OG Chapitre 335
OG Chapitre 337

Bonjour tout l’monde !

J’espère que vous avez passé un bon week-end ! Voilà votre premier OG de la semaine !

J’espère que vous le trouverez à votre goût :3

Bonne lecture !

 

 

Chapitre 336

 

« Mon petit-fils est bel et bien formidable ! Il ne pleure pas lorsqu’il fait popo, comme un vrai homme ! Tout comme moi ! »

« C’est bien qu’il soit aussi habile que moi. Il est aussi beau et intelligent qu’Irène. »

« Ah ! Il est parfait ! C’est presque comme si un dieu l’avait fait ! Je te respecte d’avoir donné naissance à un si bon fils ! »

« Et moi j’admire l’homme qui a aidé à donner naissance à une femme adorable comme Irène ! »

« Kelkelkel ! »

« Hahaha ! »

Grid et son beau-père s’emportèrent quelque peu pendant que la domestique changea la couche de Lord. Les grands seigneurs qui représentaient leur nation avaient oublié leur dignité, ce qui faisait un peu grogner Irène, mais elle garda le silence. Elle comprenait leur excitation et ne souhaitait pas leur donner une douche froide.

« Lord est fatigué. Nous ne devrions pas interrompre sa sieste, alors sortons. »

« C-c’est que… Je voulais encore jouer un peu avec lui. »

« Père a raison. Ne sais-tu pas que le sommeil est très important pour la croissance d’un enfant ? Nous ne devrions pas l’empêcher de dormir. »

« On ne peut rien y faire… »

« Dors bien, Lord. Bisou. »

Le couple laissa leur enfant à la nounou et sortit de la pièce avec le Marquis Steim.

Un moment plus tard, alors que la nounou s’était endormie…

« … »

Quelqu’un tomba discrètement du plafond, sans faire le moindre bruit. La nounou endormie, tout comme les chevaliers gardant la porte à l’extérieur, ne remarqua l’arrivée du visiteur ; c’était naturel. L’homme à la peau sombre et aux longs bras n’était autre que Kasim, le Roi des Ombres.

Combien de personnes pouvait percer sa furtivité ? À peine une poignée à travers le continent.

Il est encore plus mignon de près.

Au départ, Kasim protégeait Irène, mais il restait à présent aux côtés de Lord. La plupart des nobles chérissaient davantage leur descendance que leurs femmes, et Grid était pareil. C’est pourquoi Kasim changea ses priorités.

Il attirera de nombreuses femmes quand il sera plus vieux.

Ces 10 derniers jours, Kasim avait été stupéfait en observant Lord. C’était la première fois qu’il voyait un nouveau-né aussi beau et intelligent. Bien qu’ils n’aient pas le moindre lien de parenté, il était heureux de le regarder.

Sans ce maudit empire…

Il aurait pu épouser une femme Nero, avoir un enfant et mener une vie normale.

Kwaduduk !

Au moment où sa soif de vengeance ressurgit, Lord ouvrit soudainement les yeux. Le nouveau-né parvenait à le détecter quand la nounou et les gardes ne le pouvaient pas.

Kasim en fut aux anges.

Ses sens innés surpassent largement ceux d’une personne ordinaire.

« Abu ! Abu ! »

Lord tendit les bras vers Kasim, un sourire clair dans le regard. C’était comme s’il le regardait directement.

Sait-il que je le protège ?

Ce bébé était un véritable génie. Kasim, le plus puissant assassin au monde, se sentit devenir cupide devant lui.

« Veux-tu jouer avec moi tous les soirs à partir de maintenant, petit gars ? »

« Abu ! Abu ! »

Les yeux du bambin brillèrent comme des lanternes, comme pour lui répondre. Kasim sourit de satisfaction, ramassa les cubes et les arrangea d’un côté du bébé.

« Lance-ça comme ça. »

L’assassin lança un bloc et toucha une des poupées placées sur le rebord de la fenêtre. Tok !

Lord rit en voyant la poupée tomber mais avec son corps de bébé, les poupées étaient encore hors de portée.

« Bubu ! Bu ! »

Lord remua les bras lorsque son bloc ne parvint pas à atteindre la cible. Il semblait blessé dans sa fierté de ne pouvoir rivaliser avec Kasim, qui trouva ça absurde.

Un nouveau-né comprend mes mots et a soif de victoire… !

Et de plus !

Il est déjà plus fort que la plupart des garçons !

Le bloc qu’avait lancé Lord était très léger aussi pour qu’il atteigne la fenêtre, il fallait avoir la force d’un ado de 14 ans. Mais Lord n’avait que 10 jours ! L’assassin sentit l’enthousiasme le gagner.

Je pense pouvoir lui apprendre toutes les techniques secrètes laissées par le Maître !

Doran et Kasim manquaient légèrement de talent et ne purent apprendre que la moitié de ces techniques secrètes.

Mais cet enfant… !

Ce fut ce jour-là que Lord Steim rencontra le premier de ses sept mentors.

 

***

 

« Ohlala ! »

La nounou se réveilla et eut l’impression d’avoir été frappée par la foudre, car la chambre auparavant propre était maintenant couverte de blocs.

Est-ce le jeune seigneur ?

Un nouveau-né est sorti de son lit et a joué avec ses blocs de bois ? C’était une idée folle, et elle en était conscient, mais… Si quelqu’un était entré, les chevaliers à la porte lui auraient annoncé et l’auraient réveillée. Elle était forcée de suspecter Lord.

Cependant…

Lord était plongé dans un profond sommeil, comme la dernière fois qu’elle l’avait vue.

Lord dort, alors que s’est-il passé… ?

Elle en eut la chair de poules. Ce devait être un fantôme. De son côté, du haut de sa cachette, Kasim était choqué.

Un nouveau-né fait semblant de dormir !

C’était incroyable.

 

***

 

Le désert avait été transformé en champ.

Les soldats paniquèrent à la vue du désert torride changé en un champ de blés dorés.

« Woah… Qu’est-ce que c’est que ça ? »

« Suis-je en train de rêver ? »

Cette situation incroyable laissa les 2,000 confus.

Bunny Bunny était furieux. D’où sort cette scène bizarre ?

« Quel intérêt de créer un champ ? C’est en vain ! »

Hurent fonça vers Royman.

« Uh ! »

Chaaeng !

La jeune femme parvint à peine à bloquer le coup de Hurent quand une lumière bleue visa sa hanche. C’était Impact d’Aura, qu’il utilisait pour créer une autre lame et exploiter cette faille.

Je suis foutue !

Royman était certaine de mourir. Elle ferma les yeux et laissa la lame dorée voler vers elle.

« As-tu plusieurs vies ? Bats-toi jusqu’au bout et n’abandonne pas si facilement. »

Piaro semblait occupé avec le champ de blé, mais il courut à la rescousse de Royman.

« Sire Piaro… ! »

Royman le regarda différemment après qu’il lui ait à nouveau sauvé la vie. Elle le couvrit d’un regard plein de désir, mais elle ne put longtemps supporter son regard, embarrassée qu’elle était. Elle baissa timidement la tête.

« … »

Il n’y avait pas de quoi avoir honte, lorsqu’on était une personne talentueuse venant juste de s’engager dans la voie de l’épée, d’être impuissante face aux forts. Il lui donna quelques mots de réconforts.

« Je vais rajouter deux heures de plantage. »

« Heok. »

Piaro n’avait aucune pitié. Après avoir réduit le temps de sommeil de Royman de 3h30, il se tourna vers Hurent qui souriait bien que son attaque ait été bloqué. Il pouvait se le permettre.

« J’ai entendu dire qu’un fermier cinglé était le gardien de Reidan, mais je ne m’attendais pas à ce que ça soit vrai. Je suis embarrassé. »

« Vous avez l’air bien goguenard pour quelqu’un d’embarrassé. »

« Bien sûr que je suis goguenard. Ma célébrité grimperait en flèche si je battais le fermier qui a stoppé l’invasion des sept guildes. »

« À l’impossible nul n’est tenu, vous savez. »

« On verra bien ; je connais déjà le fin mot de l’histoire. »

« On dirait que vous croyez en vos 2,000 soldats. »

« Non, je ne crois qu’en moi. »

Ttaak !

Hurent claqua des doigts. Est-ce le signal d’attaque pour ses soldats ? Se demanda Piaro, mais les soldats ne bougèrent pas.

Quoi ?

« Uh ! »

Tout à coup, Royman se mit à gémir sous un élan de douleur venant de sa hanche, qui avait été légèrement égratignée par la lame d’aura.

« Mon aura a laissé une marque. »

« Une marque ? »

« Oui, une marque où l’aura peut se manifester. Imaginez un peu : si je déploie mon aura depuis la

« … ! »

Piaro écarquilla les yeux. Il devait être furieux.

Hurent sourit de satisfaction.

« Maintenant, fais ton choix : « Permets à mon armée d’avancer, ou je vais briser ta précieuse copine sous tes yeux ! » Cria-t-il plein d’assurance.

« Est-ce que cette marque peut être gravée à terre ? »

« Pardon ? »

Quoi ? Sa question était dépourvue de toute tension. Hurent, confus, hocha la tête.

« C-c’est exact. C’est une technique aux utilisations multiples. »

« Oh… »

Ssik !

Un sourire vraiment tordu apparut sur les lèvres de Piaro.

« Ne sera-ce pas utile pour dégager les terrains ? »

« Quoi ? »

Dégager les terrains ? De quoi parlait-il ? Hurent, qui ne comprenait pas, fronça les sourcils.

Piaro imita sa façon de parler : « Je vais te donner un choix : travaille dans les champs avec moi, ou travaille dans les champs après avoir perdu tous tes soldats. »

Non mais qu’est-ce qu’il raconte ?

Hurent n’était-il pas celui qui était dans une position avantageuse ? Il avait l’impression de s’adresser à un mur. Il réalisa alors quelque chose.

On l’appelle le fermier cinglé pour une bonne raison !

Ce fermier n’avait clairement pas toute sa raison. Hurent utilisa alors sa technique pour montrer à Piaro quel était sa position.

« Kyaaak ! »

Royman ne put supporter la douleur et tomba sur ses fesses. Voyant son flanc couvert de sang, Piaro s’écria : « Tu as choisi ! »

« … Eh ? »

« 8e Style de l’Agriculture Libre ! Battage ! »

Piaro avait laissé Hurent tranquille et avait fait pousser un champ entier parce que son ennemi n’était pas que ce type.

Pepeng ! Pepepepeok !

Des explosions éclatèrent dans le champ de blé où se trouvaient Hurent et ses soldats. La myriade de grains de blés devint de puissantes bombes, qui détruisirent toute la zone.

« Mais que… ? »

Hurent resta bouche-bée devant les soldats qui hurlaient et mourraient. Un sort de zone capable de cibler 2,000 personnes ? C’était l’équivalent du sort ‘Météore’, qui ne pouvait être appris que par un grand magicien légendaire.

« Ne me dites pas que le légendaire… »

Piaro approcha de son adversaire abasourdi et brandit sa houe à main.

Puk !

[Vous avez subi 15,500 points de dégâts.]

Puk !

[Vous avez subi 15,900 points de dégâts.]

Puk !

[Vous avez subi 16,100 points de dégâts.]
[Vous avez subi des dégâts catastrophiques en un court instant ! Vous êtes dans une condition critique !]

C-c’est n’importe quoi !

Que se passait-il ? Hurent fut frappé successivement au front par une houe à main et tomba sur ses fesses.

Derrière Piaro se trouvait une montagne de corps d’où coulait une rivière de sang.

 

N’hésitez pas à me payer un café si vous aimez mes trads ! J’apprécie toujours votre soutien =)

Les derniers articles par Wazouille (tout voir)
OG Chapitre 335
OG Chapitre 337

Related Posts

6 thoughts on “OG Chapitre 336

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com