BTTH Chapitre 357

BTTH Chapitre 356
BTTH Chapitre 358

Bleargh, j’ai terminé ce chapitre à une heure bien trop tardive… Mais c’est fait, comme promis !

Je remercie grandement notre James national pour sa grande générosité !

Les chapitres du jours arriveront certainement en début de soirée (si le chap’ de btth est aussi long que celui-là…) !

Bonne lecture à tous et merci encore à toi, James !!

Chapitre 357 - La situation du clan Xiao

Ils atterrirent dans un endroit proche de Wutan. Xiao Yan ignora la reine une fois à terre, et marcha à grands pas d’un air sombre vers les portes grandes ouvertes de la ville.

Une fois plus près des portes, il leva la tête pour jeter un oeil aux trois énormes mots les surplombant : « Ville de Wutan. » Il s’arrêta involontairement et, en observant la foule bruyante qui transitait doucement dans le tunnel des portes de la cité, il soupira doucement et murmura dans sa barbe : « Wutan… Moi, Xiao Yan, suis enfin rentré à la maison…»

Le jeune homme reprit sa marche et traversa le tunnel un peu sombre après quoi, les rayons du soleil l’accueillirent à la sortie et l’éblouirent. Il leva légèrement la tête et son regard tomba sur une intersection familière.

Il rit doucement : « Ça fait deux ans maintenant, mais rien n’a changé. » Son air sombre et solennel s’était un peu réduit sous la sensation chaleureuse qu’il éprouvait en rentrant chez lui. Il tourna la tête et regarda la Reine Médusa qui marchait à un pas régulier derrière lui. Après quoi, il se retourna et descendit rapidement la rue qu’il avait fréquentée pendant plus de dix ans.

Il ne s’arrêta pas sur le chemin en réfléchissant à ce qui avait pu se passer dans le clan. Il se hâta et descendit rapidement la rue en suivant sa mémoire. Il dépassa quelques marchés appartenant au clan Xiao sur la route, ralentit le pas et fronça les sourcils en remarquant la faible fréquentation. Il marcha alors de plus en plus vite en reprenant la route.

Une dizaine de minutes plus tard, l’adolescent traversa familièrement quelques rues et s’arrêta tout à coup. Il leva la tête, regarda la porte d’une grande cour au bord de la rue où on lisait : ‘Clan Xiao’ et soupira lentement de soulagement.

Il se tint devant la porte de son propre clan, mais il restait très silencieux. Il jeta un coup d’oeil alentour ; lorsqu’il était parti il y a deux ans de ça, cette rue était extrêmement bondée. À présent, cependant, elle était vraiment désertée. Il ne voyait même pas un seul garde aux portes.

Le Da Dou Shi fronça légèrement les sourcils. « Mais qu’est-il arrivé exactement. Il pencha la tête et jeta un oeil à Sa Majesté derrière lui. Après être resté un moment silencieux, il demanda soudainement à voix basse : « Peux-tu me promettre quelque chose ?»

Elle avait l’air de lui en vouloir encore pour son attitude plus tôt et par conséquent, elle le rejeta directement : « Non. »

« Je te donnerai en échange un ingrédient médicinal nécessaire pour la pilule de dégel spirituel. » Dit légèrement le jeune alchimiste. »

Le regard de la reine s’illumina aussitôt : « Tu en as un ?»

« J’ai un fruit d’aiguille du monstre nécrophage. » Il avait récupéré un grand nombre d’ingrédients médicinaux avant de partir de la Chaine Montagneuse des Bêtes Magiques, et ce fruit en faisait partie.

« Que veux-tu que je fasse ?»

« Que tu m’obéisses aujourd’hui. »

Son Altesse réfléchit moins de deux secondes avant de hocher la tête. « Je peux tuer des gens. »  Pour elle, il était bien plus facile de tuer que de faire autre chose.

Xiao Yan sourit, se retourna et traversa la porte principale. Cependant, au moment où il passa le pas, une voix infantile et furieuse retentit derrière la porte. « Qui êtes-vous ? Vous croyez vraiment pouvoir martyriser notre clan Xiao ?»

Le jeune homme ne put s’empêcher de s’arrêter en entendant cette voix. Il tourna la tête dans la direction de son origine et vit qu’une petite fille adorable d’à peine douze ou treize ans le fixait rageusement, les yeux écarquillés, derrière un battant.

« Tu…» Il la balaya lentement du regard et les souvenirs d’il y a quelques années lui revinrent  à l’esprit. Son expression devint un peu plus douce et il dit en souriant : « Tu es Xiao Qing si je me souviens bien, non ? La petite soeur de cousine Xiao Mei. Tu as bien grandi depuis que je t’ai vue il y a deux ans. »

La petite fut surprise de l’entendre l’appeler par son nom. Son regard intelligent s’arrête un moment sur la Reine Médusa ; elle avait beau être encore jeune, la beauté de cette femme enchanteresse la surprenait malgré son voile. Elle resta stupéfaite un instant et posa son regard sur le visage de son interlocuteur. Elle observa le contour familier de son visage et réfléchit fort en fronçant ses sourcils fins.

Après un long moment de réflexion, Xiao Qing sembla se souvenir tout à coup de quelque chose. Elle rougit en un instant tandis que son regard s’emplit d’excitation et de surprise. Une seconde plus tard, elle ne put se contrôler davantage et lui sauta tout à coup dessus.

« Xiao Yan biao-ge ? C’est vraiment toi ! Tu es enfin rentré !» (NdT biao-ge = cousin plus âgé)

L’adolescent fit un pas vers elle et l’attrapa dans ses bras. Il sourit et lui caressa les cheveux en disant doucement : « Je ne t’ai pas vu deux ans seulement et tu rattrapes déjà ta grande-soeur, petite fille. Tu seras assurément une très belle femme dans le futur. »

Xiao Qing leva son petit visage couvert de larmes de la poitrine de son cousin, les yeux rougis : « Biao-ge… *sanglote* Tu es enfin rentré… Une catastrophe a frappé le clan. Ces méchants ont profité de nous. Ils sont venus tous les jours chez nous ! Ma maman m’a dit qu’ils voulaient voler nos marchés ! Ces jours-ci, nous n’osons même plus quitter le clan…»

Il hocha doucement la tête, frotta la sienne en souriant et dit à voix basse : « Tout va bien petite fille, tu n’as plus à avoir peur. Laisse-moi m’occuper de tout ça et emmène-moi faire le tour. »

« D’accord…» La jeune fille hocha hâtivement la tête. Lorsque son cousin avait aidé le clan Xiao a devenir la plus grande faction de Wutan en un coup, sa réputation auprès de la jeune génération du clan avait atteint des sommets. De plus, les Xiao s’étaient peu à peu étendus ces deux dernières années grâce aux médecines de soin qu’il avait laissé avant de partir. Tout ça contribua à faire de lui, qui avait quitté le clan pour s’entraîner, une espèce de légende aux pouvoirs quasi divins aux yeux de ces jeunes gens.

Le Da Dou Shi se redressa et regarda la demoiselle qui sautillait sur le chemin, d’humeur joyeuse. Cependant, son sourire disparut peu à peu et il caressa la lourde règle noire dans son dos. Une intention de tuer sombre et froide se dégagea de lui tout à coup, et surprit la Reine Médusa au point que ses sourcils en tressaillent.

Il avança doucement sur le chemin de pierres derrière sa cousine, et un grand hall spacieux apparut peu à peu à son regard.

Xiao Qing agita son petit poing vers le bâtiment et dit rageusement : « Ces méchants sont à l’intérieur, avec le Premier Doyen et les autres. Cependant, ils sont  tous blessés et c’est pourquoi ces types osent se montrer aussi présomptueux. »

Le jeune alchimiste serra les dents : « Ils sont blessés ? Quelque chose est réellement arrivé au clan. » Il monta la volée de marches de pierres et arriva devant la porte principale verrouillée, où il s’arrêta. Des sons lui parvinrent de l’intérieur et le firent peu à peu sourire froidement.

La grande salle était un peu sombre et l’atmosphère qui y régnait était quelque peu morose.  Elle était bondée d’une centaine de personnes, divisées en deux groupes assis l’un face à l’autre. Ils s’observaient avec des airs menaçants, comme si une bagarre générale allait éclater d’un moment à l’autre.

Quelques personnes étaient assises aux premiers rangs des deux groupes. Du côté du clan Xiao, trois doyens occupaient ce rang, mais ils avaient l’air pâles à ce moment. Le Dou Qi débordant de leur corps prouvait qu’ils devaient avoir subi quelques blessures internes sérieuses.

Au premier rang du groupe opposé, il y avait trois hommes costauds à l’air féroce assis sur les sièges des invités d’honneur. L’un d’eux était clairement le chef du clan Jia Li qui avait autrefois été tabassé par Xiao Yan, Jia Lihua !

Xiao Yan connaissait également une autre personne : Ao Ba Padun, le chef d’un des trois grands clans de Wutan, le clan Aoba.

La dernière personne ne lui était pas familière. Elle portait une longue robe d’alchimiste, avait une expression froide et sévère et devait avoir aux alentours d’une cinquantaine d’années. Un badge en forme de chaudron sur sa poitrine attira son attention, coiffé par trois vaguelettes argentées qui bougeaient doucement comme si c’était des êtres vivants.

C’était un alchimiste de troisième rang !

Un alchimiste de ce niveau, dans une petite ville où il n’y avait même pas de branches de l’association des alchimistes, exerçait une grande révérence sur n’importe quelle faction. Ce homme inconnu devait également être la plus grande crainte des trois doyens du clan Xiao.

Le visage du second doyen était aussi froid et sombre que l’eau des abysses. Son regard parcourut le groupe de ses ennemis et dit froidement : « Chefs de clans, notre clan Xiao peut avoir rencontré certains problèmes récemment, mais croyez-vous vraiment pouvoir nous plier à votre volonté ? Nous avons travaillé dur pour créer les marchés de Wutan, et vous voulez les acheter à un si bas prix ? Êtes-vous en train de rêver ?»

« Ha ha, vous devez plaisanter, second doyen. Ces deux dernières années, votre clan Xiao a essentiellement empoché tous les revenus de Wutan. Devrait-ce continuer que nous n’aurions d’autre choix que de déménager. Cependant, nos racines se trouvent ici et nous aurons des difficultés à nous installer ailleurs. Ah, nous n’avons pas d’autre choix pour survivre, vous savez. J’espère que vous ne nous en voudrez pas, trois doyens. Nos clans ne vous compliqueront pas la vie tant que vous acceptez nos conditions, par égards à notre vieille relation. N’est-il pas fantastique que nous puissions gagner de l’argent tous ensemble ?» Dit Ao Ba Padun en souriant.

Le troisième doyen, qui avait toujours été agressif, le fixa avec des yeux rouges et frappa du poing sur la table. Il le pointa du doigt et lui hurla rageusement dessus : « Dix mille pièces d’or pour un marché ? Êtes-vous des bandits de grand chemin ?»

« Troisième frère !» Le premier doyen tira sur la manche du troisième qui allait se lever et cria doucement : « N’oublie pas tes priorités !»

Le troisième doyen se rassit brutalement et la coupe dans sa main fut écrasée jusqu’à exploser.

Jial Lihua, qui était resté silencieux jusque là, se mit soudainement à rire sombrement et dit : « Ké ké, le troisième doyen est toujours aussi colérique. Vous allez vous faire du mal à vous énerver comme ça. Malheureusement, vous n’avez pas le choix aujourd’hui. Que vous nous le vendiez ou non, ce marché sera vendu au final !»

« On aurait pas dû se montrer magnanime la dernière fois, Jia Lihua ! C’était une erreur que de laisser un vieux clébard vivre !» Dit sombrement le premier doyen.

Jia Lihua sourit : « Je suis désolé, il n’y a pas de médecine contre le regret. » La méchanceté sur son visage était d’un froid glaçant. « Je vais vous rendre tout ce que vous avez infligé à mon clan il y a deux ans !»

Le premier doyen resta un moment silencieux en observant ce vieillard venimeux. Il dit alors d’une voix sourde : « Si vous voulez utiliser la force, alors nous nous battrons jusqu’à ce que nos deux clans subissent de lourdes pertes. » Il en était au point où il ne pouvait qu’espérer que leurs ennemis rechignent à utiliser la force. C’était aussi pour gagner du temps.

Le chef du clan Jia rit froidement : « Ha ha, vieux bâtard, avec quoi veux-tu te battre avec nous, hein ? Et si tu allais chercher Xiao Zhan, si tu en es capable ? Dans votre état, je peux vous finir tous les trois tout seul !»

Les coins des yeux du premier doyen tressaillirent légèrement. Il fit un geste de la main pour bloquer un groupe de membres furieux du clan Xiao derrière lui. Il fixa froidement Jia Lihua et lui dit : « Ose toucher notre clan Xiao et notre descendant t’empêchera de dormir ou de manger tranquillement. Tu ne pourras qu’attendre qu’il revienne et exerce sa terrible vengeance. »

« Son retour ?» Les paupières des trois hommes tressaillirent. Pour une raison ou une autre, non seulement les deux chefs des clans ennemis se turent, mais même la main que l’alchimiste étranger avait posée sur son accoudoir tressauta.

Une jeune silhouette apparut lentement à l’esprit de tous ; celle d’un jeune homme d’une quinzaine d’années à peine, qui avait fait plonger le clan Jiali alors florissant dans les abysses.

Deux années plus tard, ce jeune homme s’en était pris à la secte des Nuages Brumeux, et il était même parvenu à s’en sortir en un morceau.

Il faut savoir qu’aux yeux des Jiali et des Aoba, cette secte était une sorte de dieu intouchable. N’importe lequel de ses disciples pouvait éliminer toutes les factions de Wutan.

La première fois qu’ils entendirent les rumeurs du combat de la Secte et de Xiao Yan, tous les habitants de la ville restèrent ébahis une minute, et les ennemis du clan Xiao tremblèrent même de la tête aux pieds.

Sans ce mystérieux expert à l’origine inconnue qui lui avait dit que le jeune homme avait été assassiné par la secte des Nuages Brumeux, Jia Li Hua n’aurait jamais osé s’en prendre à eux et les piller même avec dix fois plus de tripes et cet alchimiste de troisième rang derrière lui.

Il rit froidement en essayant de cacher la peur que lui inspirait un certain quelqu’un : « Hé, attendez donc alors. Attendez jusqu’à mourir, et vous verrez peut-être à nouveau ce petit bâtard de Xiao Yan. »

Il tourna la tête et dit d’une voix grave à Ao Ba Padun : « Nous n’avons pas besoin de traîner davantage, Vieil Ao. Puisqu’ils refusent d’accepter, alors nous devons agir. Le monopole du clan Xiao ces dernières années nous a presque mis sur la paille, nous ne pouvons pas être courtois plus longtemps. »

Ao Ba Padun soupira de regrets : « Ah… Bon, puisque vous trois n’avez pas l’air de comprendre la gravité de votre situation, ne me reprochez pas d’être insensible. » Il fit un geste de la main et une dizaine d’hommes musclés derrière lui dégainèrent les armes à leurs ceintures dans un ‘clang’. Ils fixèrent les membres du clan Xiao avec des visages meurtriers.

Le premier doyen, qui se retenait jusque là, explosa de rage en frappant violemment la table du poing tout à coup.

Derrière lui, une dizaine de membres du clan Xiao se levèrent, le visage cramoisi de colère : « Premier doyen, le clan Xiao n’a pas de lâches ! Battons-nous à mort avec eux !»

Le premier doyen prit une grande inspiration et serra les dents en criant : « Tant que nous pouvons tenir jusqu’au retour du jeune chef de clan, nous pourrons leur faire payer tout ce que nous avons enduré jusqu’à présent !»

‘Jeune chef de clan’. Cette façon de le désigner prouvait que les doyens l’acceptaient comme un possible successeur du clan. Tous les membres de ce dernier furent fiers de porter leur nom en entendant les nouvelles de sa victoire à la secte des Nuages Brumeux, y compris les trois doyens qui le méprisaient à l’époque.

L’alchimiste qui était resté silencieux jusque là se leva soudainement et dit d’une voix rauque : « Je suis désolé, mais vous n’aurez pas cette chance. Xiao Yan a tué mon disciple et aujourd’hui, je vais laisser votre clan Xiao mourir avec lui. »

Il leva lentement la tête et parcourut lentement tous les membres du clan présent. Il dit doucement : « J’ai oublié de vous dire que mon disciple s’appelait Liu Xi, qui avait aidé le clan Jia Li avec ses médecines de soin à l’époque. »

Une fois cela dit, il émit tout à coup la puissance d’un Da Dou Shi d’au moins six étoiles. Sous la pression de cette force, les doyens déjà sérieusement blessés reculèrent de quelques pas, le visage un peu pâle.

Jia Li Hua observa les regards furieux des membres du clan Xiao en souriant froidement, et dit d’une voix sourde et sombre :  « Tuez-les ! N’en laissez pas un seul survivre !»

Le premier doyen cracha une gorgée de sang en observant leurs ennemis qui souriaient férocement en les encerclant : « On dirait que les cieux veulent que notre clan périsse aujourd’hui. »

Alors que tous les membres du clan s’apprêtaient à mener une lutte désespérée pour leur survie, un grincement de porte clair interrompit le massacre sur le point d’éclater.

La porte s’ouvrit lentement et une lumière aveuglante se déversa dans la salle jusqu’à atteindre le mur opposé.

Tout le monde tourna la tête vers la porte, d’où se détachait la silhouette d’un jeune homme mince qui entrait lentement.

Une voix où perçait un ton d’excuse retentit : « Désolé d’être revenu si tard. »

Le premier doyen fut surpris en entendant cette voix légèrement familière et se détendit aussitôt. Deux larmes d’excitation coulèrent le long de son vieux visage.

 

Wazouille

Fondateur du site et traducteur de BTTH, DNC, TDG et SW, Wazouille est un grand audiophile, un gamer, un lecteur avide et bien d’autres choses encore, comme stakhanoviste, à son insu...

Les derniers articles par Wazouille (tout voir)

BTTH Chapitre 356
BTTH Chapitre 358

11 Commentaires

  1. bipbip

    merci !

    Répondre
  2. guts

    merci pour le chapitre

    Répondre
  3. HinomuraHinomura

    Merci pour le chapitre,

    Ils ont osé touché les siens, ils vont le regretter rapidement.

    Répondre
  4. ManaMana

    Awn…
    Merci pour ce chapitre !

    Répondre
  5. grenvious

    merci pour le chapitre

    Répondre
  6. nickylaboum

    merci

    Répondre
  7. Ling_Tian

    Merci pour le Chapitre !

    Répondre
  8. Khultima

    Merci pour le chapitre, ainsi qu’au donateur.

    Répondre
  9. Zhexiel Kurokage

    Merci pour le chapitree.
    PS:Merci aux donateurs.
    PPS:Ils vont souffrir…
    PPPS:L’auteur est un sadique, pourquoi il doit toujours finir les chapitres d’une telle manière…

    Répondre
  10. Psycho

    Tous pareils

    Répondre
  11. essitamessitam

    merci pour le chapitre

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com