SSN Chapitre 32

SSN Chapitre 31
SSN Chapitre 33

Premier bonus du jour, pour lequel je tiens à remercier une nouvelle fois Tsutaka ! Bonne lecture et à tout à l’heure ! Vous noterez au passage que désormais, les changements de scènes se feront par des lignes horizontales plutôt que par trois petits points.

 

 

Chapitre 32 : Do Jiwon 2/2

 

Sunggoo ne parvenait rien à dire. Woojin ne dit rien non plus, mais pour autant, ne s’arrêta à aucun moment de bouger. Il continuait à boire et à manger en souriant.

« C’est encore meilleur avec un petit coup ! » dit soudain Woojin en tendant son verre vide à Sunggoo, qui le remplit aussitôt sans un mot.

« La prochaine fois, n’essaie pas de m’embarquer dans des jeux à boire. Je préfère profiter de tout ça dans le calme. » dit-il alors.

N’obtenant pas de réponse, il porta le verre à ses lèvres. Leur regard se croisa plusieurs fois quand Sunggoo n’y tint plus.

« Woojin… » s’exprima-t-il enfin.

« Qu’est-ce qu’il y a ? »

« Tu ne dis rien… »

« À quel sujet ? » s’étonna sincèrement Woojin. Pour réponse, Sunggoo fit un coup d’œil vers Jiwon.

« Quoi, son crâne ? C’est ça ? » comprit-il.

Sunggoo ne répondit rien, un peu surpris de la légèreté avec laquelle il traitait le problème.

« Et alors ? »

« Comment ça ? » s’étonna Sunggoo.

« Qu’est-ce qu’il a son crâne ? »

« Ça ne te choque pas ? »

« Qu’est-ce que ça peut faire ? » répondit-il en vidant son verre. Il continua : « C’est juste des cicatrices. C’est pas comme si elle allait en mourir. »

Sunggoo regarda ses pieds. Ce n’était pas tout à fait ce qu’il avait cherché à exprimer.

« Quoi, tu as pitié pour elle ? » lui demanda Woojin avec un vif intérêt.

« Évidemment. Il y a de quoi être désolé... »

Kang Woojin était par delà de telles considérations. Il avait grandi dans un monde où les blessures étaient monnaie courante chez quiconque cherchait à survivre. Les autres étaient morts. Pour lui, elle n’était que la sœur de Jaemin et une ancienne camarade de lycée. Rien n’avait changé.

« Allez, sers-moi encore. Je suis de bonne humeur. »

Il lui tendit une nouvelle fois son verre. Il était manifestement saoul, à en voir son teint rougeâtre. Il fronçait les sourcils.

Sunggoo prit son courage à deux mains et lui dit : « Parfois… Tu me fais peur, Woojin. J’ai l’impression que tu ne ressens aucune empathie. »

« Ah. » répondit Woojin.

Sunggoo se leva d’un seul coup de sa chaise.

« Une femme défigurée, c’est pire que la mort pour elle ! » hurla-t-il furieux.

« Hein ? » s’étonna son interlocuteur.

Sunggoo soupira en se frappant le front Il prit sa veste et sortit.

Woojin resta ainsi un moment avec un air bête, le verre toujours tendu vers le siège vide.

« Ah ah. Tant pis, je vais le remplir moi-même. »

Il descendit alors son verre cul sec en grinçant des dents. Il mangea encore un peu de tripes qui avaient depuis longtemps refroidi.

Il s’arrêta de mâcher rapidement et avala d’un coup ce qu’il avait en bouche, en regardant Jiwon.

Qu’est-ce que ça peut bien faire…

Sur Alphène, femme ou pas, personne ne cachait ses cicatrices. C’était au contraire une fierté, ou plutôt un avertissement indiquant les épreuves qu’un tel avait traversé pour survivre afin de calmer toute tentative de trahison.

Je ne comprends pas pourquoi il en fait tout un foutoir. Elle est toujours jolie.

Elle avait en effet, mis-à-part ce détail, une constitution très harmonieuse et un joli visage. Pour lui, ça n’importait pas.

C’était à se demander s’il ne souffrait pas un peu d’un choc des cultures depuis son retour d’Alphène. Si, d’ailleurs, il devait passer une évaluation psychologique, rien ne garantissait qu’il ne finisse pas en camisole.

J’ai changé. Tout a changé…

Il était devenu un monstre de sa propre conception. Il n’avait eu beau être motivé que par le désir de rentrer sur Terre, il était transformé.

Il vida un autre verre en regardant toujours Jiwon.

Sale petit con. Maintenant je n’arrive plus à me sortir ça de la tête !

Il ramassa le chapeau qu’elle avait fait tomber et lui posa en réajustant ses cheveux.

« Bon, un dernier verre. »

Il regarda vers le comptoir et constata que la lumière était éteinte. La grand-mère avait dû aller dormir. Son verre vide, il se leva et se dirigea tant bien que mal vers Jiwon toujours assoupie.

Il lui tapota sur l’épaule en disant d’une voix douce, quoique fortement ébréchée : « Viens, on rentre. »

Aucune réponse.

Eh merde…

 


 

« Oh mon dieu, regarde ça… Ah… »

« Tu crois qu’elle est morte ? »

« Putain c’est hideux… »

« La pauvre… »

Woojin la portait dans ses bras et commençait à s’énerver. Chaque fois que son chapeau tombait, Woojin devait la déposer et lui remettre sur la tête avant de la reprendre. Les gens ne pouvaient s’empêcher de regarder et commenter la scène.

Il était hors de lui. Il pensait se détendre avec un bon repas et de l’alcool, et voilà que tout le monde les regardait comme dans un mauvais cirque.

Il eut soudain une idée et entra dans un supermarché toujours ouvert. Il installa Jiwon sur une chaise un moment.

 


 

Tout va bien se passer…

Jaemin soupira. Par le passé, sa sœur était reconnue comme étant la plus belle de toutes les filles du lycée. Toutefois, tout avait changé après l’incident. Elle était plutôt guindée, ce qui jurait presque avec les autres élèves bien plus modestes. Ce n’était pas seulement sa beauté mais son allure que tous admiraient. Toutefois, tout avait changé. Surtout les gens.

Elle travaillait désormais dans une usine et avait pris son frère Jaemin en charge à la mort de ses parents. Jaemin ne pensait pas trop à ce qu’elle pouvait ressentir, préférant se noyer dans ses études. Lorsqu’il ouvrit la porte, il vit le chat allongé sur le lit à… Regarder la télé ?

Jaemin ôta ses chaussures et vint voir le chat. Sur le poste était diffusé un dessin animé du nom de Pororo. Il se mit à lui parler.

« C’est toi qui as allumé la télé ? »

« Miaouu. » répondit le chaton de manière adorable.

Jaemin ne put s’empêcher de sourire. C’était comme si l’animal regardait vraiment la télé, mais il se dit qu’elle avait dû accidentellement marcher sur la télécommande.

« Il a ramené un chat mais il n’a pas pensé à prendre le nécessaire, hein ? »

Jaemin se mit en pyjama et s’installa sur son ordinateur avant de regarder les tarifs d’une litière et de nourriture pour chat. Il se souvint alors que le chat avait dû rester là toute la journée sans rien avaler, aussi laissa-t-il temporairement sa tâche de côté pour aller la nourrir.

« T’as faim, Vivie ? »

Il ouvrit la porte du réfrigérateur pour prendre des saucisses qu’il se souvenait avoir acheté. Toutefois…

« Hein ? »

Il n’avait pas souvenir d’y avoir touché, mais le paquet avait bel et bien disparu. Il ouvrit sa poubelle et y vit un emballage en plastique.

« Woojin, des fois… »

Malgré tout, Jaemin ne s’en offusqua pas davantage. Avec tout l’argent qu’il lui avait donné, Woojin pouvait bien manger ses saucisses. Il prit alors une boîte de thon dans l’un des placards et en déversa le contenu dans une petite assiette qu’il offrit au chat.

Le chat sentit plusieurs fois mais ne semblait pas exprimer d’intention particulière de manger.

« Mange petit chat, tu vas voir, c’est super bon ! »

« Miaou… » fit le chat comme s’il ressentait de l’appréhension. Jaemin en fut d’ailleurs surpris, le chaton lui semblait par trop expressif.

Comme s’il avait compris le conseil, comme le pensa Jaemin, le chat se mit à lécher avec hésitation le thon. Avant de dévorer tout entier le reste.

Elle n’avait pas dû manger depuis un moment. Il la regarda avec joie puis se remit face à son ordinateur avant d’aller sur internet, comme il en avait l’habitude après chaque journée de cours. Puis il jeta un coup d’œil en direction de la porte.

Jaemin avait jusqu’à présent vécu seul, mais depuis l’arrivée de Woojin, il n’avait plus une seule seconde à lui.

« C’est le moment ou jamais. » s’exprima-t-il.

Ils étaient partis pour au moins deux heures. Il aurait bien un moment tout seul… Il se mit rapidement à taper une adresse dans la barre de navigation de son logiciel après en avoir activé le mode fantôme.

 


 

« Pourquoi ce con ne répond pas au téléphone… »

Woojin finit finalement par monter seul les escaliers et ouvrit la porte tant bien que mal en portant toujours Jiwon.

« Miaou ! »

Vivie courut vers lui et se frotta à sa jambe. Elle avait dû attendre son maître un moment.

« Maître, tu es devenu plus fort, non ? Miaou… »

« Oui, j’ai pris quelques niveaux. Il dort déjà ? » s’étonna Woojin en le pointant du doigt.

« Miaw. Il a regardé des humains copuler. Miaou… Je lui ai offert un rêve. »

La succube était un démon, dont les capacités ne se limitaient pas à la création de cauchemars. Loin de là…

« Merde. T’étais obligée de faire ça ? » répondit Woojin en fronçant les sourcils.

« Il est au paradis, miaou… »

« Bon. Tire la couette que je l’installe. »

« Miaw. »

Vivie s’exécuta et après avoir ouvert le placard avec sa tête, elle tira une couette avec ses dents. Il était difficile de se dire qu’un chaton pouvait faire de telles choses. Vivie avait une force impressionnante pour sa taille.

Woojin déposa alors enfin Do Jiwon sur la couette et se tourna vers la porte.

« Bon, je sors. » lança Woojin, suivi de très près par Vivie qui lui sauta sur l’épaule.

Il voulut chercher un petit hôtel mais ne put en trouver aucun dont les réceptions furent encore ouvertes. Il avait bien pensé à aller chez Sunggoo, mais ne voulait pas se montrer sous les effets d’un cauchemar. Heureusement, il avait encore une corde à son arc. L’argent.

Il se dirigea vers un hôtel possédé par la guilde du Marteau dont il avait entendu parler. Le réceptionniste lui annonça toutefois qu’il ne pourrait entrer en compagnie de son animal, mais Woojin qu’il pouvait le laisser chez un ami qui vivait proche. Il sortit pour briser discrètement l’invocation et revint terminer sa réservation.

Il entra dans sa chambre, et à peine la porte fut-elle fermée qu’il l’invoqua à nouveau. Un nuage de fumée noire se forma, d’où se matérialisa le chaton.

« Miaou… C’est une chambre d’hôtel ? »

« Oui. Ça m’a coûté 350 000 won pour la nuit.  »

« Miaou ! C’est vraiment fantastique la terre. J’aimerais bien goûter la nourriture pour chat… Jaemin disait que c’était très bon. Ils ont de la chance, les chats d’ici. La prochaine fois, n’oublie pas de me nourrir ! Miaw ? »

Woojin eut un sourire amusé. Puis, il lui demanda : « Au fait, Vivie… Tu te souviens d’Alphène, avant que n’arrive Trahnet ? »

« Miaou. Non. Tu es mon premier maître. J’étais dans le royaume démoniaque, avant… »

Il va vraiment falloir que je prenne des niveaux…

« Bon… Je n’ai pas dormi depuis trop longtemps. »

Woojin s’installa sur le lit et Vivie s’installa à ses côtés, collée contre lui. Après quelques minutes, Woojin commença à s’endormir et elle reconnut sa respiration caractéristique.

Miaou… Petites merdes.

Les esprits mauvais commencèrent à s’amasser autour de lui de façon visible. Ils attendaient perpétuellement le moment où sa conscience chancelait. Ils ne vivaient que pour le torturer.

Vivie était la seule à pouvoir l’aider… En les canalisant dans un cauchemar. C’était le seul moyen pour qu’ils cessent de le torturer.

Woojin n’était plus tout à fait là. C’était comme si son esprit se perdait dans une abîme. Il avait l’impression que tout son corps se transformait en un liquide et qu’il se perdait dans un océan. Un océan rouge et profond… Du sang. Encore du sang. Toujours plus de sang.

Le sang forma soudain un écume sombre et parut se mouvoir telle une vague, qui se transforma bientôt en une horde de mains qui essayaient de l’attraper.

« Ne nous abandonnez pas… »

Les mains toujours plus nombreuses et noires s’élançaient en sa direction. Des voix émanant de visages perdus et meurtris s’exprimaient avec désespoir.

« Sauvez-nous… »

Il s’était débarrassé d’eux.

« Notre Roi… Libérez-nous de cette douleur… »

Les corps variaient de forme et de taille, mais tous convergeaient vers lui dans une masse informe pareille à l’eau. Il ne pouvait pas bouger et endurait tout en silence, essayant de résister.

« Roi d’Alandal… »

Woojin fondit en larmes.

« Je suis désolé… Je suis tellement désolé… »

Les avaient-ils tués ? Non, ce n’était pas tout à fait ça. Leur esprit n’avait pu partir en paix. Ils revenaient sans cesse vers lui. Celui qui n’avait pu les protéger.

« Je n’ai pas pu vous protéger… »

Alors qu’il lui sembla qu’il allait enfin céder sous le poids de leur malheur, il entendit une explosion.

Un pingouin, un tyrannosaure, un ours, un castor et un renard aux proportions gigantesques apparurent soudain. Woojin se mit à courir à toute vitesse pour éviter de finir écrasé par l’immense queue du castor.

Nostra

Nostra

Administrateur et traducteur d'IATM et SSN. Personnage obstiné, perfectionniste et doté d'un ego démesuré.
Nostra

Les derniers articles par Nostra (tout voir)

SSN Chapitre 31
SSN Chapitre 33

12 Commentaires

  1. Kyouma

    Jaemin qui se tripote devant la succube. Woojin qui fait un cauchemar poursuivi par des animaux mais what ce LN. Sinon Merci pour ton dévouement de nous resservir un chapitre, si vite !

    Répondre
    1. eVoX

      je pense, fermement que l’auteur consomme de la drogue xD

      Répondre
      1. NostraNostra (Auteur de l'article)
        1. Kyouma

          Pourquoi ai-je cliquer ???!!

          Répondre
          1. NostraNostra (Auteur de l'article)

            Maintenant t’as une vague idée du rêve qu’a fait Woojin 😀

          2. Riri

            Je me demandais la même chose.

  2. eVoX

    merci pour le chap^^

    Répondre
  3. grenvious

    merci pour le chapitre

    Répondre
  4. Blackers

    merci pour le chapitre

    Répondre
  5. essitamessitam

    sauvez les arbres : bouffez des castor 🙂

    Répondre
  6. nickylaboum

    merci

    Répondre
  7. nightbriger

    b****l de m***e sur un abris bus, je m’y attendais vraiment pas au pingouin.
    merci pour le chapitre

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com