SW Chapitre 24

SW Chapitre 23
SW Chapitre 25

Voici le chapitre tant attendu de SW ! Attention, c’est NSFW !

J’ai dormi trois heures (bonjour la petite insomnie), il ne me restait que du café grand-mère (l’espèce d’immondice qui donne la nausée) et je suis au bout de ma vie. Seulement, j’en ai marre de vous faire défaut, alors je vais tout faire pour parvenir à vous proposer le second SW. Marre de vous faire faux-bond 🙁

Bonne lecture à tous !

 

 

Chapitre 24 - Sens du danger

 

Son attaque physique atteignit les 98, et son pourcentage de chance de toucher les 17, une fois qu’il eut équipé le Sabre de l’Esprit. Ce genre de stats était anormal parmi les apprentis guerriers du même niveau et si les gens le voyaient tenir cette épée, alors nombre d’entre eux l’attaqueraient frénétiquement pour tenter de la lui voler.

L’autre pièce d’équipement était un pantalon léger d’assassin novice de niveau bronze, mais il n’en avait pas usage aussi le rangea-t-il après lui avoir jeté un regard. Il observa ensuite le reste de son butin en se demandant ce que c’était.

[Pédipalpe Venimeux] (NdT  les pédipalpes sont la deuxième paire d’appendices post-oraux du prosome chez les arachnides.) Le pédipalpe d’une araignée venimeuse, qui peut être utilisé pour forger une arme, ce qui lui donnera un attribut ‘poison’.

Il avait huit pédipalpes à terre en tout, et le dernier objet qui lui restait était une bouteille transparente où un liquide vert dense tanguait au rythme de ses mouvements.

[Salive de l’Araignée infernale] Obtenu de l’araignée venimeuse. Est extrêmement toxique et toute personne empoisonnée perdra instantanément 30% de sa vie, à moins d’avoir une puissance supérieure à celui de rang de Fée. La salive toxique va graduellement se dissiper après avoir quitté le corps de l’araignée infernale, et perdra sa toxicité après 24h.

Les mains du jeune homme tremblèrent violemment et il manqua de jeter la bouteille au sol. Cependant, il la tint rapidement avec précaution : il avait peur de ce dangereux liquide, mais comprenait également qu’il avait un effet vraiment extraordinaire. S’il pouvait s’en servir efficacement et le lancer sur n’importe quel BOSS de rang Fée ou inférieur, il pourrait lui enlever 30% de sa vie.

Il la rangea  précautionneusement et secoua inconsciemment sa main, comme pour éviter d’être contaminé. Il se rendit ensuite dans la cinquième zone ; il devait bien continuer sa progression vu que la voie derrière lui était scellée.

Il avança au travers la porte de pierre et à un pas d’entrer dans la cinquième zone, son corps se mit à trembler violemment.

Il rétracta lentement son pied, fit un pas en arrière, fixa la porte et ne bougea plus pendant un long moment.

Cela s’expliquait par le fait qui ait senti qu’un terrible danger l’attendait au-delà de cette porte au moment d’y entrer. Ce pressentiment n’était pas une erreur de sa part, car il avait sauvé sa vie de nombreuses fois. Son sens du danger ne l’avait jamais trahi, et il lui disait à présent qu’un puissant ennemi se trouvait devant lui... Un ennemi si puissant qu’il était impuissant face à lui ! Et qu’au moment où il passerait la porte, il se ferait facilement mettre en pièces, sans la moindre possibilité de résister ou d’affronter cet ennemi seul !

 

Dix minutes passèrent ainsi, pendant lesquelles il resta immobile. Il tenta plusieurs fois d’entrer mais à chaque fois qu’il voulait avancer, un terrible pressentiment l’envahissait et il ne pouvait pas se décider à avancer. Qu’y avait-il à l’intérieur ? Qu’est ce qui était caché dans la grotte ? Était-il possible qu’il s’agisse de dix Seigneurs Boss de haut niveau, voire plus ?

Son sens du danger le prévenait qu’il ne fallait pas avancer, que seule la mort l’attendait. Cependant, il ne pouvait pas reculer et n’avait donc d’autre choix que d’avancer.

Une demi-heure supplémentaire passa sans que l’apprenti guerrier ne bouge. Il n’y avait, derrière la porte de pierre, que des ténèbres profondes... Peut-être qu’il s’il passait la porte, il allait tomber dans le vide et mourir.

Le temps s’écoula et on arriva à midi. Au final, il n’avait pas avancé d’un pouce, mais avait reculé de quelques pas avant de regarder l’heure, et de se déconnecter du jeu.

Il ouvrit les yeux, et vit Shui Ruo dont les beaux yeux rendaient les étoiles pâles en comparaison. Elle posa sa main sur sa joue en remarquant son réveil, sourit et lui dit adorable : « Grand-frère. »

Ling Cheng se leva, la souleva de sa chaise roulante, la posa sur ses genoux et la gronda : « Je t’ai dit de ne pas te balader toute seule ! Que vas-tu faire si tu tombes ? »

« Héhé, je ne vais pas tomber ! Je voulais te regarder... Tu as l’air si sérieux en jouant que tu en es très beau. »  Elle prit avantage de la situation et passa ses bras autour de lui, puis se tordit légèrement contre lui. Elle portait également un terminal de jeu à son poignet blanc, et attendait chaque jour que son état de santé s’améliore, pour qu’elle puisse jouer en compagnie de son frère, et l’aider secrètement dans certaines choses.

Le sourire de la demoiselle se faisait chaque jour plus beau et brillant depuis qu’elle avait pris la dose de médicament 13223. La veille encore, elle était désespérée et n’avait aucun espoir dans son futur lugubre. La promesse qu’elle avait faite à son frère était la seule raison qui lui avait permis de tenir aussi longtemps. Elle voulait réaliser ce rêve merveilleux pour lui, mais leur mariage était hors de sa portée... Elle se battait alors de toutes ses forces, mais elle savait également qu’elle ne pouvait pas lutter très longtemps. Elle était quotidiennement malheureuse à penser qu’elle n’avait pas de futur possible et allait le laisser vivre tout seul. Cependant, Dieu lui avait à présent donné la chance de vivre à nouveau. Elle croyait en son aîné, elle croyait que le médicament allait la sauver, et son désespoir disparut pour ne laisser qu’un ciel bleu rayonner dans son coeur. Elle allait profiter de cette nouvelle vie pour accompagner le jeune homme, même dans les moments les plus difficiles. Elle ne le repousserait jamais, même si le monde entier devait le haïr et l’ostraciser.

Il passa son bras autour de sa taille, et tint de l’autre le poignet sur lequel se trouvait le terminal de jeu avant de sourire et de dire : « Dans quelques jours, quand tu seras parfaitement remise, je t’emmènerai dans le monde du jeu. Je crois que tu l’aimeras beaucoup. »

La jeune femme posa sa tête contre son épaule et dit doucement : « Mmmh !! Je sais que ce jour viendra bientôt... Au fait, grand-frère, n’oublie pas cet après-midi. » Une légère rougeur teinta ses joues.

« Ha ha, je ne vais évidemment pas oublier. »

Ling Shuiruo avait un corps faible, et ne pouvait supporter que peu d’activités normales chaque jour. Bien que son frère l’emmène souvent sentir la brise matinale et l’aide à marcher doucement, ça n’était pas assez d’exercice physique pour un corps humain. Afin d’empêcher son corps de s’affaiblir et de perdre toute souplesse, il devait lui faire faire de l’exercice, la faire s’étirer et masser ses muscles. Une fois par semaine, il passait l’après-midi à la masser intégralement, avec une technique étrange inconnue du grand public... Grâce à ses efforts, sa petite soeur avait toujours une peau blanche de bébé, des courbes fines et délicates, sans la moindre trace d’imperfection malgré ses trois années de maladie et tout son temps alité.

Ling Chen transpirait beaucoup durant ces massages, et s’effondrait toujours d’épuisement à la fin. La demoiselle, bien qu’affligée, n’essaya jamais de l’arrêter et prit même l’initiative de lui rappeler chaque semaine son massage, car elle ne voulait pas que son corps ait la moindre imperfection... Ce n’était qu’en étant parfait qu’elle pourrait être digne de lui.

 

Dans l’après-midi

Les rayons chauds du soleil traversèrent les rideaux bleu clair, et illuminèrent les deux corps blottis l’un contre l’autre. Le jeune homme déposa sa soeur sur le lit doux sur le dos. Il enleva un par un les boutons, puis la ceinture autour de sa taille pour lentement enlever sa robe blanche. L’été, elle ne portait qu’une robe à la maison. Ses jambes fines, ses bras délicats comme du jade étaient nus sous le soleil. Seule sa lingerie rose la couvrant à peine l’empêchait d’être complètement nue, mais elle était incapable de cacher ses seins ronds, opulents et blancs comme du jade ; un spectacle vraiment enivrant.

Sa peau parfaite était blanche et lisse ; pas de la blancheur d’un malade, mais un blanc laiteux. Ses jambes fines et élégantes étaient particulièrement séduisantes. Ses cuisses fines, douces et blanches au point d’en être presque transparentes, bougeaient uniformément avec sa taille douce, galbée et étroite. Les mains de Ling Chen  caressèrent légèrement ses jambes, manquant presque de descendre vers ses pieds nus si doux qu’on les croirait dépourvus d’os.

Chaque centimètre carré de sa peau pouvait captiver un homme, et ses seins en particulier, qu’il pouvait à peine saisir d’une main. Ils étaient si doux, lisses, tendus qu’ils étaient comprimés dans son soutien-gorge. Elle avait 16 ans et grandissait encore, aussi tous ceux qu’il lui achetait finissaient par être trop serrés après un certain temps.

Il soupira en pensant qu’il allait devoir lui acheter d’autres soutiens-gorges. Il tendit les mains et défit familièrement les agrafes dans son dos. Ses seins à la blancheur étincelante s’échappèrent de sa lingerie, et ses tétons roses remuèrent légèrement, ce qui captiva complètement son frère. Le corps de Shuiruo avait toujours été le plus beau paysage qu’il ait vu de sa vie.

Le soutien-gorge glissa le long de peau de satin, libérant complètement ses seins aussi doux et lisses que du jade, tremblant doucement. Sa taille fine et tendre donnait envie de l’enlacer doucement et de prendre soin d’elle. Son corps translucide était complètement nu sous ses yeux, et les rayons chaleureux du soleil qui caressaient sa peau peignaient une scène à la beauté inimaginable...

La jeune femme plissa légèrement les yeux. « Suis-je belle, grand-frère ? » Elle ne se couvrit pas mais au contraire, ouvrit les bras pour permettre à son frère de mieux la voir encore. Elle comprenait l’attrait qu’exerçait son corps. La première fois qu’elle s’était révélée devant lui, il en était aussitôt resté abasourdi, lui qui était toujours calme habituellement. Il en saigna même du nez... Ce qui fut la chose la plus embarrassante qui lui soit jamais arrivé. Ling Chen ne répondit pas à sa question, complètement captivé par sa beauté comme bien des fois auparavant. Elle lui sourit doucement, d’un air légèrement séducteur, et approcha ses lèvres de son oreille, tira la langue et la passa doucement sur le côté de cette dernière.

Le jeune homme frémit légèrement, le corps entièrement engourdi. À ses yeux, sa soeur était belle au point d’en être parfaite. Ses seins durs et tremblants, sa hanche fine et douce, ses fesses rondes, son estomac plat et soyeux, ses jambes élégantes étaient déjà d’une beauté inégalable, malgré sa jeunesse. Son beau visage dégageait une aura féérique de pureté onirique. Son corps tout entier était parfait et capable de rendre fou un homme.

Il prit une grande inspiration et ferma difficilement les yeux. « Arrête tes bêtises, Shuiruo, où sinon... Je vais vraiment te manger. »

Non seulement la demoiselle ne se rétracta pas, mais elle passa même ses bras autour de son cou, et rit délicieusement : « Hi hi, ça ne me fait pas peur ! Je suis à toi de toute façon... Et n’appartiens qu’à toi, pour toujours ! »

En fait, ce jour de la semaine était le plus pénible pour Ling Chen . Sa volonté de fer devait faire face au test le plus difficile au monde. Si Shuiruo était en bonne santé, il l’aurait déjà prise mais sa faiblesse ne lui permettait pas d’endurer le moindre assaut. Il devait à chaque fois se forcer à fermer les yeux, et s’efforcer de chasser ses pensées obscènes de son esprit. Il massait ensuite sa soeur entièrement de haut en bas, devant puis derrière, centimètre par centimètre...

Wazouille

Fondateur du site et traducteur de BTTH, DNC, TDG et SW, Wazouille est un grand audiophile, un gamer, un lecteur avide et bien d’autres choses encore, comme stakhanoviste, à son insu...

Les derniers articles par Wazouille (tout voir)

SW Chapitre 23
SW Chapitre 25

12 Commentaires

  1. Lauvel

    Merci pour le chapitre !

    Oh, le boss s’annonce terrible 😀 le dernier je pense :p

    Rah, je suis jaloux 😡

    Répondre
  2. nickylaboum

    merci mais lequel boss sera le plus dure a vaincre le boss dans le noir ou shuiuro lol

    Répondre
    1. essitamessitam

      shuiuro

      Répondre
      1. Minelix

        On est d’accord, hein ?

        Répondre
  3. Fabulas

    Merci pour le chapitre et prend soin de toi

    Répondre
  4. ShivenemShivenem

    Merci Wazouille
    On sens qu’il est a deux doigts de craquer ... XD

    Répondre
  5. Noob

    Ce chapitre de TDG est encore plus génial que le précédant ‚merci nostra

    Répondre
    1. essitamessitam

      y’a erreur je crois 🙂

      Répondre
  6. essitamessitam

    merci pour le chapitre

    Répondre
  7. talia

    merci !!!!! et garde la forme ^^

    Répondre
  8. yann

    Merci pour ce chapitre ! Et le café c’est la vie !

    Répondre
  9. Minelix

    Merci pour le chapitre !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com