EER : Chapitre 116 (le vrai 116, cette fois hein)
EER : Chapitre 118

Chapitre 117 – Combiner nos forces ! 1/8

 

Après la disparition des loups rouges, les humains entourant leurs homologues noirs restèrent sur leurs gardes. À la base, ils s’étaient préparés à les attaquer immédiatement. Maintenant, suite à l’intervention soudaine de Susano, ils se retenaient.

— Bien.

— Le maître du Clan du Dieu du Tonnerre, Kang Mirae, plaça sa main sur son front et tenta de se calmer autant que possible, tout en cherchant à confirmer la situation.

— Ces loups sont devenus tes sous-fifres ? demanda-t-elle.

— Oui, confirma Yu Ilhan en acquiesçant, le regard tourné vers Ericia. Accompagnée de Flemir, elle s’avança et s’inclina légèrement en guise de présentations. Lorsqu’elle recula à nouveau derrière Yu Ilhan pour s’agenouiller, tous les survivants de son espèce l’imitèrent en une déclaration de soumission compète.

— Oh, mon dieu…

— C’est fou… Maintenant, il apprivoise des monstres ? Et aussi massivement que ça ?

— Mais comment…

Il choqua tout le monde, évidemment. Certains étaient à deux doigts de s’écrier qu’ils ne pouvaient y croire ou qu’ils ne pouvaient l’accepter, mais personne ne laisse voix à ces mots, sous peine de devoir remettre l’existence même de Susano en question également.

— Tous les monstres de quatrième classe, à l’exception de Flemir, sont tous morts. Si vous voulez, vous pouvez passer la porte et vérifier par vous-mêmes, annonça-t-il.

—  Nous ne doutons pas de tes mots. Cependant, ce sont des monstres, et nous ne pouvons pas nous empêcher de nous inquié —

— Je prendrai la responsabilité de leurs actes, coupa Yu Ilhan, déclaration silencieusement acceptée par tous les maîtres de clans, qui hochèrent la tête.

— Bien sûr, il avait annoncé ça tout en fixant Ericia et Flemir. C’était une confirmation de ce que ces deux-là savaient probablement déjà. J’ai fait tout ça pour vous, alors vous savez ce qui arrivera si vous provoquez un accident, n’est-ce pas ? Bien sûr, les loups ne pouvaient pas comprendre l’anglais, mais ils semblèrent avoir compris le sens profond de ces mots, et acquiescèrent rapidement.

— Alors, nous voulons une confirmation qu’ils vont bien rentrer chez eux, maintenant.

C’était simple. Yu Ilhan ordonna, et trois mille loups noirs passèrent la porte. Certains humains se calmèrent suite à ça, d’autres étaient admiratifs, d’autres encore en avaient trop vu et étaient écrasés par les évènements récents.

— Susano et une armée de loups…

— Alors, plus personne ne peut se dresser contre lui, dans le monde entier, maintenant.

— Ouais. En fait, rien ne change, quoi.

Les deux seuls loups restants étaient Flemir et Aricia. Lui était occupé à se mordre les lèvres, elle décida d’approcher Yu Ilhan.

— Maître, susurra-t-elle. Serait-il malpoli de ma part de demander une semaine ? Je souhaite rassembler les survivants de mon peuple, et leur créer un nouvel habitat…

— Une semaine ? Je t’en donne deux, répondit-il facilement. Va. S’il reste quelques idiots de l’Armée du Démon de la Destruction, profites-en pour nettoyer tout ça. Oh, et prends ça également.

— Ah ! Merci beaucoup ! s’écria-t-elle.

Lorsqu’il sortit une arme unique quelconque de son inventaire, accompagnée d’une armure qui traînait à l’intérieur elle aussi, elle s’inclina à plusieurs reprises, éperdue en remerciements. Puis, elle traversa le portail en compagnie de Flemir.

Les humains continuèrent à observer le point où ils avaient disparu, d’un air absent, comme si le portail crachait une fumée sinistre, mais au moment où Kang Mirae se mit à applaudir, tous tournèrent la tête dans sa direction, presque en transe.

— Nous avons gagné, déclara-t-elle. Merci pour votre aide, à vous tous.

Ce fut une déclaration presque magique. La nervosité que tous avaient ressentie face à cette crise de niveau mondial disparut d’un seul coup.

Et la courte mais intense Guerre de la Nuit d’Automne, comme d’aucuns l’appelleraient par la suite, arriva à son terme sur ces mots.

— Heh ? Où est passé Susano ?!

— Il a disparu ! Ah, le mignon petit gars qui volait dans les airs aussi !

— Et… Je crois qu’il y avait également quatre personnes extrêmement puissantes, d’une affiliation inconnue… Où sont-ils ?

Grâce à l’attention attirée par Kang Mirae, il avait été facile de disparaître à l’aide du Camouflage. Yu Ilhan se demanda même s’il ne s’était pas agi là de son intention dès le départ. Sur ces pensées, il quitta les lieux en compagnie des Elfes, de Liera et de Herta, ainsi que de son fils Yumir.

— Susano, il faut que j’affronte Susano !

— Que quelqu’un évacue ce fou. Mais c’est dommage en effet, j’aurais aimé parler à Susano.

— On sonne le retrait des troupes ! Que quelques gardes restent au portail…

— Que faisons-nous de ces terres ? Personne ne va vouloir vivre ici, maintenant.

Grâce à l’évaporation soudaine du héro de cette guerre, les discussions reprirent. Certaines personnes étaient enragées, d’autres confuses, mais on ne pouvait pas le chercher pendant des jours. Le combat était terminé, et il était temps de nettoyer les lieux.

Ils durent remercier les forces venues de l’étranger les aider à déplacer les corps de leurs alliés, à s’occuper des blessés, à vérifier qu’aucun ennemi ne se fût carapaté en douce, à contacter les médias et le gouvernement, à parler compensation à un niveau national pour ceux dont le lieu de vie avait été endommagé, à décider que faire du portail, et ainsi de suite…

En tant que représentante des utilisateurs de compétences coréens, appuyée par ses relations avec le gouvernement, les militaires, les médias et même quelques personnalités politiques étrangères, Kang Mirae comprit que son vrai combat ne faisait que commencer.

Pour être honnête, suite aux actions tempétueuses de Yu Ilhan, les témoins avaient été laissés là, perplexes ; mais c’était également la raison pour laquelle les dégâts s’avéraient si minimes, au final. Bien qu’il n’y fût pas allé de main morte et qu’il aurait peut-être pu éviter certains dégâts qu’il avait lui-même provoqués, d’autres avaient pu être évités, et de nombreuses vies sauvées.

Il était toujours un peu décalé pour un coréen de se faire appeler Susano, mais on ne pouvait plus nier que le nom lui allait comme un gant.

Il était une tempête. Un ouragan. Personne ne pouvait le trouver, et personne ne pouvait l’arrêter. Il allait et venait à sa guise, mais contrairement à une catastrophe naturelle, ce n’était pas trop mal, étrangement.

Au moment où Kang Mirae sortit son téléphone, il vibra légèrement et un message apparut sur l’écran.

[Il faut qu’on discute. J’aimerais que tu me contacte quand tu seras libre.]

Un ton plutôt prudent, qui contrastait avec son apparence dominante, qui avait tenu en respect humains et loups réunis, quelques instants auparavant à peine. En lisant ce message, elle sentit son cœur accélérer. Et en la voyant, Na YuNa pencha légèrement la tête.

— Mirae, tu aimes travailler tant que çaaaaa ? demanda-t-elle. Ça va être l’enfer, maintenant, et toi, tu souris.

— Na Yuna, répliqua-t-elle. Tu vas bosser, toi aussi.

— Ugyak !

Un sourire ? Absurde. Il s’était simplement agi des ses muscles faciaux se détendant une fois la situation calme. En tout cas, ce fut l’explication que grommela Kang Mirae en attrapant Na YuNa par la peau du cou.

À ce moment, Kang HaJin, encore plus occupé qu’elle, termina une conversation téléphonique de son côté, et l’approcha, le visage dur.

— Mirae.

— On garde les conversations privées pour plus tard, d’accord ? répondit-elle.

— Père veut te parler, insista-t-il.

L’expression de Kang Mirae se solidifia également. Était-ce parce qu’elle avait dit ne pas vouloir aller à l’université ? Avait-il fait quelque chose qui avait mis en péril l’autorité paternelle ?

Comme elle songeait à la question à poser, il ne lui en laissa pas le temps.

— Il veut te parler de monsieur Yu Ilhan, expliqua-t-il.

— …Non, je n’irais pas, décida-t-elle en secouant la tête comme une enfant – tous ceux qui connaissaient l’Impératrice s’en verraient choqués.

— Disons, dans deux jours, tenta-t-il encore.

— Non, je n’y vais pas, répéta-t-elle.

— Ne sois pas têtue. Il y a un coup de fil pour toi. Allons travailler.

— Je n’y vais pas, je n’y vais pas, je n’y vais pas.

— Mirae est si adorable, Héééééé, coucou ! intervint Na YuNa en lui parlant comme à un bébé, profitant d’une seconde de répit pour se moquer d’elle.

— Toi, va travailler, répondit sèchement Kang Mirae, un éclair s’abattant mystérieusement sur la tête de sa prisonnière.

D’un regard las, Kang Mirae décrocha son téléphone. Deux jours plus tard. Deux jours plus tard, heh. Putain de merde, je n’irai pas ! Il est temps de travailler.

Comme une nouvelle bataille s’engageait, médiatique, diplomatique, politique et sociale, le soleil se levait à l’horizon.

Pendant ce temps, Yu Ilhan, qui ne pouvait se préoccuper plus que ça de l’opinion des autres gens à son sujet, se rendit chez lui plus rapidement que quiconque.

Les Elfes se vantaient du nombre de loups qu’ils avaient tués, et Yu Ilhan les fit taire en leur annonçant 70.000 têtes sur son tableau de chasse.

— Papa, j’en ai tué plein, moi aussi ! s’écria Yumir en écartant les bras. J’ai tué touuuuuuuut ça !

— Ouais, je suis fier de toi, fils.

— Est-ce que je peux devenir plus fort ?

— Bien sûr que tu le peux.

Et ce n’étaient pas des mots vides de sens. Yu Ilhan caressa la tête de son fils et vérifia ses statistiques, pour découvrir qu’il avait changé de classe. De Bébé Dragon, il était devenu Dragon Juvénile et arborait désormais un niveau 55. Tout ça en une seule bataille, en une seule journée de vie.

Survolant ses compétences, il resta bouché bée. Peut-être à cause de l’avancement en cours vers la deuxième classe, il y avait là diverses nouvelles compétences, tant actives que passives, et sa magie de vent de rang moyen avait même atteint le niveau 39. Camouflage était encore plus spectaculaire, de niveau 47. La situation était peut-être extrême, mais… Yu Ilhan en resta sidéré.

— Les Dragons sont vraiment des créatures complètement OP. Il n’a même pas eu de quête de seconde classe, hein ? se plaignit Yu Ilhan.

— Les Dragons font partie d’une race qui s’est vue promettre la quatrième classe de droit de naissance, expliqua Herta. Comment pourrait-il y avait une quête ?

— Mais tu ne penses pas que Mir est un génie, même parmi les Dragons ? demanda Liera. Sa croissance est trop rapide. Comme on peut s’y attendre de mon fils.

— Redis-moi voir qui est ton fils ? cracha Herta.

Pas de quêtes de classe ? C’était encore plus OP ! Si ce n’était pas pour le fait qu’il était son fils, Yu Ilhan s’en serait déjà plaint ouvertement. Cela dit, voir Yumir jouer avec ses tout petits doigts tout en se calfeutrant contre le torse de son père avait l’étonnante capacité de calmer sa rage instantanément.

Ouais. Il était adorable, alors c’était ok.

— Alors, tu es certain qu’ils ne vont pas te trahir ? demanda Liera, qui n’avait pas pu traverser le portail avec lui comme Herta, et qui s’inquiétait.

— J’ai utilisé ma compétence Commandement, acquiesça Yu Ilhan, et j’ai vérifié que tout allait bien.

— Et tu ne l’as pas acceptée par ce que c’est une jolie fille ? taquina Liera, à moitié sérieuse.

Yu Ilhan cligna des yeux. C’était une direction de laquelle il ne s’était pas attendu à une telle attaque sournoise.

— C’est un monstre, déclara-t-il. Qu’y a-t-il de mignon là-dedans ?

— Les Dragons sont des monstres également… nota Liera.

— Huh, tu as raison. Alors il n’y a pas besoin de s’en faire… ?

La façon de penser de Yu Ilhan changea. Liera désespéra, réalisant qu’elle n’aurait pas du dire ça. Herta la fixait d’un regard froid. Mais fort heureusement, Yu Ilhan n’avait pas fini.

— Ça ne fait rien, dans tous les cas, ajouta-t-il. Au bout du compte, ils ne sont que mes subordonnés. Ils ne vont pas m’apprécier, ils travaillent pour moi. Il serait plutôt miraculeux qu’ils ne commencent pas à me détester.

— Je ne suis pas qu’une subordonnée ! s’empressa d’intervenir une Elfe. Pour Votre Majesté, je donnerais ma vie s’il le fallait !

— M… Moi, mon âme !

— Et… Et moi, toutes mes Archives !

Les Anges furent soulagées par les mots de Yu Ilhan, et les Elfes, qui ne pouvaient pas entendre les créatures divines, marmonnèrent quelques mots insensés en pensant que Yu Ilhan parlait d’eux. Yumir, qui les entendait parfaitement depuis sa naissance, n’était que tout sourire.

Une fois à la maison, ils commencèrent tous par dormir. Deux heures furent suffisantes. À l’exception de Yumir, dont le jeune âge demandait beaucoup de sommeil, tous récupèrent après une petite sieste, avant de se rendre vers l’atelier afin de commencer à dépecer. Seule Herta resta, afin de surveiller l’enfant.

— Les gars, réjouissez-vous, annonça Yu Ilhan. Quand vous avez fini avec les Dragons, ça sera le tour de loups.

— Je suis vraiment heureux, Votre Majesté.

— Haha, hahahahaha…….

Yu Ilhan sortit d’abord quelques corps de Dragons pour donner un peu plus de boulot au Elfes. Quant à lui, il sortit un peu de la viande qui avait maturé jusqu’alors dans le seau, en retira le poison, et collecta même du Souffle, dont l’alcool était devenu encore plus enivrant.

Ceci fait, il le remplit avec une nouvelle fournée de sang et de viande de Dragon. Il restait encore une quantité phénoménale de barbaque en attente. Pour être exact, il y en avait encore 1250. Suffisamment pour les quelques générations à venir !

— Les gars, terminez ce que vous faites et venez me voir, dit-il. Je vais vous griller un peu de viande de Dragon.

— Ouais !

— Je suis touchée, Votre Majesté !

Yu Ilhan avait annoncé ça comme une simple banalité, histoire de se réchauffer un peu le cœur. Mais les Elfes y réagirent un peu trop violemment, et si l’on devait donner une définition au chaos, alors c’était ce que devint l’atelier à ce moment-là.

Si Herta avait été présente, elle aurait sans aucun doute soupiré, déclarant qu’il était indigne d’être père en s’affichant ainsi, mais Liera était un Ange dont le mental était sur un tout autre plan, et elle ne trouva qu’une chose à dire.

— Moi aussi, je veux manger. Ça a l’air délicieux.

— Encore un peu de patience.

Comme le poison était majoritairement contenu dans le sang des Dragons, la viande qui avait maturé dans le seau n’en possédait plus qu’une quantité triviale. Une résistance au poison faible était suffisante pour en venir à bout avec aisance, et même sans elle, le pire résultat possible était une légèrement paralysie de la langue et une perte de points de vie sur la durée.

— Mais c’est plutôt sérieux ?! s’écria Liera.

— C’est cool, la rassura Yu Ilhan. J’ai élevé mes Elfes pour qu’ils soient de forts gaillards, et ils possèdent au minimum une résistance au poison minime.

— Je possède une résistance normale, Votre Majesté, nota Phiera, versé dans l’art du poison comme devait l’être un bon voleur, ayant d’ailleurs fini de dépecer sa part un peu plus rapidement que les autres.

— Bien, la félicita Yu Ilhan. Alors, je te donnerai ta part en premier.

— C’est un honneur, bava Phiera.

Yu Ilhan sortit un barbecue fait en os de Dragons et le lava avant de commencer à le chauffer à l’aide de la Flamme Éternelle.

Puis, il trancha quelques morceaux de viande en petites tranches et les déposa soigneusement sur la plaque en os, ce qui provoqua l’apparition d’une odeur agréable accompagnée d’un son crépitant.

— Waaa… Je suis content.

[La compétence Cuisine est maintenant de niveau 54. Vous pouvez cuisiner plusieurs plats plus efficacement, et la cuisson finale proposera une plus grande variété de goûts, plus subtils et profonds.]

Juste ça ? Faire griller de la viande de Dragon lui avait permis de gagner 5 points en Cuisine ?! Rien que ce bonus le convainquit qu’il avait été rentable de laisser mariner la viande dans le seau. Yu Ilhan ne put s’empêcher de sourire.

Et comme il avait promis le premier morceau à Phiera, lorsque celle-ci arriva, cuite à point et sentant divinement bon, le voleur ferma les yeux et laissa la viande pénétrer sa bouche. Il était le premier Elfe à savourer de la viande de Dragon, dans le monde entier.

— Aaaaaaaaaaaah…

Phiria ne put que fondre en extase. Les larmes lui montèrent aux yeux, et Yu Ilhan, curieux du goût que pouvait avoir cette viande, s’accorda le deuxième morceau cuit.

Ses deux yeux s’ouvrirent soudain en grand. Pendant quelques secondes, il fut persuadé qu’ils allaient libérer une lumière dorée capable de baigner le monde entier.

— Ooooooh, Ooooooooooooooh !!

— Je savais que tu dirais ça, commenta calmement Liera.

— Elle fond gentiment dans la bouche aussitôt qu’on y pose les dents ! En plus de posséder une structure étrange totalement hors de ce monde, une fragrance absurde explose jusque dans les poumons, quel festival ! Ooooh, Carnaval !

— Tu as répété cette scène, ou quoi ? se mit à rire Liera.

Mais à quel point pouvait-ce être délicieux ? Liera n’en pouvait plus, et fut obligée de vérifier. En fait, bien qu’elle eût tué pas mal de Dragons, elle n’en avait jamais mangé.

Néanmoins, comme elle attrapait les baguettes de Yu Ilhan pour enfin satisfaire cette curiosité dévorante, son auréole se mit à émettre de la lumière. Un autre Ange communiquait avec elle. Qui donc avait l’outrecuidance d’oser avoir des problèmes pendant leur repas ?!

Liera accepta le message entrant en grognant visiblement. Il venait d’un Ange qu’elle connaissait bien, Spiera.

— Liera, l’Armée des Cieux a pris une décision, disait le message. Comme les existences supérieures relatives à la Terre montrent des signes de mouvements étranges, je vais également aider Yu Ilhan à partir de maintenant. Tu as bien dit qu’il avait obtenu sa troisième classe et que le nombre d’Anges avec qui il peut passer un contrat a augmenté, n’est-ce pas ?

— …

Suite à cette soudaine déclaration, Liera perdit ses mots et se contenta de rester debout, là, sans bouger.

Yu Ilhan allait apparemment avoir un Ange de plus dans ses bagages sous peu…

Raka
Les derniers articles par Raka (tout voir)
EER : Chapitre 116 (le vrai 116, cette fois hein)
EER : Chapitre 118

Related Posts

5 thoughts on “EER : Chapitre 117

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com