OG Chapitre 341
OG Chapitre 343

Et voilà votre og du mardi !

Il n’est pas encore minuit, alors ça compte ! :p

Bonne lecture à tous !

 

 

Chapitre 342

 

Puk !

Maintenant !

Puk puk !

Si ce n’est pas maintenant, c’est bientôt !

Un beau jeune homme bêchait le sol. Sa beauté et sa grâce persistaient, malgré les coups de soleil et la boue recouvrant sa peau.

Dans peu de temps… !

Puk puk ! Puk !

Le jeune homme à l’air timide bêchait le sol avec une houe à main quand il entendit le cri qu’il attendait.

« C’est l’heure du goûter ! »

« … ! »

Le jeune homme écarquilla grandement les yeux, puis il bondit et lança rapidement un sort.

« Hâte ! »

Hâte était un sort augmentant la vitesse de la cible de 1,2 fois à 2,5 fois. Il n’était pas facile à apprendre, mais c’était un sort pratique dont on pouvait souvent se servir. Ses performances différaient en fonction des capacités de l’incantateur.

Seule une centaine de magiciens pouvait doubler leur vitesse avec Hâte. Cela étant… !

Swaeeek !

Le jeune homme démontra une performance phénoménale. Il doubla sa vitesse et personne ne put le rattraper.

« Ce saligaud… ! »

« Il essaie de prendre toutes les patates ! »

Les fermiers étaient indignés par ce jeune homme du nom de Bland, qui n’hésitait pas à tricher en utilisant un sort pour obtenir davantage de patates.

Ils virent qu’il s’apprêtait à filer et lancèrent des attaques verbales puériles : « As-tu oublié que Piaro a dit qu’on devait les distribuer entre nous ? »

« Je vais l’dire à Piaro ! »

Bland hésita alors un instant.

Je dois manger !

Il avait vécu la belle vie en tant que fils du Comte Ashur, l’un des 10 grands magiciens du continent. Pour lui, les patates n’étaient que des trucs que les porcs étaient forcés de manger. Il n’en avait jamais mangé lui-même et ne consommait que des ingrédients de premier choix, qui étaient plus nutritifs et de meilleur goût que les patates.

Cependant, les choses changèrent une fois qu’il devint un otage à Reidan. Au début, il ne mangea des patates que pour survivre, puis il en vint à grandement les aimer. Il fut surpris par leur goût formidable et la sensation immédiate de satiété.

La Patate Arc-en-Ciel, en particulier, était un délice. Cette pomme de terre proposant sept goûts différents, qu’il avait découvert après avoir été capturé et s’être retrouvé dans une situation désespérée, lui était plus sacrée que n’importe quelle bénédiction divine. Grâce à elle, il put se débarrasser de toutes ses anxiétés.

Il y avait bien d’autres choses à manger à Reidan, maintenant qu’elle était développée, mais Bland préférait ses patates par-dessus tout.

 

***

 

« Vous en voulez une aujourd’hui ? » Demandèrent les ménagères à Bland, qui venait de traverser plusieurs champs en courant.

Le jeune homme hocha la tête sans la moindre hésitation : « En effet. »

« Woah… » Les dames trouvaient ce charmant jeune homme pitoyable. Elles avaient entendu dire qu’il était le précieux fils d’une famille prestigieuse, alors quel crime avait-il pu commettre pour être réduit en esclavage par le Duc Grid ?

Bland travaillait quotidiennement dans les champs, et des rumeurs prétendaient que Piaro l’isolait pour le battre de toutes les manières que ce soit. Ce jeune homme vivait clairement une vie horrible, suffisamment douloureuse pour vouloir en finir.

Il mange pour soulager son stress…

Quel dommage qu’il soit aussi beau.

Une dame remit un paquet à Bland, les larmes aux yeux. Il contenait dix patates cuites au four et 10 papates bouillies.

« Comme tu le sais, c’est censé être une patate par personne, mais… »

« Je sais que tu souffres continuellement, et c’est pourquoi je t’offre tout ça. »

« Mange et reprends des forces ! »

Les gens ont pitié de moi.

Bland, grâce à sa lignée unique, suivait la voie de l’élite du royaume auparavant, aussi n’avait-il pas eu beaucoup d’occasions de se mêler au petit peuple. Cependant, le temps passé à Reidan commençait à changer sa perception petit à petit.

Le peuple vit une vie difficile, mais ils prennent quand-même soin les uns des autres. 

C’était ridicule, mais il ne pouvait s’empêchait de les admirer. Bland reçut le paquet contenant les patates et fronça les sourcils.

« Vous n’avez pas à vous inquiéter pour moi. Grâce à ma lignée, j’ai une bonne force physique et du coup, je ne tomberais pas malade. Rien de sert de vous inquiéter à mon sujet. »

Le ton de Bland était arrogant et aurait pu blesser les ménagères, mais celles-ci n’en prirent pas ombrage. Elles trouvaient que son incapacité à s’exprimer était mignonne.

« Ces patates… Je pensais au départ que c’était juste bon pour les cochons, mais je vais tout de même les manger. »

Bah ! Bland renifla et tint le paquet tout contre sa poitrine. Contrairement à ce qu’il disait, il était manifeste qu’il chérissait ces patates. Il s’en alla, et les fermiers arrivèrent enfin à sa suite.

« Il en a pris tellement ! »

« Certains d’entre nous n’aurons pas assez à manger ! »

« Maudit soit-il ! »

Qu’ils sont bruyants.

Ils étaient si excités qu’ils couraient partout en criant ? Quelle honte. Bland fit claquer sa langue et se rendit dans un endroit désert, près du mur nord. Il s’assit pour manger son butin quand son regard s’assombrit.

Des intrus.

Un groupe suspicieux grimpait un pan des murailles de Reidan. Il était une vingtaine, et ils escaladaient la muraille lentement et prudemment. Leurs vêtements étaient de la même couleur que les murs, ce qui les rendaient furtifs.

Avant de venir à Reidan, Bland n’aurait pas été capable de les détecter.

« Hrmm. »

Asmophel était sorti avec l’armée 12 heures auparavant, donc quelque chose d’important devait avoir lieu.

« Ça n’a rien à voir avec moi. »

Bland aurait dû se ficher que 20 assassins grimpent le mur et s’infiltrent dans Reidan. Il aurait dû se ficher qu’ils massacrent le peuple de Reidan et incendient la ville. En fait, il aurait dû les applaudir vu sa position.

« Dans ce cas, pourquoi… ? »

Pourquoi cette perspective ne l’enchantait pas ? Il amena une patate à ses lèvres et se leva. Les pommes de terre délicieuses, les fermiers souffrant à ses côtés, et les ménagères qui cuisinaient les patates et s’inquiétaient pour lui. Tous pourraient être blessés.

« Je me sentirais mal. »

Et plus que n’importe quoi d’autre…

« Irène… »

La femme qu’il aimait jadis était à Reidan. Il n’éprouvait plus rien à son égard, car elle était déjà devenue la femme d’un autre homme.

Mais je veux qu’elle soit heureuse.

Bland prit sa décision au moment où il glissa la 3e patate dans sa bouche.

« Flèche de Feu. »

Hwaruruk !

8 flèches de feu assaillirent les 20 assassins grimpant au mur avec une puissance complètement différente d’une flèche de feu normal. C’était naturel, vu que Piaro l’avait entraîné pendant 16 mois tout en le faisant travailler dans les champs chaque jour.

Il cultivait… Non, il pouvait à présent emprunter le mana naturel de la terre. C’était similaire à l’État Naturel appartenant au légendaire Piaro.

 

***

 

Daluka était un assassin enveloppé dans un voile de mystère et de nombreuses rumeurs disaient que Doran et Kasim étaient ses disciples. Il y a une dizaine d’années, le Royaume Éternel eut assez de chance pour obtenir une des techniques secrètes de Daluka.

Ils fondèrent alors le groupe des Dragons d’Argent et recueillirent 5,000 orphelins à travers tout le royaume. Ils les élevèrent et les entraînèrent dans le but d’en faire des assassins avec la technique de Daluka.

Ce ne fut évidemment pas facile. Parmi les 5,000 enfants qui survécurent à l’entraînement, seuls 40 d’entre eux furent initiés à la technique secrète de Daluka, mais aucun d’entre eux ne put la maitriser. Ils purent juste en effleurer la surface.

Cependant, ce fut suffisant. Un an après le lancement du groupe des Dragons d’Argent, celui-ci démontra un taux de réussite de 100%. Le prince Ren était sûr qu’avec leur pouvoir, le Royaume Éternel allait grandir jusqu’à finir par pouvoir menacer l’Empire Saharien.

Et le moment venu, le dragon d’argent dessiné sur le drapeau prendrait son envol à nouveau.

Que se passe-t-il ?

Les 20 membres des Dragons d’Argent étaient déconcertés par les champs s’étendaient dans tous les directions autour des murailles extérieures de Reidan. Ils devaient les traverser pour atteindre la ville, mais les fermiers peuplant ces champs étaient étranges.

Pourquoi ces gens sont des fermiers ?

Des douzaines de fermiers étaient dispersés à travers les champs, mais leurs mouvements étaient étranges. Leur manière de manier la faucille et la houe à main rappelait l’escrime, et certains fermiers étaient assez forts pour que les assassins doivent s’en méfier. C’était comme faire face à des guerriers renommés pouvant représenter un royaume.

Les Dragon d’Argent avaient appris la technique ‘Vairagya’ (NdT terme bouddhiste signifiant ‘absence de désirs’). C’était une méthode de respiration qui leur avait permit d’infiltrer de nombreux endroits, et ce bien qu’ils n’aient atteint que le 5e niveau de cette technique. Elle faisait tout de même d’eux des assassins d’élite qui restaient calme même face à la mort.

Cependant, ils ne purent s’empêcher d’être un peu agités face à ces fermiers.

Il vaut mieux que nous avancions prudemment.

Les Dragons d’Argent prirent la bonne décision et se mirent à plat-ventre avant de ramper à travers les champs, afin de ne pas être vus par les fermiers. Le résultat ?

Aaah, aaah… C’est dégueulasse.

Les assassins perdirent beaucoup de temps et d’endurance pour atteindre les murailles extérieures de Reidan, ce qui les mit même en retard sur leur planning. Ils auraient dû normalement avoir déjà capturé la duchesse ! C’était vraiment stupéfiant pour les Dragons d’Argent.

Mais ils étaient des assassins d’élite.

Calme ces tremblements.

Les assassins parvinrent à retrouver leur calme grâce à Vairagya. Ils utilisèrent ensuite les ‘Vêtements de Daluka’, une technique qui leur permettaient d’atteindre une furtivité absolue tels des caméléons.

Susuk.

Sususuk.

Même les dieux dans les cieux ne pourraient pas les voir ! C’est alors que des flèches de feu volèrent vers les Dragons d’Argent, qui grimpaient le mur avec insouciance.

« Heok ! »

Comment avaient-ils été repéré ? Les Dragons d’Argent évitèrent les flèches et regardèrent précipitamment alentour. La magie provenait d’une personne, un fermier mangeant des patates. Il ressemblait à un pécore avec sa peau bronzée.

C’est lui qui a lancé ce sort ?

C’était une magie si rapide et puissante qu’ils n’avaient pas pu complètement l’esquiver !

Les fermiers de cette ville sont cinglés !

Les yeux des assassins tremblèrent. Leur 5e niveau de Vairagya commençait à s’effriter.

Nous ne pouvons pas être retardé davantage. Devrions-nous l’ignorer et continuer la mission ?

Non, nous ne pouvons pas laisser de témoins.

Les Dragons d’Argent prirent rapidement leur décision. Ils tombèrent du mur vers le fermier mangeant ses patates. Un magicien avait une défense en papier, aussi pensaient-ils pouvoir facilement le subjuguer.

Ils n’avaient pas besoin de se soucier d’un éventuel bombardement ; il leur suffisait juste de ne pas lui laisser le temps d’incanter !

« Heok ? »

Les visages confiants des assassins se déformèrent. Ce type était un fermier ou un magicien, et à présent il dégainait une épée et créait un bouclier ?

Mais qui est-il ?

Un fermier ? Un magicien ? Un épéiste ? Rien n’était moins sûr. Bland tira un Coup de Feu vers les assassins. Il utilisait un autre sort en plus de la création de bouclier ?

« Une double incantation ! »

Les Dragons d’Argent pâlirent. Le 5e niveau de Vairagya fut brisé.

Au même moment.

« Lance-le à nouveau. »

Le Roi des Ombres, Kasim, passait du temps avec un nouveau-né. Il forçait continuellement le bébé à faire quelque chose.

« Abu ! Abuuuu ! » Criait le bébé avec un regard acéré ressemblant à celui de son père. C’était comme s’il disait qu’il y arriverait cette fois. Et alors…

Peok !

Lord lança un bloc vers une poupée à 3 mètres de là et la fit tomber. C’était un exploit qui avait pris deux jours, soit des progrès bien plus rapide que ce que Kasim avait prévu. Alors qu’il éprouvait plus que de l’admiration envers cet enfant, il fut convaincu d’une chose.

Cet enfant… ! Cet enfant sera capable de maîtriser toutes les techniques de mon Maître !

 

 

N’hésitez pas à me payer un café si vous aimez mes trads ! J’apprécie toujours votre soutien =)

Les derniers articles par Wazouille (tout voir)
OG Chapitre 341
OG Chapitre 343

Related Posts

6 thoughts on “OG Chapitre 342

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com