BTTH Chapitre 319

BTTH Chapitre 318
BTTH Chapitre 320

Mon­sieur James, je vous ai fait atten­dre mais voici notre sec­ond chapitre bonus ! Mer­ci énor­mé­ment de nous être aus­si fidèle et d’être aus­si généreux !

Bonne lec­ture à tous et mer­ci encore, James !

Chapitre 319 — Je vais rem­porter la vic­toire !

La Petite Princesse, Liu Ling et Yan Li, qui étaient tous con­cen­trés sur la fusion de leurs ingré­di­ents en pilule, furent égale­ment stupé­faits en enten­dant ce bruit perçant. Ils tournèrent aus­sitôt la tête vers Xiao Yan, et eurent tous des expres­sions dif­férentes en voy­ant les cen­dres noires qui coulaient de son chau­dron.

La princesse impéri­ale soupi­ra douce­ment : « Ah…» Il était le can­di­dat le plus à même de se bat­tre con­tre le jeune homme en robe grise de l’Empire Chu Yun, mais au vu de cette sit­u­a­tion inat­ten­due, il sem­blait que…

Liu Ling ser­ra les poings et les dents : « Puisque tu as échoué, c’est à moi de repren­dre le flam­beau. Je vais représen­ter les alchimistes de l’Empire Jia Ma et vain­cre ce type ! Je vais mon­tr­er aux spec­ta­teurs que ce bougre ne devien­dra pas le cham­pi­on, même si tu n’as pas été à la hau­teur !» Il avait beau éprou­ver une cer­taine pitié à l’égal de son rival, il était surtout heureux de le savoir hors-jeu. Depuis que ce dernier était mon­té sur scène, cet homme en gris et lui avaient reçu plus d’attention que quiconque lors de cette Grande Assem­blée. Com­ment Liu Ling, avec son arro­gance, aurait pu ne pas en tir­er une cer­taine ran­coeur ?

Un sourire froid apparut au coin des lèvres de Yan Li : « Hé, on dirait que tu fatigues ! Main­tenant que tu es sur la touche, plus per­son­ne ne peut m’empêcher de gag­n­er cette Grande Assem­blée ! La place de cham­pi­on m’appartient !» Il agi­ta la main et la flamme noire dans son chau­dron gon­fla à nou­veau. Les dif­férents ingré­di­ents médic­in­aux qui s’y trou­vaient fusion­naient peu à peu par­faite­ment sous le grill de la flamme.

Hai Bodong, sur le gradin, changea légère­ment d’expression et tour­na la tête vers Fa Ma avant de deman­der à voix basse : « Il a échoué ?»

Celui-ci hocha la tête et soupi­ra douce­ment. « Effec­tive­ment. » Il se força aus­sitôt après à paraître plus joyeux, sourit et dit : « Mais ce n’est pas grave, il a encore d’autres chances. »

Il avait beau faire bonne fig­ure, il était amer et dépité. En tant que grand-maître alchimiste expéri­men­té, il com­pre­nait par­faite­ment à quel point il allait être dif­fi­cile pour l’adolescent de rem­porter la vic­toire dans sa sit­u­a­tion. Sa façon de chang­er de flammes mon­trait claire­ment son inex­péri­ence en la matière. S’il ne pou­vait pas faire mieux que ça, alors ses deux dernières ten­ta­tives n’allaient pas se ter­min­er autrement.

De plus, il éprou­vait déjà une énorme pres­sion puisqu’il n’avait droit qu’à trois essais, et son échec allait prob­a­ble­ment en rajouter bien davan­tage. Même cer­tains alchimistes de haut rang très expéri­men­tés auraient du mal à retrou­ver leur calme rapi­de­ment sous une pres­sion aus­si abyssale.

Cepen­dant, il n’était pas en train de raf­fin­er tran­quille­ment, il par­tic­i­pait à une com­péti­tion et chaque sec­onde comp­tait. Par con­séquent, s’il venait à trop se com­plaire dans son échec, cela prou­verait qu’il n’avait pas ce qu’il fal­lait pour devenir le cham­pi­on.

Par con­séquent, Fa Ma ne pou­vait que prier que le jeune homme, qui s’était si bien débrouil­lé jusque là, ait l’admirable capac­ité d’endurer ce revers. Tant qu’il pour­rait se res­saisir et retrou­ver sa pleine forme, il aurait encore une chance de gag­n­er. À tout le moins, il don­nerait une lueur d’espoir et d’attente au pub­lic dans ces ténèbres d’incertitude.

« Ah petit bon­homme, tu ne peux dépen­dre que de toi-même. C’est aus­si une lim­ite qui se tient sur ta route d’alchimiste. Si tu parviens à la bris­er, alors tu en prof­it­eras dans le futur plus que tu ne peux l’imaginer ! Mais si tu échoues, alors tu pour­rais très bien rester coincé à ton niveau pour le restant de tes jours. » Mur­mu­ra le Prési­dent en regar­dant le jeune alchimiste qui fix­ait les cen­dres cou­vrant sa table d’un air abat­tu.

« Dépasse tes lim­ites et change pour le mieux, ou som­bre dans les abysses. Tout dépend de ton men­tal. »

Tous les regards étaient à présent tournés sur le jeune homme au cen­tre de l’esplanade et les spec­ta­teurs réal­isèrent, un long moment plus tard, qu’il ne bougeait pas du tout. On aurait dit que cet ado­les­cent, qui était leur meilleur espoir de vain­cre le mys­térieux alchimiste de l’Empire Chu Yun, sem­blait com­plète­ment assom­mé par son échec. De nom­breux soupirs de décep­tions involon­taires reten­tirent alors par­mi les gradins.

Nalan Jie sec­oua la tête en enten­dant les soupirs et fit de même : « On dirait que ce revers lui a porté un sacré coup au moral.  Ah, mais ce n’est pas éton­nant, il est jeune après tout…»

Nalan Yan­ran fronça légère­ment les sour­cils, puis elle dit à voix basse un peu plus tard : « Je ne dirais pas ça, vu ce que je sais de lui… Il n’a pas l’air d’être quelqu’un d’extrêmement impa­tient. Peut-être a-t-il un autre plan » Elle n’était pas con­va­in­cue parce qu’elle avançait, aus­si avait-elle par­lé après avoir réfléchi et sans faire d’affirmation, juste des sup­po­si­tions.

Le Vieux Nalan se cares­sa la barbe et rit amère­ment : « J’espère aus­si que c’est le cas, mais…»

Xiao Yan restait figé devant sa table de pierre. Ses pupilles noires étaient rivées sur la suie noire qui coulait du pot. Il avait l’air assez per­plexe ; c’était la pre­mière fois qu’une dif­fi­culté le pre­nait par sur­prise depuis la perte de Yao Lao. Il ne s’attendait pas à ce que le point de bas­cule lors du change­ment entre les deux flammes soit si dif­fi­cile à appréhen­der. Il s’était sures­timé à croire qu’il pour­rait le trou­ver du pre­mier coup.

Son men­ton trem­bla et une voix qua­si inaudi­ble et per­plexe s’échappa douce­ment de ses lèvres : « Ça va être com­pliqué cette fois. Que dois-je faire, Maître…»

Mal­heureuse­ment, Yao Lao était plongé dans un pro­fond som­meil, et il igno­rait tout de sa vive décep­tion et de son prob­lème. Comme l’avait dit Fa Ma, il ne pou­vait que dépen­dre de lui-même pour trou­ver la sit­u­a­tion.

Allait-il se trans­former ou s’autodétruire ?

Son immo­bil­ité n’empêchait pas le temps de s’écouler, mal­gré son impor­tance pour la com­péti­tion.

Juste à côté, Yan Li, la Petite Princesse et Liu Ling arrivaient gradu­elle­ment à l’étape où ils allaient devoir aug­menter la tem­péra­ture de leurs flammes. Le léger par­fum qui s’échappait de leurs chau­drons atti­ra égale­ment l’attention du pub­lic, jusque là con­cen­trée sur le favori.

Près de la moitié, du temps alloué à cette manche s’était écoulé. Les trois alchimistes avaient fait pren­dre à leurs pilules leur forme ini­tiale, et étaient déjà en train de les solid­i­fi­er. Un peu plus tard, le chau­dron de la Petite Princesse fut le pre­mier à dégager une odeur médic­i­nale intense. Les alchimistes encore dans la com­péti­tion s’exclamèrent aus­sitôt en sen­tant ce par­fum : « Une pilule médic­i­nale de qua­trième rang ?»

La demoi­selle afficha involon­taire­ment une expres­sion fière en enten­dant ces voix aba­sour­dies. La pilule dans son chau­dron médic­i­nale était la seule pilule du qua­trième rang qu’elle était sûre de pou­voir raf­fin­er et de plus, le raf­fi­nage n’était pas ter­miné et elle pou­vait encore échouer. Elle avait de la chance d’avoir réus­sir à raf­fin­er sa pilule du pre­mier coup. En tout cas, elle en avait plus que Xiao Yan.

Cepen­dant, ces excla­ma­tions stupé­faites ne durèrent pas longtemps. Le chau­dron de Liu Ling imi­ta rapi­de­ment le sien et dégagea une fra­grance plus intense encore. Les deux par­fums médic­in­aux s’élevèrent cha­cun de leurs chau­drons avant de s’entremêler et d’être dif­fi­ciles à dif­férenci­er.

Cepen­dant, les alchimistes dotés d’une grande per­cep­tion y par­ve­naient par­faite­ment. La pilule médic­i­nale que Liu Ling raf­fi­nait était d’un rang légère­ment supérieur à celle que la Petite Princesse pré­parait.

La demoi­selle put égale­ment dis­tinguer les avan­tages et les incon­vénients de leurs deux pilules, et elle fronça immé­di­ate­ment un peu les sour­cils. Elle fusil­la du regard son con­cur­rent qui lui souri­ait : « Ce type…»

Le coeur lourd de Fa Ma se sen­tit un peu mieux en sen­tant les odeurs médic­i­nales qui mon­taient depuis leurs chau­drons. Il hocha la tête et dit : « Deux pilules médic­i­nales de qua­trième rang dif­férentes… Ces petits gars se débrouil­lent très bien égale­ment. »

Un rire étrange reten­tit tout à coup à côté d’eux. « Haha, n’est-il pas un peu tôt pour célébr­er votre vic­toires, mes poupons ?» Il atti­ra aus­sitôt les regards furieux de la princesse et du dis­ci­ple de Gu He, qui s’aperçurent alors que sa flamme brûlait inten­sé­ment dans son chau­dron. Après un cer­tain temps, une fumée vio­let pâle s’en éle­va…

Les alchimistes sur l’esplanade savaient très bien ce que sig­nifi­ait cette fumée, et ils s’exclamèrent tous involon­taire­ment   « Un fumet col­oré ?»

Fa Ma, qui avait retrou­vé son sourire il y a peu, s’assombrit aus­sitôt devant cette fumée : « Il est vrai­ment capa­ble de raf­fin­er une pilule pro­dui­sait un fumet col­oré ? Ce bâtard est venu pré­paré…»

Hai Bodong, en voy­ant ses traits se déformer, lui deman­da pré­cipi­ta­m­ment : « Qu’a de spé­cial une pilule pro­duisant de la fumée col­orée ?»

« Cette fumée n’est générale­ment pro­duite que par une pilule de cinquième rang. Bon, bien sûr, cer­taines pilules atteignant le pina­cle du qua­trième rang peu­vent égale­ment pro­duire un tel phénomène et je pense que celle de Yan Li doit en être, d’après l’intensité de son odeur. » Le Prési­dent dit d’un air som­bre : « Celles de Yue-er de Liu Ling lui sont indu­bitable­ment inférieures. »

« J’ai bien peur qu’on perde, cette fois. »

Sur l’esplanade, la Petite Princesse et Liu Ling fix­aient d’un air absent le fumet col­oré qui s’échappait du chau­dron de Yan Li. Ils eurent immé­di­ate­ment l’air découragés, et pâlirent en riant amère­ment. Se trou­ver des excus­es face à un adver­saire indu­bitable­ment supérieur était un signe de faib­lesse.

Un petit rire reten­tit tout à coup : « Ce n’est pas encore sûr. »

Les deux alchimistes de l’Empire Jia Ma furent stupé­faits en l’entendant, et ils se tournèrent immé­di­ate­ment dans sa direc­tion. Ils virent alors que Xiao Yan, qui était resté immo­bile comme une stat­ue, avait relevé la tête sans qu’ils s’en ren­dent compte. Au lieu d’avoir son expres­sion froide habituelle, il esquis­sait un doux sourire, ce qui était très inhab­ituel chez lui.

La  princesse et Liu Ling fixèrent ce sourire et ils réal­isèrent, plongés dans une cer­taine transe, que le jeune homme sem­blait alors avoir quelque chose de plus qu’auparavant, sans qu’ils sachent pourquoi. Quelque chose sem­blait avoir changé dans son car­ac­tère et son assur­ance.

L’adolescent se tour­na vers Fa Ma, et s’inclina devant lui en remuant les lèvres : « Je suis désolé, Prési­dent Fa Ma. » Il savait que celui-ci parviendrait à com­pren­dre ce qu’il lui dis­ait.

Le Prési­dent res­ta momen­tané­ment stupé­fait devant le léger sourire du jeune homme en con­tre­bas. Il sourit aus­sitôt, récon­forté : « Ké ké, c’est bien que tu aies pu te res­saisir. »

Le Dou Shi sourit douce­ment et se retour­na. Il pen­cha la tête et obser­va Yan Li, qui le fix­ait som­bre­ment de son regard glacial. Il leva le pouce en souri­ant, avant de le tourn­er vers le sol sous le regard de l’assemblée.

« Je vais rem­porter la vic­toire !»

 

Wazouille

Fondateur du site et traducteur de BTTH, DNC, TDG et SW, Wazouille est un grand audiophile, un gamer, un lecteur avide et bien d’autres choses encore, comme stakhanoviste, à son insu...

Les derniers articles par Wazouille (tout voir)

BTTH Chapitre 318
BTTH Chapitre 320

8 Commentaires

  1. Zhexiel Kurokage

    Mer­ci pour le chapitre.

    Répondre
  2. Khultima

    Mer­ci pour le chapitre.

    Répondre
  3. essitamessitam

    mer­ci pour le chapitre

    Répondre
  4. nickylaboum

    mer­ci

    Répondre
  5. grenvious

    mer­ci pour le chapitre

    Répondre
  6. Hinomura

    Mer­ci pour le chapitre

    Répondre
  7. vincent

    Yan Li va t’il rem­porter la vic­toire —
    va t’on revoir medusa —
    bref mer­ci pour le chapitre et vive­ment xiao yan vs nalan yan­ran

    Répondre
  8. Dark-iop

    Mer­ci pour ce chapitre =D

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com