BTTH Chapitre 571

BTTH Chapitre 570 [Bonus]
BTTH Chapitre 572

Pfiou, désolé d’avoir mis autant de temps, mais la VA était tellement abominable que je n’arrivais pas à m’y mettre sans avoir mal au crâne x)

Bonne lecture à tous et à demain !

 

 

Chapitre 571 – Parchemin

 

La lune brillait comme un plateau d’argent dans le ciel et donnait l’impression de couvrir l’académie interne d’une couche de laine argentée.

Xiao Yan était assis en tailleur sur son lit et s’entraînait continuellement. Des fils d’énergie apparaissaient autour de lui et se déversaient incessamment en lui.

Une heure après, on frappa doucement à sa porte, et la douce voix de Xun’Er lui parvint : “Xiao Yan ge-ge, es-tu encore réveillé ?” asleep?”

Le jeune homme ouvrit les yeux et jeta un regard incertain vers la porte, avant de dire en souriant : “Entre donc.”

La porte s’ouvrit en grinçant et une jeune femme vêtue de vert entra. Elle était si belle et élégante qu’on aurait voulu savourer sa beauté sous les rayons sélènes.

La demoiselle marcha jusqu’à son aimé, dont le coeur battit la chamade à la douce odeur qu’elle dégageait. La petite fille qui le suivait durant son enfance était devenue, sans qu’il s’en aperçoive, une femme éblouissante.

L’adolescent descendit de son lit et plongea son regard légèrement passionné dans le sien. Il lui demanda : “Quelque chose te préoccupe ?”

Xun’Er rougit délicatement sous son regard passionné. Elle réagissait différemment de d’habitude et avait complètement abandonné son masque d’indifférence. Elle était extraordinairement charmante.

Le jeune alchimiste l’observa avec une passion croissante. Un homme et une femme seuls dans une pièce en pleine nuit avaient de quoi donner des idées déplacées.

Plus il la regardait, et plus la demoiselle rougissait. Elle finit, un moment plus tard, par sortir soudainement un parchemin noir de son anneau de stockage, puis elle lui glissa dans les mains avant de se retourner et de s’enfuir. Cependant, Xiao Yan fut plus rapide, et il attrapa son poignet blanc comme neige avant de tirer légèrement vers lui. Ainsi, il l’attira dans son étreinte tandis qu’elle poussa un petit cri surpris.

Piégée dans les bras de son amour, bercée par sa chaleur qu’elle sentait à travers ses vêtements, Xun’Er rougit tellement qu’elle ne savait plus où se mettre. Après s’être vaguement débattue un temps, elle abandonna de résister inutilement et dit d’une toute petite voix : “Arrête.”

Le jeune homme l’étreignit silencieusement, tout simplement heureux de la sentir contre lui. Il baissa la tête et observa son beau visage rouge d’embarras. “Dis-moi, petite, tu es venue dans ma chambre au beau milieu de la nuit. Réponds-moi honnêtement : à quoi t’attendais-tu ?”

C’est l’hôpital qui se fout de la charité…” Marmonna la jeune femme en levant un sourcil.

L’adolescent observa sa petite bouche boudeuse et étreignit davantage sa compagne sans s’en rendre compte. Il attrapa son menton entre ses doigts, le regard brûlant de désir, et fixa ses petites lèvres appétissantes. Il approcha alors lentement son visage du sien.

Xun’Er savait clairement ce qu’il allait faire, et elle en rougit de plus belle. Elle sentit son coeur battre la chamade et, quand elle finit par sentir le souffle de son aimée la toucher, elle se saisit précipitamment du parchemin qu’elle lui avait remis et le leva devant elle. Par coïncidence, le parchemin se retrouva entre leurs deux visages, qui étaient sur le point de se rencontrer.“Xiao… Xiao Yan ge-ge. Prends bien soin de ce parchemin.”

Xiao Yan ne put que cesser son approche et tendit la main pour s’emparer du rouleau noir.

La demoiselle soupira de soulagement en le voyant faire, mais une pointe d’hésitation flotta également dans son souffle.

L’adolescent reçut le parchemin et l’envoya aussi sec dans son anneau de stockage. Ses mains tinrent le visage de la jeune femme au regard stupéfié, dont il se rapprocha avec un petit sourire… Jusqu’à ce que leurs lèvres se touchent passionnément.

Un homme et une femme s’étreignaient ardemment sous la lueur de la lune.

Ce premier baiser était assez maladroit, mais c’était sans nul le plus beau moment de la vie de ces jeunes gens.

Ils restèrent ainsi à s’embrasser un long moment et lorsqu’ils se séparèrent enfin, ils haletèrent tous les deux violemment.

Xiao Yan se lécha les lèvres et baissa la tête vers la demoiselle entre ses bras. Son coeur, qui s’était un peu calmé, repartit aussitôt à toute allure.

Les yeux de Xun’Er, légèrement couverts par les cheveux qui couvraient son front, brillaient légèrement d’amour alors qu’ils ne reflétaient jusque là que de l’affection à son égard. Ses yeux bleu azur étaient à la fois purs et séduisants et, sous cette attraction, l’adolescent sentit une passion ardente envahir son bas ventre.

Les deux jeunes gens étaient en gros collés l’un contre l’autre. Ainsi , lorsque le corps du jeune alchimiste eut une réaction naturelle, Xun’Er qui était alors mollement blottie contre lui bondit comme une biche effrayée. Elle s’échappa précipitamment de son étreinte et dit, complètement cramoisie : “Ne sois pas pervers, Xiao Yan ge-ge.”

Ce dernier rit en voyant sa réaction, et il ne put que ravaler son désir. Il se lécha une fois de plus les lèvres pour se remémorer la douceur de ce moment. Il ne put s’empêcher de sourire davantage encore.

La jeune femme rougit à nouveau en le voyant aussi fier. Elle roula vicieusement des yeux, mais après ces évènements, son regard était particulièrement séduisant.

Le jeune alchimiste sourit à nouveau et cessa de la taquiner, car il savait que ce sujet l’intimidait un peu trop. Il s’assit alors paresseusement sur un fauteuil dans un coin, sortit de son anneau le parchemin noir que lui avait remis la demoiselle, et le parcourut du regard. Son visage se couvrit alors de surprise.

Le rouleau était complètement noir et il brillait d’un éclat sombre et solennel. En y regardant de plus près, on s’apercevait qu’il était un halo noir quasi imperceptible et de plus, plusieurs lignes étranges avaient été dessinées dessus. Elles l’enveloppaient complètement, tout comme un syllabaire yi, complexe et imprévisible.

Il retourna le parchemin entre ses mains et fut à nouveau sidéré de réaliser qu’il était fait d’une substance un peu étrange. Il n’y avait aucun rebord par lequel l’ouvrir.

Xiao Yan leva la tête d’un air dubitatif, puis il secoua le parchemin devant Xun’Er et lui demanda : “Qu’est-ce que c’est que ça ?”

La jeune femme était beaucoup moins rouge qu’auparavant, même si elle restait légèrement embarrassée. Elle vint à ses côtés et lui répondit en souriant : “Un parchemin contenant une technique de Dou, mais il faut être au niveau de Dou Wang avant de pouvoir l’ouvrir.”

Les mains de l’adolescent frémirent à ces mots, au point qu’il manqua de peu de le laisser tomber à terre. Une technique de Dou exigeant d’être au niveau de Dou Wang avant d’être accessible ? C’était la première fois qu’il voyait une chose pareille…

De quel niveau est cette technique ?” Demanda sérieusement l’alchimiste en perdant graduellement son sourire.

Xun’Er secoua la tête et esquiva sa question : “Tu le sauras quand tu l’ouvriras, non ?”

Xiao Yan fronça les sourcils : “Ce truc est trop précieux…” Avant même qu’il n’ait eu le temps de finir, une paire d’yeux rancuniers le fusillèrent du regard et le firent taire.

La jeune femme soupira doucement. “Tu n’as jamais rien accepté de ma part depuis que nous sommes enfants, Xiao Yan ge-ge.”

L’adolescent rit amèrement devant son air rancunier, puis il hésita un moment avant de céder. “D’accord, d’accord, je vais l’accepter.” Il était difficile pour le mâle alpha qu’il était (NdT non mais… x) ) d’accepter si rapidement un cadeau aussi extraordinaire.

N’oublie pas que tu dois attendre de percer au niveau de Dou Wang avant de l’ouvrir ! L’ouvrir avant te serait préjudiciable.” Lui rappela son aimée d’une petite voix. Elle arborait un grand sourire, heureuse qu’il ait accepté le parchemin.

Yep.” Dit le jeune homme en hochant la tête. Il observa les vêtements que Xun’Er portait d’un regard brillant.

Elle le fixa intensément en retour, puis elle finit par dire d’une voix basse et sérieuse. “Tu dois également ne pas oublier ce que je t’ai dit quant au ‘Jade de l’Ancien Dieu Tou She’, au risque d’avoir d’énormes problèmes. Tu n’as pas encore la force de le posséder, alors ne laisse personne apprendre qu’il est en ta possession !”

Xiao Yan n’osa pas plaisanter face à son expression sérieuse, et il se contenta d’acquiescer doucement.

Ké ké, dans ce cas, je vais retourner dans ma chambre. Repose-toi bien, Xiao Yan ge-ge. Une bataille intense t’attend demain.” Dit Xun’Er avec un sourire adorable avant de s’en aller.

Le jeune homme fronça les sourcils en la regard disparaître. Il n’arrivait pas à se débarrasser de l’idée qu’elle était un peu étrange, ces derniers temps, à lui rappeler encore et toujours certaines choses…

Je me fais peut-être des idées…” Il secoua la main et le parchemin noir y apparut. Il demanda alors d’une voix grave : “Maître, pouvez-vous déterminer quelle technique contient ce parchemin ?”

Non, il est couvert par un sceau spécial à son sommet. Il faut l’ouvrir de force pour le savoir. Par contre, tu peux être sûr qu’une technique de Dou à laquelle elle accorde autant d’importance n’est certainement pas ordinaire, vu son pedigree.” Dit le vieux maître peu après.

Le jeune alchimiste opina silencieusement du chef. Ses yeux brillèrent lentement, puis il poussa un léger soupir.

……

Maîtresse Xiao, vous avez donné cette chose au jeune maître Xiao Yan ?” Demanda Ling Ying en observant sa jeune maîtresse, assez sidéré. Celle-ci semblait encore légèrement embarrassée, bien que ce soit difficile à détecter.

Xun’Er hocha juste vaguement la tête en guise de réponse, comme si elle ne lui avait refilé qu’un objet quelconque.

Le vieux domestique sourit amèrement devant tant de générosité. “Mais c’est quelque chose que le chef de clan a difficilement…”

Cette technique lui convient mieux qu’à moi.” Répondit la demoiselle avec un léger sourire. Elle secoua la main comme pour conclure le débat : “Ne laisse personne apprendre que je l’ai donné, Vieux Ling. Ne le dis pas même à Père.”

C’est que… Soit.” Ling Ying hésita une brève seconde avant de soupirer d’un air désarmé. Il trembla aussitôt et se changea en une ombre, qui disparut dans les ténèbres.

Xun’Er tint la tasse de thé chaude entre ses mains, tandis qu’elle laissa s’échapper ses tendres pensées du bout des lèvres : “Xiao Yan ge-ge, j’ai fait tout ce que j’ai pu. C’est maintenant à toi de suivre la route des gens puissants. J’espère que la prochaine fois que nous nous reverrons, tu seras devenu un expert véritablement puissant, au point que je ne puisse que t’admirer…”

Les derniers articles par Wazouille (tout voir)
BTTH Chapitre 570 [Bonus]
BTTH Chapitre 572

3 Commentaires

  1. HinomuraHinomura

    Merci pour le chapitre

    Répondre
  2. Aximili

    Merci pour le chapitre !

    Répondre
  3. Misaki

    Merci pour le chapitre. Lol j’ai eu peur en voyant le sommaire des chapitres car tu as noté 591 au lieu de 571. Ça faisait un sacré trou dans l’histoire ;D
    Merci encore pour tout ton travail.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com