OG Chapitre 140
OG Chapitre 142 [Bonus]

Et hop, voilà le premier bonus du jour, en l’honneur de la générosité de notre mécène, Vincent ! Un grand merci à lui ! ♥

Bonne lecture et à toute pour le second !

 

 

Chapitre 141

 

Grid profita constamment de Jude et des soldats durant les trois jours de voyage vers la Forêt Grise, à la bordure du territoire de Bairan.

Il leur ordonna de se battre contre les monstres attirés par la cape de Malacus mais cependant, les monstres de Bairan étaient au minimum de niveau 100, tandis que ceux de la Forêt Grise étaient au moins de niveau 120. Autrement dit, ces soldats de niveau 70~80 avaient du mal à les affronter et souffraient.

Mais l’aventurier resta ferme. Il n’ordonna jamais aux hommes de battre en retraite, ce qui les forçait à se battre même s’ils devaient en mourir. Il ne leur accorda presque aucune pause, et au final les soldats furent forcés à se battre avec leur vie sur le fil. Et de fait, ils furent plusieurs fois à deux doigts d’y passer…

Les troufions ne considéraient plus leur commandeur comme un héros, mais comme un démon.

Au départ, ils s’étaient imaginé que cette expédition n’avait pour but que de les tourmenter, mais aucun d’entre eux ne mourut face aux monstres. À chaque fois qu’ils se retrouvaient à l’article de la mort, le forgeron et les chevaliers les sauvaient.

Cette torture continua durant trois jours, et le niveau moyen des soldats monta à 90. Jude, qui se battait toujours seul en tête, parvint à atteindre le niveau 110.

Y’a pas… Les NPCs sont différents des joueurs.

Grid réalisa certaines choses : les joueurs gagnaient 10 points de stats à chaque fois qu’ils gagnaient un niveau, là où les PNJs obtenaient entre 6 et 20 points de stats. Jude avait gagné au moins 16 points de stats à chaque prise de niveau, un résultat digne d’un PNJ de rang A.

Ces résultats l’encourageaient.

C’est bien, Jude, grandis rapidement et deviens mon fidèle serviteur.

La compagnie atteignit enfin la Forêt Grise le jour suivant et là, l’atmosphère devint étrange. Les soldats, qui avaient gagné confiance sous les ordres de l’aventurier, perdirent tout courage en un instant.

« J-je suis désolé, mais nous ne pouvons pas aller plus loin. »

L’entrée de la forêt était couverte d’un brouillard empoisonné généré par des fleurs toxiques. Cette brume couvrait un rayon de 300 mètres, aussi les chevaliers comme les soldats reculèrent naturellement. Ils étaient à 5 mètres du brouillard et pourtant, leur peau était déjà irritée. Ils pouvaient sentir leur santé s’étioler en temps réel.

Roméo estima qu’entrer dans la forêt sans être accompagné d’un prêtre de Rebecca était du suicide.

« Affronter le Gardien de la Forêt avec ce groupe est déraisonnable, d’autant qu’on ne peut même pas l’atteindre… C’est bien qu’on soit arrivés jusque là, mais nous ne pouvons que faire demi-tour… »

Les troufions ne bougèrent plus d’un pouce, et le forgeron ne les força pas à avancer.

La brume toxique de ces fleurs inflige 350 points de dégâts par seconde.

Les soldats avaient moins de 3,000 points de vie, alors s’il les avait forcés à avancer dans le brouillard, ils seraient morts avant même d’avoir pu faire 100 mètres. Grid avait travaillé dur pour les entraîner, et il ne voulait pas les perdre ainsi.

Je dois avancer.

La fleur poison n’était pas une simple plante toxique ; c’était une plante carnivore de niveau 160 qui attaquait tout ce qui passait à sa portée avec ses tentacules. (NdT Yamete kudasaiiiiiiiii~) C’était le cauchemar des voyageurs et des monstres.

Cela étant, ces fleurs ne représentaient aucun danger pour l’aventurier. Quelque peu tendu, ce dernier glissa la main dans son inventaire afin d’en sortir Dainsleif pour se débarrasser des plantes, quand…

« Jude ? »

Jude, toujours aussi silencieux, avança vers la brume qui terrifiait même les chevaliers !

Il est bel et bien l’homme qui a toute mon attention !

Le forgeron bouillait d’anticipation. Qu’allait donc faire Jude pour franchir le brouillard toxique ? Il l’observa avec curiosité, et l’idiot du village entra enfin dans la brume. Sa barre de vie commença alors à décliner à une vitesse considérable.

Mais Jude n’y prêta aucune attention. Il continua d’avancer en grognant, puis il tomba face contre terre.

« … Hein ? »

Grid était stupéfait par ce développement inattendu, tandis que les soldats s’écriaient.

« Ah ! Capitaine ! Il a avancé sans réfléchir et court maintenant à sa perte ! »

« Allons vite le secourir ! »

« Bordel, nous devons entrer dans cette brume ? Nous allons également mourir ! »

« Euh… Est-ce que le capitaine va mourir aussi bêtement ? »

La barre de vie de Jude baissait rapidement, et les soldats impuissants furent forcés de voir leur capitaine mourir devant leurs yeux.

Grid réalisa son erreur. Il est stupide, non ?

Malgré tous les niveaux qu’il avait gagnés, Jude n’avait toujours que 11 points d’intelligence. Il possédait également ce sort inquiétant nommé ‘je sais pas’… Ce benêt n’était pas entré dans la forêt parce qu’il avait trouvé un moyen de la franchir, mais parce qu’il était con comme un balai sans manche. Une fois qu’il eut tardivement réalisé la situation, il se lança précipitamment à la suite de son favori.

Je ne peux pas le perdre comme ça !

« Vicomte ! » S’écrièrent Roméo et Deck. Ils n’arrivaient pas à comprendre pourquoi un vicomte se jetait dans un nuage de poison juste pour sauver un simple capitaine.

Deck hurla avec empressement : « Sire Roméo ! Si le Vicomte meurt, alors on y passera tous ! »

« Oh bon sang… ! »

Mais c’était déjà trop tard. L’aventurier avançait à une vitesse surhumaine, au point qu’il se trouve déjà au milieu de la brume au moment où les chevaliers pensaient à l’arrêter.

« Bois ça vite ! »

… ?”

Jude sentit sa vision s’obscurcir et une horrible douleur l’envahir. Il pensa alors qu’il allait mourir quand soudain, une personne courut jusqu’à lui et le releva. On lui fit ensuite boire une potion… ? Son sauveur n’était autre que Grid.

… ?”

Un noble avait risqué sa vie pour sauver un roturier ? Mais ne considéraient-ils pas les soldats comme de la chair à canon, sur les champs de bataille ? Le commandeur était différent des nobles qu’il avait rencontrés. Pourquoi était-il différent ? Jude était curieux, mais sa bêtise l’empêcher de découvrir la raison. Du coup, il était juste enthousiasmé.

Il prit ensuite une expression stupide tandis que les tentacules des plantes volaient droit vers lui. Ces tentacules étaient aussi agiles que des oiseaux mais naturellement, aucune ne put atteindre Jude. Comment des monstres de niveau 160 pourraient affronter l’aventurier ?

« Habilité à l’épée de Pagma, Vagues ! »

Des épées lumineuses se déployèrent dans toutes les directions autour du forgeron, et les tentacules qui volaient vers l’imbécile heureux furent détruits. Des douzaines de fleurs hurlèrent, puis le gaz toxique commença à disparaître comme s’il n’avait jamais existé. Jude regarda son maître avec un air idiot et admira sa technique.

Il est fort.

De l’air pur commença à emplir ses poumons. Grâce à sa vitalité naturelle, il fut rapidement libéré de la douleur et il se redressa avant de s’incliner devant Grid.

« Merci. »

C’était des remerciements bien trop courts envers quelqu’un qui avait sauvé sa vie… L’aventurier fut embarrassé un bon moment.

Il est vraiment stupide.

« C’est bien d’être courageux, mais il faut réfléchir avant d’avancer. Tu n’as qu’une seule vie, pas vrai ? » Lui dit-il.

« … Hum. »

Jude hocha la tête comme s’il avait compris, mais c’était trop subtil pour lui. C’était comme si’l ne comprenait pas ce qu’il lui avait dit. Le forgeron devint mal à l’aise et ne put s’empêcher d’éprouver une certaine anxiété ; ça n’était pas difficile, bon sang ! Il lui avait juste demandé d’être prudent ! À quel point était-il con pour ne pas comprendre ça ?

Les chevaliers et les soldats accoururent alors.

« Vous êtes sain et sauf ! »

Ils regardèrent leur commandeur avec admiration.

« C’est incroyable que vous ayez pu balayer des douzaines de fleurs poison en même temps ! C’est la majesté du héros qui a vaincu Malacus ! »

« Vous avez volé au secours du capitaine ! Vous êtes la quintessence même de la noblesse ! »

Roméo et Deck chantèrent les louanges du forgeron, et les soldats qui le traitaient de démon le reconnurent à nouveau comme étant un héros.

« Vous êtes le meilleur, Vicomte ! »

« Merci d’avoir sauvé le capitaine ! »

Grid sourit devant les vivats de ses troupes, mais il avait un mauvais pressentiment.

« Alors, qu’en dites-vous ? Avec moi, vous pourrez facilement vaincre le Gardien de la Forêt ! »

« … Eh bien, euh… »

Grid avait beau avoir démontré sa splendeur, les troufions restaient néanmoins sceptiques quant à leurs chances de vaincre le Gardien.

L’aventurier n’en avait cure, tout obstiné qu’il était. Il se remit simplement en marche, et les soldats et chevaliers furent forcés de le suivre. La compagnie rencontra alors quelque chose au coeur de la forêt.

« Humains ! Pas humains dans forêt ! Humains polluer forêt ! Pas pardonner humains ! »

C’était un seigneur gobelin. La plupart des gobelins faisaient environ un mètre, mais celui-là en faisait près de deux. Il avait également une force inimaginable… C’était un boss intermédiaire de niveau 180 qui devait être vaincu avant de pouvoir rencontrer le Gardien de la Forêt.

Il invoqua des douzaines de hobgobelins.

Grid analysa la situation et commença à diriger ses troupes.

« C’est le dernier entraînement avant le combat contre le Gardien de la Forêt ! Je veux trois soldats par hobgobelin ! Pendant ce temps, les chevaliers et Jude surveilleront le champ de bataille et aideront les hommes en difficulté. Faites attention au seigneur gobelin : une fois qu’il commence à agir bizarrement, c’est qu’un tremblement de terre va suivre ! À ce moment, dispersez-vous et minimisez les dégâts ! »

Le seigneur gobelin avait la même séquence d’attaque que le Gardien de la Forêt. Il invoquait des hobgobelins tandis que le gardien invoquait des golems, et tous deux pouvaient provoquer un tremblement de terre sur une grande surface.

C’est pourquoi les groupes voulant tuer le Gardien avaient tendance à affronter le seigneur gobelin pour s’y préparer. Grid s’était déjà familiarisé avec le processus, et il réagit aussi calmement que possible.

Ensuite !

Les soldats et les chevaliers affrontèrent les hobgobelins en suivant le plan de leur commandeur, tandis que celui-ci approchait du seigneur gobelin. Il utilisa ensuite ‘Tuer’ pour le contenir.

[Coup critique !]
[L’effet de l’option des Gants de la Lumière Sacrée est activé et vous fait attaquer la cible cinq fois.]
[Vous avez infligé 302,555 points de dégâts.]
[Vous avez vaincu le garde de la Forêt Grise, le seigneur gobelin !]
[Vous avez obtenu 2,600,100 points d’expérience.]
[Vous avez obtenu le Gourdin du Seigneur Gobelin.]
[Vous avez obtenu les crocs du Seigneur Gobelin.]
[Vous avez gagné un niveau.]

« … Ah. »

Le coup critique de Tuer combiné à l’option des gants avait plongé le boss griffon dans un état critique, et c’est pourquoi il avait aisément réglé son compte au seigneur gobelin niveau 180.

Ce n’était évidemment pas ce qu’il avait prévu. Pourquoi le pouvoir de ses objets s’exerçait avec un timing aussi parfait ?

« Hiiik ! Humains ! Terrifiants ! »

Les hobgobelins s’enfuirent, terrorisés, tandis que Grid était embarrassé.

Bordel, j’aurais dû enlever les gants…

Il regrettait d’avoir raté une belle occasion d’entraîner ses troupes, tandis que les soldats et chevaliers étaient abasourdis.

Est-il humain ?

Il est ridiculement puissant…

« Il est temps de chasser le Gardien de la Forêt. »

Dans tout ce chaos, seul Jude continua d’avancer sans réfléchir.

Les derniers articles par Wazouille (tout voir)
OG Chapitre 140
OG Chapitre 142 [Bonus]

Related Posts

9 thoughts on “OG Chapitre 141 [Bonus]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com