BTTH Chapitre 355

BTTH Chapitre 354
BTTH Chapitre 356

Chose promise chose due ! Voici votre BTTH du vendredi aux heures normales =)

J’espère que vous passerez un bon week‐end mais en tout cas, il sera plein de chapitres bonus de BTTH !

Bonne lecture à tous !

Chapitre 355 — Séparation et transaction

Deux silhouettes, un homme et une femme, marchaient lentement à une certaine distance l’un de l’autre sur un petit chemin luxuriant. Ils étaient tous les deux silencieux.

Deux silhouettes volaient au‐dessus d’eux et les suivaient de loin.

Au bout d’un moment, la femme qui ouvrait la marche s’arrêta. Sa main délicate enroula doucement les cheveux noirs couvrant son front, et elle cracha froidement du bout de ses lèvres attirantes : « Vous n’êtes pas fatigué de voler, vous deux dans les airs ?»

Bien qu’elle ne parla pas très fort, les deux silhouettes dans le ciel s’arrêtèrent simultanément un moment plus tard. Ils échangèrent des regards et atterrirent lentement sur un grand arbre derrière Xiao Yan.

Ce dernier fit prudemment un pas en arrière. Il tourna la tête vers son vieux camarade et lui demanda : « Que vas‐tu faire à présent, Vieil Hai ? Je n’ai pas encore réuni tous les ingrédients nécessaires à ta pilule violette de récupération d’énergie. »

Le Vieil Hai en question fut surpris par cette question. Il fronça légèrement les sourcils en balayant d’un regard un peu apeuré la Reine Médusa qui, appuyée contre un tronc, jouait nonchalamment avec une feuille morte. Il réfléchit un temps et sourit amèrement : « Puisque tu as réussi à quitter la Secte des Nuages Brumeux, petit bonhomme, tu n’as plus besoin de ma protection. Pour ce qui est de cette pilule, raffine‐la‐moi si tu parviens à en réunir tous les ingrédients et fais‐la‐moi livrer par quelqu’un. Tu pourras probablement me trouver dorénavant à la capitale. »

Le jeune homme pinça les lèvres et hocha la tête en silence. Il s’inclina solennellement devant le vieillard et dit d’une voix grave : « Vieil Hai, quoi qu’il arrive, je me souviendrai de ton aide. Si tu as des problèmes un jour ou dois rassembler des gens, je t’aiderai de toutes mes forces si j’en suis capable !»

L’ex-empereur de glace sourit et répondit en opinant du chef : « Ké ké, soit. Dans ce cas, séparons‐nous ici. Si tu as besoin de mon aide, viens directement au clan Miteer dans la capitale. »

« En. »

Hai Bodong jeta un autre regard du coin de l’œil à la reine, et transmit à l’oreille de son jeu ami sa voix enveloppée de Dou Qi pour que personne d’autre ne l’entende : « Je ne sais pas quelle relation tu as avec la Reine Médusa petit gars, mais n’oublie pas : quoi qu’il arrive, sois prudent quand tu discutes avec elle. Elle est plus mauvaise que tu ne peux l’imaginer. »

L’adolescent hocha la tête sans que personne ne le remarque.

Le vieil homme joignit ses mains dans sa direction : « Au revoir, petit bonhomme !» Il jeta ensuite un regard à Ling Ying à côté de lui et lui adressa un sourire amical. Après quoi, il bondit soudainement dans le ciel d’un battement d’ailes, et disparut dans le ciel bleu.

Une fois qu’il eut raccompagné son vieux camarade du regard, le Da Dou Shi tourna son regard vers le souriant Ling Ying et dit respectueusement : « Vieux sire. »

« Ké ké, d’après mes ordres, j’ai accompli ma mission une fois que tu as quitté la Secte des Nuages Brumeux. Du coup, je devrais partir également. » Il leva le pouce vers son interlocuteur : « Tu t’es bien débrouillé cette fois, petit gars. Tu es courageux. »

« Vous êtes trop bon, vieux sire. Je n’ai eu du courage que par la présence de vous trois. Seul, je n’aurais pas osé être aussi présomptueux dans la Secte des Nuages Brumeux, quel que soit mon courage. »

Ling Ying éclata de rire et répondit : « J’aime ton caractère, petit bonhomme. Cependant, je dois remplir d’autres missions et je ne peux pas rester plus longtemps. Je vais te dire au revoir mais si on se revoit dans le futur, je t’inviterai à boire en ma compagnie jusqu’à plus soif !»

Le jeune alchimiste le regarda s’élever lentement dans les airs en hochant la tête : « Merci beaucoup !»

Le Dou Huang cessa abruptement de battre des ailes : « Comme on partage le même caractère, je vais te laisser quelques mots. » Il le regarda droit dans les yeux et lui dit d’un air sérieux : « Le Continent Dou Qi est très vaste. Tu devrais te dépêcher de devenir plus fort, ou tu n’auras même pas le droit de choisir qui tu aimes !»

« Bien, c’est tout ce que j’ai à dire. Fais attention à toi. Tu apprendras bien vite ce que je veux dire. » Il le salua de la main en montant rapidement dans les airs, et se changea en une ombre noire floue qui disparut rapidement vers l’horizon en faisant siffler le vent.

Xiao Yan poussa un léger soupir. « Ah, tout le monde est parti. » Il fronça aussitôt un peu les sourcils en regardant l’horizon, ne sachant pas trop de quoi il parlait.

Il restait le regard perdu dans le vide d’un air stupide quand une petite voix envoûtante lui fit recouvrer ses esprits : « Bien, tu devrais avoir fini de faire tes adieux, non ?»

Il se retourna et regarda la reine qui le fixait de ses beaux yeux. Le coin de ses lèvres se tira en un sourire un peu laid tandis qu’il dit d’un air gêné : « Ce… Pourquoi n’avez-vous pas repris votre forme de python, Votre Majesté ?»

« Reprendre ma forme ?» La Reine Médusa haussa les sourcils en le fixant, un demi‐sourire aux lèvres. « Qui a dit que j’allais reprendre cette forme ?»

Le jeune homme changea légèrement d’expression en serrant abruptement les poings dans sa manche. « Ne me dites pas que vous avez complètement assimilé le Python aux Sept Couleurs ?»

La reine lui jeta un léger regard, et remarqua le minuscule changement sur son visage. Elle se redressa et s’étira paresseusement. Ses formes attirantes étaient tout à fait éblouissantes, mais l’adolescent n’osa pas laisser traîner impudemment son regard. Il pourrait perdre instantanément la vie s’il faisait preuve de la moindre impudence devant celle que même un expert comme Yun Shan craignait.

« Ce petit bonhomme ne va pas pouvoir réapparaître trois jours durant pour t’avoir aidé. » Un léger sourire flottait sur les lèvres de son Altesse. Elle était manifestement extrêmement satisfaite de la situation.

« Oh…» L’adolescent soupira intérieurement de soulagement ? Il roula des yeux, sourit et dit : « Dans ce cas, prévoyez‐vous de garder forme humaine pour me suivre durant ces trois jours, Votre Majesté ?»

« N’ai pas d’idées stupides, tu risques de perdre la vie…» La Reine Médusa marcha dans sa direction ; le vent lui fit parvenir un parfum unique embrasant les bas‐ventres. Elle arriva devant lui avec un sourire qui lui fit se raidir des pieds à la tête.

Elle tendit soudainement sa main blanche devant lui. Cette petite main tendre, douce et délicate donnait envie de la mordre…

« Donne‐moi ce truc. » dit‐elle gentiment à voix basse.

Le jeune alchimiste parut perplexe : « Quel truc ?»

La reine le renseigna lentement : « La formule médicinale de la pilule du dégel spirituel. »

« Oh. » Le coin de ses lèvres tressaillit, et il soupira aussitôt amèrement avec un sourire amer.Il tapota doucement du doigt sur son anneau de stockage, et la formule médicinale qu’il avait obtenue après énormément d’efforts tomba aisément dans la main de Son Altesse serpentine.

Pour la première fois, celle‐ci afficha de l’impatience sur son visage ensorcelant. Elle ouvrit le parchemin et lut en détail les informations qui y étaient écrites. Elle poussa un long soupir un moment plus tard, enroula à nouveau la formule, remua le doigt et fit tournoyer adroitement le parchemin au‐dessus de sa main.

Le Da Dou Shi marmonna en la regardant sombrer dans le silence. Il n’avait d’autre choix que de rester muet également.

La formule médicinale tomba soudainement dans la main de la reine : « Pa !» Elle leva ses beaux yeux obsédants, le fixa et agita le parchemin dans sa direction. Elle demanda : « Tu l’as déjà lu, pas vrai ?»

« En effet. » répondit honnêtement Xiao Yan.

Elle lui demanda doucement : « Peux‐tu la raffiner ?» Il remarqua à ce moment qu’elle respirait légèrement plus vite.

Il sourit amèrement en haussant les épaules : « Je ne suis qu’un alchimiste approchant du quatrième rang, et cette pilule est du sixième rang. » Cependant, avant même d’avoir pu terminer, il fut interrompu par le rire glacial de son interlocutrice.

« Mon esprit a beau avoir été contenu par le Python aux Sept Couleurs Avalant les Cieux, je sais vaguement des choses à ton sujet. La pilule que tu as donnée à Hai Bodong pour briser le sceau que j’avais posé sur lui était également du sixième rang, n’est-ce pas ? Je ne sais pas pourquoi tu n’as pas la force que tu avais avant, mais tu sais clairement comment raffiner des pilules de ce rang !»

« Si tu peux raffiner de telles pilules, alors tu as les qualifications pour t’adresser à moi. Si tu ne peux vraiment pas, alors ça ne m’embête pas de te… sur‐le‐champ. » La Reine Médusa passa doucement sa main le long du cou du jeune homme. Ce dernier sentit soudain un frisson glacial traverser son cou et le toucha hâtivement. Il fut choqué de réaliser que quelques gouttes coulaient le long de sa peau.

Il déglutit et jura silencieusement en son for intérieur : Le Vieil Hai avait raison, cette femme est vraiment mauvaise… Il réfléchit un moment et conclut qu’il ne pouvait plus cacher cette information. Il la regarda droit dans les yeux : « Soit, je peux effectivement vous raffiner la pilule du dégel spirituel. Mais que gagnerai‐je dans l’histoire ?»

« Que gagnerais‐tu ? Eh bien, mon pardon pour m’avoir offensé tout à l’heure. » répondit doucement Sa Majesté.

L’adolescent sourit en coin et rit froidement : « Tché, vous pouvez trouver quelqu’un d’autre dans ce cas, ça ne m’intéresse pas. »

L’altesse serpentine plissa légèrement les yeux, et une intention de tuer glaciale l’enveloppa lentement. Une énergie multicolore jaillit soudainement de ses mains délicates comme des vagues. Elle observa ses vagues d’énergie et demanda avec un petit sourire : « Tu crois vraiment pouvoir négocier des termes avec moi ?»

« Essayeriez‐vous vraiment de me tuer que l’esprit du Python aux Sept Couleurs Avalant les Cieux contre‐attaquerait aussitôt, non ?» Il fit un pas en arrière et une flamme verte apparut silencieusement sur sa main, encore couverte de sa manche.

L’intention de tuer de la reine devint soudainement léthargique. Elle fronça légèrement les sourcils et dit : « Tu es effectivement intelligent pour savoir comment dépendre de ta relation avec le python pour me stopper. »

Le Da Dou Shi soupira de soulagement. Apparemment, le Python aux Sept Couleurs pouvait encore lui servir à contenir la femme serpentine…

« Je ne suis pas du genre à extorquer de grosses sommes aux autres. Cependant, Votre Majesté, ce n’est pas très gentil de forcer quelqu’un à faire quelque chose sans lui donner une récompense appropriée. Raffiner une pilule de sixième rang est extrêmement difficile et fatigant, et vous voulez que je la raffine pour vos beaux yeux ! Ce n’est pas comme ça que ça marche, n’est-ce pas Reine Médusa ?» dit‐il d’un air quelque peu désarmé.

« Laisse tomber ton babillage et donne‐moi simplement tes conditions. » dit doucement la Reine Médusa.

Le jeune alchimiste se frotta la tête et rit maladroitement : « Maintenant que Hai Bodong et Ling Ying sont partis, je ne me sens plus en sécurité tout à coup… Tant que vous me promettez de me protéger pendant trois petites années, je vous raffinerai quoiqu’il arrive votre pilule. »

« Tsk tsk, te protéger pendant trois ans ?» L’altesse serpentine sourit aussitôt et posa doucement sa main sur son épaule. Son sourire était extrêmement émouvant. « N’est-il pas mieux dans ce cas de prendre le risque d’être réprimée par le Python aux Sept Couleurs et de te tuer sur‐le‐champ ?»

Xiao Yan retira son épaule de son emprise et tendit la main : « En d’autres termes, nous n’avons rien à nous dire ?»

« D’accord, laisse tomber tes idées folles. Je ne suis pas aussi stupide que Hai Bodong : je vais te donner une année. Je ne serais pas ton combattant durant ce temps, je n’interviendrai que pour te sortir de situations où tu risques de perdre la vie. Le reste du temps, j’interviendrai si l’envie m’en prend… Bien sûr, tu ne pourras pas me reprocher d’être mauvaise si tu n’es pas capable de me fournir ma pilule au bout d’un an. Voilà mes conditions : tu les acceptes ou non ?» dit la reine avec une certaine impatience.

L’adolescent fronça légèrement les sourcils puis, un long moment plus tard, il leva la tête pour observer son interlocutrice. Son beau visage contenait déjà une légère intention de tuer glaciale. Il ne put donc que hocha la tête avec réticence.

« D’accord ».

L’intention de tuer de la reine se changea aussitôt en un doux sourire enchanteur.

 

Wazouille

Fondateur du site et traducteur de BTTH, DNC, TDG et SW, Wazouille est un grand audiophile, un gamer, un lecteur avide et bien d’autres choses encore, comme stakhanoviste, à son insu...

Les derniers articles par Wazouille (tout voir)

BTTH Chapitre 354
BTTH Chapitre 356

11 Commentaires

  1. Ling_Tian

    Merci pour le chapitre!!

    Répondre
  2. Khultima

    Merci pour le chapitre. Décidément il est cinglé, vouloir faire de la reine Médusa son garde du corps ^^ Il a des nerfs d’acier, s’il ne récupère pas son maître d’ici là il va vraiment avoir des problèmes/

    Répondre
  3. HinomuraHinomura

    Merci pour le chapitre

    Répondre
  4. Spartan

    Complètement fou, c’est ça qu’on aime

    Répondre
  5. Zhexiel Kurokage

    Merci pour le chapitre.
    PS:Il est complètement taré !

    Répondre
  6. grenvious

    merci pour le chapitre

    Répondre
  7. nickylaboum

    merci

    Répondre
  8. guts

    merci pour le chapitre

    Répondre
  9. ManaMana

    Ah la la, Cette femme est dangereuse. Séduisante, envoutante mais dangereuse.…

    Merci pour le chapitre.

    Répondre
    1. NostraNostra

      Comme la mère de Waz 😉

      Répondre
  10. essitamessitam

    merci pour le chapitre

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com