans ses bras après s’être doucement relevé. C’était trop pour elle.

... Papa.

Woojin était sous le coup lui aussi de la mélancolie. Il n’avait pas vraiment eu le temps de se poser pour réfléchir à tout ça, mais il ne l’oubliait pas. Il lui manquait sans l’ombre d’un doute, mais il était bien plus inquiété par la situation de sa mère et de sa petite soeur.

« Woojin. J’aimerais que tu me racontes tout. » lui dit soudain sa mère.

« De quoi parles-tu ? » répondit-il, feignant sincèrement de ne pas savoir.

« Tu le sais bien. Où étais-tu passé ? » insista-t-elle sans céder de terrain.

Il hésita un moment, mais il ne pouvait pas lui mentir. Pas à elle. Malgré tout, il voulut limiter un peu l’impact que risquait d’avoir son histoire et en omit volontairement certains éléments.

Comment aurait-il pu lui dire qu’il avait failli y rester un nombre incalculable de fois, avait quantité de morts sur la conscience et avait terrorisé des villes entières ?

« Bon. Comment dire ça simplement... Le Jour du Traumatisme, j’ai été téléporté sur une planète du nom d’Alphène. »

Personne n’aurait gobé une histoire pareille en temps normal. Mais au regard des circonstances...

« D’accord. Qu’est-ce qu’il s’est passé, là-bas ? »

« Rien de bien dramatique. Tiens, c’était un peu comme un jeu. J’ai pris des niveaux en chassant des monstres. J’ai même participé à des guerres en utilisant des invocations ! Mais tu sais, tu n’as aucune raison de t’en faire, j’étais toujours en arrière. » conclut Woojin le plus simplement du monde.

« Dieu du ciel... J’étais morte d’inquiétude, et tu me dis que tu reviens enfin après t’être bien amusé sur un jeu ? »

Nostra

Nostra

Administrateur et traducteur d'IATM et SSN. Personnage obstiné, perfectionniste et doté d'un ego démesuré.
Nostra

Les derniers articles par Nostra (tout voir)

SSN - Chapitre 16
SSN - Chapitre 18

References   [ + ]

1. Fleur généralement déposée dans les cimetières. A noter qu’en Corée comme en France, cette fleur symbolise la joie.

8 Commentaires

  1. Naos

    merci pour le chapitre ^^

    Répondre
  2. nicylaboum

    merci

    Répondre
  3. Jp

    Mdrrr il me fait trop rire. Merci pour le chapitre !!

    Répondre
  4. grenvious

    merci pour le chapitre

    Répondre
  5. Laghtt

    Merci pour le chapitre !!! Amusé dans un jeu j’aurai bien voulu voir ça connaissant le héros ^^

    Répondre
  6. Blackers

    merci pour le chapitre

    Répondre
  7. eVoX

    Merci pour le chap^^

    Répondre
  8. essitamessitam

    « J’ai souffert pendant 5 ans et toi tu t’amusait sur ff5 petit c**? »
    merci pour le chapitre 🙂

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com