BTTH Chapitre 80

BTTH Chapitre 79
BTTH Chapitre 81

Premier BTTH de la semaine ! Où on voit que le Clan Jia Lie va avoir des problèmes… 😀

 

 

Chapitre 80 – L’alchimiste Liu Xi
L’atmosphère dans la pièce lumineuse devint étouffante et oppressante.

Au centre de la pièce se trouvait une table ; au milieu de celle-ci reposait une petite bouteille de jade vert dont se dégageait une légère odeur médicinale.

Un grand de nombre de personnes étaient assises dans cette pièce et à voir leur atours, il paraissait évident qu’ils étaient hauts placés dans le Clan Jia Lie ; Jia Lie Ku était parmi eux.

Dans le coin le plus à gauche de la pièce se trouvait un jeune homme habillé de blanc, vautré paresseusement contre le dossier de sa chaise. Ce jeune homme aurait été plutôt charmant si son image n’était pas dégradée par la concupiscence qui occupait fréquemment son regard. Tout allongé contre le dossier qu’il était, on pouvait voir une de ses mains disparaître lentement sous les vêtements de la jolie domestique à côté de lui ; bien qu’il y ait grand monde alentour, personne ne semblait prêter attention à sa lubricité.

Les joues de la jolie domestique pâlirent sous cet acte vulgaire ; elle ne fit pas un bruit mais on pouvait clairement voir dans son regard tremblant qu’elle se retenait tandis que son corps fin tremblait continuellement.

“Voici le ‘Médicament Coagulant le Sang’ que le Clan Xiao a sorti de nul part et la popularité de nos marchés a déjà commencé à chuter.” Jia Lie Bi regardait la petite bouteille de jade vert sur la table l’air lugubre, faisant comme s’il ne voyait pas le comportement désobligeant du jeune en blanc.

Jia Lie Ao, qui s’était souvent confronté à Xiao Yan, jeta un regard à l’homme en blanc à côté de lui avant de froncer les sourcils et de demander : “Comment le Clan Xiao pourrait-il avoir des potions de soin ? Est-il possible qu’ils soient parvenus à obtenir un Alchimiste ?”

Jia Lie Bi plissa ses vieux yeux ridés et fit une horrible grimace : “Vous vous souvenez de ce mystérieux alchimiste que nous avons rencontré à la Salle des Ventes ? A ce moment, il semblait favoriser le Clan Xiao. Si c’est lui qui a raffiné ce médicament alors nous avons de gros problèmes ; Comme vous le savez tous, cette personne est fort probablement un alchimiste de troisième rang.”

Entendant parler d’alchimiste du troisième rang, le jeune homme habillé de blanc arrêta enfin sa main baladeuse bien qu’à contrecœur ; il fit un pas en avant et ramassa la petite bouteille verte pour en renifler l’odeur avant d’en verser un peu sur ses doigts qu’il frotta. Il ricana et conclut : “Un alchimiste de troisième rang ? Foutaises. Ce médicament coagulant le sang est effectivement plus efficace que la poudre de retour du printemps mais au vu de sa qualité, je peux dire que la personne qui l’a raffiné est clairement un rang sous moi. La grande efficacité de ce médicament est dûe à sa recette unique.”

A ces mots, tout le monde poussa un soupir de soulagement. Si le Clan Xiao avait réellement obtenu l’aide d’un alchimiste de troisième rang, alors le Clan Jia Lie aurait probablement été condamné.

“D’après mon expérience, il est hautement probable que l’alchimiste du Clan Xiao soit un parfait novice qui soit parvenu à obtenir, les dieux seuls savent où, cette recette de médecine coagulant le sang.” Il n’y avait, sur le visage du jeune homme en blanc, que de l’indifférence et du mépris.

Jia Lie Ao sourit et dit, avec une pointe de flatterie :“Hehe, la perspicacité de Liu Xi da-ge, capable de voir les capacités du fabricants à partir d’une petite bouteille de médecine, est vraiment féroce.”

“Ce n’est qu’une capacité basique d’alchimiste.” Le jeune homme en blanc, devant tant de cirage de bottes, secoua modestement la tête ; cependant, un air satisfait fugace traversa son visage, ce qui n’échappa pas aux vieux renards assis autour de lui.

“Bien que la poudre de retour de printemps perde, en terme de qualité, face à la médecine coagulant le sang, la différence entre les deux n’est pas extraordinaire non plus. Nous perdons de la popularité sur nos marchés parce que nous avons trop fait monter les prix ; une fois les prix réévalués, notre popularité reviendra lentement mais ce sera un vrai défi que de faire chuter le prix à son ancien niveau. Après tout, la médecine coagulant le sang nous a pris une belle part de marché et je crois que dans le futur, le Clan Xiao va s’implanter solidement dans le marché des potions de soin à Wu Tan.” marmonna lentement Jia Lie Bi.

“Réévaluer les prix ?” A ces mots, Liu Mu fronça les sourcils, renâclant bien évidemment à faire face à une réduction soudaine du prix, lui qui s’était habitué au haut tarif.

Devant l’expression de Liu Mu, Jia Lie Bi jura intérieurement devant la bêtise de ce dernier avant d’être obligé de lui expliquer tout en souriant : “Monsieur Liu Mu, la situation actuelle du marché est différente de ce quelle a été. Auparavant, nous avions le monopole sur le marché des potions de soin à Wu Tan mais ce n’est plus le cas ; voilà pourquoi nous devons baisser les prix pour regagner notre popularité.”

Liu Mu secoua la tête à contrecœur et en pinçant les lèvres, il dit : “Faites ce que vous voulez mais souvenez-vous : même si vous baissez le prix, je récupérerai la même part que lorsque les médecines valaient 300po.”

Les yeux de Jia Lie Bi ne purent que tressaillirent tandis qu’une grosse colère commença à monter en lui ; il prit une grande inspiration pour se calmer. Son expression était toujours souriante mais elle était néanmoins un peu plus froide : “Haha, bien sûr. Je paierai le montant sur lequel nous nous sommes mis d’accord.”

“Bien.” Liu Mu, l’air satisfait, hocha la tête et retourna à son siège. Toujours plus incontrôlable, il attira la jolie domestique sur ses genoux.

“Monsieur  Liu Mu, nous n’avons plus beaucoup de poudre de retour du printemps. J’ai envoyé plus tôt des gens à la Salle des Vente Miteer acheter des ingrédients. Je crains devoir vous ennuyer quand il le faudra.” Jia Lie Bi sourit avant d’ajouter : “Qui plus est, je suis parvenu à acheter une paire de précieuses femmes-serpents du Désert Ta Geer et je les ai déjà envoyé dans votre chambre.”

Liu Mu, en entendant qu’il allait encore devoir raffiner des médecines eut clairement l’air impatient mais après avoir entendu les deux mots « femmes-serpents », son impatience se transforma immédiatement en lubricité. La flamme de la luxure brilla dans son regard puis il hocha la tête et se saisit de la situation : “Aussi longtemps qu’il y a assez d’ingrédients, Chef de Clan n’a pas besoin de se soucier de la quantité de poudre de retour du printemps.”

Vu la facilité avec laquelle il pouvait contrôler Liu Mu, Jia Lie Bi eut un sourire de dédain et ricana intérieurement : “Son seul bon point est sa connaissance en alchimie ; le reste du temps il n’a que la luxure en tête.”

Jia Lie Bi ricana en secouant la tête, leva sa tasse de thé à deux mains et but une gorgée avant de reprendre la conversation sur le sujet qui intéressait le plus Liu Mu : le sexe.

Alors qu’il bavardait à nouveau avec Liu Mu, un membre du clan entra précipitamment dans la pièce et arriva rapidement aux côtés de Jia Lie Bi. Il baissa alors la tête et murmura quelques mots étouffés à son oreille.

Un sourire sur le visage, Jia Lie Bi écouta la rapport de l’individu mais un moment plus tard, son sourire se figea ; “Ka-Ching” la tasse de thé fut soudain réduite en poussière et le thé se mélangea à celle-ci, coulant de sa main jusqu’au sol.

“Comment peut cette misérable Salle des Ventes Miteer utiliser un tel stratagème contre moi !”

Absolument furieux, Jia Lie Bi se leva abruptement et rugit de rage tandis que son Qi explosa soudainement hors de son corps en formant de petites tornades qui chuintèrent dans les airs.

Assis à côté de lui, Jia Lie Ao trouva soudainement qu’il était difficile de respirer à cause du Qi imposant qu’émettait son père et il recula hâtivement de quelques pas avant de crier d’un air anxieux : “Père !”

Le cri de son fils permit à Jia Lie Bi de se reprendre. Les muscles de son visage tressaillirent légèrement avant qu’il ne s’assied et dise froidement : “La Salle des Ventes Miteer a refusé de vendre à notre clan davantage d’ingrédients !”

Une fois cela dit, la salle entière fut plongé dans un tumulte et tout le monde s’échangea des regards emplis de détresse, visiblement alarmés.

Jia Lie Ku blanchit à ces mots et trembla en parlant involontairement à voix haute : “Comment est-ce possible ? N’ont-ils pas toujours préservé leur neutralité ? Comment peuvent-ils soudainement choisir de s’opposer à nous ?”

“Avec assez ‘d’encouragements’, qui maintiendrait une neutralité sans intérêt ?” Jia Lie Bi renifla froidement en répondant puis poussa du bout des dents un soupir. Il jeta un regard à Liu Xi qui était dans un triste état à cause de l’explosion de Qi avant de dire d’un ton glacial : “Je crains que le Clan Xiao ait quelque chose à voir là-dedans.”

“Ils ne devraient pas être capable de pousser la Salle des Ventes Miteer à refuser de nous vendre des ingrédients médicinaux, non ?” marmonna Jia Lie Ao.

“Humpf, qui sait par quelles conditions ils ont convaincu la salle des ventes…” Jia Lie Bi frotta son visage flétri et sans savoir pourquoi, un malaise emplit son cœur.

“Que peut-on faire à présent ? Sans assez d’ingrédients, nos réserves de poudre de retour du printemps vont vite s’estomper. Ce sera alors à notre tour de faire l’expérience de marchés vides !” dit Jia Lie Ku d’un ton anxieux.

Jia Lie Bi grinça des dents et répondit froidement : “Il y a un certain nombre de boutiques d’ingrédients médicinaux qui restent de notre côté ; il faut tout d’abord envoyer des gens acheter tous les ingrédients qu’ils ont en réserve pour tenir un certain temps. Si nous sommes malgré tout incapable de survivre alors nous irons dans d’autres villes et villages acheter des ingrédients au prix fort. Je refuse de croire que l’influence du Clan Xiao s’étendra jusqu’aux villes alentour.”

Une fois cela dit, Jia Lie Bi prit une autre tasse thé avant de réaliser que ses mains tremblaient légèrement. Il avala sa salive et eut l’impression inexplicable que le Clan Jia Lie avait ouvert une boite de Pandore qu’ils n’auraient jamais dû toucher… (NdT en VO, l’expression est « d’avoir agité un nid de guêpes qu’ils n’auraient jamais jamais dû toucher »)

BTTH Chapitre 79
BTTH Chapitre 81

10 Commentaires

  1. ogabell

    Merci

    Répondre
  2. grenvious

    merci

    Répondre
  3. Brandihno

    Thx

    Répondre
  4. shyvan

    Mrc 😀

    Répondre
  5. Psycho

    Merci 🙂

    Répondre
  6. nawie

    merci !!!

    Répondre
  7. Blackwars

    Merci^^

    Répondre
  8. nounours

    merci

    Répondre
  9. Mywok

    Ty

    Répondre
  10. Glales

    Merci

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com