BTTH Chapitre 368

BTTH Chapitre 367
BTTH Chapitre 369

Bonjour à tous ! Voici la suite des aventures du jeune alchimiste, qui rappelons‐le est dans un sacré pétrin… Comment va‐t‐il s’en sortir d’après vous ? :p

Bonne lecture à tous et à toute pour le SW !

 

 

Chapitre 368 — Récupération

 

Dans la forêt dense où on trouvait de grands arbres, quelques rayons de lumière traversaient parfois les trous dans la canopée luxuriante de branches et de feuilles qui protégeaient le sol du soleil ardent. La lumière était ainsi fragmentée au sol et formait une peinture magnifique et naturelle de tâches lumineuses.

Les bois étaient complètement silencieux et de temps à autres, on entendait parfois un rugissement sourd d’une bête magique quelconque au loin, qui se répercutait incessamment à travers les arbres malgré leur densité.

Tout à coup, il y eut du mouvement dans les sous‐bois et une silhouette noire en jaillit immédiatement. Elle appuya doucement du pied sur une branche poussant horizontalement depuis le tronc, puis elle en sauta et atterrit sur une autre branche à quelques mètres du sol. Son regard d’aigle balaya tout le contrebas en détail avant qu’elle ne soupire de soulagement, et elle marmonna d’un air un peu douteux : « La chaîne montagneuse derrière la Montagne des Nuages Brumeux rejoint directement celle des Bêtes Magiques. Logiquement, je devrais y foncer, non ? Mais pourquoi n’ai-je pas rencontré une seule bête jusque là ?»

Un vieux rire résonna en lui : « C’est grâce au Python aux Sept Couleurs Avalant les Cieux dans ta manche. C’est une bête unique ancienne dont l’odeur seule instille la peur chez n’importe quelle bête magique ordinaire. De plus, elle a actuellement la puissance d’un Dou Wang alors dis‐moi, quelle créature oserait se dresser sur son passage ?»

Xiao Yan comprit aussitôt : « Alors c’est grâce à ce petit gars…» Il tapota doucement sa manche et rit doucement.

« Mais les groupes de la secte des Nuages Brumeux lancés à ta poursuite n’ont pas autant de chance. D’après ce que je peux sentir, ils ont été attaqués par au moins trois vagues de bêtes magiques sur cette courte distance. Ils n’ont pas été blessé mais du coup, leur vitesse de poursuite a été fortement réduite. » dit Yao Lao, un sourire jubilatoire aux lèvres.

Le jeune homme rit froidement ; il parcourut à nouveau les environs du regard, mais ne trouva toujours pas de bonne cachette. Il fronça aussitôt les sourcils et secoua la tête d’un air désarmé. Il pressa doucement le tronc du pied et traversa la forêt dense passant devant les branches d’arbres sur son chemin comme une grosse chauve‐souris déployant ses ailes. Il continua ainsi de progresser droit devant et de fuir, tout en cherchant une bonne cachette.

Ce n’était pas facile que de trouver un coin tranquille dans cette forêt pleine d’énormes arbres et de bêtes magiques. Fort heureusement, l’adolescent pouvait se compter chanceux car à la tombée de la nuit, il trouva enfin un bon coin.

Il traversait une zone très feuillue quand un ravin dangereux d’une dizaine de mètres de large apparut à sa vue. Il ralentit alors et avança lentement vers le bord du précipice. Il baissa la tête, jeta un regard au gouffre noir paraissant sans fin, puis releva le chef et balaya lentement du regard la face abrupte du ravin de l’autre côté. Un moment plus tard, il arrêta soudainement son regard sur une cave rocheuse sombre, à une dizaine de mètres du sommet, peu ou prou. Elle n’avait pas l’air d’avoir été creusée par un homme, mais plutôt par une sorte de bête magique aux griffes acérées.

Le jeune alchimiste afficha une joie certaine en étudiant la position de la caverne. « C’est un très bon emplacement ! Il est même couvert par le brouillard. Même si des patrouilles volantes la survolent, ils auront beaucoup de mal à discerner quoi que ce soit. » Il y avait un certain nombre de cavernes similaires sur le flan à pic du précipice, mais seule celle qu’il avait remarqué occupait une position avantageuse. Il resta au bord du gouffre et observa la grotte ; si on y faisait pas attention, on ne remarquerait que le brouillard qui s’élevait de l’abime.

Après l’avoir inspecté un moment, il fit sortit ses énormes ailes de nuage pourpre en tremblant légèrement des épaules. Il bondit ensuite droit vers le ravin tandis que le vent siffla à ses oreilles. Le Da Dou Shi battit des ailes et arriva rapidement devant la caverne, devant laquelle il resta suspendu au lieu d’y entrer sur le champ. Le danger était omniprésent sur la chaîne montagneuse et sans prudence, on pourrait mourir sans même savoir ce qui nous a tué.

Il leva lentement sa main en désignant la caverne du doigt, et le Python aux Sept Couleurs Avalant les Cieux y fonça dans un éclair multicolore.

Xiao Yan recula précipitamment de la grotte en le voyant faire, puis il attendit silencieusement.

Il n’eut pas à attendre plus d’une minute avant de sentir une bourrasque sortir de la caverne, suivie par une énorme silhouette noire. C’était une bête magique volante à l’apparence féroce, qui avait l’air terrifié en s’enfuyant droit vers le ciel en poussant un cri affreux. Elle disparut ensuite vers l’horizon.

Le jeune homme fut stupéfié en voyant l’énorme créature filer dans le ciel : « Pfiou, bon petit gars. C’était un lion ailé, une bête magique de troisième rang pouvant rivaliser avec un Da Dou Shi…» Il secoua la tête et rit amèrement : « J’ai de la chance d’avoir l’aide du Python aux Sept Couleurs Avalant les Cieux ; dans le cas contraire, j’aurais dû dépenser beaucoup d’énergie pour l’expulser de son trou…»

Peu après, le petit reptile sortit de la grotte et resta suspendu devant son maître, sifflant en remuant sa langue serpentine devant lui.

Il leva la main et la bête retourna dans sa manche. Ce n’est qu’alors qu’il battit des ailes et entra dans la caverne, rassuré. Il posa le pied sur le sol rocheux, et son visage fut traversé par une couleur pâle. Il fut pris d’une toux intense, suite à laquelle les ailes de nuage pourpre reprirent automatiquement l’apparence de tatouages dans son dos.

Il essuya le filet de sang coulant du coin de ses lèvres, et dit à voix basse avec un sourire amer : « Je suis bel et bien grièvement blessé, ah… L’intérieur de mon corps est dans un tel état après une utilisation des ailes de nuage pourpre de quelques minutes seulement. »

Il entra lentement dans la grotte qui s’avérait plutôt spacieuse. Bien que la puanteur qui y flottait le fit légèrement froncer les sourcils, l’adolescent n’était naturellement pas d’humeur à se soucier de trivialités pareilles alors qu’il était encerclé. Il remua le doigt et une paire de pierres de lueur sélène jaillirent de son anneau de stockage. Elles atterrirent solidement sur les trous dans le mur et illuminèrent aussitôt la cave de leur légère lueur.

Le jeune alchimiste observa l’intérieur bien éclairé de la cave, puis il jeta un œil à l’extérieur au ciel qui était déjà devenu complètement noir. Il réfléchit silencieusement un temps avant de revenir à l’entrée, et il y poussa un énorme rocher de toutes ses forces. Il bloqua plus de la moitié de l’entrée, et empêchait ainsi la caverne éclairée d’être trop évidente dans les ténèbres nocturnes.

Une fois terminé, il poussa enfin un long soupir. À ce moment, la fatigue de la journée l’envahit lentement, et rendit ses paupières un peu plus lourdes…

Alors qu’il allait succomber à la fatigue, tomber à terre et dormir profondément, il sursauta soudainement en entendant le léger cri de Yao Lao : « Il n’est pas encore temps de dormir !» (NdT Sadiiiiiiiiique !) Le Da Dou Shi rouvrit les paupières qui allaient se clore et, avec un rire amer, il recula rapidement de deux pas et trouva une plateforme de pierres propre où il s’assit en tailleur.

L’anneau noir trembla alors doucement, et la figure illusoire du vieillard en sortit lentement.

Son disciple se gratta la tête et lui sourit maladroitement en le voyant apparaître : « Maître. »

Le vieil homme secoua la tête d’un air désarmé, fit un geste de la main et l’anneau au doigt de son disciple le quitta pour flotter au‐dessus de sa paume.

Yao Lao parcourut l’intérieur de l’anneau de sa force spirituelle en disant : « Tu devrais d’abord te remettre de tes blessures internes. Je vais raffiner quelques pilules médicinales qui accéléreront ta récupération ; tu dois retrouver la forme aussi vite que possible, ou ta fuite sera trop dangereuse. »

« Ah. » Xiao Yan opina du chef. Il cessa d’argumenter et forma un sceau d’entraînement de ses mains, ferma les yeux et retrouva une respiration calme et lente petit à petit…

Le vieil alchimiste hocha la tête de satisfaction en le voyant entrer dans un son état méditatif aussi rapidement. Il fit un petit geste du doigt, et de nombreux ingrédients médicinaux de l’anneau pour flotter autour de lui.

« Ce petit bonhomme a vraiment entreposé beaucoup d’ingrédients… Ça m’évite de devoir aller en chercher. » Il hocha légèrement la tête avant de remuer la main, où une flamme blanche s’éleva immédiatement. D’un petit mouvement du doigt, les ingrédients médicinaux furent rapidement jetés, dans l’ordre, les uns après les autres dans le feu. Comparé à la façon dont le jeune homme avait raffiné sa pilule médicinale à la Grande Réunion des Alchimistes, la méthode de raffinage de Yao Lao, aussi fluide que l’eau d’une rivière, permettait de vraiment comprendre ce qu’était un grand‐maître alchimiste.

La légère lueur que produisait les pierres de lueur sélène empêchait les ténèbres d’envahir la cave. On ne pouvait y entendre que les craquements des ingrédients… Les deux hommes avaient chacun quelque chose à faire et s’y attelaient.

L’entraînement silencieux durant pendant près de trois heures, et ce n’est qu’après que les paupières de l’adolescent, jusque là fermement closes, tremblèrent légèrement. Il ouvrit alors lentement les yeux ; après trois heures de récupération, son visage auparavant pâle avait retrouvé un peu de vitalité et était un peu rosé.

Il expira longuement un souffle contenu dans sa poitrine un bon moment, et son expression s’améliora un peu. Il leva la tête et observa le vieillard qui se tenait à l’entrée de la caverne, où il observait les mouvements à l’extérieur ; il avait fini son raffinage il y a longtemps déjà. Il sourit doucement et dit : « Mes blessures ont beau être assez sévères, j’ai contenu mes blessures internes. Vous aviez raison, maître : la force et le sang dans mon corps augmentent de façon instable. C’est bel et bien le prélude à une augmentation de ma puissance. »

Yao Lao sourit et opina du chef. Il se retourna, et envoya d’une petite pichenette une pilule émeraude vers son disciple, qui la saisit agilement.

« Avale‐ça. Grâce à cette pilule, tes blessures internes devraient pouvoir disparaître complètement. Les effets de la Pilule Spirituelle Verte à Trois Lignes sont extrêmement puissants, et tu n’as pas réussi à les absorber complètement. La plupart se sont même déposés dans ton corps, et ce n’est pas bon pour toi de les laisser ainsi. J’ai mis un peu de ma Flamme Glaçant les Os dans cette pilule ; tu éprouveras peut‐être une légère douleur en l’avalant, mais elle devrait permet à ce dépôt d’effets médicinaux de s’évaporer et de se répandre en toi. Cette fois, sers‐toi de cette occasion pour tous les absorber. La chance déterminera à quel point tu peux augmenter ta puissance…» Le vieillard secoua la tête et dit : « Plein d’anomalies sont apparues en toi pendant que je n’étais pas là. Ce ’poison brûlant’ est sacrément vicieux, d’ailleurs… Une fois que tu auras récupéré de tes blessures, je réfléchirai à un moyen de t’en débarrasser. »

Le jeune alchimiste sentit une certaine chaleur envahir son cœur en écoutant son maître parler. Il hocha légèrement la tête. Il se sentait beaucoup mieux avec son maître à ses côtés, un peu comme un enfant trouvant quelqu’un sur qui se reposer et le rassurer.

Il glissa la pilule médicinale entre ses lèvres et ferma à nouveau les yeux. Son esprit plongea en lui, et il commença sa grande avancée !

Le vieillard sourit et opina du chef en le voyant clore les yeux et s’entraîner à nouveau. Il s’assit à l’entrée de la cave et joua nonchalamment avec l’anneau de stockage qui lui avait pris. Un long moment plus tard, son doigt trembla légèrement et il poussa un petit ’oh’ de surprise.

Il remua le doigt et un morceau de jade noir brisé apparut dans sa main. Il frotta doucement le jade endommagé de la paume et le fixa plus ou moins du regard.

C’était le jade noir que Xiao Yan avait acheté à vil prix à l’Association des Alchimistes lors de sa recherche de trésors.

Wazouille

Fondateur du site et traducteur de BTTH, DNC, TDG et SW, Wazouille est un grand audiophile, un gamer, un lecteur avide et bien d’autres choses encore, comme stakhanoviste, à son insu...

Les derniers articles par Wazouille (tout voir)

BTTH Chapitre 367
BTTH Chapitre 369

14 Commentaires

  1. Zorbal

    Yo, merci beaucoup pour ce chapitre Wazouille !!!

    Répondre
  2. grenvious

    merci pour le chapitre

    Répondre
  3. Khultima

    Merci pour le chapitre.

    Répondre
  4. Ling_Tian

    Merci pour le chapitre!!

    Répondre
  5. reds

    marci

    Répondre
  6. guts

    Merci pour elle chapitre

    Répondre
  7. Elsaryon

    Merci pour ton travail

    Répondre
  8. Miré

    Merci!! Et qui vote pour q1 btth remplacé 1 tdg ?

    Répondre
    1. essitamessitam

      combien de chap en va ?

      Répondre
      1. Jb

        1648 chapitre et fin…

        Répondre
  9. Miré
    Répondre
  10. Zhexiel Kurokage

    Merci pour le chapitre.

    Répondre
  11. essitamessitam

    merci pour le chapitre

    Répondre
  12. HinomuraHinomura

    Merci pour le chapitre

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com