TDG Chapitre 365

TDG Chapitre 364
TDG Chapitre 366

Voilà le deuxième chapitre bonus en hommage à la générosité d’Évana ! Un grand merci encore à toi et bienvenue parmi nous !

Bonne lecture !

 

 

Chapitre 365 - Attendez ! 

 

La présence de Xiao Yu ne changeait rien. Long Shuyun était une experte du Dao du Dragon de 9e rang, alors que Xiao Yu n’était qu’un destin céleste ! Il lui était impossible de le sauver !

Bien qu’il soit déprimé, Nie Li parvint quand même à dire pour la forme : « Merci grande sœur, c’était super !»

Xiao Yu prit un air lugubre en le tançant d’importance : « Tu es immonde, Nie Li ! La dernière fois c’était Long Yuyin, et à présent c’est une autre femme encore ! Tu es simplement indécent !» Il s’en alla en claquant lourdement la porte.

La ninja le regarda faire sa sortie, puis tapota le jeune homme entre les cuisses et gloussa : « Pas mal ! Tu es un garçon plutôt sensible en fin de compte !»

L’adolescent sourit amèrement tandis qu’il ne parvenait pas à la comprendre : était elle vraiment la mère de Long Yuyin ? Pourquoi la mère et la fille étaient aussi différentes ? La jeune fille avait beau avoir un tempérament explosif, elle parvenait encore à se contrôler. Elle apparaissait aux autres aussi aimable qu’un iceberg, tandis que sa mère était effrontée et n’avait aucune limite.

L’éphèbe pensait probablement qu’il entretenait une liaison avec elle !

« Cela dit, de quoi parlait ce garçon quand il disait que Long Yuyin était là, ‘la dernière fois’ ?» Long Shuyun le regardait en lui adressant un sourire qui n’en était pas un.

Le petit génie était vraiment déprimé. Il ne s’attendait pas à ce que le jouvenceau l’aide, mais pourquoi avait-il fallu qu’il en rajoute une couche ? Il avait vraiment choisi ses amis de façon irresponsable !

« Sale gosse ! Tu t’attendais vraiment à pouvoir manger le gâteau, t’essuyer la bouche et prétendre n’avoir rien fait ? Ma fille est peut-être un peu faible, mais ne t’imagine pas qu’on puisse nous malmener si facilement ! Hmpf hmpf !» renifla la Matronne.

De quoi parle-t-elle ? Elle a l’air de s’imaginer qu’il y a quelque chose entre Long Yuyin et moi, mais je suis innocent ! On a une relation de maître-disciple, tout au plus. On a jamais rien fait de mal ! Le jeune prodige aimait Ye Ziyun le plus, mais à présent qu’il savait que Xiao Ning’er était également liée à lui par sa vie passée, il lui avait plus ou moins fait une place dans son cœur. Cependant, il n’y avait qu’une relation tout à fait platonique entre Yuyin et lui, et il ne la connaissait pas depuis longtemps qui plus est. Comment aurait-il pu éprouver quoi que ce soit pour elle en si peu de temps ?

Et que voulait-elle dire par ‘ne t’imagine pas qu’on puisse nous malmener si facilement’ ? Qui oserait malmener Long Shuyun de toute manière ? Faire une chose pareille revenait à signer son arrêt de mort !

« Je pense qu’il vaudrait mieux que vous demandiez à Long Yuyin ce qui s’est passé chère Tante, qu’en dites-vous ?» Il la regarda en souriant amèrement et dit : « Je ne veux pas insulter son innocence !»

« Tu veux donc voir ma fille… Figure-toi que je l’ai justement amenée avec moi !» La ninja le regarda en lui ‘souriant’ à nouveau. Elle fit un geste de la main droite et une silhouette apparut. Long Yuyin se tenait à quelques mètres de lui, et le regardait avec une expression malaisée.

Nie Li fut abasourdi de voir qu’elle avait même amené sa fille avec elle, et qu’elle avait caché sa présence d’une manière quelconque pour qu’il ne la remarque pas.

Il lui fallait admettre que la jeune femme ressemblait beaucoup à sa mère, dont elle avait hérité quasi tout le charme. Cela dit, elle se montrait généralement indifférente tandis que sa ninja de mère, elle, était fougueuse. De plus, elle n’avait pas des formes aussi développées que les siennes. Cela étant, la demoiselle était encore jeune, et ne lui serait pas nécessairement inférieure sur ce point une fois adulte. Du moins, c’était le cas dans sa vie passée.

Sa présence signifiait également qu’elle avait entendu leur conversation de A à Z !

Bah alors ? En tant que disciple, elle n’était pas intervenue en faveur de son maître lorsque sa mère lui réglait son compte ?

« Ne le force plus davantage, mère ! Il n’y a rien entre nous ! Il s’est servi d’aiguilles d’acupuncture pour ouvrir mes méridiens lors de cette fameuse ‘dernière fois’ !» Le regard de Long Yuyin paraissait éteint. Elle ne s’était pas montrée plus tôt parce qu’elle voulait entendre la réponse du jeune homme, mais elle avait eu la sienne en voyant sa façon d’esquiver les questions de sa mère… Elle se sentait terriblement mal, mais ne savait pas pourquoi.

Elle n’avait pas accordé le moindre intérêt aux hommes qui l’approchaient avec des arrières-pensées auparavant, et rien de ce qu’ils pouvaient faire n’aurait pu influencer son humeur, Hu Yong inclus. Cependant, elle avait éprouvé de la peine en entendant l’adolescent trouver toutes les excuses possibles pour refuser l’offre de sa mère.

Se pouvait-il qu’il pense qu’elle était une horrible mégère ? Que même si sa mère l’y forçait, il refuserait de l’épouser malgré tout ?

Cela étant, elle s’aperçut que c’était une réaction logique en y réfléchissant un peu. Ils ne se connaissaient que depuis quelques mois, et la première impression qu’elle lui avait laissée était celle d’une personne autoritaire et désagréable. Malgré tout, il avait toujours été bon à son égard, sans qu’elle puisse lui rendre sa gentillesse de quelque façon que ce soit. Il l’avait prise comme disciple et avait même libéré la puissance de sa lignée. Il s’était déjà montré extrêmement bon à son égard, alors comment pourrait-elle mériter son affection ?

Long Yuyin s’excusa auprès de lui : « Ma mère plaisantait, Maître Nie Li. N’en prends pas ombrage, s’il te plaît !»

Le petit génie éprouva un grand soulagement de savoir que ce n’était qu’une blague. Long Shuyun s’était bien payé sa tête.

Cette dernière faillit réagir en le regardant faire. Elle connaissait bien sa fille, et il était évident à ses yeux qu’elle l’aimait. Elle refusait juste d’affronter ses sentiments.

« Yin’er, on va vraiment laisser ce môme s’en sortir aussi facilement ? Certainement pas ! Maintenant qu’on est là, on ne va pas revenir les mains vides ! Ce n’est pas mon style !» Elle renifla froidement et poursuivit : « Tu l’aimes, Yin’er, alors grimpe-lui dessus et tombe enceinte de lui ; je le massacrerai s’il ne reconnaît pas l’enfant. C’est la méthode que j’ai utilisée avec ton père, à l’époque ! (NdT bordel… *sueurs froides*) Ton père batifolait souvent çà et là autrefois, mais c’est moi qui l’ai dompté et qui l’ai rendu docile ! Quel dommage qu’il n’ait pas eu de chance et ai fini par être tué par la Secte du Dieu Démon… Bref, quoi qu’il en soit, puisque je suis là, je vais t’apprendre quoi faire par la pratique !»

Ne Li fixa Long Shuyun d’un air abasourdi ? Quel genre de personne pouvait vouloir apprendre ce genre de choses à leur enfant de cette façon ? Comment fonctionnait leur cerveau ?

Long Yuyin, en entendant sa mère, frappa le sol du pied d’embarras et lui dit d’un air anxieux : « Mais que dis-tu là, mère ?»

La ninja lui répondit fermement : « Tous les hommes sont des minables haïssables, Yin’er. Écoute donc ta mère !»

« Assez !» hurla furieusement le jeune fille totalement embarrassée.

La voix furieuse de sa fille fit se taire la Matrone. Elle ne lui avait jamais parlé sur ce ton auparavant.

La demoiselle la fusilla du regard : « Ce qui se passe entre nous ne regarde personne d’autre, ne t’en mêle pas !» Elle était furieuse que sa mère se fiche de ce qu’elle puisse ressentir !

Long Shuyun la regarda puis soupira doucement : « Soit, laisse tomber dans ce cas !» Elle avait l’impression d’avoir déçu sa fille, et puisque cette dernière manifestait aussi farouchement son désaccord, elle ne pouvait qu’oublier son plan.

Elle jeta un regard à l’adolescent et renifla froidement : « Je vais te laisser t’en tirer pour le moment, mais ne me reproche pas mon impolitesse si j’apprends que tu as martyrisé Long Yuyin à nouveau !» Elle le libéra d’un petit geste de la main.

Enfin libéré de ses liens, le jeune homme tomba à terre et prit de grandes inspirations. Il ne parvenait pas à comprendre Long Shuyun. Bon, au moins n’était-il plus menacé par sa dague, ce qui le soulagea enfin un peu.

« J’men vais !» La ninja fit demi-tour et se dirigea vers la sortie d’un air un peu esseulée.

Le petit génie cria : « Attendez !»

Elle tourna la tête pour le regarder : « Qu’y a-t-il ?» Ce détestable gamin n’avait pas eu assez de ses ‘leçons’ ou quoi ?

Wazouille

Fondateur du site et traducteur de BTTH, DNC, TDG et SW, Wazouille est un grand audiophile, un gamer, un lecteur avide et bien d’autres choses encore, comme stakhanoviste, à son insu...

Les derniers articles par Wazouille (tout voir)

TDG Chapitre 364
TDG Chapitre 366

13 Commentaires

  1. MCAN1911

    Merci pour le chapitre et merci a Évara pour avoir fait un don.

    Répondre
  2. Cerbère

    Merci pour ces chapitres, mais c’est quoi cette mère >< hâte de lire la suite ce soir

    Répondre
  3. nickylaboum

    merci

    Répondre
  4. sai1905sai1905

    la mère qui se fait dominer par la fille^^

    Répondre
  5. Kingdo

    Thx pour le chap ^^

    Répondre
  6. Ju

    Elle est sympa Long Yuyin d’avoir sauvé l’engin de Nie Li alors qu’elle a explosé celui de son fiancé 2 fois

    Répondre
  7. NaosNaos

    merci pour le chapitre ^^

    Répondre
  8. esteban albo

    cette mere est un demoooooon !!!

    Répondre
  9. essitamessitam

    merci pour le chapitre

    Répondre
  10. Blackers

    merci pour le chapitre

    Répondre
  11. grenvious

    merci pour les chapitres

    Répondre
  12. Khultima

    Merci pour le chapitre, ainsi qu’au donateur.

    Répondre
  13. Lauvel

    Merci pour le chapitre !

    « Assez ! » hurla furieusement le jeune fille totalement embarrassée.

    - « le » au lieu de « la »

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com