BTTH Chapitre 429 [Bonus]

BTTH Chapitre 428 [Bonus]
BTTH Chapitre 430

Et voilà le second chapitre en hommage à la générosité de l’ami Ragnaar, mais également à celle de Farid ! Encore merci à eux et bonne lecture !

 

 

Chapitre 429 - Les mystérieux gardiens de la Librairie

 

La voix du directeur adjoint s’était lentement dissipée dans la vallée, mais les deux figures humaines grises ne bougèrent pas d’un pouce. C’était comme si elles ne l’avaient pas entendu.

Malgré l’absence de réponses, Hu Gan conserva le silence et les mains jointes ensemble, patientant silencieusement.

Derrière lui Xiao Yan et les autres s’échangèrent des regards curieux. Même Hu Jia, habituellement incontrôlable, resta sagement muette. Elle n’était jamais venue auparavant dans cet endroit, mais son grand-père avait un prestige quasi incomparable dans l’Académie et malgré tout, il se montrait très courtois face aux deux hommes en gris. Ce témoignage de respect prouvait que ces deux gardiens de la Librairie devaient être absolument terrifiants. Elle était incontrôlable, mais elle n’était pas stupide : elle savait qu’elle ne pouvait pas se permettre de provoquer certaines personnes.

Xiao Yan, dans ce silence, ne put s’empêcher de caresser son anneau du doigt dans sa manche. Il fronça les sourcils après avoir découvert qu’à l’apparition de ces deux hommes mystérieux, la connexion qui le liait avec Yao Lao avec complètement disparu. C’était la première fois que ça arrivait depuis leur rencontre.

Ce genre de connexion était bilatérale, mais le jeune homme n’avait pas pris l’initiative de couper leur lien ; son maître devait donc l’avoir coupé de lui-même, et c’était tout à fait inédit… Il cligna des yeux, regarda les deux silhouettes grises devant le pavillon et soupira en son for intérieur. Pour réussir à effrayer Yao Lao au point de couper tous liens, ces deux hommes étaient effectivement effrayants. Ils étaient dignes de cette Académie où toutes sortes de monstres résidaient…

Le silence perdura dans la vallée pendant près de dix minutes avant que les robes des deux hommes mystérieuses ne bougent légèrement. Aussitôt, ils ouvrirent légèrement les yeux et découvrirent deux regards calmes, âgés et aussi profonds qu’un puits, similaires à ceux de moines. Ils balayèrent indifféremment les arrivants du regard avant de s’arrêter tout à coup sur le jeune alchimiste. Leurs robes grisent tremblèrent légèrement et ils demandèrent d’une voix rauque et basse : « Une Flamme Exceptionnelle ?»

Leurs exclamations douces se répercutèrent dans la vallée et arrivèrent clairement aux oreilles des jeunes gens.

Un des hommes fixa le Da Dou Shi d’un regard marqué par le temps et demanda de sa voix éraillée : « Puis-je connaître ton nom, jeune ami ?»

Tout le monde dans le petit groupe fut surpris qu’il s’adresse non pas à Hu Gan, mais à l’adolescent. Ils tournèrent aussitôt la tête vers ce dernier et lui jetèrent des regards étranges. Au vu du respect que le vieillard leur témoignait, ces deux hommes occupaient clairement une position extraordinaire au sein de l’Académie… Et pourtant, Xiao Yan avait éveillé une certaine curiosité en eux. De quoi entraîner chez ses camarades et le directeur adjoint une jalousie silencieuse…

Le jeune homme était tout aussi surpris qu’eux qu’on lui pose une question. Il joignit précipitamment les mains ensemble et dit respectueusement : « Le petit Xiao Yan salue les deux Doyens. »

La vieille voix résonna à son oreille et fit soudainement bondir son coeur dans sa poitrine : « La flamme tend vers le vert, et elle ressemble à un lotus et à un volcan. Si le vieillard que je suis ne se trompe pas, la Flamme Exceptionnelle que tu contrôles devrait être la Flamme de Noyau Terrestre du Lotus Cyan, la dix-neuvième au classement. » L’adolescent regarda les deux hommes en gris avec une peur renouvelée. C’était la première fois que quelqu’un parvenait à identifier précisément sa flamme exceptionnelle sans même la voir. C’était absolument terrifiant !

Le jeune alchimiste déglutit en hochant légèrement la tête. Il jeta un oeil à Xun’Er et aux autres et remarqua qu’aucun d’entre eux ne semblait avoir entendu le type en gris lui parler. La stupeur le frappa, mais il comprit aussitôt ce qui s’était passé : c’était sans doute dû à un tour de ces deux personnes étranges.

« Tu es vraiment très doué à pouvoir contrôler une Flamme Exceptionnelle à ton âge…» L’homme en gris à gauche soupira gentiment, une pointe d’admiration dans sa voix. Il tourna ensuite son regard vers Hu Han et dit d’une voix rauque : « Le top cinq de cette année est bien meilleur que celui de l’année passée. »

Le directeur adjoint soupira de soulagement. Il sourit et dit : « Dans ce cas, puis-je vous demander d’ouvrir le verrou spatial, chers Doyens. »

Les cinq jeunes gens eurent l’air perplexes : « Le verrou spatial ?»

La voix de Xun’Er atteignit les oreilles du jeune alchimiste : « Xiao Yan ge-ge, regarde l’espace devant le Directeur Adjoint. » Il leva alors la tête et jeta un oeil, quelque peu circonspect. Cependant, le doute disparut peu à peu un moment plus tard, pour laisser place à une expression grave.

Il fixa intensément un endroit à cinquante centimètres devant Hu Gan et réalisa un moment plus tard qu’avec de la concentration, on pouvait voir de nombreux petits plis dans l’espace. Ces plis étaient cachés dans les airs et étaient extrêmement difficiles à découvrir. Il suivit des yeux l’apparition et la disparition de ses plis et réalisa tout à coup que ces plis s’étaient presque changés en un mur — un mur protégeant la Librairie tout entière !

Hu Gan sembla réaliser la perplexité de ses étudiants et leur expliqua en souriant : « C’est un verrou spatial, une sorte d’iris extrêmement puissant que seul un Dou Zun est capable de créer. Ce verrou nous a été laissé par un ancêtre de l’académie il y a quelques centaines d’années. Sans les deux Doyens à l’intérieur pour ouvrir l’iris avec une méthode spécial, même un puissant Dou Zong ne pourrait pas y entrer. »

Xiao Yan et les autres hochèrent la tête, comprenant le principe. Cependant, ils n’en étaient pas moins choqués pour autant. Un iris impénétrable même par un puissant Dou Zong était vraiment horrifiant.

Les deux vieillards devant le pavillon sortirent lentement leurs deux mains ridés de leurs manches. Aussitôt, ils  formèrent lentement divers sceaux de leurs doigts et paumes. Le jeune homme put sentir des ondulations extrêmement puissantes sortirent de leurs paumes comme autant de vagues.

Ces ondulations informes disparurent peu à peu et entrèrent enfin en contact avec les plis dans le vide. À ce moment, l’espace devant eux se troubla et forma comme un énorme miroir d’eau traversé par des ondulations. Un moment plus tard, ces ondulations cessèrent et une main sans forme ouvrit lentement quelque chose ressemblant à une porte.

Hu Gan fit un signe de la main à ses étudiants en voyant la porte : « Allons-y. » Il ouvrit ensuite la marche et entra. Le jeune alchimiste et les autres hésitèrent un instant avant de lui emboîter le pas et de passer le pas informe de cette porte.

Une fois cette porte étrange passée, les jeunes réalisèrent que la luminosité était un peu plus élevée dans cet endroit et leurs regards s’illuminèrent : ils étaient vraiment entrés dans cet espace verrouillé.

Le directeur adjoint s’adressa aux deux hommes en gris à l’extérieur en souriant : « Ké ké, nous vous avons dérangé, chers Doyens. »

Une voix rauque résonna lentement tandis que les deux hommes en gris restaient parfaitement immobiles : « C’est notre devoir. »

Hu Gan désigna la Librairie du doigt et expliqua la situation : « Vous pouvez entrer dans la Librairie à présent. N’oubliez pas que quoi que vous vouliez, vous ne pouvez pas tenter de l’obtenir de force ; tout est recouvert d’une couche d’énergie ici. Si votre main peut traverser cette couche d’énergie sans rencontrer de résistance, vous pouvez vous emparer de ce qu’elle contient. Bien sûr, vous ne pouvez emporter qu’une seule chose hors de la Librairie ; ne soyez pas trop cupides, ou vous risquerez de ne rien avoir au final et de vous retrouver Gros-Jean comme devant. »

« Si vous n’arrivez pas à traverser la couche d’énergie, abandonnez. Vous ne pouvez pas la briser avec votre force actuelle. Nombre de gens sortent de la Librairie sans rien chaque année, alors remettez-vous-en au destin. N’essayez pas de vous accaparer ce qui ne vous est pas destiné. »

Les cinq jeunes gens hochèrent la tête, s’échangèrent des regards, puis ils se mirent lentement en marche vers la Librairie.

Seul le bruit de leurs pas résonnait dans la vallée silencieuse. Xiao Yan et Xun’Er étaient à l’arrière du groupe. Ils traversèrent de hautes herbes et arrivèrent finalement à des marches de pierre verte, marquées de trous laissés là au fil du temps.

Ces marches étaient couvertes d’une couche verte légèrement glissante, mais ce n’était pas un problème pour l’adolescent et les autres. Ils suivirent les marches vertes et marchèrent un moment avant d’arriver devant la librairie. Ils levèrent la tête et observèrent l’écriteau antique ; une certaine mélancolie envahit leur coeur et s’y attarda un long moment.

Une toux rauque les tira soudainement de leurs rêveries. «*Tousse*…» Stupéfaits, ils détournèrent précipitamment leurs regards de l’écriteau horizontal.

Le Da Dou SHi baissa la tête et soupira : Quel étrange écriteau… Et dire qu’il possède une force démoniaque capable d’attirer l’esprit des gens. Pourquoi la moindre partie de cette Librairie est-elle entourée de mystère ?

« Entrez. Les portes resteront ouvertes pendant une heure seulement. Vous devez sortir au bout d’une heure que vous ayez trouvé quelque chose ou non. »

Les manches de l’homme en gris à gauche se levèrent sous la brise jusqu’à claquer, et les portes principales de la Librairie s’ouvrirent lentement en grinçant, avant de révéler un tunnel sombre.

Une ancienne aura lugubre bondit aussitôt sur les étudiants, ce qui les poussa à renforcer précipitamment leurs défenses mentales.

Hu Jia, qui ouvrait le chemin, prit une grande inspiration et prit l’initiative d’entrer dans la Librairie. Bai Shan et Wu Hao, derrière lui, hésitèrent un instant avant de lui emboîter le pas.

Xun’Er regarda Bai Shan et Hu Jia disparaître dans le tunnel, et elle tira Xiao Yan par la main avec un sourire aux lèvres : « Entrons, Xiao Yan ge-ge. »

Ce dernier hocha la tête et observa du coin de l’oeil les deux types mystérieux en gris derrière lui : « D’accord. Fais attention. » Ils entrèrent ainsi tous les deux la Librairie et disparurent, en ne laissant derrière eux que le bruit sourd de leurs pas.

Les portes de la Librairie commencèrent alors à grincer et se refermèrent lentement, jusqu’à être hermétiquement fermées.

Hu Gan soupira alors doucement et dit en souriant : « J’espère que ces petits bonhommes pourront trouver quelque chose à leur goût. Il est très rare de pouvoir entrer dans la Librairie de l’Académie Jia Nan, alors j’espère qu’ils ne gâcheront pas leur chance. »

Wazouille

Fondateur du site et traducteur de BTTH, DNC, TDG et SW, Wazouille est un grand audiophile, un gamer, un lecteur avide et bien d’autres choses encore, comme stakhanoviste, à son insu...

Les derniers articles par Wazouille (tout voir)

BTTH Chapitre 428 [Bonus]
BTTH Chapitre 430

6 Commentaires

  1. KingloanKingloan

    Merci Ragnaar et Farid mais surtout à toi Wazouille ^^

    Répondre
  2. Shirosuu

    Merci pour ce chapitre bonus !

    Répondre
  3. HinomuraHinomura

    Merci
    Pour les chapitres bonus

    Répondre
  4. Khultima

    Merci pour le chapitre, ainsi qu’aux donateurs.

    Répondre
  5. Zhexiel Kurokage

    Merci pour le chapitre.

    Répondre
  6. Aximili

    Merci pour le chapitre !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com