BTTH Chapitre 83

BTTH Chapitre 82
BTTH Chapitre 84

Salut à tous ! Premier BTTH de la semaine et, déjà, Xiao Yan se retrouve à bosser… Au moins je ne suis pas le seul !

Longue vie à la Secte Xiaowaz ! o/

 

 

Chapitre 83: Jeune Responsable des Marchés

 

Moins d’un mois après la mise en vente de la Poudre de Coagulation du Sang, le Clan Xiao avait remporté 70% du marché des médecines de soin de Wu Tang ; l’énorme profit emplit le clan de joie. La cour intérieure et les portes d’entrée, qui étaient rarement utilisés, l’étaient à présent constamment et étaient aussi vivants qu’un marché.

Le Clan Jia Lie, lui, était plutôt d’humeur morose. Ils s’étaient attirés l’inimité de la majorité des mercenaires avec leur récente cupidité et qui plus est, la Poudre de Coagulation du Sang du Clan Xiao était plus puissante que leur Poudre du Retour du Printemps. Par conséquent, le commerce de produits médicinaux du Clan Jia Lie resta oppressé par le Clan Xiao. Sans la limite de vente de potions de soin par jour de ces dernier, le Clan Jia Lie n’aurait certainement plus aucun commerce debout.

Bien que leur part de marché ait rétréci, ils se faisaient toujours un profit régulier. La plus grosse migraine du Clan Jia Lie se trouvait dans la grande quantité d’ingrédients nécessaires à la production de leur médecine.

Le plus gros entrepôt de ressources de la ville, la Salle des Ventes Miteer, avait déjà rejeté toute collaboration future avec eux et face à cet embargo sur les ingrédients médicinaux, le Clan Jia Lie était absolument furieux. Cependant, ils n’osèrent pas, dans leur colère, utiliser la force contre eux car derrière le Clan Miteer se trouvait une force qui pouvait être classé parmi les plus puissantes de tout l’empire Jia Ma. Un petit clan de la ville de Wu Tang comme eux n’avait pas les moyens de les provoquer.

Incapable d’acheter des produits à la salle des ventes, le Clan Jia Lie, désespéré, ne put qu’acheter toutes les réserves des magasins d’ingrédients médicinaux à un prix plusieurs fois supérieur à celui du marché mais ce n’était qu’une mesure temporaire. Ces magasins ne pouvaient pas répondre à une demande si forte sur le long terme.

Plus important encore, tout le monde à Wu Tang a réalisé la haine et l’intention de tuer qui flottait entre le Clan Xiao et le Clan Jia Li. Aider ces dernier offenserait sans aucun doute le clan Xiao qui, jour après jour, se renforçait. Voilà pourquoi de nombreuses boutiques d’ingrédients n’osèrent plus vendre quoi que ce soit en gros au Clan Jia Lie après cette première transaction. Cette restriction aggrava la situation difficile de ces derniers.

C’est ainsi que le clan Jia Lie fut coupé de près de 80% de ses fournisseurs. Les stocks qui leur restaient ne suffisaient absolument pas à rencontrer la demande de produits médicinaux manufacturés. A cause de cela, le Clan Jia Lie ne put qu’acheter à prix d’or les ingrédients médicinaux d’autres villes, parvenant à peine à surmonter la crise dû à la pénurie d’ingrédients. A cause de cela, les profits du clan rétrécirent encore et si ce n’était le profit gagné sur les potions de soin, le Clan Jia Lie aurait déjà faillite.

A ce moment, dans la ville de Wu Tang, la position du clan Xiao s’élevait grâce à l’aide des ventes de produits médicinaux et, lancés par leur élan, il montrait même des signes qu’il allait surpasser les deux autres gros clans.

Xiao Yan marchait mollement dans une rue du marché bruyant. Derrière lui se trouvaient sept ou huit hommes musclés, grands et larges vêtus de l’uniforme des gardes du Clan Xiao. On voyait sur la poitrine de ces hommes quatre étoiles dorés ou plus ; il était clair que ces hommes musclés avaient la force de Dou Zhe 4 étoiles minimum.

Dans les rues fréquentés, de nombreux mercenaires féroces et robustes qui sentaient le sang adressèrent tous un sourire amical au jeune homme qui marchait paresseusement, les mains derrière la tête. De temps à autre, les mercenaires les plus familiers lui disaient : “Jeune Maître, vous êtes encore venu patrouiller le marché ?”

Chaque fois qu’on l’appelait de la sorte, Xiao Yan faisait la moue avant de pousser un soupir. Quinze jours plus tôt, Xiao Zhan l’avait subitement placé à la tête de ce marché pour, soit-disant, l’entraîner. Cela dit, la décision de Xiao Zhan causa des disputes dans le clan : jamais auparavant un adolescent n’avait été placé à la tête d’un marché. Cependant, après avoir considéré la position bien plus élevé que Xiao Yan occupait à présent dans le clan, certains finirent par accepter. A partir de là, Xiao Yan, qui se reposait à la base chez lui, fut placé à la tête de ce marché.

Bien qu’il soit énorme, le gérer n’était pas fatiguant et cela réconforta Xiao Yan. Il proposa diverses idées au vieux domestique que son père lui avait assigné quant à la division des rues et le prix des locations des magasins les mieux situés. Chaque jour, il amenait avec lui un groupe d’hommes baraqués patrouiller les rues et gérer les questions de sécurité du marché, passant ses jours dans le calme mais sans se restreindre.

Xiao Yan, d’apparence, paraissait doux et indifférent mais en fait, il adorait se retrouver avec les mercenaires, discuter avec eux des expériences stimulantes et dangereuses qu’ils ont vécu pendant leurs missions ; des monstres étranges et des méthodes de Qi laissés dans des caves… Ces discussions nourrir la soif d’aventures et de risques de Xiao Yan. Il voulait entrer dans ces montagnes lointaines dans lesquelles il n’y avait quasi personne, à la recherche de ces techniques de Dou et méthodes de Qi secrètes mais puissantes !

Son jeune âge et son visage délicat faisait qu’on ne pouvait que difficilement ne pas apprécier Xiao Yan ; qui plus est, à chaque fois qu’une conversation devenait intéressante, il sortait de sa poche de poitrine ces rares potions de soin ce qui le fit bien voir des mercenaires. Au fur et à mesure, le marché dont Xiao Yan s’occupait devint celui qui fidélisa le plus de clients de tous les marchés du clan Xiao.

Xiao Yan se remémora les quinze jours passés en souriant d’un air ému. Ces instants étaient comptés : dans quinze autres jours, au plus, il allait partir avec Yao Lao dans un voyage d’entraînement et il ne reviendrait pas avant un an ou deux.

Il leva la tête, mettant de côté sa mélancolie. Une figure maigre et misérable courait vers lui abruptement à travers la foule.

Il s’arrêta et regarda le petit homme habillé ordinairement puis plissa les sourcils en disant d’un ton indifférent : “Ke Lu, que viens-tu faire ici au lieu de faire ta fortune ?”

L’horrible petit homme qui se trouvait devant lui, Ke Lu, était un pickpocket aux doigts d’or, bien connu du marché. Quand il devait affronter ce genre d’occupations louches, Xiao Yan n’essaya pas de les éliminer, ce qui se serait avéré irréaliste. Il savait trop bien que quand il y a une devanture, il y a toujours une activité illégale derrière. Bien que les voleurs soient dédaignés, ils étaient extrêmement bien informés. Quoi qu’il arrive où que ce soit à Wu Tang, ils avaient des informations à ce sujet.

“Eh eh, jeune maître.” L’homme maigre du nom de Ke Lu faisait face à Xiao Yan en lui souriant d’un air flatteur et dit : “Cette humble personne est ici pour vous informer que mon subordonné m’a transmise, comme quoi l’honorable Xiao Xun Er  a été verbalement insultée par un jeune homme d’origine inconnue juste en dehors du marché. Je suis venu vous trouver dès que j’ai sû.”

“Oh, j’oubliais, Jia Lie Ao du clan Jia Lie se trouvait également sur place. Il semblerait qu’il soit une connaissance de cet homme habillé en habits de funérailles qui parlait à mademoiselle Xun Er. Quelques personnes les accompagnent également.”

Xiao Yan plissa les yeux et son air indifférent devint de plus en plus froid. Il pencha légèrement la tête et dit à voix basse : “Xiao Li, appelle les autres. Aussi longtemps qu’ils sont en vie, ils doivent être là.” (NdT en gros, pas d’excuse pour les absents…)

“Bien compris !” répondit respectueusement un homme musclé avant de vite faire demi-tour et de courir vers le coeur du marché.

“Montre moi le chemin.” dit Xiao Yan d’un ton indifférent en se tournant vers le voleur et faisant un signe du menton.

Face à cette froideur soudaine sur le visage de Xiao Yan, Ke Lu hocha précipitamment la tête. Il n’osa pas l’ouvrir à tort et ouvrit de suite le chemin.

“Ce bâtard ose venir dans le territoire du Clan Xiao pour y molester un de ses membres. Si moi, Xiao Yan, vous permet de quitter ce marché en un seul morceau, je démissionnerai de mon poste de gérant du marché !” Cette voix épouvantable fit trembler Ke Lu qui guidait le groupe et il marcha plus vite.

BTTH Chapitre 82
BTTH Chapitre 84

10 Commentaires

  1. Newkan

    Lecture !!!! Ouiiiii merci !!!

    Répondre
  2. grenvious

    merci pour le chapitre

    Répondre
  3. Newkan

    Jia li tu viens de scellé ton existence
    Vive la secte \@_@/

    Répondre
  4. lepims

    merci pour le chapitre

    « y va prendre cher l’alchimiste » ????

    Répondre
  5. ogabell

    Merci

    Répondre
  6. BadKarma

    Merci pour le chapitre

    Répondre
  7. Psycho

    Merci 🙂

    Répondre
  8. Blackers

    merci pour le chapitre

    Répondre
  9. Glales

    On est d’accord que provoquer xun’er c’est du sucide?

    Répondre
  10. Elfing

    Il y en a un qui va souffrir

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com