BTTH Chapitre 437

BTTH Chapitre 436 [Bonus]
BTTH Chapitre 438

Dernier BTTH de la semaine ! La hype est réelle !

Bonne lecture !

 

 

Chapitre 437 — Voler

 

Des rayons de lumière crépusculaire traversèrent sporadiquement la couverture végétale.

Une voix ténue et moqueuse retentit entre les arbres : « Eh bien, vous avez vraiment le loisir de vous disputer à un moment pareil ?»

Les cinq personnes qui marchaient se raidirent tout à coup. Elles levèrent précipitamment la tête et se rendirent compte que cinq jeunes gens les toisaient depuis les branches des arbres les surplombant. Ces jeunes portaient tous un insigne à la forme de tour sur la poitrine et les observaient avec des expressions moqueuses et des regards de prédateurs.

Un adolescent grand et costaud parmi les cinq piétons interpella les assaillants avec un sourire glacial : « Vous êtes tous là pour nous voler ces points d’énergie de feu, c’est ça ?» Comme il était arrivé dans le top 50 de la compétition de qualification, il avait confiance en sa force et n’avait pas peur de ces agresseurs qui avaient le même âge que lui.

Un jeune homme à la balafre serpentine, depuis sa branche, fit claquer ses doigts. « T’es malin, toi. » Il continua aussitôt en souriant : « Puisque vous savez pourquoi nous sommes là, passons les préliminaires : remettez‐nous votre énergie de feu et vous ne vous ferez pas dérouiller. Qu’en dites‐vous ?»

Un type rachitique fit claquer ses lèvres et lui répondit : « Dans tes rêves ?» Cependant, à peine eut‐il fini de parler que des figures humaines  apparurent devant lui et ses compagnons. Tout à coup, une brise fendit l’air et un coup de pied puissant vint s’écraser sur son estomac à la vitesse de l’éclair. L’adolescent malingre fut aussitôt projeté en arrière et alla s’écraser contre un tronc d’arbre en vomissant du sang. Il essaya ensuite de se relever, mais en vain.

Le jeune homme baraqué des défenses fut enragé par cet assaut brutal et cria belliqueusement : « À l’attaque !» Toutefois, à peine sa voix s’éteignit qu’il entendit des bruits sourds derrière lui. Il se retourna précipitamment et s’aperçut que ses trois compagnons restants avaient déjà été envoyés bouler. Trois hommes se tenaient à côté d’eux, les bras croisés sur leur torse et l’air dédaigneux.

Un ricanement retentit tout à coup à son oreille : « Souviens‐toi de ça, frangin : peu importe à quel point tu t’es bien démerdé à l’académie externe, tu t’écraseras une fois entré à l’académie interne. C’est une leçon que nous autres, tes seniors, avons apprise au prix d’innombrables coups. Comme je suis sympa, je vais te l’apprendre gratuitement. » Un poing de la taille d’une casserole apparut devant son visage et s’y écrasa. Il s’effondra aussitôt à terre, la bouche en sang.

Le balafré secoua son poing et dit à voix basse : « Si tu ne veux pas continuer de te faire cogner, filez nous vos cartes de cristal de feu. »

Les nouveaux étudiants changèrent légèrement d’expression à cet ordre. Un moment plus tard, ils finirent par serrer les dents et sortirent leurs cartes en se disant qu’un sage ne se battait pas quand les chances étaient contre lui.

Les yeux du balafré brillèrent lorsqu’il reçut les cartes des nouveaux, et il les serra contre lui avant de les embrasser férocement. Ensuite, il en garda une et jeta les quatre autres à ses compagnons. Il fit un petit geste de la main et une carte bleu pâle y apparut. En prêtant attention, on pouvait voir le nombre 47 apparaître sur l’écran en rouge vif.

Il tint la carte noire du nouveau dans une main, et sa carte bleue de l’autre, puis il les rapprocha l’une de l’autre et les frotta ensemble de toutes ses forces. Une lueur enveloppa immédiatement les deux cartes avant de disparaître ; la carte bleue afficha  alors cinquante points, tandis que la noire n’en affichait plus que deux.

Le balafré grimaça de mécontentement en regardant le grand deux sur la carte : « Tch, quelle règle débile. C’est vraiment un gâchis que de devoir laisser deux points aux nouveaux. »

Un de ses compagnons jeta la carte noire qu’il venait de siphonner à son infortuné propriétaire et se tourna vers le balafré : « Allons‐y, Lin Ge. On doit utiliser au mieux notre temps à la recherche d’autres groupes. Nous avons obtenu le droit de participer à la chasse à l’énergie de feu après bien des difficultés, alors on ne rentrera pas dans nos frais si on ne peut pas récupérer six jours d’énergie de feu, au moins. »

« Ah, tu as raison, partons. » Le jeune homme du nom de Lin Ge hocha la tête, et sourit à l’attention des cinq nouveaux élèves à terre. « Pauvres petits bonshommes. C’est ce qui arrive quand on ne sait pas travailler en équipe ! Souvenez‐vous‐en la prochaine fois. Vous pourrez venir comme nous piquer de l’énergie de feu à des petits nouveaux naïfs, l’année prochaine . Ne nous en voulez pas, c’est juste un bizutage que tous les nouveaux étudiants entrant à l’académie interne doivent subir. Ha ha, fichons le camp. »

Lin Ge fit un signe de la main à ses camarades en riant et ils bondirent dans les arbres en s’enfonçant davantage dans les bois, laissant derrière eux les cinq nouveaux élèves abattus et verts de rage.

Après un long moment de découragement, ces derniers se relevèrent avec des mines moroses et s’échangèrent des regards furieux, avant de se séparer et de partir dans des directions différentes.

Cinq personnes se cachaient dans des fourrés denses à quelques dizaines de mètres de là. Elles regardèrent les victimes disparaître ; de toute évidence, elles avaient été témoins de l’embuscade.

Xiao Yan rétracta lentement son regard et regarda sa carte de cristal noir où apparaissait un grand cinq, et dit : « On dirait que l’énergie de feu de ces cartes est extrêmement importante au sein de l’académie interne. Ces types ne seraient pas pressés, autrement. »

« En effet. » Xun’Er et les autres opinèrent légèrement du chef. Les cibles de ces assaillaient étaient on ne peut plus évidente : l’énergie de feu de leurs cartes de cristal.

Bai Shan fronça les sourcils et dit d’un ton pressé : « Allons‐nous‐en. Ces types sont partis, alors ne traînons pas davantage. Vous n’avez pas entendu ce qu’a dit le Doyen Su tout à l’heure ? Plus vite on arrive, plus grosse sera la récompense. Ne perdons pas plus de temps. »

« Attends un peu. » Le jeune alchimiste le stoppa de la main. Bai Shan fronça un peu les sourcils et lui dit froidement : « Qu’est-ce que tu veux ?»

L’adolescent lui jeta un regard noir et fit exprès de lui répondre lentement : « Quels que soient les conflits qu’il y a pu avoir entre nous, je pense qu’on devrait faire preuve d’un minimum d’esprit d’équipe maintenant qu’on forme un groupe. Sinon, on finira comme les cinq qu’on vient de voir. »

Hu Jia et les deux autres hochèrent la tête. D’après ce qu’ils avaient pu voir, les assaillants connaissaient bien leurs camarades et travaillaient bien ensemble. Il était évident qu’ils avaient passé beaucoup de temps les uns avec les autres. Cela dit, ils n’étaient pas beaucoup plus forts que le groupe du Da Dou Shi et, en un contre un, ils pourraient peut‐être s’en sortir. Cependant, ils ne pouvaient faire preuve de la même coopération que les assaillants lors d’un combat de groupe ; c’était une tâche trop ardue pour cette équipe où chaque membre avait des objectifs différents.

Hu Jia fixa le jeune homme de ses grands yeux, et lui demanda en fronçant les sourcils : « Et que suggères‐tu ?»

« Puisque nous formons un groupe, il nous faut naturellement un chef. En d’autres termes, le chef donnera des ordres aux autres et leur confiera des tâches. Je suggère que nous en nommions un parmi nous cinq ; si nous nous battons chacun de notre côté, nous ne tiendrons pas une seconde. Et j’ai bien peur que nous ayons beaucoup de mal à réussir à quitter cette forêt avec ces types prêts à nous intercepter et à nous encercler…» Dit lentement Xiao Yan.

Hu Jia et les autres furent surpris par sa suggestion, et ils hésitèrent un instant avant de hocher la tête. L’adolescent avait raison : un groupe suivant des ordres démontrerait toujours une plus grande puissance que des combattants isolés.

Wu Hao, vêtu de sa robe rouge sang, resta silencieux un moment et aborda la question la plus épineuse : « Et… Qui va être notre chef ?»

Le groupe plongea dans le silence à cette question. Quelques secondes plus tard, Xun’Er alla rejoindre son aimé pour exprimer son vote.

Bai Shan et les deux autres affichèrent des expressions différentes face à son geste. Un long moment plus tard, Hu Jia, qui avait les sourcils froncés, secoua la tête d’un air désarmé et dit : « Bon d’accord, je vais te faire confiance pour une fois, mais juste par respect pour Xun’Er. »

Une fois cela dit, elle rejoignit le couple et tourna la tête vers les deux restants.

La voix basse de Wu Hao résonna lentement : « Je me soumets face à… ta force. Je n’ai pas de problèmes à suivre temporairement tes ordres. » Il rejoignit aussitôt le jeune homme.

Bai Shan regarda les trois votants autour de son rival avec une expression hideuse.

Le jeune alchimiste le regarda et dit doucement : « Bai Shan, si tu ne veux pas nous rejoindre, on va partir sans toi. »

Ce dernier changea d’expression : « Tu…» Il hocha haineusement la tête et rejoignit son rival en disant froidement : « Soit, tu es à présent le chef de notre groupe, mais laisse‐moi te dire un truc : ne pense même pas à nous envoyer nous battre au front. Nous ne sommes pas assez cons pour servir de chair à pâté. »

Xiao Yan regarda ses quatre camarades : « C’est l’évidence même, je ne vais pas vous demander d’aller bloquer les ennemies tout seuls. » Une lueur vive traversa tout à coup ses yeux noirs : « Cependant, maintenant que je suis le chef de groupe, j’espère qu’aucun d’entre vous ne causera de problèmes par traîtrise envers moi avant que nous ne quittions la forêt. Autrement, il ne faudra pas me reprocher de vous tomber dessus. Ce n’est pas la première fois que nous nous voyons ; vous devez tous connaître mon caractère. La dernière fois, je vous ai offert un séjour de sept jours à l’hôpital, et j’en suis toujours capable…»

Hu Jia grimaça à sa menace, mais n’objecta pas. Wu Hao hocha la tête, et Bai Shan sentit le coin de ses lèvres tressaillir. Ce ne fut qu’un long moment plus tard qu’il parvint à contrôler ses émotions.

Cependant, quelle que soit la réaction que ces trois‐là aient pu avoir, le jeune alchimiste était à présent le chef du groupe, du moins de nom. Ensuite, ils allaient devoir réellement réussir à passer outre leurs différends et à se faire confiance !

Wazouille

Fondateur du site et traducteur de BTTH, DNC, TDG et SW, Wazouille est un grand audiophile, un gamer, un lecteur avide et bien d’autres choses encore, comme stakhanoviste, à son insu...

Les derniers articles par Wazouille (tout voir)

BTTH Chapitre 436 [Bonus]
BTTH Chapitre 438

7 Commentaires

  1. HinomuraHinomura

    Merci pour le chapitre !

    Bonne lecture fils.

    Répondre
  2. Hinomura kid

    Merci pour le chapitre

    Répondre
    1. HinomuraHinomura

      Bisous

      Répondre
  3. ti

    merci beaucoup !!

    Répondre
  4. Shirosuu

    Merci pour le chapitre.
    Vous allez voir, la suite est juste magique

    Répondre
  5. Aximili

    Merci pour le chapitre !

    Répondre
  6. Khultima

    Merci pour le chapitre.

    Répondre

Répondre à Hinomura kid Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com