LDO : Chapitre 41

LDO : Chapitre 40
LDO : Chapitre 42

Chapitre 41

 

Nous nous relevâmes bien vite en faisant face à ces deux auras qui approchaient rapidement. Trop rapidement. Vraiment trop. Vraiment, vraiment trop rapidement.

– Non mais on a compris, ils sont vraiment trop rapides, là !

Dai Lin se tourna vers moi et me regarda d’un air surpris.

– Mais à qui tu parles ?

Perplexe, je fronçai les sourcils.

– Euh… Quoi ?

Je n’eus pas le temps de chercher à comprendre le sens de sa question. Les deux ennemis arrivaient déjà à portée de vue dans un nuage de poussière. Et effectivement, ils avançaient à une vitesse folle !

– Un… Un cavalier ! C’est un cavalier !

Dai Lin s’était avancée et exclamée d’un coup, avant que je puisse voir moi-même de quoi il s’agissait. Mais je pus constater qu’elle avait raison ! C’était un zombie monté sur un… cheval ?!

– N… Non ! Ce n’est pas… Je la sens, maintenant !

– Quoi ?

Dai Lin fut prise au dépourvu par ma réaction. De moi n’émanait plus aucune pression meurtrière. Après tout, je venais de voir…

– …Zombicorne !

Je m’étais imaginé ne jamais la revoir. Plus jamais ! Après tout, elle avait disparue depuis si longtemps ! J’étais sur le point de fondre en larmes lorsque j’aperçus son cavalier et me remis en garde… pendant une seconde.

– …Pio ?!

Je ne le distinguais pas vraiment de là où j’étais mais s’il existait un autre zombie sans tête brandissant bien haut une lance comme il le faisait, alors j’étais vraiment le plus malchanceux des types de la création !

Dai Lin remarqua elle aussi – elle n’était pas idiote et elle m’avait en plus entendu crier son nom – et se rua dans sa direction. Je la suivis tant bien que mal et Pio arrêta bientôt Zombicorne à notre hauteur. J’étais alors persuadé qu’il aurait volontiers raconté toute son histoire, mais il se contenta d’agiter les bras dans tous les sens pour tenter de nous expliquer des tas de choses que je n’allais certainement jamais comprendre.

Je décidai de l’arrêter pour qu’il ne s’épuise pas pour rien. Mais au moment où je levai la main pour lui intimer d’arrêter de gesticuler ainsi, je sentis quelque chose d’étrange. Ce qui émanait de lui, la puissance de sa base de cultivation, ce n’était plus commun. Je pouvais maintenant sentir qu’il s’agissait de qi de mort !

Je fermai les yeux et tout en le laissant continuer de tenter d’expliquer ses aventures à Dai Lin, je me mis à l’ausculter avec précision, secondé par l’analyse des deux vieux.

Il s’avérait qu’il possédait effectivement une base de cultivation composée de qi de mort, désormais. J’étais pourtant certain qu’une fois loin de la source de qi de mort, ce dernier, même présent dans les morts-vivants, se changeait rapidement en ténèbres, reprenant alors sa forme naturelle.

Xinlong m’expliqua rapidement que la source de qi de mort était totalement scellée et que désormais, ce qui s’en rapprochait le plus, c’était moi. Aussi, lorsque Pio m’avait approché, il avait naturellement été affecté par le qi de mort si familier aux morts-vivants…

– Donc, s’il s’éloigne de moi, il va à nouveau posséder un qi de ténèbres ? C’est compliqué, tout ça…

Peu désireux d’en savoir plus sur le moment, je rouvris les yeux et vis une Dai Lin occupée à le regarder s’agiter en vain. Cette fois, je levai la main pour le forcer à arrêter et lui lançai un regard lourd de sens lui signifiant qu’il était toujours à dos de ma Zombicorne, et moi non.

Ceci dit, il n’eut pas l’air de comprendre et me rendit un regard perplexe. Je pouvais le sentir malgré son absence de tête.

Secouant la mienne, je décidai de laisser tomber et me tournai vers Dai Lin.

– Bon, il faut prévenir tout le monde que les morts-vivants, c’est fini ? C’est ça ?

Elle hésita un moment, son regard passant de Pio à moi, de moi à Pio.

– …Oui, mais… On risque de nous accueillir assez mal.

Je lui adressai un large sourire.

– Ne t’en fais pas pour ça ! Tu te rappelles le type qui s’est enfui un peu plus tôt ? Celui dont tous les amis se sont fait tuer ?

Elle hocha la tête et attendit de savoir ce que je voulais avec ce mec.

– Eh bien, je suis à peu près certain qu’il va le faire à notre place. Donc ne t’en fais pas. La nouvelle va se répandre au plus vite. Alors ? Une autre idée ?

Elle sembla réellement surprise par ma déclaration. Mais j’étais malin et ça ne m’étonnait pas. Peut-être n’avait-elle pas compris qu’il s’était enfui pour prévenir les siens que tout était terminé. D’ailleurs, elle n’insista pas et se contenta de me regarder d’un air perdu alors je décidai de ne pas insister et de prendre les choses en main.

– Nous allons rentrer chez toi, Dai Lin. Nous pourrons ainsi voir si… si quelqu’un a survécu.

Elle ne répondit pas. Évidemment, je pouvais lire dans son regard toute l’hésitation dont elle était capable suite à ces mots ; sans doute parce qu’elle ne parvenait pas à se faire à l’idée que j’étais aussi malin. Mais elle devrait bien finir par accepter les faits pour ce qu’ils étaient.

Ne lui laissant guère le choix, je bondis dans le dos de Pio et attrapai Dai Lin pour la hisser derrière moi. Il avait l’habitude de chevaucher désormais et il pourrait m’éviter de me fatiguer pour rien. Il n’avait qu’à me servir de chauffeur.

Zombicorne ne broncha pas sous le poids de trois personnes et son corps de mort-vivant fit demi-tour avant de s’élancer au triple galop sous l’impulsion de Pio. Je ne savais pas depuis combien de temps il la chevauchait mais leur relation était devenue sensiblement plus fusionnelle qu’avant. Je souris, mes amis se liaient d’amitié et c’était bien.

Nous chevauchâmes ainsi pendant des jours et des jours. Dai Lin et moi ne nous arrêtions que lorsque nous devions nous nourrir et le reste du temps consistait en une rouste pour nos postérieurs. Mais il fallait faire avec, nous allions au moins quatre fois plus vite qu’à pied.

Un matin, alors que le soleil artificiel s’illuminait paisiblement, je ressentis quelque chose, loin sur notre droite. Dai Lin et Pio n’avaient pas sourcillé – Pio aurait eu un mal fou même s’il avait essayé – et j’en conclus que le fait d’avoir ouvert plusieurs portes à répétition avait quelque peu amélioré ma perception. Il fallait dire que même pour le monde étrange de la cultivation, j’étais un drôle de spécimen.

Ordonnant à Pio d’arrêter notre monture, je tournai la tête dans la direction d’où m’était provenue cette sensation étrange. Je plissai les yeux, affutai tous mes sens et laissai s’étendre ma zone de perception de qi afin de comprendre d’où m’était venu ce malaise.

Mais aussitôt, elle disparut. Je ne ressentis plus rien et même en me concentrant longuement, je ne pus que constater qu’elle avait disparue.

Je haussai les épaules avant d’ordonner à Pio de redémarrer notre véhicule.

– Quelque chose ne va pas ?

Dai Lin s’inquiéta ceci dit de notre arrêt et de mon comportement. Elle cherchait à comprendre ce qui m’arrivait. Je me contentai de secouer la tête.

– Non, tout va bien.

Jetant un dernier regard vers notre droite, j’en déduis que ce n’avait dû être qu’un monstre qui avait fui en me sentant arriver. Il ne fallait pas oublier que les monstres naturels – comprenez qui ne provenaient pas d’une source de qi spéciale – avaient tendance à me fuir à cause de mon qi temporel.

Deux jours plus tard, nous arrivâmes à un endroit connu. Pio fut le premier à réagir, rapidement suivi de Dai Lin.

– C’est… C’est l’endroit où tu es mort.

Elle trouve cependant utile de rappeler à Pio qu’il avait perdu la vie là-bas, juste là. J’eus un peu peur qu’il ne réagisse de façon assez mauvaise en se souvenant de tout ça, mais il se contenta de hausser les épaules et de frapper Zombicorne avec ses talons une fois de plus.

Mais c’était logique. Il avait eu plusieurs mois pour accepter ce qui lui arrivait – dont un certain temps seul, à la recherche de ma fidèle monture. Et je le savais fort de caractère, alors je ne m’en fis pas bien longtemps. Nous nous préparions à reprendre notre route, quand soudain, le sol trembla et des larges crevasses apparurent un peu partout, au sol.

Zombicorne panique légèrement mais son caractère de mort-vivant prit rapidement le dessus et elle se calma tout aussi vite.

– C’est… C’est quoi, ça ?!

Dai Lin, quant à elle, paniqua bel et bien.

– Bon sang ! Tu es capable de me balancer par-dessus une armée de zombies à bout de bras, d’affronter un zombie fou à mes côtés, mais tu te mets à délirer pour trois ou quatre trous dans le sol ?!

Je ne comprenais vraiment rien à cette fille, pour ne dire que ça.

Pio garda lui aussi un calme olympien et ordonna rapidement à Zombicorne de filer droit dans une direction particulière où le sol était encore praticable. Elle ne se fit pas désirer et partit en trombe, nous faisant presque tomber tandis que nous ne nous attendions pas à un tel départ explosif.

Une pression incroyable descendit sur toute la zone et j’eus un mal fou à respirer convenablement.

– Cette aura…

Dai Lin réagit plus rapidement que moi, cette fois, et comprit de quoi il s’agissait.

– Une aura des Fondations ! On nous attaque ! C’est un humain !

 


 

 

Allez, sans plus attendre, un autre twist !

Que pensez-vous de la suite ?

Raka
Les derniers articles par Raka (tout voir)
LDO : Chapitre 40
LDO : Chapitre 42

7 Commentaires

  1. Wolverine

    Merci pour le chapitre

    Répondre
  2. flo

    merci pour le chap 🙂

    ce serai sympa qu’avec l’aura de mort qu’émet pio et celui d’osumba qu’osumba fasse repousser ça tête (comme avec ça jambe) si pio s’éloigne elle se détériore mais au moins il retrouverai la parole (avec un son chelou :D).

    sinon pour le mec je vois bien soit celui d’en haut (qui doit faire redevenir blanc) avec la grosse bastion d’avant le sceau c’est affaiblis suffisamment ou détruire.
    soit le mec a qui il a fait une armée qui vient se venger un peu^^

    Répondre
  3. IsybileXiaoNovels

    Merci pour le chapitre !

    Répondre
  4. DarkramDarkram

    Quel plaisir de revoir notre chère Zombicorne ! Et quel plaisir également de revoir notre cher Pio qui n’a toujours pas de tête ! Faudrait effectivement trouver une solution pour la lui faire repousser parce que niveau communication, c’est pas terrible ^^”. Et effectivement, c’est un chapitre plutôt court. Tu nous avais habitué à mieux que ça. Tu me déçois :p ! Enfin, tu as déjà eu le courage de nous pondre un chapitre malgré la chaleur étouffante de ton côté donc je te pardonne ^^.

    Pour la suite, je dirai que la priorité, ce serait de trouver rapidement une zone stable et à l’abri des crevasses parce que si ça continue, je ne donne pas cher de leur peau ^^”. Ensuite, je ne vois pas trop à part se cacher quelque part pour analyser calmement la situation et agir convenablement, enfin si bien sûr ils peuvent se permettre de le faire ^^.

    Bref, merci pour le chapitre !

    Répondre
  5. Aximili

    Merci pour le chapitre !

    Répondre
  6. noname.exenoname.exe

    Merci pour le chapitre

    Répondre
  7. gutsguts

    Merci pour le chapitre

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com