BTTH Chapitre 81

BTTH Chapitre 80
BTTH Chapitre 82

Ce fut un peu long, mais c’est encore meilleur ainsi ! Où Xiao Yan est un peu dans la choucroute…

 

 

Chapitre 81 – Détection

La Poudre Coagulant le Sang, dès sa mise en vente, rafla la moitié du marché des médecines de soin, telle une tornade ; elle permit non seulement aux marchés du Clan Xiao de regagner leur popularité mais aussi de la surpasser en deux jours.

Le Clan Jia Lie, deux jours après la sortie de la « Poudre Coagulant le Sang », réduisit graduellement le prix de la « Poudre de Retour du Printemps » jusqu’à son tarif initial. Cependant, les pratiques cupides du clan quelques jours plus tôt avaient dégoûté de nombreux mercenaires, ce qui fit que leurs marchés ne retrouvèrent pas leur gloire passée.

La ville de Wu Tang, proche du rebord de la chaîne montagneuse des Bêtes Magiques, avait besoin d’un grand nombre de mercenaires. Qui plus est, cette chaîne montagneuse était emplie de dangers, stimulant ainsi l’énorme demande de médecines de soin et par conséquent, même si le Clan Xiao avait volé la moitié du marché, le Clan Jia Lie resta dans le vert mais… Comparé à leur précédente situation, leur profit n’était plus que la moitié de ce qu’il était…

……

Les ventes dingues des potions de soin avaient, de loin, dépassés les attentes du Clan Xiao qui se lançait dans ce type de commerce pour la première fois. Les « Poudres de Coagulation du Sang » étaient rapidement achetées dans la matinée par les mercenaires qui attendaient l’ouverture du marché et, avant l’après-midi, tout les stocks étaient écoulés. A ce moment là, les mercenaires qui n’avaient pu acheter de la Poudre de Coagulation du Sang n’avaient d’autre choix que de se rendre aux marchés du Clan Jia Lie et d’acheter le produit inférieur qu’était la Poudre de Retour du Printemps.

C’est donc avec l’aide indirecte de l’énorme demande de médecines de sang des mercenaires que le Clan Jia Lie parvenait à peine à survivre à la contre-attaque féroce du Clan Xiao. Cela étant, leurs futurs respectifs dépendraient de qui avait le plus de stocks…

……

Assis dans la salle de réunion, Xiao Yan regarda d’un air impuissant son père qui ne cessait de sourire de toutes ses dents. Détournant un peu le regard, il s’aperçut que les trois doyens étaient également tout sourire. Des rires imbéciles étaient continuellement entendu dans la salle et tout ça avait été causée par l’arrivage d’une grande quantité de « Poudre de Coagulation du Sang », que Xiao Yan avait amené sous le déguisement de l’homme encapuchonné de noir.

“Ha Ha ! Les ventes de la « Poudre de Coagulation du Sang » sont tout simplement dingues ; si notre cher ancien ne nous avait pas amené une nouvelle fournée de cette poudre, je crains que notre entrepôt aurait été vide à l’heure qu’il est.” Xiao Zhan sourit en tenant une petite bouteille verte entre ses deux mains, comme s’il tenait un trésor.

Le premier doyen, d’habitude taciturne, était incapable de se contrôler et devint bavard devant tant de profits. Les rides de son visage âgé  ressemblaient à un chrysanthème en éclosion. “C’est vrai. En seulement quelques jours, la fréquentation de nos marchés a atteint le double du précédent record et les pertes dont nous avons précédemment soufferts disparaissent petit à petit. Héhé, si on ajoute les ventes de potions de soin… Le profit de ces derniers jours équivaut déjà à deux mois de notre précédent revenue.”

Xiao Zhan sourit et hocha la tête avant de la tourner vers Xiao Yan qui s’ennuyait quelque peu et ne put s’empêcher de le gronder : “Petit salopard, tu disparais toujours quand le cher ancien est là. Ne peux-tu pas être moins actif et rester à la maison ?”

Xiao Yan, se faisant gronder à tort, roula des yeux et pensa : “Si je ne me baladais pas, où obtiendriez-vous ces potions ?”

“Ai, ce cher ancien est trop généreux. Fort heureusement, je suis parvenu à demander quels étaient les ingrédients nécessaires à la potion. Plus tard, nous serons responsables de leur approvisionnement. Le Clan Xiao a déjà tant reçu de sa part ; être trop cupide nous causera plus de mal que de bien…” marmonna Xiao Zhan en sortant un morceau de papier de sa poche.

“En effet.” Les trois doyens hochèrent rapidement la tête à ces mots. Si Xiao Zhan n’avait pas été aussi méticuleux, ils auraient, eux, complètement oublié cette histoire.

“Heh. Il sait où s’arrêter face au profit… Pas mal du tout. Ce n’est pas étonnant que ton père soit devenu le chef du clan.” L’éloge de Yao Lao résonna dans le cœur de Xiao Yan.

Ce dernier hocha la tête et sourit, ayant regagné une certaine tranquillité d’esprit ; bien qu’il puisse aider temporairement le Clan Xiao sur le plan matériel, le succès du clan dépendait des capacités du chef. Si le chef était une personne au caractère imbuvable, Xiao Yan, malgré ses compétences, n’aurait pu aider cette personne inutile à s’en sortir. Cela étant, tout semblait démontrer que Xiao Zhan était un bon chef.

Un membre du clan entra précipitamment dans la salle et dit, au moment où Xiao Yan chantait les louanges de son père : “Chef de Clan, doyens, Mademoiselle Ya Fei de la Salle des Ventes Miteer attend à l’extérieur.”

“Ya Fei?” A ces mots, Xiao Zhan resta silencieux un instant avant de dire hâtivement : “Vite, faites-la entrer.”

Peu après que le membre du clan ait relayé l’ordre, une femme gracieuse et adorable apparut lentement dans leur champ de vision. Son petit rire se répandit dans la salle de réunion et y traîna : “Ha Ha. Chef de Clan Xiao semble être fier du récent succès de son clan. “

Posant sa tête contre la chaise froide, Xiao Yan tourna son regard vers l’entrée principale et son regard tomba sur une vue à couper le souffle.

Une femme adulte et souriante, enveloppée dans une robe rouge, se tenait à côté de l’entrée. La robe moulait tendrement son corps exquis ; ses hanches généreuses se balançaient si gracieusement d’une côté vers l’autre que les autres les convoitaient. Du bas de la robe partait des ouvertures qui remontaient jusqu’à ses hanches, dévoilant ainsi ses jambes éblouissantes.

“Yāojing …” 1)Rappel: terme qui définit à la fois une créature fantastique proche des fées et un terme désignant de manière familière une superbe femme 😉 Le jeune homme, l’homme d’âge moyen et les trois doyens prononcèrent involontairement leur pensées devant l’aura de maturité qui se dégageait de la jeune femme.

“Ahem.” Toussant sèchement, Xiao Zhan se leva en souriant et commença les badineries : “Ya Fei Xiao-Jie, le profit annuel du clan Xiao ne saurait rivaliser même avec une branche de votre Salle des Ventes. Comment pourrions-nous être satisfait ?”

“Ke Ke. Chef de Clan Xiao est vraiment éloquent. La popularité des marchés du clan Xiao a récemment dépassée celle de notre salle des ventes ; c’est quelque chose que nous avons tous constaté nous-même.” Ya Fei fit face aux trois doyens et les salua respectueusement. Elle cligna ses grands yeux avant que son regard ne tombe sur Xiao Yan et elle en resta stupéfaite. D’une voix légèrement ébahie, elle dit : “On dirait que le Jeune Maître Xiao Yan est plus fort que la dernière fois où je l’ai vu.”

“Ya Fei Xiao-Jie , oubliez les titres honorifiques et appelez-moi par mon prénom ; ce jeune maître en a horreur.” dit Xiao Yan avec un sourire semblant pure. Il était vraiment mal à l’aise qu’on l’appelle ainsi.

A ces mots, Ya Fei ne put s’empêcher de sourire.

“Quelque chose vous amène dans notre clan ?” demanda Xiao Zhan en souriant.

Ya Fei hocha la tête en souriant à son tour. Elle s’assit sur une chaise vide à côté de Xiao Yan, lécha ses lèvres rouges et alla droit au but : “Chef de Clan Xiao, la Salle des Ventes Miteer a cessé de fournir des ingrédients médicinaux au clan Jia Lie.”

En entendant Ya Fei parler, Xiao Zhan renversa une grande quantité de thé sur la table. Il contint la joie extrême dans son regard en essuyant le thé, ne laissant aucune trace puis il tourna son regard vers les trois doyens dont la lueur dans le regard était également visible.

La grande pièce devint doucement silencieuse. Xiao Zhan vida sa tasse de thé en une gorgée avant de demander d’un ton hésitant : “Pour quelle raison ? La Salle des Ventes Miteer n’était-elle pas toujours neutre ?”

Ya Fei sourit sans répondre.

Serrant les dents, Xiao Zhan demanda doucement : “Quel prix allez-vous nous demander pour ça ?”

“Rien du tout.” Ya Fei continua de sourire en parlant.

“Eh?” A nouveau surpris, Xiao Zhan observa Ya Fei d’un air douteux. Il ne croyait pas une seconde que la Salle des Ventes Miteer les aiderait à blesser le Clan Jia Lie gratuitement. Il se frotta le menton et s’approcha abruptement d’elle en lui demandant dans un murmure : “Est-ce… que c’est dû au cher ancien ?”

Léchant ses lèvres rouges, Yan Fei hocha légèrement la tête et répondit dans un grand sourire : “L’estimé doyen a déjà fourni notre récompense alors le Chef de Clan Xiao n’a pas à s’inquiéter qu’on lui réclame quoi que ce soit. A partir de maintenant, nous nous battons du même côté.”

Xiao Zhan, à ces mots, laissa finalement la joie extrême l’envahir et il éclata d’un rire qui fit légèrement trembler le clan.

Il réduisit peu à peu son rire avant de réaliser soudainement que son comportement indiquait que le succès lui était monté à la tête. Il la baissa et réalisa que les trois doyens avaient tous un sourire en coin, l’air impuissant.

Xiao Zhan sourit d’un air embarrassé et regarda son fils qui couvrait sa bouche pour rire discrètement. Il ne put s’empêcher de lui tomber dessus et de le gronder : “Pourquoi ris-tu, petit salopard ? Où sont tes manières ? Sers donc le thé à Xiao Ya Fei.”

Xiao Yan roula des yeux d’un air impuissant, attrapa une tasse de thé chaude sur la table à côté et se dépêcha de la servir à Ya Fei des deux mains (NdT marque de politesse).

Souriant gentiment à Xiao Yan, Ya Fei reçut la tasse de ses mains mais son expression changea abruptement. Ses deux beaux yeux se concentrèrent sur la paire de mains de Xiao Yan… ou plutôt, sur l’anneau noir à sa main droite.

Xiao Yan suivit le regard de Ya Fei et se figea légèrement. Sans démontrer la moindre trace d’évitement, il récupéra ses mains et, dos à son père et aux trois doyens, il plissa les yeux et fixa la superbe femme devant lui.

Le coeur de Ya Fei se serra un peu sous le regard insistant de Xiao Yan. Elle baissa sensiblement la tête par la suite et sirota son thé ; l’expression de son visage était bien cachée.

Devant le comportement docile de la beauté, Xiao Yan se détendit et se frotta le nez. Il retourna paresseusement à son siège avant de grimacer, plongé dans ses pensées.

BTTH Chapitre 80
BTTH Chapitre 82

References   [ + ]

1. Rappel: terme qui définit à la fois une créature fantastique proche des fées et un terme désignant de manière familière une superbe femme 😉

11 Commentaires

  1. Psycho

    Aaa maintenant elle c que c lui le « vieu » merci pour le chapitre

    Répondre
  2. Amsson

    Merci beaucoup #teamF5

    Répondre
    1. Wazouille (Auteur de l'article)

      Grillé par Psycho mais pas mal !

      Répondre
      1. Psycho

        Mouahahahahah je suis trop rapide 🙂

        Répondre
        1. Wazouille (Auteur de l'article)

          C’est aussi ce que disait ton ex, non ?

          Répondre
          1. GUIAMON

            PO PO PO OHHHHHH

  3. grenvious

    merci pour le chapitre

    Répondre
  4. Blackers

    merci pour le chapitre

    Répondre
  5. nounours

    merci

    Répondre
  6. Blackwars

    Merci^^

    Répondre
  7. Newkan

    Haaaa naaaaan !!!!! Chui arriver au bout T.T merci pour les chapitre j’ai hâte à un point pas possible de lire la suite

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com