DNC Chapitre 419

Alors aujourd’hui, vous allez avoir droit à un chapitre magnifique… Et même à une petite chanson originale de Chu Yang !

Ne buvez en lisant ce chapitre pour éviter les accidents ;p

Bonne lecture !

 

 

Chapitre 420 N’êtes-vous pas fatigués, gros cons ?

L’Esprit de l’Épée poussa un gros soupir dans sa conscience et dit : « Mais elle devra se rendre aux Trois Cieux Intermédiaires ou aux Trois Cieux Supérieurs une fois arrivée à un certain niveau. Elle ne pourra pas percer des masses dans les Trois Cieux Inférieurs. »

Chu Yang fronça les sourcils, puis il leva la tête pour regarder Wu Qianqian, qui était plaisamment surprise. « Je lui suggérerai le moment venu… » Dit-il à voix basse.

La situation du champ de bataille n’avait pas progressé ces derniers jours. Diwu Qingrou semblait être devenu berserk et passer sans cesse ses nerfs sur eux. Le Nuage de Fer ne put que s’en remettre à une stratégie défensive, car Tie Longcheng était réellement abasourdi devant cette situation vraiment anormale !

Les tempêtes ne soufflent pas éternellement, et il ne peut pas pleuvoir continuellement ! Diwu Qingrou ne comprend pas cette vérité ! Il nous attaque gratuitement sans cesse, sans laisser ses troupes se reposer. Il aura de gros problèmes lorsque nous contre-attaquerons.

Pourquoi cet homme intelligent et sage commet-il une erreur aussi évidente ?

Cependant, le Fourbe ne laissait pas ces doutes l’affecter, aussi put-il calmement superviser ses propres trois cent mille soldats. Il restait immobile telle une grande montagne, malgré les attaques constantes de son rival !

Il était sûr que ce dernier avait un plan !

Et le moment de la bataille finale arriverait lorsque ce fameux plan arrivera à son but.

De plus, il s’agissait d’une tactique pour épuiser les deux camps ! Cela étant, les soldats du Grand Zhao étaient seulement physiquement épuisés, et pas mentalement. En fait, ils gardaient un moral élevé puisqu’ils étaient terriblement excités d’être les seuls à attaquer, tandis que leurs ennemis restaient sur la défensive.

De leur côté, les soldats du Nuage de Fer étaient marris. En fait, ils étaient même plutôt déprimés. Ils subissaient continuellement les assauts ennemis en ne faisant que se défendre ou battre en retraite, et ils avaient épuisé toutes leurs forces pour tenir leurs positions sans se faire rouler dessus.

Comment pourrait-ce ne pas être énervant ?!

Cependant, ils ne pouvaient pas agir précipitamment, de crainte de créer une faille dans leur défense, que l’armée de Diwu Qingrou ne manquerait pas d’exploiter.

Tout le monde comprenait clairement ce problème parce qu’à chaque fois, trois bataillons étaient déployés dans des directions différentes. Deux d’entre eux tentaient de balayer la formation du Nuage de Fer, tandis que la troisième attaquait sans cesse comme un possédé. De toute évidence, les deux premiers bataillons exploiteraient toute faille créée dans la formation afin de la détruire complètement.

De plus, si jamais ils tentaient de mobiliser des troupes depuis d’autres camps militaires, l’ennemi envoyait une autre unité d’assaut pour profiter de l’opportunité.

Les tactiques de Diwu Qingrou étaient dingues… mais efficaces !

Chu Yang avait un pressentiment. On dirait que Diwu Qingrou pousse délibérément les deux armées dans une guerre explosive. Il veut les pousser à l’épuisement, au bout de leur limite… Pour ensuite lancer la bataille décisive !

Il avait beau avoir réalisé son but, il n’arrivait pas à y croire. Pourquoi ? Diwu Qingrou n’a aucune raison d’aller si loin !

Par conséquent, il ne pouvait que continuer de spéculer pour le moment, en affrontant posément les assauts violents et les stratégies de harcèlement de l’armée du Grand Zhao.

Celle-ci apparaissait soudainement avec une ardeur incroyable et attaquait, puis elle se dispersait comme la marée peu après. C’était comme si les soldats du Grand Zhao ignoraient ce qu’était la fatigue.

Le Ministre Chu s’attendait à ce que le Hall des Cavaliers Dorés attaque également… Mais ils ne se montrèrent jamais.

Alors qu’il réfléchissait dans sa tente, Wu Kuangyun entra, l’air plutôt anxieux. « Ministre, le moral des troupes s’effondre ; tout le monde est déprimé. Combien de temps allons-nous tenir ainsi ? »

Le jeune homme leva la tête et le regarda en plissant les yeux : « Est-ce le moral de vos hommes qui est en berne… Ou est-ce le vôtre ? »

« Euh… En fait… je reviens juste de la tente du Commandant Suprême et de Sa Majesté, mais ils ne m’ont donné aucune instruction… » Dit le général, rouge de nervosité.

« Un moment. » Le moral de l’armée risque de plonger irrévocablement si ça continue encore longtemps. Wu Kuangyun est grognon et violent, mais il reste un général célèbre, et même quelqu’un de sa stature panique ainsi… Alors comment les troupes peuvent rester calmes ?  Pensa le Fourbe.

Il est nécessaire d’agir sur-le-champ.

Il fit rouler ses yeux étrangement, en faisant signe à Wu Kuangyun d’approcher. Il lui dit alors : « Une fois que vous partirez, faites ça et puis ça… Et faites ça et ça quand l’armée ennemie revient… »

Le général rayonna de bonheur et hocha répétitivement la tête. Puis, il leva son pouce à l’attention du Ministre Chu d’un air admiratif, puis il fila en coup de vent.

Wu Qianqian – qui était là, derrière Chu Yang – ne put s’empêcher de frémir. Chu Yang est trop malicieux… Il est réellement capable d’imaginer de telles farces, et dans une guerre sérieuse en plus… 

Le bruit des sabots se répercuta dans la nuit, accompagné par un hurlement. L’armée du Grand Zhao fonça telle une meute de loups descendant de la montagne.

Cependant, l’armée du Nuage de Fer éclata soudainement de rire à ce moment. « Les gros cons arrivent… Ah ah ah… C’est encore cette bande de gros cons… »

« Regardez ça, cette bande de gros cons fait des allers-retours à toute vitesse comme des clébards ! C’est tellement drôle, bordel ! »

« Eh les gars, venez voir le spectacle. »

« Oh, on attendait que cette bande de gros cons arrive et nous fasse leur représentation. Putain, c’est si drôle à voir ! On n’a plus besoin de claquer des thunes au théâtre, on peut voir une pièce comique gratuitement ici… »

L’armée du Nuage de Fer parvint enfin à passer toute sa colère et sa frustration refoulée avec ces remarques qui prirent de l’ampleur. Rapidement, chaque soldat commença à vociférer à tue-tête et peu après… Une foule de milliers de soldats commença à chanter en coeur : « Pauvres cons, vous êtes venus ! Pauvres coooooons~~~ Êtes-vous fatiguééééés… »

L’armée du Grand Zhao chargea avec grandeur et vigueur, mais cet accueil les rendit aussitôt furieux. Ils massacrèrent à tout va un temps, au prix de nombreux morts, puis ils battirent ensuite immédiatement en retraite. Cependant, leur retraite fut accompagnée par de nombreux chants.

« Pauvres cooooons… Vous en allez-vouuuuus ? »

« Pauvres coooooons, revenez viiiiite… »

Le général du Grand Zhao menant cette attaque en tomba presque de son cheval.

De plus, Wu Kuangyun était en première ligne, et c’est lui qui avait lancé ce chant. Il avait même créé une chanson complète en une demie-journée, avec l’aide d’hommes francs et remarquables, et cette chanson fut répandue à travers toute l’armée.

Le titre de la chanson était ‘Êtes-vous fatigué ?’, et en voici les paroles…

« Vous êtes malades comme des chiens toutes les nuits ; êtes-vous fatigués, pauvres coooons ?

Êtes-vous capables de monter à cheval ou non, pauvres cons ? Pouvez-vous vous battre ou nooon ?

On vous fait aller et venir en courant comme des jouets ; êtes-vous fatigués, pauvres coooons ? Ahwoooh, oh yeaaaaah~~~

Pauvres cooons, même si vous êtes amers, même si vous êtes fatigués ;

Je me sens si bien intérieurement quand je vois de grands hommes comme vous souffrir chaque jour…

Ahwooh, ahwoooooh…

Les pauvres cons souffrent, les pauvres cons sont fatigués, les pauvres cons sont de bons bébés qui nous distraient !

Oooh de bons bébés !

Thump Thump Clang, Thump Thump Clang… »

Par conséquent, toute l’armée du Nuage de Fer se prépara à accueillir l’ennemi et, le temps qu’il arrive cette nuit-là, ils avaient déjà construit une énorme scène où se tenait l’orchestre qu’ils avaient préparés. Cet orchestre comprenait quelques milliers de soldats, et ils avaient même des gongs et des tambours. Ces trois mille soldats formidables levèrent simultanément la tête sous la conduite d’un chef d’orchestre, et ils chantèrent de concert de leurs voix magnifiques : « Pauvres cons ! Êtes-vous fatigués ? »

Ils étaient lourdement gardés, et un régiment dédié à leur sécurité leur avait été assigné. Du coup, les chanteurs étaient entièrement concentrés sur cette chanson, qu’ils chantaient de toute leur force…

Par conséquent, leur chant résonnait comme le tonnerre !

Ils avaient même répété d’innombrables fois, aussi les puissantes voix de milliers de soldats recouvrirent complètement les cris de guerre de dizaines de milliers d’hommes.

Chaque soldat du Nuage de Fer riait aux éclats et souriait d’une oreille à l’autre. Ils tuaient leurs ennemis tout en profitant de la chanson. Même les blessés graves grognant de douleur riaient. Bordel de merde, c’est trop drôle !

Il n’y avait pas vraiment eu de distractions dans les casernes ces derniers temps, mais ils s’amusaient tellement à présent… Grâce à cette superbe idée qui remonta le moral de tout le monde. Du coup, les soldats commencèrent à brandir leurs armes en chantant en choeur la mélodie.

Les ennemis – qui faisaient partie du groupe d’attaque-surprise du Grand Zhao – eurent l’impression qu’ils allaient exploser de rage.

En fait, ils laissèrent même tomber leur plan original à un moment pour lancer une attaque sur la scène où les soldats chantaient joyeusement. Cependant, cette décision mena à leur annihilation totale…

La bataille fit de nombreuses victimes, mais tout le monde était de bonne humeur. La dépression post-bataille habituelle avait disparu, et tout le monde fredonnait la chanson. En fait, les hommes commençaient même à attendre impatiemment la prochaine attaque-surprise…

L’idée du Ministre avait sorti l’armée du Nuage de Fer de cette situation délicate. On pouvait même entendre le soir les soldats chanter ‘pauvres cons, êtes-vous fatigués ?’ dans les trois grands camps du Nuage de Fer…

Les soldats devinrent de plus en plus efficaces au combat, tandis que leurs chants devinrent de plus en plus sonores. Par exemple, un soldat fut poignardé dans la poitrine par un ennemi et reçut une blessure mortelle. Cela étant, il pencha simplement la tête pour regarder son ennemi, avant de dire en souriant : « Pauvre con, es-tu fatigué ? Tu dois savoir que je me sens très bien… »

Cette phrase enragea le soldat ennemi qui lui fonça férocement dessus. « Tu vas voir comment je vais te faire sentir ! »

Cependant, ce soldat du Nuage de Fer sourit avec insouciance en sortant le couteau planté dans sa poitrine, avant de l’enfoncer dans le coeur de l’ennemi…

Le Nuage de Fer occupa une position totalement avantageuse durant les batailles nocturnes, et ce bien qu’il soit sur la défensive. Plusieurs escadrons ennemis venus assaillir leurs lignes furent abandonnés par l’adversaire, et ils furent bien évidemment complètement annihilés.

Tie Longchen se frappa la cuisse en riant incontrôlablement dans la tente de commandement. Il était incapable de camoufler sa joie et continua de faire claquer ses lèvres. « Bon sang ! Ce Roi des Enfers Chu est fantastique, ahahah… »

De son côté, Tie Butian ne savait pas si elle devait rire ou pleurer. Elle était totalement coite…

Que pouvait-elle dire ? Elle n’avait vraiment rien à dire à propos du coup d’éclat de Chu Yang… Tout particulièrement pour ce genre de coup d’éclat qui n’apportait que des avantages. Ainsi, elle choisit de ne pas écouter les chants des soldats et de se forcer à sourire…

Elle tira une bonne leçon de tout ça : les hommes ont un puissant désir inné de jurer et d’utiliser des gros mots…

Cela dit, elle n’était pas d’humeur à réfléchir à tout ça, car elle était préoccupée par un autre problème, à ce moment. Et un problème très sérieux, qui plus est… Et très grave… Et ce problème la laissait confuse…

~~Camp du Grand Zhao~~

Diwu Qingrou était légèrement pâle, et il arborait une expression très sérieuse. « Où est d’abord apparue cette chanson ? »

« Du grand camp de Wu Kuangyun ! Celui appelé Shapei ! » Répondit un général d’un air haineux.

« Wu Kuangyun… » Le Ministre gloussa tandis qu’une lueur glaciale traversa son regard. « J’avais raison, Wu Kuangyun et ses hommes sont sous le commandement personnel du Roi des Enfer Chu, comme nous le supposions… »

Il sourit solennellement. « Tout se déroule selon mes estimations. L’armée de Wu Kuangyun devrait être sous le contrôle du Roi des Enfers Chu. Une stratégie aussi bizarre peut paraître vulgaire et puérile, mais ça a joué un grand rôle dans le renforcement du moral des troupes du Nuage de Fer… Et Wu Kuangyun est incapable de penser à une chose pareille. »

« C’est le Roi des Enfers Chu qui a élaboré ce plan ! » Conclut Diwu Qingrou.

Les généraux présents en furent abasourdis. Alors c’est le Roi des Enfers Chu ? 

« Que devons-nous faire alors, Premier Ministre ? » Demandèrent-ils en choeur.

« Menghun, les préparations sont-elles terminées ? » Demanda Diwu Qingrou.

Jing Menghun se leva immédiatement. « Tout est prêt, Premier Ministre. »

 

Les derniers articles par Wazouille (tout voir)
DNC Chapitre 419

Related Posts

7 thoughts on “DNC Chapitre 420

  1. Merci pour le chapitre et toutes les traduction sur se site je suis dessus depuis presque 4 ans et j’ai lu la plupart sans jamais laissé un commentaire fallait que ça sorte un jour
    Merci a toute la team et wazouille pour m’avoir fait découvrir le monde merveilleux des ln
    Je vois que les publications fluctuent depuis un moment repose toi bien wazouille et merci encore pour se merveilleux site

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com