OG Chapitre 106 [Bonus]

OG Chapitre 105
OG Chapitre 107

Et hop, voilà le premier chapitre bonus du soir ! Celui là est pour remercier Antoine de sa générosité !

Bonne lecture à tous et encore merci, Antoine !

 

 

Chapitre 106

 

Je voulais désespérément gagner 80,000po, mais avec ça ? Ce n’était pas 80,000 que j’allais gagner, mais des millions !

Hah, sérieusement… »

Une épée forgée à partir de matériaux contaminés par une substance étrangère avait été terminée avec un rang légendaire !

Je pensais que j’aurais déjà de la chance si je ne finissais pas avec un rang pourrie… Bon, c’est étrange tout ça. Suis-je en train de rêver ?

Je n’arrivais pas à réaliser, car c’était un résultat totalement inattendu. Je me pinçai la jour pour en être sûr, puis j’affirmai avec certitude : « Ce n’est pas un rêve. »

Je parvenais à peine à y croire, mais c’était bien la réalité.

Quel genre de personne étais-je ? Pendant 27 ans, j’avais été un symbole de poisse.

En école primaire, j’avais été enlevé durant un voyage scolaire, alors du coup je n’en avais pas de bons souvenirs. Au collège, j’avais assisté à un délit de fuite lors du voyage de fins d’études. J’avais tendance à avoir mal au ventre durant les pique-niques ou les cours de sports, je n’avais jamais trouvé ne serait-ce que 100 won par terre, et j’ai été frappé par des voyous du coin ou des brutes de l’école 89 fois très exactement.

À la fac, j’ai dû faire mon service militaire, et j’ai été renversé par un type qui a fui ensuite en en sortant. J’ai dû payer 3 millions de frais d’hospitalisation, et j’ai presque été tué par une intoxication alimentaire à l’hôpital. Cependant, comme aucun autre patient n’a été touché, ils finirent par conclure que j’avais secrètement mangé de la nourriture provenant de l’extérieur, et je ne reçus aucune compensation.

Je n’avais vraiment mangé que ce que l’hôpital m’avait servi à l’époque. Pourquoi les autres patients allaient bien alors que je souffrais d’intoxication alimentaire reste un mystère pour moi.

Le riz de l’hôpital était dégueulasse alors les autres patients ne mangeaient rien de ce qu’ils leur servaient…

Mais était-il vraiment possible que j’aie été le seul patient de tout l’hôpital à manger ce qu’on me servait ? C’était peut-être l’oeuvre d’un horrible fantôme.

Quoi qu’il en soit, ce n’était pas là les seules fois où j’eus la poisse. Lors de mon service militaire, le commandant de mon bataillon rentrait bourré à chaque fois que j’étais de garde, et il se passait les nerfs sur moi en braillant. Ensuite, je suis resté le plus jeune du peloton parce que mon successeur n’est pas venu : trois jours avant les dernières vacances, mon successeur fut blessé lors d’un incident et il fut hospitalisé. Du coup, je dus travailler durant les vacances.

Je vécus d’innombrables autres expériences horribles alors que d’un autre côté, je pouvais compter mes moments de bonheur sur les doigts de la main. Un de ces bons souvenirs était le moment où j’avais pu manger deux portions d’entrecôte.

Lorsque j’avais 13 ans… Mon grand-père m’a donné de l’argent en disant que j’étais son seul petit-fils… J’ai alors pris quatre entrecôtes que j’ai mangées tout seul… 

J’étais vraiment pathétique. Manger de la viande représentait l’un des meilleurs moments de ma vie ! J’avais passé 27 horribles années avec très peu de moments heureux. Mais récemment ? Ce symbole de poisse que j’étais se transformait en un symbole de chance.

J’appréciais grandement ce changement.

« Je crois que ma mère est allée prier au temple et à l’église ces derniers temps. »

Ma famille et moi avons toujours été non-croyants et du coup, je craignais sérieusement que j’eusse la poisse pour cette raison. Récemment, ma mère sortait les week-ends pour prier Dieu et Buddha pour son fils.

« Merci maman… »

Des larmes de joie coulèrent le long de mes joues. Je réalisai que je n’étais pas seul dans ce monde en me sentant enveloppé par l’amour de ma mère. Elle réchauffa mon coeur et mon âme.

Puis Ibellin arriva.

« Je suis venu comme tu l’as demandé. As-tu fini Épine ? »

« Tiens. »

Je lui lançai Épine de la rancoeur profonde.

« *tousse* ! »

Ibellin fut si surpris en vérifiant les informations de l’épée qu’il en oublia de respirer.

« *Tousse tousse* ! Q-qu’est-ce que ? Grid ! Tu es bogué ou quoi, Grid ? »

J’aurais tout entendu. « Je suis bogué ? Qu’est-ce que tu racontes ? »

« M-mais… »

Le jeune homme, ne sachant que faire, se tritura les mains nerveusement.

« J’avais entendu dire que les forgerons ne pouvaient pas produire mieux que des objets uniques ! Je sais que les Légendaires ne peuvent être récupérés que lors de raids, alors comment as-tu forgé un objet légendaire ? C’est impossible à moins que tu ne sois un opérateur ou un joueur bogué ! »

Alors que je fronçai les sourcils devant le jeunot confus, une femme apparut à l’entrée de la forge.

« Tais-toi, Ibellin. Ne t’effondre pas pour si peu. »

C’était Jishuka.

Thump, thump.

Elle m’approcha tandis qu’Ibellin essayait de se calmer.

C’est bizarre…

Gloups.

Je déglutis nerveusement. Elle avait l’air plus sexy que d’habitude.

« Grid. »

« O-oui ? »

Une teinte rouge couvrait ses joues. Elle me regarda doucement de ses grands yeux brillants, ce qui fit battre mon coeur plus vite.

Pourquoi est-elle aussi séduisante, aujourd’hui ?

Je plongeai mon regard dans le sien pendant une seconde et fut littéralement séduit. Je détournai le regard de la plus belle femme du monde et recula. Jishuka vint alors vers moi, son souffle chaud touchant mon visage…

« Il est impossible de faire tout ça dans Satisfy à moins d’avoir une classe légendaire… N’est-ce pas, Grid ? »

« … »

« Dis-moi, as-tu une classe légendaire ? »

Je n’avais jamais cru pouvoir dissimuler mon identité éternellement, et je ne ressentais plus le besoin de me cacher davantage. J’avais décidé de tout avouer au moment où j’avais forgé une épée légendaire.

« Tu m’as percé à jour. »

Les yeux de la belle demoiselle brillèrent comme des lanternes. « Je le savais… ! Grid ! Tu es vraiment le meilleur !!! »

« Heok ! »

Une fois de plus. Elle m’étreignit fort une fois de plus. Mon âme quitta mon coeur alors que j’étais enveloppé par son odeur et sa chaleur. Cela dit, je ne mépris pas sur son comportement.

C’est sa façon d’exprimer son pur bonheur.

Cette joie innocente était dissimulée par sa sensualité naturelle. Peut-être qu’elle en souffrait, d’ailleurs. J’ignorai la jeune femme surexcitée et m’adressa à Ibellin.

« Combien tu m’en donnes ? »

Le jeune homme leva calmement un doigt. « Un million de pièces d’or. »

« Hein ? »

Avais-je mal entendu ? C’était un Légendaire, alors ne devrait-il pas valoir au moins deux millions.

Remarquant ma confusion, l’épéiste expliqua : « Comme le dit la description, je suis le propriétaire du sang dont il est question, ce qui signifie que cette arme m’est exclusive. En d’autres termes, personne d’autre que moi ne peut s’en servir, donc je dois malheureusement baisser le prix, même si c’est un objet légendaire.

« … »

Ibellin, qui agissait normalement comme un enfant au visage candide, devenait un adulte quand les circonstances l’exigeaient.

L’image qu’il donne a changé. Il n’est pas devenu un joueur classé pour rien.

Il m’impressionnait, honnêtement.

« La flamberge a d’excellentes performances, mais elle a malheureusement une faible valeur monétaire. Honnêtement, un million de pièces d’or est une grosse offre dans ces conditions. Cette épée ne me servira à rien plus tard, lorsque je pourrai m’équiper d’armes de plus haut niveau. Je suis le seul à pouvoir m’en servir, donc je ne peux pas la vendre… Je suis désolé, mais c’est un objet sévèrement limité. Cela dit, ça ne change rien au fait que c’est une superbe épée pour moi actuellement. Je ne veux pas te décevoir, et c’est pour ça que je suis prêt à payer un million. »

Je n’avais aucune objection. Ce qu’il disait était parfaitement raisonnable ; il n’essayait pas de marchander, il disait juste la vérité. Mais cette vérité était inacceptable.

Je levai trois doigts. « Trois millions. Je n’accepterai pas moins. »

« Hein ? G-Grid ? Je comprends, mais… »

Je me débarrassai de Jishuka et approcha le jeune homme, puis je me saisis de l’Épine de la rancoeur profonde et m’en équipai.

[Vous avez équipé l’Épine de la rancoeur profonde grâce aux caractéristiques de votre classe.]
[Une pénalité est appliquée puisque vous ne répondez pas aux conditions d’utilisation de l’objet.]

« Eh ? »

Ibellin était choqué car selon les conditions d’utilisation, il était le seul à pouvoir l’équiper. Mais je m’en servais, contre toute attente.

Syuok ! Syuok !

Je brandis doucement la flamberge une paire de fois, puis je hochai la tête comme si j’étais très satisfait par son équilibre exquis. Je regardai alors Ibellin avec une légère impatience.

« Trois millions. Tu me l’achètes ou non ? Si tu ne l’achètes pas à ce prix, je ne te la vendrai pas et je m’en servirai à la place. »

Eeeeeeeh~~~~~~~~~~~~ !! »

Quelle arnaque ! Le cri de l’adolescent se répercuta à travers la forge de Khan.

[L’Épine de la rancoeur profonde vous hait et vous maudit.]
[Vous avez résisté à la malédiction.]
[L’Épine de la rancoeur profonde vous hait et vous maudit.]
[Vous avez résisté à la malédiction.]
[L’Épine de la rancoeur profonde vous hait et vous maudit.]
[Vous avez résisté à la malédiction.]

Pendant ce temps, la même fenêtre de notification apparut sans cesse. J’avais l’impression d’être assis sur une mine, mais je parus aussi détendu que possible pendant qu’Ibellin prenait sa décision.

Deux millions…”

Nope.”

2,300,000…”

Je m’en vais.”

2,500,000 ! Vends-la-moi pour 2.5 millions, s’il te plaît ! C’est toutes mes économies datant de L.T.S  et mes droits de diffusion ! S’il te plaît, Grid ! »

… *Soupir*. Je suppose que c’est comme ça. J’accepte, mais c’est bien parce qu’on est de la même guilde. »

« M-merci beaucoup ! »

« Mais j’ai une condition. Fais-moi un dépôt de 80,000po sur-le-champ. »

« Hein ? Ah, d’accord ! »

C’était assez, compte tenu de l’histoire de l’épée du dépassement de soi. Je n’avais pas envie de subir davantage de pertes. Et par-dessus tout, j’étais le seul créateur d’objets légendaires, que tous les joueurs de Satisfy voulaient. Les guildeux ne faisaient pas exception.

[Vous avez obtenu 80,000po.]

Je voulais vite acheter ma voiture. J’adressai un sourire à Jishuka et à Ibellin avant de me déconnecter.

Je commençai par verser 700 millions de won sur le compte de mon père.

« H-Heok ! Youngwoo ? Qu’est-ce que c’est que ça ? »

« Règle ta dette, puis sers-toi de ce qui reste pour stabiliser le magasin… Vous n’avez plus d’employés ces temps-ci, alors vous avez tous les deux travaillé dur, non ? »

Youngwoo…”

« Ne te méprends pas. C’est une somme raisonnable pour tout ton dur labeur, alors ne t’inquiète pas à ce sujet. Tu me crois ? »

« Snif snif ! Mon dieu~~ ! Notre fils capricieux est devenu un homme merveilleux du jour au lendemain ! J’ai l’impression de rêver ! »

« Ce n’est pas un rêve, ne t’inquiète pas. Ce n’est pas un rêve… »

« Youngwoo ! Snif snif snif. »

Ma mère m’étreignit et pleura. J’étais couvert des larmes de ma mère, ces derniers temps. Pendant ce temps, mon père baissa la tête sans rien dire.

J’aurais dû mieux me comporter plus tôt…

Mes parents avaient payé des frais de scolarité coûteux pour m’envoyer à l’université, mais je passai mon temps à jouer au lieu de trouver du travail. Puis je m’étais endetté à mon jeune âge, décevant davantage mes parents. Ils avaient souffert durant plusieurs années par ma faute, aussi jurai-je à nouveau de mieux m’occuper d’eux.

L’après-midi.

Ma mère me gronda après que j’ai acheté la berline à 800 millions. Elle me dit que j’étais encore immature et m’a fait super mal, mais je me sentis soulagé en sentant la force de sa poigne.

Les derniers articles par Wazouille (tout voir)
OG Chapitre 105
OG Chapitre 107

Related Posts

9 thoughts on “OG Chapitre 106 [Bonus]

  1. « En école primaire, j’avais été enlevé durant un voyage scolaire, alors du coup je n’en avais pas de bons souvenirs. Au collège, j’avais assisté à un délit de fuite lors du voyage de fins d’études. »

    Ok à mon tour :
    – voyage scolaire au collège : éruption volcanique islandais au même moment
    – Voyage scolaire au lycée : attentat à Charlie Hebdo une semaine avant et voyage scolaire annulé.
    – 2nd voyage scolaire au lycée : attentat au Bataclan 3 jours avant et voyage scolaire annulé.
    – Actuellement en Erasmus : pandémie à l’échelle mondiale.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com