SSN Chapitre 24

SSN Chapitre 23
SSN Chapitre 25

Bonsoir ou bonjour selon l’heure à laquelle vous lisez ça. Voici donc le chapitre du jeudi avec plusieurs heures de retard, j’me suis finalement décidé à le finir dès ce soir malgré la fatigue. Bonne lecture et toutes mes excuses aux fans du nécromancien sans-gêne !

Chapitre sponsorisé par Stéphane Plaza.

 

 

Chapitre 24 : Recherche appartement ou maison

 

Ils arrivèrent à leur point de départ sur les coups de onze heures du matin. Woojin descendit de la voiture et appela aussitôt sa mère.

Après une brève conversation avec elle au sujet de son horaire de fin de service, il s’adressa à Sunggoo :

« Bon, on est bloqués jusqu’à quinze heures. Tu veux aller manger un morceau ? »

« Ce serait un honneur ! » répondit Sunggoo.

« Mec, je t’ai déjà dit d’arrêter avec ça. » le rappela une nouvelle fois à l’ordre Woojin.

« Non mais, vraiment, ça me touche ! Bon, je t’emmène où ? »

« Je veux quelque chose de typiquement terrien. »

« Euh... Ok ? Hmm. Je connais un petit restaurant bio pas très loin d’ici. »

Sunggoo était visiblement gêné. Il aurait bien souhaité plaisanter sur la même ligne, mais Woojin avait l’air parfaitement sérieux. Il accepta l’invitation.

 


 

« C’est ça là ? Le Sanctuaire Gimbap ? »

« C’est ça. » confirma Sunggoo en l’invitant à entrer.

Il va quand même falloir que je surveille mes finances...

Il n’avait pas trop l’habitude de manger au restaurant. Woojin commanda un gimbap de thon et des rameyeon. Il avait l’air de toucher les anges en mangeant.

C’est ça. C’est ça que je cherchais !

C’était comme si les vingt années précédentes passées sur Alphène avaient disparu. Woojin n’était plus, en cet instant, qu’un étudiant de terminale.

Dans un bruit de succion infernal, Sunggoo demanda à Woojin quel donjon choisir.

« Hmm... Tu peux régler ça en fonction des monstres ? » lui demanda celui-ci intéressé.

« Bien sûr. Laisse-moi paramétrer tout ça... » répondit Sunggoo avec assurance.

« Attends. On va aller se prendre un café au Angel d’abord. »

Arrivés sur place, Sunggoo voulut faire plaisir à Woojin et demanda au comptoir un café aux arômes de la Terre.

La serveuse et Woojin regardèrent Sunggoo bizarrement.

« T’es étrange comme type... Un mocaccino pour moi. » commanda Woojin.

« Un américano s’il-vous-plaît... » demanda alors Sunggoo, rouge comme une tomate. Ils allèrent s’asseoir en silence.

Constatant bien le malaise qu’il avait volontairement créé, Woojin se décida à le rassurer un peu en changeant de sujet : « C’est dingue ces prix pour un café quand même... »

« Oui, c’est presque aussi cher que le repas ! » s’exclama Sunggoo, soulagé.

« Dis-moi Sunggoo... Combien penses-tu que ça puisse coûter un établissement comme celui-ci ? »

« Un café... Je ne sais pas trop. Peut-être dans les 100 millions de won ? » répondit Sunggoo un peu hésitant.

Le café faisait trois étages, ce qui permettait une assez bonne estimation du coût exorbitant pour un étudiant lambda.

Ce serait bien si je pouvais en offrir un à maman...

En effet, la salle ne désemplissait pas quelle que soit l’heure de la journée, aussi une telle activité lui permettrait-elle de bien mieux gagner sa vie qu’en préparant des plats bons marché dans un restaurant. Au regard de ses gains de la journée, il ne lui faudrait pas beaucoup de temps pour amasser une telle somme. Ce serait une activité intéressante pour sa mère, afin d’occuper son temps libre.

Alors qu’il buvait son café perdu dans ses réflexions, Sunggoo l’interpela soudain en lui montrant sa tablette.

« Comment on tourne l’écran ? » demanda Woojin.

« Comme sur un smartphone. » répondit l’autre.

Sur l’application, le rang des monstres était illustré par un certain nombre d’étoiles. Ainsi, si le ravet arborait 3 étoiles, le plus faible monstre à 4 étoiles était le troll. C’était un monstre rapide, d’une intelligence suffisante pour se servir d’armes et doté d’une régénération de santé impressionnante. Malgré tout, ces trolls ne représentaient, en tous cas pour Woojin, aucune espèce de risque.

« J’ai entendu dire que les donjons, à partir du rang 4, avaient l’air un peu différents. Enfin, ce ne sont que des rumeurs. Je n’ai jamais été vérifier. » lança Sunggoo pour remplir le vide laissé par la concentration de Woojin.

Sunggoo disait vrai : si avant ce niveau les donjons conservaient l’apparence standard d’un métro, à partir du rang 4, leur apparence changeait totalement. Les entrées des donjons étaient comme des portes vers d’autres mondes. Woojin était toujours occupé à regarder les monstres de niveau 4. La plupart étaient assez simples à combattre, mais certains étaient plus complexes. Il se sentait toutefois à même d’endurer ça. Il le fallait bien, s’il espérait monter en niveaux.

« Au fait Sunggoo, qui assigne ces étoiles ? »

« C’est une unité de mesure... En fonction de l’énergie du donjon. »

« Comment ça ? » s’étonna-t-il.

« Chaque fois qu’un donjon est remis à zéro, on peut en mesurer l’énergie. C’est ainsi qu’une équipe peut savoir si un donjon vaut ou non la peine d’être exploré. »

Les étoiles n’étaient donc pas assignées aux monstres eux-mêmes, mais bien aux donjons. C’était précisément la raison pour laquelle il n’était pas exclu de voir un monstre habituellement classé 3 étoiles dans un donjon 2 étoiles, tel que ce fut le cas pour le hobgobelin.

« Bien. Alors c’est décidé. Essaie de nous-en trouver un bien. »

« Je vais essayer de prendre un rendez-vous. » dit Sunggoo en souriant. Il partit dans une explication assez longue au sujet des donjons de rang 4 et au delà.

Ils sortirent peu avant quinze heures du café quand Sunggoo fit une proposition à Woojin :

« Tu sais, je pourrais m’occuper de tout ça. »

« Non. Ma mère et ma sœur vont aussi habiter cette maison, il faut bien qu’elles la choisissent. »

« Je comprends. Si tu as besoin de quoi que ce soit d’autre, appelle-moi. » conclut Sunggoo en s’inclinant avant de prendre son départ.

Woojin resta sur place en le regardant s’éloigner. Il se dit qu’il avait attrapé un joli lot avec un tel serviteur. Au fond, il l’aimait bien.

Il se dirigea en direction du restaurant où travaillait sa mère et alla trouver Soongmi, une nouvelle fois perdue dans son jeu. Toutefois, à peine le vit-elle qu’elle abandonna sa partie pour s’occuper de lui.

« Oh ! Woojin. Je suis contente de te voir. Tu as mangé ? » lui demanda-t-elle.

« Oui, j’ai déjà mangé... »

« Tu veux du café, alors ? »

« Non non, ça va. Je dois sortir. Ma mère est là ? » répondit Woojin un peu agacé.

« Bien sûr, attends une seconde, je vais te la chercher ! » s’exclama-t-elle.

Soongmi alla trouver Lee Soogyung dans les cuisines où, en compagnie d’autres employées, elle était occupée à faire la vaisselle.

« Belle mam... Euh, madame. Woojin est arrivé. Il vous attend à l’entrée. »

« Ok... Je termine ça d’abord. » répondit étonnée la mère de Woojin.

Après son échange téléphonique avec son fils, Soogyung avait eu tout le temps de raconter à ses collègues l’objet de son rendez-vous. Aussi, après l’intervention de Soongmi, ces femmes ne purent-elles s’empêcher de discuter :

« Ouah... Vous devez être tellement heureuse ! J’aimerais bien que mon fils gagne de quoi me payer une maison aussi ! »

« Il est comme cet américain là, Bill Cakes. »

« Mais non, c’est pas Cakes, c’est Bates ! C’est vrai qu’il est riche. »

« C’est pas plutôt Bill Gates ? En tous cas si mon fils était comme lui je serais pas en train de nettoyer ces assiettes... »

« Allez-y. Il vous attend. »

C’était mal la connaître : « Non. Je fais mon travail, après je pars. » s’opposa-t-elle.

Elle avait un sourire manifeste face à tous ces compliments. Le travail au restaurant était devenu beaucoup plus simple d’un coup...

« Assieds-toi Woojin, ta mère va arriver. » indiqua Soongmi à Woojin en lui proposant une chaise. Elle s’installa face à lui.

« Tu fais quoi au juste ? »

« J’admire ton visage... »

« T’as rien de mieux à faire, laideron ? » lui lança Woojin.

« Toujours aussi rebelle... » continua Soongmi sans s’offusquer le moins du monde. Elle souriait.

« Bon. Marre. Va me faire un café. »

Elle se leva et s’exécuta selon son ordre. Il se souvint alors de la raison pour laquelle ils avaient fricotté ensemble. Woojin ne l’avait jamais appréciée, mais elle s’y était accroché comme de la merde au cul.

Soudain, sa mère sortit dans la salle principale et vint trouver Woojin. À sa suite se trouvaient les autres femmes de cuisine, venues voir l’objet de tant de convoitises. Woojin se sentit un peu inconfortable et toussota en se frottant l’arrière de la tête.

« Allez, on y va. » lui dit-il.

« On va où exactement ? Pourquoi veux-tu aller voir des maisons quand on n’a à peine de quoi manger ? » demanda soudain sa mère pleine d’anticipation. Pour cause, il ne lui avait encore rien dit.

Plutôt que de lui expliquer, Woojin lui montra simplement son solde bancaire à partir de son téléphone.

« Comment est-ce possible... »

Soongmi, voyant la réaction de Soogyung qui manqua de chanceler, vérifia elle aussi le montant.

« Jackpot Woojin ! Presque 450 millions ! Décidément, les éveillés... »

Leur capacité à réaliser très rapidement des profits n’était donc pas une légende. Malgré tout, toute l’assemblée fut très surprise.

« Madame Lee, vous pouvez être fière de votre fils ! »

« Bon Dieu... Bill je-sais-plus-quoi peut bien aller se rhabiller. Même Mahnsook n’a rien à lui envier. »

« C’est qui ça, Mahnsook ? »

« Ah mais tu sais, c’est celui qui vend de l’essence là. »

« Ah, oui. Mademoiselle Kim. »

« Moi j’pense qu’il était pas parti jouer à un jeu vidéo votre fils ! Haha. »

Lee Soogyung sortit soudain de sa rêverie.

« Woojin... Allons voir ces maisons. »

 


 

Woojin, accompagné de sa mère, eut l’occasion de visiter plusieurs appartements, guidé par un agent immobilier. Sa mère était aux anges et s’exclamait de bonheur à chaque nouvelle maison. Si bien qu’elle fut parfaitement incapable d’en choisir spécifiquement l’une d’entre elles... Ces habitations étaient incomparablement plus luxueuses que la maison qu’ils possédaient avant même l’incident.

Heureusement ou malheureusement, leur visite fut troublée par un élément imprévu.

« Bon, grand frère. Moi cette maison, je l’aime pas ! » cria Sooah.

Elle était capricieuse. Woojin avait d’abord pris le parti de l’ignorer, mais entre sa mère qui aimait toutes les maisons et sa sœur aucune, la tâche commençait à devenir par trop complexe.

« Qu’est-ce qui ne te plaît pas au juste, Sooah ? » lui demanda calmement Woojin.

« On peut pas avoir de chien dans cette maison. Maman elle m’a promis qu’on aurait un chien quand on aurait une nouvelle maison ! »

« Ah, cette gosse ! » s’exclama Soogyung en souriant.

L’envie lui était venue environ un an plus tôt, mais leur maison actuelle était bien trop petite pour pouvoir accueillir un animal, aussi sa mère lui avait-elle promis de lui offrir un chien sitôt qu’elles auraient une habitation plus convenable. Or donc Sooah n’avait-elle jamais oublié la promesse. Elle fronçait les sourcils et s’efforçait d’avoir l’air en colère.

Woojin la trouva tellement adorable qu’il ne put s’empêcher de rire aussi. Malgré tout, il prit sa requête au sérieux et demanda à l’agent immobilier s’il était possible de voir des maisons plutôt que des appartements.

« Bien sûr, mais attention au prix du marché ! » lui répondit l’agent immobilier.

« On verra bien. »

L’agent leur montra alors quelques maisons sur sa tablette et la famille en trouva rapidement une correspondant à tous leurs critères.

Sooah en particulier ne put retenir sa joie. C’était une maison à deux étages avec un jardin. Après l’incident aux alentours du métro Sadahng, un nouveau quartier résidentiel fut construit sur les terres nouvellement disponibles.

« Bien. Je l’achète. » dit Woojin sans détours. L’agent eut toutefois l’air circonspect.

« Les propriétaires de cette maison veulent vendre rapidement, aussi son prix est-il inférieur à celui du marché. Aujourd’hui, on est sur une somme de 700 millions de won net vendeur. On est quand même encore loin du compte. » répondit celui-ci.

« C’est bon. Allez, on signe. » le rassura Woojin.

« D’accord. On retourne à l’agence. » accepta l’agent en téléphonant au propriétaire de la maison de sorte à pouvoir mettre la vente en route.

Woojin en profita pour appeler Sunggoo : « Mec, j’ai un petit souci. Il me manque un peu pour la maison. Tu vas me le prêter. »

Comment pouvait-il lui demander de l’argent juste après l’avoir payé...

Après un silence, Sunggoo répondit enfin : « Euhm, hyung. J’étais sur le point de conclure un achat moi-même, j’ai le stylo en main là. »

« Ça veut dire que tu refuses de m’aider ? » répondit froidement Woojin.

« Non c’est pas ça... C’est... Ah. Écoute, je vais te donner ça. Avec plaisir. »

Woojin eut un sourire moqueur et s’empêcha d’éclater de rire.

« Lors du prochain donjon, je te rembourserai tout. Avec les intérêts. » le remercia-t-il une fois calmé.

« Merci, hyung... »

Le problème était donc réglé. Direction l’agence...

Nostra

Nostra

Administrateur et traducteur d'IATM et SSN. Personnage obstiné, perfectionniste et doté d'un ego démesuré.
Nostra

Les derniers articles par Nostra (tout voir)

SSN Chapitre 23
SSN Chapitre 25

11 Commentaires

  1. drak

    merci pour le chapitre

    Répondre
  2. Naos

    merci pour le chap ^^

    Répondre
  3. Fabulas

    Le pauvre gars il continue de se faire racketter
    Merci pour le chapitre et repose toi bien

    Répondre
  4. grenvious

    merci pour le chapitre

    Répondre
  5. Gilgamesh

    Merci, mdr comment il parle à son ancienne meuf xD

    Répondre
  6. essitamessitam

    merci pour le chapitre

    Répondre
  7. Lauvel

    Merci pour le chapitre !
    Il faut qu’il change ces critères de choix de petite-amie. xD
    Il manquait plus que le « femme » : « Va me faire un café, femme ! » 😮

    Répondre
  8. nickylaboum

    merci

    Répondre
  9. Laghtt

    Merci pour le chapitre !!!

    Répondre
  10. Myrddin

    Merci pour le chapitre

    Répondre
  11. Blackers

    merci pour le chapitre

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com