Fuyao – Livre 1 Chapitre 5

Fuyao – Livre 1 Chapitre 4
Fuyao – Livre 1 Chapitre 6

Salutations, chers lecteurs ! Ça y est, un nouveau mois commence… Pas le plus joyeux, généralement, car synonyme de rentrée, reprise du travail et autres. Voici donc de quoi égayer un peu le weekend : Fuyao fait son apparition de la semaine ! C’est parti pour quelques réponses et des explications…

Livre 1 – Le vent se lève à Taiyuan
Chapitre 5 – La silhouette dans la lune

Un clair de lune cendreux se dessinait dans le ciel indigo. Froid et lugubre, il éclairait la forêt montagnarde. Le vent soufflait sur la cime des arbres, traversait les branches forestières et faisait bruire les feuilles. Un loup hurlait depuis une montagne lointaine et inconnue. Le cri de ce chasseur naturel transperça les vastes cieux, franchit les chaînes de montagnes et parvint aux oreilles d’une personne enchaînée dans une grotte.

Cette dernière était étroite, mais profonde. La pénombre et l’humidité y régnaient et la mousse la recouvrait. À l’entrée de la grotte, le vent résonnait comme des gémissements fantomatiques. Au fond du repère, un objet blanc miroitait légèrement. À y regarder de plus près, il s’agissait d’un os atrophié.

Meng Fuyao était roulée en boule sur le sol moite, ses vêtements en loques et le corps couvert de blessures.

Ce jour‐là, après son combat intense, Lin Xuanyuan avait complètement ignoré son propre rang. Il l’avait mise KO à l’aide d’une poudre d’évanouissement sournoisement dispersée puis envoyée valser d’un coup de paume. Au vu et au su de tous, il l’avait ensuite furieusement condamnée pour « vol de techniques secrètes de la secte ». La pléthore de disciples avait « soudainement tout compris » et avait copieusement injurié la jeune fille, alors traitée de « voleuse d’enseignements secrets ». Pour finir, Lin Xuanyuan l’avait jetée dans le cachot secret de la secte des cieux mystérieux.

Cela faisait presque sept jours qu’elle y était enfermée. Lin Xuanyuan se présentait quotidiennement devant elle pour l’interroger. Il réclamait les techniques qu’elle avait utilisées contre Épée évanescente.

En effet, la loi du plus fort régnait et le monde actuel prônait la force martiale. Fuyao ne maîtrisait pas son art à la perfection, mais sa technique était indubitablement incomparable. Or, cela présentait un attrait unique et important pour les groupes influents. De ce fait, lorsque les yeux chevronnés et rusés de Lin Xuanyuan avaient discerné l’unicité de cet art martial brandi par cette fille se comportant habituellement sans prétention, il sut qu’il devait mettre la main dessus.

Fuyao ne pouvait que serrer les dents et admettre sa défaite. Elle connaissait la fourberie de ce vieux cabot. Après tout, « fendre les neuf cieux » était devenu sa « technique secrète » en quelques mots à peine. Que la secte des cieux profonds obtînt une technique exceptionnelle supplémentaire n’était qu’une question de temps. Quant à elle, la « voleuse d’enseignements secrets », seule la mort l’attendait : Fuyao serait assurément réduite au silence.

Pourtant, Fuyao ne désirait guère périr en ce lieu ; il lui restait d’importantes missions à accomplir. Malheureusement, elle était seule et grièvement blessée par la torture subie régulièrement. De plus, la nourriture restait aux abonnés absents. Comment survivrait‐elle ?

Elle respira avec difficulté et jeta un œil à travers l’amoncellement de pierres qui scellait l’entrée de la grotte. La lune brillait au loin et à ses yeux injectés de sang, elle semblait toujours plus enchanteresse et indistincte, lointaine et intouchable. Cette même lune répandait sa lumière sur tout le continent des cinq régions et éclairait l’oreiller du vieux cabot, mais ne pouvait disperser l’obscurité qui enveloppait son corps depuis sept jours et sept nuits.

Les lèvres de la jeune fille esquissèrent un sourire amer. Fuyao ferma les yeux et sentit sa réserve interne de qi véritable en majeure partie dissipée. À l’apogée du troisième niveau pour « fendre les neuf cieux », elle vit ses efforts s’effondrer de moitié. Plus d’un an de pratique ardue complètement perdu…

D’après son vieux maître taoïste, « fendre les neuf cieux » était un art martial du plus haut niveau : il pouvait faire trembler les anciens, choquer les nouveaux pratiquants et abasourdir le monde entier. Par ailleurs, la difficulté augmentait avec les niveaux pratiqués. Cela dit, une fois le neuvième palier atteint, le pratiquant dominait le monde et touchait les cieux du doigt, paraissait‐il. À ces mots, Fuyao avait grogné avec dédain, sûre à 80 % que son fichu maître ne faisait que l’ouvrir grande.

Cela dit, cette technique était véritablement difficile. Dix ans durant, elle l’avait pratiquée avec assiduité et n’avait atteint que le troisième niveau. Malgré tout, cela suffit pour que son maître chantât ses louanges et la considérât comme un génie. Quoi qu’il en fût, elle exécra d’avoir perdu tout un niveau de pratique.

La nuit se fit plus noire encore. Un son presque imperceptible d’eau qui gouttait commença à résonner dans la grotte silencieuse.

Luttant pour se relever, Fuyao se traîna petit à petit sur le sol. Ses chaînes de fer s’entrechoquaient. Longtemps après, elle atteignit enfin le mur en pierre sur le côté de la grotte. Tombant lourdement contre ledit mur, Fuyao, éreintée, ignora l’humidité et la saleté des roches et colla sa joue à la paroi d’où s’échappait de l’eau, goutte par goutte. C’était cette eau salvatrice que Fuyao attendait. Ces derniers jours, elle dépendait de ce filet d’eau minuscule qui apparaissait toutes les nuits à la même heure pour survivre.

Après quelques gorgées et des halètements de douleur, Fuyao se palpa le visage et se rendit compte que l’eau avait lavé ses cicatrices factices. Cela importait peu, en fin de compte. Personne ne lui rendrait visite sous peu, de toute manière.

Une fois sa soif assouvie, son esprit fut un soupçon revigoré. Fuyao prit appui sur le mur et porta son regard à l’extérieur de la grotte par inadvertance. Tout à coup, ses yeux se concentrèrent.

Devant la grotte se tenait une falaise solitaire et en saillie, telle la lame d’un couteau taillée par les dieux. Fuyao en avait une vision de profil, donc la falaise formait une pointe oblique qui dépassait de la montagne. La lune ronde et brillante flottait pile sous cette falaise abrupte, comme si elle était accrochée au bord du précipice.

La lumière lunaire semblait à la fois froide et chaleureuse. Dans la lune resplendissante dansait une personne, épée à la main. Sa longue robe tournoyait au gré de ses pas et avec le vent. Au milieu des nuages et du léger brouillard qui enveloppait la falaise, la silhouette apparut éthérée et hors de portée. Le jeu énergétique de mains et de pieds de la personne flottante attirait le regard. La longue épée voletait élégamment : elle semblait tailler les nuages et sculpter la lune. La scène était tel un mirage distant et dégageait une aura libre et indomptée, comme celle des immortels faits d’esprit et d’os en jade.

Une perle tombant sur une surface en jade, un tableau enchanté traversé en bateau… Tous ces paysages aussi magnifiques fussent‐ils ne valaient pas cette danse de l’épée. Celle‐ci était agile et gracieuse, vigoureuse et charmante.

Une rivière d’étoiles s’écoulait sans fin dans le ciel et un halo glacial enveloppait la lune. Les ombres créées par la danse contrastaient sur fond de lune blanche et créaient une peinture animée. Quant à la personne dansant l’épée à la main, elle incarnait dignité et éminence.

Fuyao avait été envoûtée à son insu, tant et si bien qu’elle ne s’aperçut pas qu’une ombre s’était dessinée à l’entrée de la grotte. Elle ne se rendit pas non plus compte que des bruits de pas se rapprochaient.

Note de l’auteure

Ouaip… mes chers lecteurs.… le personnage principal masculin arrive…

Note de la traductrice

Voilà ! Qui approche donc ? Allons‐nous avoir droit à une nouvelle salve d’interrogation… musclée ? Par ailleurs, quel est cette étrange silhouette aperçue sur la falaise ? Fuyao hallucine‐t‐elle ? Que de questions… Décidément, il faut s’armer de patience.

Littleangele

Rat de bibliothèque, marmotte et hibou, vagabonde et ermite, tricoteuse et bricoleuse. Entre (beaucoup d')autres. Cela dit, j'imagine que seule ma casquette de traductrice vous intéresse.

Les derniers articles par Littleangele (tout voir)

Fuyao – Livre 1 Chapitre 4
Fuyao – Livre 1 Chapitre 6

10 Commentaires

  1. gutsguts

    merci pour le chapitre

    Répondre
  2. Mazz

    Merci pour ce chapitre !!

    Répondre
  3. Storm

    Quel suspens !

    Répondre
  4. Shirosuu

    Merci pour le chapitre, dommage qu’il est été si court..

    Répondre
  5. neodaoistneodaoist

    merci pour le chapitre

    Répondre
  6. TaliaTalia

    Merci pour le chapitre !!!

    Répondre
  7. Higanbana

    Merci pour ce chapitre

    Lin Xanyuan est un gros enfoiré.

    Répondre
  8. HinomuraHinomura

    Merci pour le chapitre

    Répondre
  9. Aximili

    Merci pour le chapitre !

    Répondre
  10. tang san

    merci pour le chapitre

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com