DNC Chapitre 28

DNC Chapitre 27
DNC Chapitre 29

Et voici le deuxième chapitre régulier de DNC ! J’espère avoir été assez clair dans la traduction .__.

Le chap’ bonus de TDG arrivera dans la soirée !

 

 

Chapitre 28 – Superviseur autoritaire

 

Tie Bu Tian sourit : “Vous devriez rester ici pour le moment. Tôt demain matin, j’informerai personnellement mon père de votre arrivée et, s’il est d’accord, nous poursuivrons immédiatement.”

Tout à l’heure, son apparence était similaire à celle d’une épée émettant une aura d’arrogance mais, après son sourire, il était soudainement devenu doux et intime, faisant sentir ses interlocuteurs comme s’ils étaient baignés par une brise printanière.

Il n’avait pas besoin de trucs pour influencer le coeur des gens. Son phrasé suffisait naturellement à faire regretter tout ceux qui entraient en contact avec lui de ne pas être à son service.

“Oui votre Altesse !” Bao Kuanglei frémit. Il ne put s’empêcher de réévaluer ce prince à la hausse. Malgré son âge, il était loin d’être simple. Bao Kuanglei avait rencontré bien du monde depuis sa naissance, mais jamais il n’avait rencontré quelqu’un de comparable au prince.

Il comprenait maintenant pourquoi les gens le glorifiaient, à dire qu’il était le talent n°1; envoyé par les cieux sur les Trois Cieux Inférieurs.

Avant de rencontrer Tie Butian, Bao Kuanglei n’avait pas prêté attention à toutes ces louages. Comment pouvait-il y avoir de « talent envoyé par les cieux » dans la vraie vie ! Tout ce qu’il y avait, c’était une bonne éducation et un meilleur entraînement que les gens normaux ; en apprenant à régner dès l’enfance, l’aura d’une personne au fil du temps sera certainement au-dessus de la moyenne. Quant au fait qu’il soit le talent n°1 envoyé par les cieux… Il ne manquait pas de ‘talents envoyés par les cieux’ dans ce monde.

Cependant, ce coup-ci, il le crut. Que ce soit cette élégance qui suintait de ses os, de la majesté qui semblait irradier de son âme… Chaque action que le prince faisait, que ce soit lever les mains ou étendre ses jambes, était si naturelle et exsudait une royauté telle qu’elle faisait trembler l’âme d’une personne du Jiang Hu comme Bao Kuanglei.

****************************************************************************************************

Jardin des Bambous Violets de la Secte Au-Delà des Cieux.

Le matin suivant, Tantan était allongé au sol, bras et jambes étendus ; il dit en haletant : “Chu… Yang… Je… Je… J’admets que tu es plus beau que moi mais tu as été vraiment cruel avec moi ces derniers jours. Tu me tues au travail…”

Ces jours-ci, Chu Yang voulait simplement cultiver alors il força Tantan à l’accompagner, le tuant presque d’épuisement. Par conséquent, après juste quelques jours, chaque fois qu’il voyait son frère benjamin martial, il se mettait à trembler incontrôlablement de peur.

Chu Yang calculait précautionneusement le temps de chaque session d’entraînement. Il savait exactement combien de temps il fallait avant que le corps de Tantan n’atteigne ses derniers retranchements ; c’est pourquoi, après chaque entraînement, Tantan n’était pas en danger bien qu’il puisse à peine tenir debout.

A chaque fois qu’il voyait Chu Yang, il avait l’impression d’être tombé sur un démon. Il avait l’habitude de se jeter des fleurs auparavant mais à présent, il n’en avait même plus le temps !

Chu Yang prit une grande inspiration, fit rentrer son énergie et se leva. Il ne laissa pas sa culture se relâcher même une seconde, ces vingt derniers jours. Il avait enfin atteint le niveau de disciple martial de neuvième rang ; encore un petit peu et il percerait alors au rang de Guerrier martial.

Chu Yang sourit en sentant les transformations qui se déroulaient en lui. Ce n’est qu’une fois avancé au rang de Guerrier Martial qu’il allait enfin pouvoir officiellement entraîner son corps. (NdT genre le rang disciple, c’est le mode noob, ça compte pas :p)

S’il entraînait excessivement et de force sa force physique sans avoir atteint le rang de Guerrier Martial, il risquait alors de compromettre sévèrement ses muscles et ses organes internes. Il y avait un proverbe dans les Trois Cieux Inférieurs :

“La littérature dure éternellement,

Un artiste martial prend sa retraite à sa mort.”

Ça signifiait que ceux qui pratiquaient les arts martiaux ne vivaient généralement pas au-delà des soixante ans. Cependant, ce proverbe n’était pas vraiment exact : bien qu’il dise que la littérature valait plus que les arts martiaux, le nombre ’60’ n’était qu’une estimation au pif. Le fait est que, chaque année, il y avait d’innombrables disciples martiaux qui voulaient améliorer leur techniques en cultivant imprudemment. Se faisant, ils consommaient une grande partie de leur force et finissaient dans un état de fatigue extrême, qu’un corps de disciple martial ne pouvait pas supporter. Même s’ils progressaient dans leurs techniques, la fatigue s’installait de façon permanente dans leur corps et en arrivant à l’âge de 50 ans, cette fatigue accumulée se manifestait violemment. Il était alors trop tard pour faire quoi que ce soit car leur corps était alors dévasté de façon irréparable.

Voilà pourquoi les artistes martiaux passaient la plus part de leur temps à entraîner leur corps, afin d’établir une fondation solide au niveau de disciple martial.

Un peu plus et Chu Yang allait devenir un Guerrier Martial ; il remplirait alors les conditions nécessaires à la culture de l’Épée des Neuf Calamités – la <Technique des Neuf Calamités Transcendant les Neuf Cieux> !  Ce n’était pas seulement pour l’Épée des Neuf Calamités qu’il lui fallait atteindre ce niveau, mais aussi parce qu’il y avait des techniques aux Trois cieux Intermédiaires qui disaient clairement que ceux sous le rang de Guerrier Martial ne pouvait les cultiver.

Le dantian de Chu Yang s’agita ; il avait lutter de l’aube à midi pour parvenir à cultiver un peu de Qi, avant que l’esprit de l’Épée puisse l’absorber. Il relâcha ce Qi un moment plus tard et bien que ça ne représente qu’une toute petite quantité, ce Qi était extrêmement pur.

Bien que ce Qi formé par Chu Yang ne puisse être comparé au Qi naturel, il était cependant bien plus pur. La différence entre les deux était comme celle entre la terre et les cieux.

Ces derniers temps, Chu Yang sentait l’esprit de l’épée s’agiter silencieusement en lui tandis que son pouvoir martial augmentait, après chaque culture. Il n’y prêta pas attention et l’ignora petit à petit.

Ce qui l’inquiétait le plus à ce moment, c’était que l’essence de jade violet pur autour de son cou ne réagisse pas. Il ne trouvait aucune solution à ce sujet. La première fois qu’il avait voulu s’en servir pour restaurer son énergie, l’esprit de l’épée des Neuf Calamités fut tout d’un coup perturbé et coupa complètement le contact avant même qu’il puisse commencer. Chu Yang essaya à nouveau quelques fois mais sans succès. Il était évident que l’esprit de l’épée voulait qu’il dépende de sa propre force pour cultiver, pas d’une source extérieure.

Même en utilisant le jade pour récupérer son énergie afin d’affronter un rival, l’esprit de l’épée n’en avait que faire et l’en empêchait. Il avait pu utiliser l’essence de jade une fois, en faisant face à Qu Ping. L’Esprit de l’Épée des Neuf Calamités n’avait alors pas réagi, mais depuis cette bataille il l’empêchait de s’en servir à nouveau.

Devant un superviseur aussi autoritaire que ça, Chu Yang n’avait d’autre choix que d’obéir. II finit par complètement mettre de côté tout intention de se servir de l’essence de jade violet pur pendant la culture.

Chu Yang pencha la tête de côté et regarda Tantan galérer à maintenir sa posture. Il en rit presque et dit : “Okay, tu peux te reposer un peu.”

En entendant ça, Tantan eut l’impression d’être privilégié ; il était si reconnaissant qu’il en pleura presque. Il se releva avec difficulté, ses membres donnant l’impression d’essayer de ramper. Quand il parvint enfin à se mettre debout, il poussa un soupir de soulagement.

Chu Yang lui, continua de s’entraîner à dégainer et rengainer son épée dans la cour. Bien que ce soit extrêmement ennuyeux, il faisait attention au moindre de ses mouvements et travailla dur jusqu’à ce que chaque mouvement soit parfaitement affiné.

A ce moment, le soleil commençait à se montrer à l’est, chauffant tout le corps de Chu Yang. Des gouttes de transpiration tombaient constamment de son corps, trempant le sol..

Quand Tantan eut un peu récupéré, il se retourna pour voir Chu Yang s’exercer. Quand il vit les mouvements de ce dernier, il remarqua quelque chose d’étrange. Bien que Chu Yang répétait le même mouvement des centaines de fois, chaque mouvement était légèrement différent !

On aurait dit que Chu Yang s’ajustait continuellement ; au début, ses mouvements n’étaient pas vraiment naturels mais ils devinrent fluides, jusqu’à devenir un flash de lumière.

Dégainer l’épée, rengainer l’épée… Il continua ainsi jusqu’à ce que le son qu’il produise devienne de plus en plus léger. Bien que ce ne soit pas évident, le bruit qu’il faisait devenait effectivement plus léger à chaque fois.

Tantan regardait Chu Yang s’entraîner et l’admirer quand soudain, il découvrit que son bras était anormalement gonflé. Il cria de panique : “Chu Yang, ton bras est enflé !”

Cependant, l’expression de Chu Yang resta impassible comme si de rien était et il continua ses mouvements. Il dit d’un ton indifférent : “Ce n’est rien, ça disparaîtra avec davantage d’entraînement. Si je m’arrête maintenant et attend que ça passe, je perdrai beaucoup de temps. La meilleure chose à faire est de s’entraîner jusqu’à s’y habituer. Ensuite, cette enflure disparaîtra toute seule. C’est comme ça qu’on progresse !” (NdT Monsieur Chu Yang, vous êtes un grand malade)

“Oh…” Tantan eut honte en écoutant Chu Yang. Il ne pouvait que rester là, stupéfait, puis il s’aperçut qu’il avait récupéré un peu d’énergie et reprit immédiatement son entraînement.

Meng Chaoran, dans un coin de la forêt, les regarda s’entraîner tout les deux. Il avait un petit sourire sur le visage.

Pendant ce temps, on entendait constamment un gémissement venir de l’intérieur ; c’était Shi Qianshan, tourmenté par la douleur. Il avait passé ces vingt derniers jours au lit. Les gens de Qu Ping avaient été cruels : ils avaient brisé, ce jour-là, ses côtes et son fémur.

Il ne pourrait pas s’entraîner pendant les trois prochains mois, au moins. De plus, il ne pourrait pas utiliser d’arts martiaux pendant les six mois à venir. Cependant, la compétition de classement des disciples allait probablement être fini d’ici là. Ces blessures allaient indubitablement détruire tout les plans qu’il avait dans la Secte !

La douleur physique de Shi Qianshan n’était rien à côté de la souffrance morale qu’il éprouvait mais le truc bizarre, c’est qu’il ne haïssait pas les types qui l’avaient frappé, mais Chu Yang. Dans sa tête, si Chu Yang n’avait pas été là, il aurait eu un bel avenir !

DNC Chapitre 27
DNC Chapitre 29

12 Commentaires

  1. jayledingue

    merci pour le chapitre

    Répondre
  2. grenvious

    merci pour le chapitre

    Répondre
  3. Kathysse

    le pauvre, il ne sait pas a quel point il a raison! ^^’
    et Merci pour ce nouveau chapitre! ^^

    Répondre
  4. Conan

    Merci pour le chapitre!!!!!

    Répondre
  5. nickylaboum

    merci

    Répondre
  6. Zhexiel

    Merci pour le chapitre.
    PS:Boom! Karma du future qui revient en même temps que Chu!

    Répondre
  7. Blackers

    merci pour le chapitre

    Répondre
  8. Blackwars

    Merci^^

    Répondre
  9. psycho

    Merci 🙂

    Répondre
  10. Myrddin

    Merci

    Répondre
  11. hamatora

    merci 🙂

    Répondre
  12. Pappy-Topher

    Merci

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com