OG Chapitre 259
OG Chapitre 261

Salut tout le monde !

Je sais que vous attendez impatiemment de lire la suite, alors je ne vais pas tergiverser :p

Bonne lecture et pensez au p’tit café !

 

 

Chapitre 260

 

« C’est ici qu’il habite. »

« Pardon ? »

Grid ignorait exactement quel traitement recevait Piaro. Il pensait vaguement qu’il devait être respecté et bien logé, vu son talent, mais il s’avérait qu’il s’était trompé.

Je n’aurais jamais pensé qu’il vivrait dans un endroit pareil.

[Maison de fermier]
[Un grand logement où les veufs et les fermiers célibataires vivent ensemble.]

Un grand épéiste vivait dans une demeure miteuse comme celle-là ? Il trouvait ça déconcertant.

« Reidan est une grande ville, non ? Pourquoi est-ce si difficile de lui donner une maison ? »

Un maître de l’épée qui allait bientôt devenir un saint épéiste, un bon mentor envers toute la guilde était traité ainsi ?

« Piaro lui-même ne veut pas vivre ailleurs. Il a dit qu’il ne méritait pas de vivre une vie confortable. » Expliqua Lauel, que Grid réprimandait du regard.

L’expression de ce dernier s’assombrit.

Il a donc fait ce choix par culpabilité…

Il se sentait coupable envers ses collègues, ses proches qui avaient été tué parce qu’il avait été faussement accusé… Peut-être n’avait-il pas dormi proprement une seule nuit depuis toutes ces années.

Il garde une apparence joviale, mais…

Le forgeron avait récemment cru que Piaro avait surmonté ses démons passés, mais il s’était fourvoyé…

« Le Duc Grid est-… »

Il empêcha Lauel de crier : « Ce n’est pas la peine. » Il se tourna alors vers Asmophel et demanda : « Êtes-vous prêt ? »

Ce dernier, qui était resté silencieux depuis leur arrivée en ville, desserra les lèvres pour la première fois. « Ça fait longtemps que je me suis préparé à mourir. »

« Ne parlez pas de mourir aussi facilement. »

La quête secrète ‘Histoire Secrète’ avait pour récompense l’affinité maximum d’Asmophel et de Piaro. L’aventurier espérait que le premier survive, mais le problème était que tout dépendait non pas de lui, mais du fermier.

Je tremble de nervosité…

Grid prit une grande inspiration et entraîna dans la maison commune. Piaro était assis seul, en train de méditer parmi les fermiers épuisés par leur labeur. Au moment où il entra, Piaro ouvrit les yeux et croisa son regard ; il réalisa alors instinctivement quelque chose.

Il est devenu plus fort qu’avant.

Piaro était un homme fort, de base, mais le forgeron était persuadé de pouvoir le vaincre s’ils venaient à se battre. Ils n’avaient pas du tout le même niveau à l’épée, mais il croyait pouvoir l’emporter en invoquant Noé et Randy.

Cela étant, il avait tort. Sa grande perspicacité était formelle : Piaro était un monstre imprévisible. Il était complètement différent d’auparavant.

Sa présence est plus écrasante que celle de Gao d’Enfer…

Il n’avait quand-même pas atteint l’état de saint épéiste durant son absence ?

Duguen ! Duguen ! Duguen !

Son cœur se mit à battre la chamade en imaginant cette possibilité.

Piaro se leva et lui fit face, en plongeant son regard dans le sien. « Vous êtes devenu plus fort, Duc Grid. »

Je veux me battre.

Le forgeron voulait se mesurer à lui, si fort que son esprit combattif atteignit des sommets. Mais ça n’était pas le moment, la quête passait avant tout.

« Avez-vous tué Asmophel ? » Demanda le fermier, le regard chargé d’émotions. La haine y brulait silencieusement.

« Non, je ne l’ai pas tué. » Répondit l’aventurier.

« Comment ça ? » Le Duc n’était pas si faible que ça, non ? « Que voulez-vous dire ? »

Alors que Piaro devint confus, Grid désigna le pas de la porte.

« Je vous l’ai amené, il voulait vous parler. »

« Quoi ?! »

Le responsable de toute cette histoire ! Il allait lui arracher les membres et réduire ses os en poussière ! Le fermier sortit de la maison sur le champ, le visage tordu de haine. Damien et tous les membres de Surstuffé, le forgeron excepté, étaient tous submergés par la pression qu’il dégageait.

« Asmophel ! »

« … Piaro. »

Le soleil couchant brillait sur la scène de ces deux amis se retrouvant après trois longues années. La distance les séparant fut rapidement réduite.

Kwack

Piaro agrippa le cou de son ancien camarade, dont le visage pâle se tordit. Ce n’était pas de douleur, mais parce que toutes les émotions qu’il réprimait jusque-là menaçait d’exploser. Il avait terriblement envie de pleurer. Le fermier, qui avait dégainé son épée, s’arrêta en voyant son expression.

« Espèce de… Pourquoi est-ce qu’un pêcheur comme toi verse des larmes ? »

« Je… suis désolé… » Réussit à cracher Asmophel malgré la main enserrant sa gorge. C’était les mots qu’il avait prononcé en pleurant toutes ces années.

À ce moment, Piaro sentit son cœur battre sourdement. Quelque chose dans l’expression de son vieil ami lui fit se dire qu’il était possible qu’il ait commis toutes ces atrocités contre son gré…

Cependant, ce n’était pas ce qui lui importait à ce moment. Peu importe la vérité, ses crimes ne pouvaient être rationalisés.

« Alors toi ! »

Le fermier étouffa sa curiosité naissante et resserra son étreinte autour du cou de son ami. Asmophel n’opposa aucune résistance, il répéta juste ses excuses en étouffant. Il avait décidé il y a longtemps qu’il expierait ses fautes en mourant.

Tue-moi. Taille-moi en pièces, brûle mon cadavre et jette mon âme putride en enfer. Peu m’importe, pourvu que ta rancœur disparaisse.

Piaro lut ses pensées dans son regard ; ils avaient été amis pendant 25 ans, aussi le connaissait-il assez bien pour ça. C’est aussi pour cette raison que sa ‘trahison’ avait été d’autant plus insupportable.

« Maudit bâtard ! »

L’épée fila vers le coup d’Asmophel. Grid regarda aussitôt ailleurs.

Je n’ai pas réussi à le sauver.

Il n’était malheureusement pas en position d’intervenir dans cette situation…

« Merde ! » Jura Piaro. Le forgeron ramena son regard sur eux et vit que l’arme s’était arrêtée sous la mâchoire de sa cible. « Bordel ! »

 

Le fermier jeta son ami à terre, puis il s’assit face à lui. Son noble ami, Asmophel ; un grand homme, un ami cher, jusqu’à cette fameuse trahison. Il le connaissait mieux que personne.

« Raconte-moi ton histoire. »

Il n’était pas près de lui pardonner, mais cette question le taraudait depuis longtemps : pourquoi leur amitié s’était-elle finie aussi horriblement ? Il voulait le savoir.

« … »

Asmophel garda le silence, car il savait qu’il n’y avait aucune excuse pour ce qu’il avait fait. Piaro le saisit sèchement par le col. « Dis quelque chose ! »

Il avait tout perdu et, assez ironiquement, son seul ami était son ennemi. Il avait mauvaise conscience envers sa famille et ses collègues, mais il voulait apprendre la vérité. Asmophel lut ses intentions sur son visage et se mit à table. Il raconta alors son histoire, qu’il avait enfoui en lui depuis ces trois années.

« … »

Au fil de l’histoire, le fermier abandonna son expression meurtrière tant il était ébranlé. La plus grande victime, dans tout ça, c’était Asmophel, qui n’essayait même pas de se justifier. Il se décrivit comme étant faible et la pire merde qui soit, mais son auditoire ne partageait pas son avis.

« … »

Asmophel tenta de parler aussi calmement que possible, tout en listant constamment ses péchés et les raisons pour lesquelles il devait mourir. Cependant, plus il l’écoutait et moins Piaro le haïssait.

« Nom de… ! » Hurla-t-il en frappant le poing du sol.

Maintenant que sa rage avait perdu sa cible, les larmes coulèrent le long de ses joues. Il ne savait plus que penser après avoir appris la vérité. Il ne pouvait plus tuer Asmophel, mais c’était pourtant la seule chose à faire pour apaiser les âmes de ses collègues et de ses proches.

Alors qu’il ne savait plus que penser, Grid s’approcha de lui. « Je sais qu’il vous est difficile de lui pardonner mais cela étant, ne trouvez-vous pas qu’il serait idiot de le tuer après avoir appris la vérité ? »

« … »

« Votre vengeance n’a-t-elle pas à présent une autre cible ? »

L’Impératrice Marie, la femme dont la cupidité avait ruiné la vie d’innombrables personnes.

« Tuez-la. » Dit franchement le forgeron, au grand désespoir de Lauel.

Tu n’aurais pas pu présenter ça plus cérémonieusement ? Genre ‘Mettez-vous à mon service ; améliorez-vous jusqu’à devenir une arme dirigée contre l’impératrice. Je serai l’épée qui frappera votre véritable ennemie’…

N’était-ce pas beaucoup mieux ? Alors que le chagrin gagnait le second de Grid, Piaro se tourna vers son vieil ami.

« Je ne peux plus t’en vouloir après avoir appris que Marie s’était servie de toi dans ses plans malfaisants. »

Asmophel éclata en sanglots tout en répétant ses excuses. C’était la fin que désirait le forgeron, qui sourit en les regardant.

[Vous avez terminé la quête secrète ‘Histoire Secrète’.]
[La relation entre Piaro et Asmophel s’est améliorée.]
[L’affinité de ces deux personnes a augmenté jusqu’à son maximim.]
[Si vous recrutez Piaro, l’effet des casernes augmentera de 20%, et vous aurez 100% de chance d’avoir une bonne récolte. De plus, vous pourrez créer un ‘régiment de chevaliers’.]
[Si vous recrutez Asmophel, l’effet de l’institut de recherche des techniques augmentera de 20%. De plus, vous pourrez créer un ‘régiment de chevaliers’.]

[Régiment de Chevaliers.]
[Vous pouvez avoir un groupe de chevaliers.]
[L’effet du buff dépendra de la personne désignée en tant que capitaine.]

[Effet des Casernes]
[Affecte la vitesse d’entraînement des soldats.]

[Les soldats obtiendront de nouvelles tactiques lorsque leur niveau et leurs capacités augmenteront, et ils pourront également utiliser davantage d’armes.

[Effet de l’institut de recherche des techniques]
[Affecte la vitesse à laquelle les soldats et le peuple gagneront de l’expérience dans leurs compétences.]
[Plus leur niveau de compétence est élevé, et plus le choix de compétences augmente. De plus, la puissance de ces compétences augmentera proportionnellement au niveau.]

 

La récompense de la quête secrète était plus impressionnante que le forgeron ne l’imaginait.

C’est fantastique !

Il avait touché le gros lot, plus qu’il ne saurait l’exprimer en mots. Il serra les poings fermement tandis que l’excitation l’envahit.

Mais au fait…

Il avait une question.

D’où vient ces 100% de chance d’avoir une bonne récolte ?

Quel était le rapport avec un saint épéiste ? Grid resta perplexe jusqu’à ce qu’il se souvienne tout à coup d’une fenêtre de notification qui était apparue lorsqu’il était à Titan.

[Un fermier légendaire est apparu !]

Peut-être que… Non, c’était impossible. Ça ne peut pas être ça.

Il tenta de faire abstraction de son imagination sinistre.

 

Les derniers articles par Wazouille (tout voir)
OG Chapitre 259
OG Chapitre 261

Related Posts

7 thoughts on “OG Chapitre 260

  1. Encore un chapitre dévoré ! Il y a tellement d’intrigue maintenant :0
    Une qualité de trad au top ! Merci !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com