DNC Chapitre 375
DNC Chapitre 377

Bon au final, j’aurais tout de même passé une nuit de merde :’)

Je vous traduis le OG aussi vite que possible et si j’ai vraiment la foi (NDT press X for Doubt), je ferai le bonus en prime… Sinon ce sera demain ^^ »

Bonne lecture à tous !

 

 

Chapitre 376 – Lancer un assaut de son propre chef !

 

Les possibilités envisagées par Tie Butian firent presque perdre espoir à Wu Qianqian.

« Personne ne peut accomplir une chose pareille seul ! » Dit-elle en bondissant de colère. « Même un homme de fer mourrait en suivant un trajet pareil, et Chu Yang est… un homme de chair et de sang… Et de plus, il est grièvement blessé. Et les… Les experts du Hall des Cavaliers Dorés le poursuivent constamment. Allez-vous simplement le regarder les bras croisés ? »

« C’est peut-être impossible pour un homme de fer… Mais ça ne l’est pas pour Chu Yang. » Répondit froidement Tie Butian.

L’empereur bouillait intérieurement et était aussi inquiet qu’elle, au point-même qu’il ait envie de l’attraper par le col et de hurler : Je suis aussi inquiet à son sujet, et personne ne peut souhaiter qu’il soit en sécurité plus que moi, parce que… Parce que…

Cependant, il ne pouvait pas faire cet aveu, pas plus qu’il ne pouvait crier. Il ne pouvait que dissimuler ses sentiments.

La demoiselle se leva pour s’en aller, comme si elle avait déjà pris une décision : « Dans ce cas, je dois me rendre à la Secte Au-Delà des Cieux… Et attendre. »

« Toi ? Et à quoi ça va te servir de te rendre là-bas ? Ça ne serait d’aucune inutilité, même si tu devais y aller avec 200,000 hommes. De plus, tu ne parviendrais pas à coordonner tes déplacements avec l’armée. » Répliqua Tie Butian en reniflant. « Je vais y aller. »

« Vous ? » Wu Qianqian fut stupéfaite. L’Empereur d’une nation veut quitter le front alors que la guerre est sur le point d’éclater ?

« N’oublie pas que le trajet dont on parle va être un champ de bataille. 500,000 soldats de Diwu Qingrou se sont en route vers ces régions. »

L’empereur poursuivit d’un ton sévère : « Second Oncle Impérial s’est occupé de nos forces armées ses vingt dernières années. Tant qu’il sera là… Nos défenses seront impénétrables. Par contre les montagnes derrière votre secte n’ont que sa situation géographique comme seul avantage. Si je quitte mon Oncle en lui disant que je pars défendre cette région, alors il ne me retiendra pas car il jugera que ce sera plus sûr pour moi là-bas qu’ici. »

Wu Qianqian resta muette.

Effectivement… Diwu Qingrou a déterminé que c’était une cible essentielle parce que le terrain montagnard est escarpé et dangereux et de plus, c’est facilement défendable. Même dix mille hommes n’arriveraient pas à passer le col si un seul homme en gardait l’accès.

Plusieurs millions de soldats peuvent se battre simultanément sur le champ de bataille, ici… Tandis que moins de dix mille hommes peuvent se battre sur cette montagne à tout moment.

Et ces dix mille hommes, il y aura des troupes des deux camps. La Citadelle du Nuage de Fer domine le coin le plus abrupt et le plus important.

« Soit… Je viendrai avec vous. » Dit-elle en se relevant d’un bon. « Allons-y ensemble. »

« Non, tu ne peux pas venir. » Dit Tie Butian avec une étrange lueur dans le regard. « Second Oncle Impérial subit beaucoup de pression et il n’aura personne à consulter une fois que je serai parti. Par conséquent, il risque de prendre des décisions arbitraires, mais c’est un comportement risqué face à Diwu Qingrou. Ainsi, il est nécessaire que tu restes ; tu lui seras d’une grande aide, même si tu ne fais que le conseiller. »

Wu Qianqian fronça les sourcils, puis elle répondit d’un air entêté : « C’est hors de question ! Je dois y aller. Je ne serai en paix que lorsque je le verrai revenir sain et sauf… »

L’empereur ne fit aucune concession : « Tu dois rester ici ! »

Il savait que le retour de Chu Yang la rendrait tellement heureuse qu’elle aurait assez de bonheur pour toute une vie… Mais cela étant, il ne pouvait pas lui permettre de l’accompagner, et sa décision était irrévocable.

Ils se disputèrent un long moment jusqu’à enfin trouver un accord. Il devrait immédiatement informer la demoiselle du retour de Chu Yang le cas échéant, et elle viendrait à sa rencontre dès qu’elle aurait reçu la nouvelle.

Cela étant… S’il devait ne pas revenir d’ici un mois, alors elle partirait à sa recherche quoiqu’il arrive.

Ils étaient tous les deux profondément inquiets, mais Tie Butian eut tout de même l’impression de remporter cette manche. Wu Qianqian se mordit la lèvre, mais elle  n’eut pas l’air de s’en rendre compte. Elle passa ainsi un accord entre gens de bonne compagnie avec l’empereur, mais avec une certaine réticence…

Elle trouvait cette décision injuste. Elle ne pouvait même pas insister pour l’accompagner même si elle le voulait…

Elle avait l’impression que la décision de Tie Butian était aussi imprudente qu’irréfléchie. Cela dit, elle avait beau savoir aussi que c’était dangereux pour lui que de se rendre dans les montagnes, elle espérait néanmoins qu’il puisse y arriver rapidement… Afin qu’il puisse déjouer les plans des troupes d’invasion et les mettre hors d’état de nuire d’un seul coup. Ainsi, il pourrait mener son armée vers le Sud pour assister Chu Yang.

Elle avait accepté son accord uniquement parce que, comme il l’avait lui-même dit, fut-elle partie à sa place que les soldats ne lui auraient pas obéi et qu’elle se serait trouvée impuissante.

Tie Butian et Tie Longcheng discutèrent ensemble le lendemain, pendant laquelle le premier exprima au second son désir d’aller à la secte Au-Delà des Cieux. La sécurité de son neveu impérial sur le front l’inquiétant, le vieux général accepta aussitôt, on ne peut plus heureux.

Ils allaient affronter une armée de quatre millions de soldats ici, et le moindre accident pouvait mettre fin à la vie de Son Altesse.

Ne pouvant garantir la sécurité de Sa Majesté l’Empereur dans un endroit pareil, il s’était creusé les méninges pour trouver un moyen de l’envoyer sur une position un peu moins dangereuse. Et l’Empereur lui avait donné ce qu’il voulait.

Tie Longchen envoya ainsi une armée de cent mille soldats d’élite et de quarante mille gardes du palais, menés par Wu Kuangyun, accompagner Tie Butian. De plus, il glissa dans l’escorte de ce dernier quelques experts martiaux déguisés en soldats ordinaires. Bien sûr, la bannière impériale allait continuer de battre au vent au-dessus du campement de l’armée, afin de maintenir le moral des troupes.

Le vieux général se sentit enfin détendu, et ce pour trois raisons. Premièrement, parce que son neveu d’empereur allait être bien plus en sécurité là-bas ; deuxièmement parce que les deux armées avaient de bons généraux capables de se coordonner à distance, et qui formaient une parfaite paire. Troisièmement, parce son armée pourrait servir de tampo lors de cette bataille finale ; le Nuage de Fer ne tomberait pas tant que Tie Butian vivrait, et ce même s’ils devaient perdre cette guerre.

À présent, il pouvait se concentrer sur son vieil ennemi, Diwu Qingrou. Il allait donner tout ce qu’il avait et se battre jusqu’à la mort.

Tie Butian quitta le camp la même nuit à la tête de son détachement. Wu Qianqian et tous les membres du Pavillon Butian et de la Secte Au-Delà des Cieux restèrent sur place.

L’Empereur voulait prendre Wu Yunliang et les autres avec lui étant donné qu’ils connaissaient parfaitement le terrain, mais Wu Qianqian rejeta cette idée. Elle ordonna alors à Cheng Ziang et aux experts du Pavillon Butian à la force d’Aïeul Martial et plus de l’accompagner.

Les membres de la secte connaissent le terrain et ont un niveau de culture assez élevé, certes… Mais ils comportent plusieurs éléments dangereux comme mon oncle Li Jinsong…

Elle ne pouvait pas les laisser accompagner Tie Butian, et son père ne pouvait pas accompagner ce dernier au risque que les membres de la secte restants deviennent ingérables, d’où son rejet de la suggestion impériale.

Tie Longcheng suggéra à son neveu de défendre sa position une fois sur place et de mettre l’accent sur sa propre sécurité, sans se lancer dans la moindre bravade stupide.

Tie Butian lui promit de suivre son conseil avant de partir.

Si l’armée avait marché à pas de route, elle serait arrivée à destination en quatre jours, mais l’Empereur fit avancer les deux cent mille soldats à marche forcée. Par conséquent, ils atteignirent leur point d’arrivée en juste deux jours et demi.

Et donc, deux jours et demi plus tard…

« Scout au rapport, Commandant Suprême – il y a eu quelques changements sur le front Est. » Rapporta un éclaireur à cheval à Tie Longchen. Cet homme était extrêmement épuisé, au point que son corps soit secoué de crampes. Il avait chevauché aussi vite que possible. Il ressemblait à une épave et était sur le point de s’effondrer, mais il s’était souvenu de l’ordre du vieux général de persévérer jusqu’au bout, et c’est pourquoi il était parvenu à revenir tant bien que mal.

« Quoi ? Il y a du changement sur le front Est ? » Les gens discutant stratégie avec Tie Longcheng s’inquiétèrent. Tie Butian vient juste de partir là-bas, alors comment se fait-ce qu’il y ait du changement, tout à coup ? 

Il n’y avait pas assez de temps pour réfléchir, aussi le vieux général demanda précipitamment : « Que se passe-t-il là-bas ? »

« Une fois qu’il eut accepté le commandement, le général Wu Kuangyun a fait du Général Li Fanlan son adjoint et a réorganisé les troupes. » Dit l’éclaireur.

« Le général Wu Kuangyun agit rapidement, mais on ne peut pas appeler ça un changement et même si le cas, c’est une bonne chose. » Dit Tie Longchen d’un air satisfait en se frottant la barbe.

Il était content. Wu Kuangyun est digne d’être estimé parmi les dix fameux généraux. Il est parfois un peu imprudent, mais il ne serait pas dans des moments clefs. Il semble être merveilleusement direct et efficace. Je suis soulagé qu’il accompagne Sa Majesté…

« Oui, mais ça n’est pas tout. » L’éclaireur sembla vouloir ajouter quelque chose, mais il parut hésiter. Il leva la tête pour croiser le regard du Commandant Suprême.

« Qu’y a-t-il ? » Demanda le vieux général, de bonne humeur.

« Une fois qu’il eut pris le commandement… Le général Wu Kuangyun a réajusté les troupes et a combiné trois unités en une. En moins d’une heure… Il prit la tête d’une unité d’avant-garde cinquante mille soldats… et a traversé la vallée inclinée pour marcher vers le point de la rivière… » Dit l’éclaireur en serrant les dents.

Tie Longchen bougea instinctivement la main et arracha une mèche de sa barbe. Cependant, il ne sentit pas la douleur ; il tourna la tête si violemment qu’il se tordit presque la nuque et se froissa un muscle. Il regarda l’éclaireur, les yeux exorbités. « Ah… Quoi ?! »

Tous les généraux dans la tente se levèrent d’un bon, comme s’ils avaient été giflés. Ils restèrent tous figés sur place.

Wu Kuangyun ? Comment a-t-il pu avoir le cran de faire une chose pareille ? C’est… C’est totalement scandaleux ! La guerre n’a même pas commencé sur la ligne de front, le pays tout entier est sur la défensive dans ces circonstances épouvantables… Mais ce général qui vient tout juste d’être désigné à la tête de ce détachement a lancé une attaque ?

Que se passe-t-il ? Sommes-nous en train de rêver ?

Les conseillers se pincèrent la cuisse pour voir s’ils rêvaient et grimacèrent de peine. Cependant, ils ne parvinrent tout de même pas à croire cette nouvelle.

L’éclaireur transpirait profusément « … Le général Wu Kuangyun a ordonné aux deux cents mille soldats sous ses ordres d’avancer aussi vite que possible pour affronter les 500,000 hommes du Général Tigre Blanc du Grand Zhao, Bai Changtian. Les deux armées étaient séparées par cent kilomètres avant que je ne parte. »

Tie Longchen était stupéfait. Ses yeux roulèrent dans leurs orbites et il faillit s’évanouir.

Mes dieux… Aaaah. L’Empereur est encore dans ton armée… Bordel ! Wu Kuangyun… Espèce de porc… Espèce de porc incontrôlable…

Les derniers articles par Wazouille (tout voir)
DNC Chapitre 375
DNC Chapitre 377

Related Posts

8 thoughts on “DNC Chapitre 376

  1. Merci pour le chapitre 

    Ça sent la trahison à plein nez

    Sinon y’a que moi à remarquer que 100 000 hommes c’est la taille de la Grande Armée Napoléonienne et 200 000 le nombre de soldats réguliers dans tout l’empire romain, mais pour eux c’est juste une petite escouade ??

    1. Comme je me dis que l’auteur est chinois donc est influencé par l’histoire chinoise et c’est pour cela que 100 000 hommes c’est que dalle car même si à l’époque féodale en Europe et en Asie, il y avait +- le même nombre d’habitant.
      La Chine avait un territoire d’une superficie supérieure à n’importe quel pays européen ce qui conduit à un nombre de paysans pouvant être enrôlé qui s’élève à un nombre un peu énorme pour un pays européen pré-guerre.
      Mais bon c’est plus de la logique que des infos à suivre donc renseigne toi si tu es un peu plus curieux.

      1. Je suis déjà renseigné et en Chine médiévale il y avait juste 100 millions d’habitants mais tu as raison, on enrôlait les paysans pour les guerres. Cependant dans un monde ressemblant à l’Asie médiévale avec le riz, une très grande superficie et pas de révolution industrielle — car il n’y a que l’Asie — mais une possibilité de cultiver donc avoir une emprise très forte sur la nature, et avec la tendance connues qu’on les empires à s’étendre et à s’unifier au cours de l’histoire… c’est très probable qu’on arrive à être situation ! Je trouve même le monde de DNC extrêmement crédible mais ça fait toujours bizarre d’avoir 200 000 soldats comme une petite armée, car il s’agit tout de même d’une grande quantité de personnes !

      2. cette situation*

        3 milliards de personnes qui vivent à la médiévale… le Continent Afro-asiatique aurait pu ressembler à peu près à ça, avec 1 milliards et demi de personne par exemple et 3 empires qui vont s’unifier dans un univers parallèle ! Moi ça me passionne !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com