OG Chapitre 158
OG Chapitre 160 [Bonus]

Et voilà le OG du jour pour accompagner votre repas :p

Je vais tenter le bonus, mais sachez qu’il est encore plus long que ce chapitre là…

Bonne lecture =)

 

 

Chapitre 159

 

Je deviens dingue.

Trois jours auparavant, Grid avait accepté la demande de Jishuka, qui voulait qu’il trouve une personne talentueuse. C’était une tâche vraiment agréable, car c’était amusant que d’observer les gens avec Recherche de Talent, et il pouvait accomplir son devoir tout en augmentant sa perspicacité.

Le problème était qu’Irène était arrivée entre-temps. Elle avait mené ses troupes à Bairan sous prétexte d’aider à sa reconstruction, et elle ne l’avait pas quitté d’une semelle ces trois derniers jours. Par conséquent, l’aventurier ne put circuler librement dans le village et se retrouva coincé.

Il réparait et expertisait les objets des guildeux, et tous ceux qui passaient près de lui faisaient un boucan monstre à cause de la présence d’Irène à ses côtés. Elle essuyait son front de son mouchoir dès qu’il transpirait, lui faisait manger de petits gâteaux de temps en temps et chantonnait lorsqu’elle s’ennuyait.

« Grid… Pourquoi ne pas lever un peu le pied ? »

« Woah, ces gâteaux sont vraiment bons. »

Les hommes de la guilde ne purent s’empêcher d’éprouver de la jalousie en voyant une belle femme à la peau blanche, aux lèvres roses, aux grands yeux et aux gestes élégants traiter le forgeron comme un roi.

Ce bâtard a sauvé un pays dans sa vie précédente ou quoi ? Comment a-t-il fait pour épouser une femme aussi belle et puissante ?

Je l’envie vraiment… Je l’envie même davantage pour sa femme que pour sa classe légendaire… *soupir*

Aaah… Je veux aussi passer du temps avec Irène… Pour elle, j’irai même arracher le coeur du dragon Trauka…

Ils sont mariés alors ils devraient coucher ensemble, non… ? Uuuh… Grid a pris la virginité d’Irène…

Ils devinrent complètement hostiles, au point que Grid eut l’impression d’être assis sur une poudrière.

« Je devrais me reposer un peu. »

« C’est une bonne idée. » Irène se leva en même temps que son mari, puis elle lui dit avec ses grands yeux bleus brillants : « Tu as travaillé depuis l’aube, alors tu dois être épuisé. Allons nous préparer à nous coucher. »

« Non… Je n’ai pas besoin de faire la sieste. »

Un joueur ne dormait dans Satisfy que pour récupérer rapidement leur santé et leur endurance. À ce moment, le forgeron était en pleine forme et voulait juste s’en aller un moment pour éviter ses collègues, mais Irène était têtue.

« Non, tu dois dormir. Ne crois-tu pas que le secret pour être en bonne santé est de se reposer convenablement ? Va faire la sieste, à présent. »

Elle était très déterminée, étrangement.

Pourquoi essaie-t-elle de me faire dormir ?

Ces trois derniers jours, la jeune femme n’avait eu de cesse de le forcer à aller se coucher. Elle en faisait tout un foin matin, midi et soir. Ne comprenant pas ce qu’elle voulait, l’aventurier lui demanda simplement : « Sois honnête ; qu’attends-tu de moi ? »

« Uh ? » Irène écarquilla les yeux comme une biche prise dans les phares. Grid, qui manquait de tact, la coinça contre le mur d’une maison et lui demanda à nouveau : « Dois-je me répéter ? Que veux-tu ? »

« Eh-eh bien… » La dame rougit comme une pivoine et détourna le regard, incapable de supporter celui de son mari. « Que c’est agaçant… Dois-je le dire à haute voix ? » Dit-elle d’une petite voix.

L’aventurier éprouva de la culpabilité pour une raison ou l’autre, mais il ne pouvait plus revenir en arrière. Il voulait une réponse à sa question.

« Oui, tu dois le dire. »

Irène se retrouva finalement à avoir les larmes aux yeux à cause de l’énorme honte qu’elle éprouvait.

« Snif… Mon époux, es-tu du genre à traiter une femme de cette façon… ? M’ordonner de dire quelque chose d’aussi honteux… Snif snif… »

« I-Irène ? Pourquoi pleures-tu ? »

Le forgeron fut surpris par ses larmes et jeta un oeil alentour.

Je vais devenir fou…

Si quelqu’un devait les voir à ce moment, il ne fait aucun doute qu’il se méprendrait et penserait qu’il était un immonde mari qui fait pleurer sa merveilleuse femme en public. Alors qu’il ne savait que faire, Irène se mordit la lèvre inférieure et, tel un chaton ayant très envie de manger, elle leva prudemment la tête pour le regarder.

« … Je veux un bébé. »

« Tu veux un bébé ? D’accord, je vais immédiatement en chercher un, alors cesse de pleurer… Hein ? Un b-bébé ? »

Grid paniqua et bondit en arrière. Irène courut jusqu’à lui et l’étreignit, puis elle le supplia d’un ton hésitant. « Je veux un petit garçon. Donne-moi un bébé. »

« Woah… »

Le jeune homme était confus.

Est-elle sérieuse ? Est-ce que je comprends bien ce qu’elle me dit ?

Certainement, Irène avait dès le début dit vouloir un enfant. Après leur première nuit ensemble, n’avait-elle pas déclaré à son père qu’elle donnerait naissance à plusieurs enfants ? Mais elle ne pouvait plus attendre et se montrait aussi agressive en plein jour ?

C’est totalement… Non, ne suit-elle pas trop fidèlement ses instincts ?

Irène était l’incarnation de la douceur et elle agissait pourtant de la sorte ? Le forgeron cligna des yeux, puis elle l’accula.

« Pourquoi ne me réponds-tu pas ? Ne parvins-je pas à répondre à tes goûts… ? »

« … Mes goûts ? »

« Que je veux… Ton… Ton… »

« Je t’en prie, n’en dis pas plus. »

Grid fut incapable de laisser ces mots échapper de ses lèvres et lui couvrit la bouche, puis il sentit une pulsion monter en lui.

C’est inapproprié…

Était-il déçu ? Pas du tout ! En fait, il la trouvait plus adorable encore ! Il était heureux et reconnaissant qu’une belle femme le désire autant. Son amour-propre d’homme monta en flèche.

« Allons-y. » Dit-il en la soulevant avec enthousiasme dans ses bras pour la porter comme une princesse.

« Oh la la~. » Dit Irène, aussi surprise que ravie. Elle sourit timidement avant d’enfouir son visage dans la poitrine de son époux, qui sourit d’une oreille à l’autre avant de commencer à courir droit vers leur chambre.

Les guildeux qu’ils croisèrent sur la route s’inquiétèrent.

« Eh bien ? Pourquoi es-tu aussi pressé ? »

« Est-ce que Dame Irène est blessée ? »

Cependant, Grid et Irène ne les entendirent pas. Ils étaient tous les deux dans leur petit monde à eux.

Ils arrivèrent dans leur chambre, puis la jeune femme s’assit sur le lit en prenant une pose sexy et en accueillant son mari les bras grands ouverts. « Viens s’il te plaît, mon cher époux… »

Gulp. « Irène… »

Il était attiré par ses longs bras fins quand il s’arrêta tout à coup.

Je ne peux pas bander.

Irène n’était pas la seule à vouloir un enfant, le jeune homme le désirait tout autant, mais le système de Satisfy limitait les activités sexuelles à une fois par mois. Un joueur ne pouvait pas résister au contrôle de ses ondes cérébrales qui étouffer son désir et réduisait ses réponses physiques. Il désirait sa femme de tout son coeur, mais son corps ne réagissait pas. N’était-ce pas une horrible torture ?

Le démon qui a fait ce jeu…

Jeurereuk.

Les larmes coulèrent le long de ses joues.

Irène fut surprise de le voir pleurer tout à coup : « Mon cher époux… ? »

Le forgeron sourit pour la rassurer. « Je suis juste si heureux que je ne peux contenir mes larmes. » Il s’approcha ensuite d’elle et commença à utiliser les techniques 21 à 35 qu’il n’avait pas encore utilisés du livre ‘100 techniques pour satisfaire les femmes’.

« Je vais m’assurer de te satisfaire. »

Ses longs doigts épais commencèrent à courir sur sa peau. Après le raid du Gardien de la Forêt et la création d’Échec et de l’armure de vagues, sa dextérité était plus haute que lors de leur nuit de noces. Il avait surpassé le niveau des dieux.

« Aaah… » Irène laissa échapper une belle mélodie comme s’il jouait d’elle comme un instrument. Des respirations sourdes commencèrent à emplir la chambre…

Passons les détails.

***

Grâce à Grid, Irène put se débarrasser de sa frustration et finalement retrouver son sang-froid. « Mon époux, je sais que tu es un grand homme et que tu as énormément de choses à faire, mais n’oublie pas que c’est à Winston que tu devrais rester. Reviens aussi vite que possible, s’il te plaît. »

« Je vais rentrer, à présent. »

Grâce aux efforts de la Guilde Tzedakah et à l’aide de la Dame, le village de Bairan fut restauré à un niveau considérable. Irène estima avoir suffisamment aidé et elle ramena ses troupes à Winston. Les guildeux la regardèrent partir.

« Dame Irène a l’air d’être plus belle encore que lors de son arrivée, non ? »

« Eh bien… Au départ, je trouvais que Jishuka était plus belle qu’elle, mais je ne le pense plus nécessairement. »

Regas dit alors en souriant chaleureusement : « Une femme amoureuse est comme une fleur  ; elle a éclos grâce Grid, qui la rend heureuse tous les soirs. »

« Quoi ?! »

Les membres de la guilde s’indignèrent.

« Grid ! Cet animal ! Cette pourriture a touché cette Irène si pure ? »

« La femme de tout le peuple… Je n’arrive pas à y croire ! »

« C’est son mari ! Est-il vraiment acceptable qu’un type pareil soit son époux ? »

Grid fronça les sourcils. « J’ai littéralement utilisé mes mains, alors fermez-la à présent. »

« … »

Il restait encore 15 jours avant la fin de sa pénalité, aussi devait-il s’abstenir de rencontrer Irène autant que possible d’ici là. S’il le fallait, il se servirait de ses techniques manuelles pour la satisfaire et surmonter la crise.

Il quitta la forge afin de profiter de sa liberté retrouvée, puis il se remit à examiner les habitants. Cependant, il ne trouva aucun talent ce jour-là, pas plus que le lendemain ou le surlendemain.

J’ai observé plus que de 400 personnes mais je n’ai toujours pas trouvé la personne talentueuse… Y’en a-t-il vraiment une dans ce village ?

Les travaux de restauration des murs extérieurs étaient terminés et à présent, tous les habitants s’étaient dispersés pour réparer les bâtiments. Le forgeron les suivit à la recherche de talent et par conséquent, ses stats de perspicacité et de persistance augmentèrent. C’était satisfait et amusant, mais il était toujours nerveux.

Je cherche depuis des jours sans rien trouver… Ai-je juste perdu mon temps ? Je n’aime pas ça. Ah… Maintenant que j’y pense.

Grid examina Bairan avec l’épée du souverain et tourna son attention sur une petite montagne, derrière le village. C’était dans cette montagne qu’il avait obtenu le minerai de fer lorsqu’il avait un niveau négatif.

Les spécialités de Bairan sont le jaffa et le fer, et la plupart des villageois sont des mineurs…

Les troupes avaient besoin d’armes pour être fonctionnelles, et il fallait du fer pour produire des armes. Jishuka avait besoin de soldats pour assurer la sécurité du village, aussi avait-elle envoyé quelques habitants à la mine au lieu de les faire participer à l’effort de reconstruction. Peut-être qu’un habitant talentueux se cachait dans la mine ?

Plein d’espoir, il commença à escalader la montagne. La montée avait été une rude épreuve lorsqu’il avait un niveau négatif, mais à présent il l’escaladait facilement. Il courut à travers la montagne et arriva à la mine.

Kaaang ! Kaaang !

20 mineurs brandissaient leurs pioches au sein de la mine. Grid s’équipa de l’épée du souverain et les observa les uns après les autres. Parmi les vieux mineurs se trouvait un garçon d’une quinzaine d’années au-dessus de la tête duquel une étoile d’or clignait.

C’est lui !

Excité, il utilisa ‘recherche de talent’.

[Nom : Mineur.]
[Âge : 13 ans.]
[Profession : mineur.]
[Niveau : 23.]
[Force : 64/450   Endurance : 89/608]
[Agilité : 51/200   Intelligence : 98/420]
[Aptitudes : Technique Fantastique à la Pioche (S), Maître des Minerais (S+), le Talent se révélera de lui-même (SS).]
[Un garçon qui tient une pioche depuis l’âge de cinq ans sous l’influence de son père, qui était également un mineur. Malgré son jeune âge, il peut miner aussi bien que les mineurs avec 20 années d’expérience.]
[Les villageois pensent que ce garçon surpassera un jour le mineur légendaire, Gis.]
[ * Un grand talent. Si son talent peut s’épanouir, alors il deviendra un jour le représentant d’un pays dans ce domaine en particulier.]

Incroyable… !

Grid fut tout heureux.

Si on prend en considération le fait que les gens ordinaires avaient des stats maximums autour de 100, celles de Mineur étaient déraisonnables. Ses stats actuelles étaient même très élevées, si on considère son âge et son niveau.

De plus, toutes ses aptitudes sont au-dessus du rang S !

De plus, c’était un mineur ? N’était-ce pas une profession très compatible avec celle de forgeron ? Grid confirma les aptitudes de Mineur avec l’épée du souverain, qui lui permettait de voir les détails des aptitudes de la cible.

[Technique Fantastique à la Pioche]
[Rang : S]
[Un talent qu’une seule personne sur 100,000 possèdera.]
[Vous pouvez ramasser les minerais très rapidement. Les minerais ramassés seront toujours supérieurs au rang minimal.]

[Maître des Minerais]
[Rang : S+]
[Un talent qu’une seule personne sur 1,000,000 possèdera.]
[Plus votre intelligence est élevée et plus vous en apprendrez sur les minerais existant à travers le monde, les informations de ces minerais, et même les endroits où on en trouve.]

[Le Talent se révélera lui-même]
[Rang : SS]
[Un talent qu’une seule personne sur 10,000,000 possèdera.]
[Vous aurez beau tenter de le cacher, votre talent se révélera aux autres. C’est votre destin que d’être contacté par des dénicheurs de talents. Vous recevrez inévitablement toutes sortes de tentations.]
[Vos stats grandiront rapidement et vous deviendrez arrogant.]

 

La dernière aptitude était plutôt agaçante, mais Grid ne s’en soucia pas. Il approcha Mineur et lui ordonna : « Tu me serviras à partir d’aujourd’hui. »

« … »

Mineur posa sa pioche et regarda le forgeron, puis il dit en fronçant les sourcils : « Êtes-vous le héros qui a sauvé le village et est devenu le mari de la Dame de Winston ? Je connais votre réputation ; vous êtes quelqu’un de formidable, mais je ne sais pas si vous êtes assez bien pour être mon maître. Ne devriez-vous pas être prêt à payer quelqu’un si vous voulez le recruter ? »

Mineur savait ce qu’il valait. À travers l’histoire, les rois de nations rendaient visite aux gens talentueux pour les inviter à leur service, aussi Grid devait prouver sa sincérité. Malheureusement, ce dernier était fondamentalement quelqu’un de simple. Il fronça les sourcils, puis il frotta la tête du garçon du poing.

… !”

Mineur souffrit beaucoup ; il se prit la tête entre les mains et se roula à terre sans même pouvoir hurler.

« Tu ne sais pas qui je suis, sale gosse… Hé, qu’est-ce qu’on se fiche de savoir à quel point tu es talentueux ? Tu as encore beaucoup à apprendre. Suis-moi et si tu développes assez tes capacités en apprenant sous ma direction, alors nous pourrons reparler de ce contrat. » Dit joyeusement le forgeron.

« … À vos ordres. »

Avec l’es options de la couronne de la Lumière Sacrée et de l’épée du souverain, l’aventurier avait près de 700 points en dignité. Quel que soit son talent, Mineur était un jeune homme et fut subjugué par son charisme.

« Je vais vous suivre. »

« Bien, tu as pris une bonne décision. »

Ce fut à ce moment que le futur détecteur de minerais tomba entre les mains de Grid. Celui-ci n’aurait jamais imaginé qu’un jour, il aurait besoin de se rendre dans l’antre d’un dragon pour obtenir des minerais à cause de ce foutu détecteur…

Les derniers articles par Wazouille (tout voir)
OG Chapitre 158
OG Chapitre 160 [Bonus]

Related Posts

10 thoughts on “OG Chapitre 159

  1. Après presque 10% de la série enfin une ref à la scène d’intro, ça fait plaisir, et merci waz pour le chapitre, tu assures comme toujours.

      1. Oui ce n’est pas la même chose. Il paraît que même après plus de 1000 chapitres ils n’ont aucune référence… à croire que la scène se déroulera sans qu’on s’en rende compte ou qu’elle s’est déjà déroulée ! (Dans la VA bien sûr)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com