PdC : T1 Chapitre 8

PdC : T1 Chapitre 7
PdC : T1 Chapitre 9

Salut ! Au programme de ce chapitre, un paquet de changements ! J’ai l’impression que ça ne va pas rester aussi calme bien longtemps…

Chapitre 0008 : Stade 2

Ning Cheng était loin de se douter qu’une requête aussi simple pourrait entraîner une telle réaction. Que faire d’autre que de refaire une tentative au cinquième étage ? Il est à noter que, contrairement à ce que s’était imaginé Ning Cheng, le sixième étage était bel et bien plus grand que le septième, il y avait d’ailleurs plus d’élèves, qu’on voyait de temps à autres circuler dans les Chambres de Cultivation.

« Eh toi ! Arrête-toi une seconde », l’interrompit une voix tandis qu’il descendait les escaliers.
Ning Cheng, tout se retournant, répondit à cette injonction : « Vous m’avez appelé ? ». Il vit alors un jeune homme tout sourire à peine plus âgé que lui, à la peau plus matte, et qui semblait tout juste sortir d’une Chambre. Il semblait ne pas exprimer à son encontre la plus petite animosité.

Ning Cheng, jeune concierge en devenir, savait pertinemment que les étudiants ici présents jouissaient d’un statut bien plus important que le sien, sans parler du fait qu’ils étaient déjà pour la plupart issus de milieux aisés. Conscient du fait qu’il ne fallait les froisser sous aucun prétexte, il ne s’enquit pas de la cause de cette intervention. Alors, le jeune homme ajouta : « Je t’ai entendu discuter un peu plus tôt avec l’autre, tu es responsable du nettoyage, c’est ça ? ».

Ning Cheng, un peu gêné, s’empressa de répondre : « Euh… Oui, c’est mon premier jour, et je ne savais pas où je pouvais manger, donc j’étais venu pour demander ».
« Il semble en plus que tu ne connaisses pas les règles. A l’avenir, tâche de te rappeler que les escaliers principaux ne sont pas à destination des employés, si des étudiants ou les gardiens t’y prennent, tu as toutes les chances de te faire botter le derrière ! », finit par dire le jeune homme à la peau plus matte, un soupçon d’amusement dans la voix.

Il était abasourdi, comment se faisait-il que Ji Luo Fei, à aucun moment, ne l’avait mit en garde sur les us et coutumes de cet endroit ? Dieu seul sait au devant de quels risques il se serait exposé sans cet étudiant. Il lui répondit alors, la voix pleine de gratitude : « Merci de m’avoir prévenu… effectivement, ça aurait pu être dangereux ! ».

« Ah, ce n’est rien, j’ai occupé le même poste que toi, pendant 7 ans, et j’ai pu continuer à cultiver jusqu’à parvenir au niveau 2, moment à partir duquel j’ai intégré l’académie de façon officielle. Maintenant, j’en suis au niveau 4, et si tu fais suffisamment d’efforts, tu pourrais bien finir dans la même position que moi. N’oublie pas si tu dois te déplacer dans la tour de bien utiliser l’escalier de service ! » dit le jeune homme en lui indiquant une porte un peu cachée.

« La porte est située au même endroit à chaque étage, et tu peux sortir par l’arrière de la tour. Tu trouveras à cet endroit de quoi te nourrir, mais tu devras te procurer l’argent par toi-même, inutile d’aller déranger le doyen pour ça si tu tiens à ta tête. Allez, bonne chance ! » termina-t-il avant de descendre les escaliers sans même penser à dire son nom.

Mais en vérité, Ning Cheng savait bien qu’il n’en avait pas l’intention, et il en restât là, quoiqu’il aurait voulu le suivre pour le remercier encore. Il venait de lui éviter quelques troubles…

Mais, persuadé d’avoir entendu des pas s’approcher, il s’empressa de sortir par la petite porte. Les escaliers étaient sombres et étroits, ce qui lui évoquait davantage une issue de secours, comme tout bon bâtiment sur terre en était équipé, qu’un réel escalier de service. Il les descendit, et se retrouva au rez-de-chaussée du côté arrière de la tour. Il lui semblait que cette partie était assez similaire au reste de la tour, mais avec un seul passage recourbé bien moins peuplé. Des deux côtés, on pouvait y voir quelques très grands arbres qui cachaient le reste de la route, et d’où l’on voyait entrer et sortir des étudiants délibérément venus éviter la foule.

Une demi-heure de marche plus tard, il vit face à une porte de pierre un homme d’âge moyen qui ne semblait prêter qu’une attention très limitée aux allées et venues des gens, ne laissant qu’assez peu de doutes sur son occupation de gardien. Ning Cheng la traversa et à sa grande surprise, il y trouva un marché assez bruyant et proposant tout ce que l’on aurait pu y espérer trouver. Il y avait en effet divers restaurants, magasins et vendeurs de rue. Il était toutefois évident que le niveau financier était bien plus élevé dans les grandes rues de la capitale de Cang Qin, Cang Le.

Il y avait des gens très occupés, courant un peu partout, et Ning Cheng suspecta que même Ji Luo Fei ne connaissait pas cet endroit, puisque lui-même ne parvenait pas à s’en souvenir. Un grand panneau était affiché à l’endroit le plus visible, indiquant la localité de chaque commerce ici présent et des directions générales. Etonnamment, le premier bâtiment n’était pas un commerce, mais un endroit appelé « Le Ring ». (NdT : à la base, le nom était Fighting Pot, mais en fait le Fighting Pot, c’est une discipline chinoise très similaire à la Piñata… j’ai donc opté pour ça.)

Ceci attisa la curiosité de Ning Cheng, qui décida de suivre l’indication du panneau pour y parvenir. Dix minutes de marche plus tard, il se trouva face à un bâtiment circulaire assez grand. Il s’arrêta, deux personnes se trouvant devant l’entrée. Il semblait bien que pour entrer, il fallait payer. Mais comme il n’avait sur lui que quelques pièces d’argent, supposées assurer qu’il se sustente, il entreprit de faire demi-tour quand des voix venues du bâtiment d’à côté l’alertèrent : « voir ce type tout mettre en œuvre contre cette brute n’a aucun sens… non seulement le spectacle n’en vaut pas le coup, mais en plus on a perdu de l’argent ! ».

L’autre voix répondit : « Le dernier combat entre Gu Fei et cette horrible Ji, ça c’était splendide ! J’étais loin de me douter qu’il ne serait pas à la hauteur », et l’autre analysa : « Ji Luo Fei est peut-être laide, mais elle connaît l’importante de la cultivation. Elle a battu Gu Fei, et elle a en plus obtenu une Pierre de Collecte de Chi. Ah, c’est que ça ne vaut pas rien. Malgré tout, elle était sévèrement blessée, et je ne pense pas que Gu Fei oublie de sitôt cette histoire. Sans parler de Gu Yuming, son frère aîné… elle risque de perdre ce qu’elle a gagné ».

La discussion continua : « Ben, elle est pas foncièrement moche, c’est juste qu’elle est défigurée. Mais il n’y a personne de mieux roulée qu’elle dans l’académie, même Jian Su Jie n’est pas aussi… ». L’autre voix l’arrêta aussi sec : « Mais tais-toi, tu veux mourir ? Qu’est-ce qu’il te prend de dire des choses pareilles sur Sœur Jian ? ».

……

Les deux s’éloignèrent, et Ning Cheng sentit le sang ne lui faire qu’un tour, en même temps qu’il serrait les poings. Quoiqu’il n’entra pas dans « Le Ring », il se doutait bien de ce qui devait se cacher derrière ce nom : un club de combats plus ou moins clandestins. Il lui était difficile d’imaginer que Ji Luo Fei soit vraiment entrée ici pour obtenir la fameuse pierre. En outre, il apparaissait comme évident que Gu Fei et son frère Gu Yuming ne lui laisseraient pas de répit.

Son humeur retomba d’un seul coup. Il ne se sentait plus la force de continuer à visiter, et se contenta après de brefs achats de provisions de regagner ses appartements. Il voulait accélérer le processus, parvenir au niveau 4. En ce monde, seule la force assure une dignité.

Une nouvelle fois, il ne trouva au septième étage que très peu d’étudiants et, ses travaux de nettoyage terminés, s’enferma dans ce qui constituait désormais sa chambre. Il s’assit et débuta une nouvelle session.

Le chi commençait à s’agréger quand, encore une fois, un nouveau flux de chi lui parvint. Grâce à non seulement sa maîtrise, mais les améliorations que son esprit avaient apporté à sa technique d’Art de la Dissimulation, Ning Cheng n’hésita pas une seule seconde, abandonnant tout à fait la méthode de cultivation Ning au profit de celle qu’il avait découvert.

Dans les Chambres de Cultivation, une fois la porte fermée, le chi présent augmente graduellement. Mais Ning Cheng n’avait pas droit à un tel privilège. Toutefois, ceci ne lui posa pas le moindre problème, puisqu’une nouvelle fois émergea de son Dan Tian un chi beaucoup plus pur, puissant, venu de l’intérieur de lui-même. Il le laissa l’envelopper complètement, le traverser par tous ses méridiens, avec bien plus d’aisance que ce que la méthode héritée n’aurait pu lui procurer.

Ning Cheng se réveilla. Décidément, le temps n’avait que bien peu d’emprise sur la pratique spirituelle, plus de deux jours ayant passé depuis qu’il s’était enfermé. Il se sentait plus puissant. Il n’avait aucun doute : il venait de parvenir au stade 2. (NdT : mater la retransmission du tour de France ?)

Il était affamé, et son corps sale. Il décida de ne pas aller plus loin pour l’instant, car il avait en outre commis une faute grave, laissant l’étage à l’abandon pendant deux jours. Heureusement, seuls une poignée d’élus ayant la possibilité de pratiquer ici, le doyen Mu n’en saurait probablement rien, la majorité des Chambres restant systématiquement vides. Les chances étaient tellement minces qu’il décida d’essayer d’apprendre une nouvelle technique : la technique d’Assainissement Corporel. Grâce à celle-ci, il pourrait après chaque session nettoyer les déchets que rejetterait sa peau. Au matin du troisième jour, il l’utilisa avec succès et prit la direction des chambres, dans le but de les nettoyer cette fois.

……

Le jour suivant, Ning Cheng restât exclusivement dans la tour, plus précisément au septième étage, et saisit l’opportunité de ses tâches ménagères pour tenter d’apprendre d’autres techniques et sorts. Il regrettait seulement de ne pouvoir profiter de l’énergie mystique présente en ces chambres. Le temps passa, et il se fut bientôt écoulé dix jours depuis son arrivée. Pas une seule fois durant ce laps de temps Ji Luo Fei ne lui rendit visite. Quand à lui, il ne sortit que très rarement, étant occupé par sa pratique.

Mais, enfin parvenu au stade 3, il fut prit de torpeur. Il ne sentait plus la mystérieuse source présente en lui, et qui lui avait jusqu’à présent été d’un tel secours. Il était certain que sans elle, même s’il s’y était attelé jour et nuit toute sa vie durant, il ne parviendrait pas au niveau 4.

Il continua de cultiver. Mais rien à faire, il ne parvenait plus à la ressentir. Son niveau stagnait, et en conséquence, il ne put bientôt plus apprendre que de très simples techniques. Toutefois, grâce à la méthode modifiée qu’il utilisait, il put maîtriser le sort de Boule de Feu qu’il modifia en Lame de Feu, bien plus puissante.

Il était anxieux. Sans cette source, ne restait-il pas d’être bloqué à ce niveau ? Il décida d’aller trouver Ji Luo Fei. Il ne pouvait plus progresser, et il ne voulait plus rester dans cette toute petite chambre. Il avait à peine eut le temps de ranger quand la porte, dans un énorme fracas, s’ouvrit sous la force d’un coup de pied.

PdC : T1 Chapitre 7
PdC : T1 Chapitre 9

4 Commentaires

  1. grenvious

    merci pour le chapitre

    Répondre
  2. Azanor

    Merci pour le chapitre

    Répondre
  3. Dark

    Merci pour le chapitre

    Répondre
  4. piitchoun

    ohohoh problème en vue

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com