OG Chapitre 316
OG Chapitre 318

Et on continue avec ce bon chapitre amusant, avec un cliffhanger de…

Bref, je vous laisse juger par vous-même 😀

Bonne lecture !

 

 

Chapitre 317

 

« Aaaah… Quel boulot fatiguant, mais fatiguant. »

« Les quotas sont trop difficiles à atteindre. Pourquoi ne sommes-nous que 400 à travailler dans des champs aussi vastes ? Ça n’a aucun sens. Vu la taille des terrains, on devrait être au moins 10 fois plus. »

« Bordel de merde ! Si c’est une ville agricole, augmentez le nombre de fermiers ! »

« Ils veulent économiser en rognant sur les salaires. Il parait que Grid est près de ses sous. »

« Il est pire que ça. Une personne normale ne réduirait pas les coûts salariaux en kidnappant des joueurs pour en faire des fermiers, pas vrai ? »

Piaro avait capturé 21 joueurs et les avait forcés à travailler. Ils se plaignaient de Grid à chaque fois qu’ils se réunissaient, car ils étaient convaincus que leur kidnappeur agissait sous les ordres de ce dernier.

Cela étant, ils n’avaient pas fui leurs conditions à cause des récompenses de la quête secrète. Honnêtement, ils étaient heureux de l’avoir obtenue et n’en voulaient pas à Grid, d’autant qu’ils étaient venus à Reidan pour rejoindre Surstuffé.

Cependant, le travail était trop dur, aussi était-il difficile d’y survivre sans se plaindre. Du coup, ils évoquaient inévitablement le forgeron régulièrement.

Les fermiers grommelant tournèrent leurs regards au loin, où Piaro approchait au côté de cinq personnes.

« C’est des nouveaux ? »

« C’est un groupe de cinq, cette fois. »

« Tsk tsk, les pauvres. »

Les 21 joueurs avaient un niveau moyen de 270 ; il fallait être au moins de ce niveau pour traverser le désert de Reidan. Les nouveaux devaient être également de haut niveau. Ils éprouvèrent de la compassion envers eux, car il était vraiment absurde d’être trainé de force aux champs pour y travailler comme fermiers.

« Ah ? »

« Eh ? »

Les joueurs qui couvaient les nouveaux d’un regard sympathique devinrent confus en voyant qu’il s’agissait du chef de la Guilde Géante, et 4 de ses capitaines !

« C-c’est insensé ! »

La Guilde Géante était une des meilleures guildes du jeu. Ils avaient certes subi un gros revers lors de l’invasion de golems, mais ils restaient très forts. Les cinq capitaines, en particulier, étaient de niveau 300+ et Chris était 3e au Classement Global ; et ces gens, inatteignables pour les joueurs, n’étaient même pas des adversaires à la hauteur de Piaro ?

Ce fermier cinglé est plus important que nous ne le pensions !

Piaro présenta le groupe de Chris aux joueurs ébahis.

« Voici de nouveaux fermiers. J’espère que vous vous entendrez bien avec eux. »

Chris, le 3e joueur au Classement, le chef de la Guilde Géante et un vicomte du Royaume Éternel, était présenté comme étant un fermier ! L’attitude de Piaro fit trembler les capitaines.

« Qui est un fermier ? »

« Espèce d’enfoiré ! »

Mais Chris n’en prit pas ombrage. Piaro était plus fort que lui et au lieu de le tuer, il l’avait épargné et lui avait donné une quête secrète. Il n’avait aucune intention de créer des problèmes.

Il salua les fermiers avec respect. « Enchanté de vous rencontrer. »

Les capitaines furent forcés de baisser la tête. « N-nous travaillerons dur également. »

Ce jour-là, le canadien et ses collègues rejoignirent l’entraînement amusant et excitant.

Une rumeur étrange commença à circuler sur internet : le maître de la Guilde Géante et ses capitaines étaient devenus les vassaux de Grid. C’était une rumeur incroyable, et personne ne la crut.

« C’est quoi ces conneries ? »

Le forgeron la croyait encore moins que les autres.

 

***

 

Grid avait obtenu 27 pavranium en récompense de son aide lors de la résurrection de Braham. Il y avait 28 morceaux à l’origine, mais il en avait utilisé un pour produire le Réceptacle d’Âme.

Il est regrettable que je ne puisse pas en récupérer davantage, mais…

Fort heureusement, ses 27 morceaux de pavranium avaient la bénédiction des 4 dieux. En tant que propriétaire du pavranium, le forgeron profitait d’un bonus de 15% sur sa puissance d’attaque, sa défense, sa récupération et sa puissance magique. En tant qu’objet exclusif à sa classe légendaire, le pavranium était vraiment pété.

C’est grâce à Braham que j’ai pu recevoir la bénédiction de Yatan, alors je ne devrais pas chouiner de lui avoir donné un bout de pavranium…

Grid était devenu quelqu’un de généreux et de très positif par rapport à avant. En fait, quelques instants auparavant, il avait baissé de deux pièces d’or le coût des réparations de Chris.

2 pièces d’or, c’est deux pots de ramen.

Il pouvait imaginer à quel point Chris devait apprécier son geste, et il ne doutait une seconde que le canadien devait beaucoup l’apprécier. Il pensa à la future alliance avec la Guilde Géante, puis il se demanda que faire avec le pavranium.

Je ne peux pas reproduire la Lance de Raphaël avec.

La Lance de Raphaël était l’arme la plus puissante existante au monde. C’était un fait indéniable. Malheureusement, ce n’était pas une arme pour le forgeron : la lance n’était pas influencée par la Danse du Sabre de Pagma, et elle l’empoisonnait avec son pouvoir divin lorsqu’il se servait de Noircissement.

Niveau armes, j’ai l’épée à deux mains de mon set et Yakult. C’est suffisant.

Valait-il mieux alors faire une armure ?

Grid était équipé de l’ensemble de la Lumière Sacrée, comprenant une armure, des gants et une couronne faites par Pagma, et dont les performances étaient exceptionnelles. Il passait également des bottes de son set à celles de Braham au besoin.

Par contre, il n’avait pas de boucliers, mais il n’avait pas beaucoup d’occasions de s’en servir vu qu’il se servait d’une épée à deux mains.

Y’a-t-il quoi que ce soit de spécial qui ne soit pas une arme ou une armure ?

Le pavranium était un minéral doté d’une volonté propre dont la priorité absolue était la sécurité de son maître. Il était bien plus efficace de lui laisser sa liberté plutôt que de limiter ses déplacements. Quel était le genre d’objets pouvant utiliser cette liberté au mieux… ?

Un symbole de liberté…

« Un goûter. »

« … C’est un goûter. Hein ?! »

Grid fronça les sourcils. Un goûter ? Qui avait interrompu sa réflexion avec ces conneries ? Il tourna le regard vers l’insolent en question, qui se reposait sur le rebord de la fenêtre après avoir chassé des monstres depuis son arrivée en ville.

« Donne-moi un goûter ! Donne m’en un ! Nyang ! »

Il était très fier et arrogant. C’était presque un ordre qu’il lui donnait.

« As-tu perdu la tête ? Non, pour commencer, pourquoi veux-tu un goûter ? Ne manges-tu pas des âmes de monstres ou d’humains ? »

« Ça, c’est ma nourriture ! Mais les goûters, c’est des goûters, nyang ! »

« Quel connard t’a donné le concept de goûter… ? »

« Ta femme ! Nyang ! »

« … »

Il parlait d’Irène, peu importe où il avait appris le mot ‘femme’.

Il paraît qu’Irène passe son temps à faire des gâteaux, ces derniers jours.

Irène était la fille d’un comte, aussi n’avait-elle jamais appris à cuisiner. Cependant, depuis sa venue à Reidan, elle demanda à apprendre à cuisiner afin de faire plaisir à son époux. Grâce à elle, les Surstuffés comme les soldats pouvaient profiter d’en-cas sucrés… Tout comme Noé, visiblement.

« Aaah, okay. Va faire la sieste et ne me dérange pas quand je travaille.

Grid décida d’ignorer son familier et reprit sa réflexion sur l’usage du pavranium.

Un objet qui bénéficiera de la capacité à se déplacer soi-même…

« Un ours en peluche. »

« … Un ours en peluche n’est pas m-… Rah, mais. »

Le forgeron fronça les sourcils. Un ours en peluche ? Qui l’interrompait, cette fois ? Furieux, il se tourna vers la source de la voix et tomba sur Randy, qui avait l’apparence d’une petite fille.

« Irène m’a offert un ours en peluche ! »

Randy lui tendit la peluche, pur et adorable. Le Duc hocha vaguement la tête.

« Okay, va jouer avec l’ours en peluche à présent. »

« D’accord ! »

Randy alla s’assoir à côté de Noé pour jouer avec sa peluche en souriant, mais elle ne garda pas le sourire longtemps. Noé la taquina en frappant répétitivement son ours.

« … Je vais devenir dingue. »

Noé se mit à rire, Randy à pleurer, et Grid dut interrompre sa méditation. Il les fit sortir pronto, puis il se mit à nouveau à réfléchir.

L’objet que je devrais faire à partir de pavranium.

« Faites-moi des outils agricoles s’il vous plaît. »

« … La réponse, c’est des outils agricoles… Aaaaah. »

Le visage du forgeron se tordit comme un démon. Des outils agricoles ? Cette fois, on le décourageait purement et simplement ! C’était bel et bien Piaro qui l’interrompait, avec ses vêtements couverts de terre. Grid ne pouvait plus fermer les yeux sur son comportement.

« Piaro, quel est ton boulot ? »

« Je suis le chef de la Division des Chevaliers Surstuffés, le commandant de Reidan, et un fermier. »

« N’y a-t’il pas un intrus dans cette liste ? »

« Nope. »

Le forgeron n’arrivait pas à le comprendre.

« Pourquoi insistes-tu que tu es un fermier, bon sang ? Remplis-tu tes devoirs de capitaine des chevaliers et de commandant de Reidan ? »

« Oui, mon Duc. » Répondit Piaro sans hésitation. Il était fier de ses responsabilités.

« Je suis content, dans ce cas, mais ton but n’était-il pas de devenir un saint épéiste ? Si tu n’as pas de temps libre à cause de tes devoirs, ne vaut-il pas mieux abandonner l’agriculture et t’entraîner à l’épée ? »

[Un fermier légendaire est né !]

Grid était certain que le fermier évoqué dans la fenêtre de notification n’était pas Piaro, mais il ne pouvait pas s’empêcher d’éprouver une certaine nervosité. Et dans ce cas précis, il avait raison d’être nerveux.

« J’ai réalisé que je suis un fermier, et pas un saint épéiste.

« … »

Grid n’était plus un imbécile. Piaro tenait fidèlement son rôle de fermier. La rumeur disait que l’invasion de Reidan par les sept guildes avait été repoussée par des fermiers. Les joueurs travaillaient dans les champs, et ainsi de suite… Tous ces faits prouvaient que Piaro était bel et bien le fermier légendaire.

Le forgeron ne voulait juste pas l’admettre.

Il espérait que Piaro soit reconnu comme étant le plus puissant des héros légendaires. Qu’il devienne plus fort que le saint épéiste Müller, même.

Il tenta de provoquer Piaro sans plus cacher sa colère. « … Est-ce parce que tu as jugé que tu n’étais pas assez talentueux pour atteindre l’apogée de l’escrime que tu as abandonné et est devenu un fermier ? »

« … »

Piaro savait ce que Grid attendait de lui, et à quel point il devait être déçu qu’il ne suive pas ses attentes. Il était déterminé à lui prouver qu’il était plus puissant que lorsqu’il était un grand épéiste.

« L’agriculture est la fondation sur laquelle repose nos vies, et elle est plus précieuse que n’importe quoi d’autre au monde. J’ai juste choisi une voie d’une plus grande valeur. »

« Les femmes aussi peuvent moissonner les récoltes. Tu n’es pas le seul à pouvoir t’adonner à l’agriculture. »

« Cependant, je suis le seul à pouvoir la maîtriser. »

« Pourquoi dois-tu la maîtriser ? Ah, pour créer de bonnes récoltes ? C’est vraiment secondaire. Avec du pouvoir, tu peux occuper davantage de territoires, qui viendront avec plus d’habitants que nous pourrons utiliser pour obtenir davantage de nourriture. Il est bien plus profitable de développer des forces armées que de chercher à obtenir plus de terres. »

« Maîtriser l’agriculture ne se résume pas à faire pousser des cultures. Je peux exercer davantage de puissance si je peux comprendre la nature. Je suis convaincu de vous être nécessaire, mon Duc. »

« Vraiment ? Alors prouve-le moi. Montre-moi quel genre de puissance exerce un fermier. »

C’était ce que voulait Piaro. C’était la situation qu’il voulait provoquer en demander des outils.

Mon Duc doit reconnaître ma valeur.

Il allait lui montrer la grandeur d’un fermier. Piaro sortit sa houe et sa binette, tandis que Grid s’arma avec Échec et l’Épée à deux mains de son ensemble.

« Je vais te rendre ta forme originelle ! Tes mains sont faites pour tenir une épée, et pas des outils agricoles couverts de terre ! »

Aux yeux du forgeron, Piaro avait perdu la raison, et il devait le ramener sur le bon chemin. Le forgeron s’équipa du Cache-Œil du Boucher et utilisa Courroux du Forgeron pour maîtriser son subordonné.

Piaro le contempla d’un air triste.

Son talent est inférieur à celui de Kraugel et de Chris.

Grid avait fait de gros progrès en vainquant le Doppelgänger de Pagma, mais il n’était fondamentalement pas doué. Il n’avait pas dû progresser plus que ça depuis la dernière fois.

La frustration vous empoisonnera peut-être après avoir perdu, mais je suis persuadé que vous surmonterez cette épreuve, comme toujours.

Piaro allait d’abord soulager son fardeau en prouvant sa valeur. Il bloqua l’épée à deux mains bleue que Grid brandissait, puis il contre-attaqua en évitant l’épée bleu sombre. Dans sa tête, son seigneur s’était déjà effondré.

Mais quelle était la spécialité du forgeron ? Surpasser le sens commun et détruire les prédictions.

Chaaeng !

« … ! »

Le fermier écarquilla les yeux quand l’épée bleue et la binette entrèrent en collision.

 

N’hésitez pas à me payer un café si vous aimez mes trads ! Ca fait toujours plaisir !

 

Les derniers articles par Wazouille (tout voir)
OG Chapitre 316
OG Chapitre 318

Related Posts

4 thoughts on “OG Chapitre 317

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com