SSN Chapitre 67

SSN Chapitre 66
SSN Chapitre 68

Merci encore à toi Évana ! Ton soutien fait chaud au coeur, vraiment. Bonne lecture à tous et à plus tard pour un dernier chapitre. Il sortira avant minuit si tout va bien.

 

 

Chapitre 67 : L’esprit héroïque 1/2

 

Il se faisait déjà tard, aussi les employés furent-ils invités à terminer leur service tandis que les membres fondateurs d’Alandal allèrent dîner.

« Mamie ! »

« Oh mon dieu, mon bébé ! » répondit la dame âgée en prenant Sunggoo contre elle.

Il l’aida alors à préparer un buffet comme s’il avait lui-même été propriétaire du restaurant, qui était d’ailleurs parfaitement vide d’autres invités.

« Président, vous êtes certain de ne pas vouloir y aller ? » insista une nouvelle fois Minchan Jung.

« Je n’irai pas, inutile de me harceler avec ça. » répondit Woojin.

Le téléphone de Minchan n’avait de cesse de vibrer.

« C’est tout de même le président de la Corée du Sud… » dit Haemin pour venir à son aide.

« Je n’ai jamais dit que j’irai. C’est eux qui ont décidé que je serai là. On ne m’a jamais demandé mon avis. »

« C’est pour vous remettre une récompense… »

« Je me fous de leur récompense, dites-leur de me lâcher la grappe. »

« Tout de même… » insista à son tour Haemin.

Woojin fronça les sourcils.

« Bon, c’est bon, je vais y aller. Je vais chercher leur foutue médaille et je reviens. »

« Non non, ne vous embêtez pas. Je vais décliner leur offre. » répondit Minchan Jung.

Il constata alors qu’il avait 27 appels en absence et 128 messages non-lus. Toutefois, il valait mieux éviter d’envoyer un Woojin agacé. Il aurait sans doute causé un nouvel incident… Minchan sortit alors passer un appel. Pour détendre l’atmosphère, Soonghoon se mit à rire.

« Ah, racontez-nous comment c’était à Pyongyang ! C’était tout simplement héroïque. Je n’exagère rien. »

« Il n’y a pas grand-chose à raconter. »

« Oh, ne jouez pas les modestes. Racontez-nous ! » insista Soonghoon.

« Je n’ai rien de bien héroïque à raconter. Je suis entré dans le donjon et corrigés ceux qui devaient l’être. Après, je suis rentré. »

« Hahaha… Nous craignions que vous ne tuiez Kim Jong-Un. »

« Ça, par contre, j’allais vraiment le faire. Mais bon, finalement, j’ai fait autrement. »

« Que… »

« C’est un fan de moi. »

Le silence s’abattit à nouveau sur l’assemblée. Heureusement, Sunggoo vint apporter des morceaux d’abats de bœuf grillés tandis que Minchan revint s’installer à table.

« Bon, voilà comment on va faire. Vous allez accepter l’invitation à la Maison Bleue 1)La Maison Bleue, c’est la Maison Blanche coréenne. Non, je déconne pas, c’est vraiment le palais présidentiel. à votre retour des États-Unis. » dit-il alors.

« Bon, ça devrait le faire. » dit Woojin sans prêter vraiment d’attention à ses paroles.

Son attention était entièrement focalisée sur le plat qui venait d’être servi par son protégé.

« Vous allez voir, ici, la cuisine est excellente. Prenez du soju, ça va super bien avec. » ajouta-t-il.

Haemin et Soonghoon s’échangèrent un regard, aussi Haemin hocha-t-il de la tête discrètement.

« Donc… Vous alliez tuer Kim Jong-Un ? » reprit alors Soonghoon.

« Ah, oui. Un connard qui portait une ceinture d’explosifs m’a suivi dans le donjon. J’ai cru que Kim Jong-Un était responsable, donc j’allais lui offrir une petite punition de mon cru. » répondit Woojin.

Était-il revenu après avoir subi une explosion ? Sunggoo fut tellement sidéré qu’il arrêta de retourner la viande, aussi Woojin prit-il le relai.

« Sunggoo, ça brûle. »

« Quoi ? Ah oui, pardon. »

L’audience commença alors à se servir. Woojin ouvrit une bouteille et l’avança devant lui, prêt à servir. Seul le verre de Minchan s’avança.

« C’est moi ou y’a une ambiance de merde ? C’est notre premier dîner ensemble ! » lança Woojin, un peu peiné.

« Non, ce n’est rien… » répondit Haemin en avançant à son tour son verre.

Ils étaient en proie à de sérieux doutes. Qui était vraiment Woojin Kang ? C’était deux visions totalement opposées de ce même personnage qui s’affrontaient. Celui qu’il était réellement, et ce qu’il était à leurs yeux.

Malgré tout, il fallait bien profiter de ce premier dîner d’Alandal. C’est pour cette raison que tous tendirent leurs verres, que Woojin servit avec un air plus satisfait.

« Vous avez enduré de nombreuses choses, ces derniers temps. J’aimerais que vous puissiez en endurer encore davantage. » leur dit-il en guise de toast.

La parole était tellement étrange que seul Soonghoon en comprit l’objet.

« Bravo à tous ! » cria-t-il en réponse aux paroles de son président.

Woojin vida son verre d’un seul trait et s’aidant de ses baguettes, trempa un morceau de viande dans une sauce avant de la mettre en bouche.

Ce goût si particulier lui avait manqué. Il continua ainsi à manger tandis que tous appelaient à l’aide Soonghoon du regard.

« Hahahaha ! Eh, président, vous savez qui est plus populaire que vous ? »

Face au regard interrogateur de Woojin, il lui montra une photo sur son téléphone.

« Elle s’appelle Melody. C’est la Sainte Vierge de l’Église d’Aria. Je ne sais pas si c’est du chiqué ou non, mais cette vidéo… Ah, c’est à se demander si sa déesse existe réellement. »

« Non. Tout est vrai. » répondit Woojin.

« Comment le savez-vous ? »

« Je la connais. »

« Quoi ?! » s’étonna tout à fait Soonghoon.

À l’inverse des autres, l’expression faciale de Minchan Jung se fit beaucoup plus sérieuse.

« On l’a trouvée dans un donjon… On raconte qu’elle est de rang S. Vous dites que vous la connaissez ? » lui demanda alors Minchan.

« Évidemment, que je la connais. Pourquoi croyez-vous que je vais aux États-Unis ? J’ai des questions à lui poser. »

Jusqu’à preuve du contraire, il n’avait été invité au consortium de la guilde Titan qu’en tant que président de la guilde Alandal. Le fait qu’il la connaisse était pour eux une nouvelle.

« Vous la connaissez… Comment ? »

Woojin se resservit un verre de soju avant d’engouffrer un ssam 2)Le ssam, c’est une pratique coréenne qui consiste à prendre un morceau de viande entre une feuille de salade, un peu comme on le ferait pour un nem.. Tous attendaient sa réponse.

Il continua à mâcher un long moment avant de boire un nouveau verre. Enfin, il prit la parole.

« C’est-à-dire… Avez-vous déjà entendu parler d’Alphène ? »

Tous gardèrent le silence, suspendus à ses lèvres.

« Comme vous le savez certainement, il y a cinq ans, j’ai disparu de la surface de la Terre. J’étais sur Alphène. »

Après un moment, Soonghoon Woo laissa s’échapper un rire. L’atmosphère était par trop pesante.

« Votre sens de l’humour est un peu trop complexe, président ! Haha. Il m’a fallu un moment pour comprendre. »

« Je ne suis pas en train de plaisanter, ferme-la. » lui ordonna Woojin.

« Euh… Oui, pardon président… »

Soonghoon ne sut plus où se mettre et rentra les épaules. Haemin, Minchan et Sunggoo l’écoutaient avec le plus grand sérieux.

« Je ne sais pas pourquoi j’ai été envoyé là-bas. J’ai survécu vingt années durant. Pour une seule raison, rentrer sur Terre. À mon retour, j’ai constaté que seules cinq années s’étaient écoulées… »

« C’est… On dirait que le temps y est passé comme dans les donjons. » dit Haemin.

« Oui. J’ai aussi constaté que la Terre avait changé, pas en bien. Les donjons sont apparus ici. »

Devaient-ils accorder de la valeur à ses étranges paroles ? Elles expliquaient en tous cas bien ses surprenantes capacités.

« Je ne sais pas comment, mais Melody est arrivée sur Terre d’une façon similaire. Enfin, je ne sais pas comment elle s’y est prise. C’est pour ça que je veux la voir. »

Personne n’osa parler. Sauf, bien sûr, le seul qui le crut entièrement.

« Hyung-nim, tu ne devrais pas raconter ça… »

Lui aussi était apparu comme une comète. Tous spéculaient sur sa véritable histoire, s’interrogeant sur ce qu’il était advenu de lui cinq années durant. Personne n’avait toutefois encore réussi à trancher.

« Pourquoi ? Tu penses que je devrais le cacher ? »

Les monstres étaient partout et Melody étant arrivée sur Terre, on finirait bien par apprendre la vérité. Woojin ne voulut pas s’encombrer. Le plus tôt serait le mieux.

« Quel genre de relations aviez-vous avec elle ? » lui demanda soudain Minchan.

« Melody… » commença Woojin.

Il eut un sourire en repensant à un certain nombre d’événements. Le moins que l’on puisse dire, c’est que leur relation avait été compliquée.

« Je suppose qu’on peut dire qu’on était amis. Ouais, une amie. Voilà. » conclut-il.

 


 

Tous avaient de prime abord pensé que sinon à cause du choc, Melody était parfaitement muette. Elle maîtrisait pourtant maintenant parfaitement l’anglais, et c’était avec une surprise sans cesse renouvelée que les membres de l’Église d’Aria l’écoutaient.

« Qu’est-ce que… » dit-elle soudain.

« Que se passe-t-il ? Un problème, Sainte Vierge ? » répondit mademoiselle Hamilton.

La Sainte Vierge était entourée d’une aura de grâce perpétuelle, dans chacun de ses gestes. Pourtant, elle avait cette fois une expression bien caractérisée. D’aucuns auraient d’ailleurs pu la qualifier de grimace.

Elle se pencha alors sur l’écran de l’ordinateur que la Vierge Sacrée apprenait encore à utiliser.

« C’est monsieur Kang. »

« Monsieur Kang ? Essayez d’en apprendre plus à son sujet. »

« Bien sur. »

Elle sortit alors plusieurs articles sur le dénommé Woojin Kang, qu’elle fit lire à Melody. Lentement mais sûrement, elle se mit à trembler, à la grande surprise de la psychologue.

« Sainte Vierge, tout va bien ? »

« Ce n’est pas… Non… »

« Vous le connaissez ? »

Le visage de Melody devint blanc comme un linge. Comment pouvait-elle ne pas connaître le légendaire Immortel ?

« Le Nécromancien de la Dévastation… Que fait-il ici… »

Sa main fut prise d’un violent tremblement qui fit tomber la souris.

« Sainte Vierge, je vous en prie, calmez-vous. »

Mademoiselle Hamilton éteignit rapidement l’écran d’où on pouvait parfaitement voir Woojin. Il ne lui fallut pas moins de dix minutes avant qu’elle ne parvienne à la calmer. Reprenant son souffle, Melody s’exprima d’une pleine voix.

« Enquêtez sur lui, s’il vous plaît. »

« Bien sûr… » répondit mademoiselle Hamilton d’une voix douce.

Pour se calmer, Melody regarda alors par la grande baie vitrée. On y voyait parfaitement Manhattan.

« Comment aurais-je pu m’imaginer que l’Immortel viendrait ici… » pensa-t-elle.

À sa disparition, la situation sur Alphène avait dramatiquement changé. Trahnet put envahir ses territoires sans le moindre effort, l’armée Morte-Vivante ayant disparu aussi. Ceci fit chavirer de façon irrémédiable les rouages du pouvoir en place.

Tous pensèrent alors qu’il était mort. C’était la seule explication.

Sur Terre, il n’y avait qu’assez peu de mana, donc peu d’Éveillés qui n’avaient de surcroît qu’un pouvoir très limité en comparaison aux Membres du Cercle d’Alphène. Toutefois, ils avaient des armes.

De puissantes armes capables de stopper une Invasion en moins de deux heures. La technologie des terriens était telle qu’ils pouvaient se transmettre des informations à une vitesse hallucinante.

Sur Terre, il y avait bien plus de pays que sur Alphène, ce qui la perturbait un peu. Elle ne pouvait espérer rivaliser avec leurs capacités de communication, qui était bien nécessaire en un tel cas. Sans parler d’Internet…

« Non ! Ce n’est pas possible ! » cria-t-elle soudain.

« Que se passe-t-il, Sainte Vierge ? »

« Vous… Vous pensez qu’on a parlé de moi jusqu’en Corée du Sud ? »

« Bien sûr. Vous êtes la personne la plus célèbre du monde. »

Mademoiselle Hamilton, toute psychologue qu’elle fut, ne réalisa pas le poids de cette parole qui fit sombrer Melody dans le tourment.

Elle se demanda alors quelle était la meilleure façon de procéder. Fuir ? Tout abandonner ? Si l’Immortel entendait parler d’elle…

« Peut-être n’est-il pas encore au courant… » pensa désespérément Melody.

« Ah, j’ai trouvé ! C’est le président de la guilde Alandal. Il viendra au consortium. » dit soudain mademoiselle Hamilton.

« C’est… C’est la fin… » pensa Melody en tombant à genoux.

L’Immortel était au courant de son arrivée. Elle n’avait nulle part où se cacher.

Nostra

Nostra

Administrateur et traducteur d'IATM et SSN. Personnage obstiné, perfectionniste et doté d'un ego démesuré.
Nostra

Les derniers articles par Nostra (tout voir)

SSN Chapitre 66
SSN Chapitre 68

References   [ + ]

1. La Maison Bleue, c’est la Maison Blanche coréenne. Non, je déconne pas, c’est vraiment le palais présidentiel.
2. Le ssam, c’est une pratique coréenne qui consiste à prendre un morceau de viande entre une feuille de salade, un peu comme on le ferait pour un nem.

8 Commentaires

  1. grenvious

    merci pour le chapitre

    Répondre
  2. nickylaboum

    merci

    Répondre
  3. Riri

    Merci pour le chapitre, j’ai hâte d’avoir l’autre bonus.

    Répondre
  4. Kur

    Merci pour le chapitre, le moment que j’attends va enfin se produire :D.

    Répondre
  5. 4Help

    Je ne sais pas pourquoi mais j’ai l’impression qu’ils ont eu une relation...
    Mrc du chapitre et j’espere que leur rencontre sera grandiose

    Répondre
  6. Blackers

    merci pour le chapitre

    Répondre
  7. Gilgamesh

    Ahah, ça me fait rire de voir comment elle flippe 😀
    Merci beaucoup pour les chapitres !

    Répondre
  8. Newkan

    Y a un décalage entre woojin qui dit ami,et Melody qui est en train de valider XD dis nous tout wwochan XD

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com