OG Chapitre 212
OG Chapitre 214

Salut tout le monde ! Félicitations, vous avez tenu jusqu’au week-end ! Voici votre OG du ‘dredi pour vous féliciter =)

Demain, vous aurez 2 des 6 OG que je vous ai promis ^^

Bonne lecture à tous !

Chapitre 213

Il est si fort que ça ?

Le Comte Ashur était au courant des exploits de Grid à Reinhardt et de la façon dont il avait découpé en rondelles cette surpuissante armée de golems, contre laquelle des centaines de milliers de troupes n’avaient rien pu faire. Cependant, les rumeurs n’étaient-elles pas toujours exagérées ?

Le Comte se souvenait qu’à ses débuts, Grid était un imbécile sans talent, aussi les rumeurs le firent rire. Il avait peut-être des capacités légendaires, mais elles devaient être émoussées vu qu’il devait être incapable de s’en servir correctement. Les nobles avaient dû déformer la vérité afin de booster le moral du peuple.

Mais il avait eu tort. Grid était à présent le héros des rumeurs, et les souvenirs qu’il avait de l’aventurier débutant disparurent complètement à ce moment. Ses oeillères disparurent et il commença à le voir tel qu’il était réellement.

Il a effectivement une présence écrasante.

Les deux yeux qui lui rappelaient ceux d’un poisson mort, au regard mauvais avec les faibles, brillaient à présent en contemplant le monde avec assurance. Son corps faible et pathétique qui se recroquevillait toujours, qui fuyait devant les orcs et s’était fait tuer par leur capitaine, se tenait à présent avec une fermeté inébranlable !

Alors qu’il se fichait de l’image qu’il renvoyait et qu’il était toujours jaloux des autres, il émettait à présent une dignité qui charmait tous les sujets du royaume.

Est-il possible de changer autant… ?

« Tu veux que je te supplie de m’épargner ? »

Ashur observa silencieusement Grid et l’épée bleue dans sa main. L’arme brillait d’une lueur bleue, similaire à ce dont parlaient les légendes. Il eut peur pour sa vie, car son instinct lui hurlait de se soumettre à Grid.

C’était dû à l’effet de la stat élevée de dignité de ce dernier, mais le Comte Ashur était plus fier que quiconque en temps que plus puissant homme du Royaume Éternel et que grand magicien. Ainsi, il n’abandonna pas facilement.

« Plutôt mourir. »

Il doutait de l’existence du livre rare de Pagma, et c’est pourquoi il avait décidé d’utiliser Grid, qui était facile à manipuler. Cependant, il lui avait donné une compensation raisonnable et n’avait pas fixé de limites de temps. C’était une quête qu’il avait sérieusement confiée à l’aventurier, parce qu’il croyait en sa ténacité innée. Avait-il trompé un aventurier débutant en lui donnant cette quête ?

Non, c’était Grid qui avait d’abord perdu la foi. Il avait été aveuglé par la cupidité en découvrant le livre rare de Pagma et rompit sa promesse, avant d’essayer de le garder pour lui.

Et ce n’est pas tout.

Son précieux fils Bland était amoureux d’Irène depuis des années, mais Grid lui enleva cette femme qui pouvait probablement l’épouser. Le Comte préférait encore mourir que de se soumettre à cet homme qui était non seulement son ennemi, mais aussi celui de son fils.

Le forgeron fut décontenancé en voyant Ashur fermer les yeux.

Il veut vraiment que je le tue ?

Il haïssait le Comte Ashur depuis qu’il l’avait tué, mais c’était son choix que de partir à la recherche du livre rare de Pagma sans vraiment comprendre dans quoi il s’engageait. Personne ne l’avait forcé, mais à chaque fois qu’il subissait une épreuve, il mettait tout sur le dos du Comte.

C’était cette habitude de rejeter la faute sur les autres qui était son problème. Dans l’absolu, il n’avait aucune raison d’en vouloir à Ashur. Si le livre de Pagma n’avait pas existé, il ne l’aurait jamais trouvé et ne serait jamais devenu le descendant de ce dernier.

Au final, Ashur était le bienfaiteur de Grid. C’est juste ainsi que les choses ont tourné, aussi Grid n’avait pas à éprouver la moindre gratitude à son égard. C’était grâce à sa volonté qu’il avait trouvé le Livre et était devenu le Descendant de Pagma ; c’était grâce à ses efforts qu’il avait pu mûrir jusqu’à présent, et pas grâce au Comte Ashur.

C’était du moins la conclusion à laquelle il était arrivé.

Je l’ai subjugué, mais… Quand j’y pense, je n’ai pas besoin de le tuer.

Bien sûr, le forgeron n’aimait toujours pas le Comte Ashur, et il ne lui était pas facile de le pardonner après avoir été tué par ses chevaliers et directement menacé de mort par le Comte en personne.

Mais ça ne suffisait pas à lui donner envie de le tuer. Sa conscience ne lui permettrait pas.

« *soupir * D’accord, laisse tomber. »

« … ? » Ashur resta perplexe en le voyant soupirer et rengainer son arme. « J’ai essayé de te tuer, mais tu vas m’épargner ? »

La puissance du Comte Ashur transcendait son titre, mais il n’en restait pas moins un comte. Grid était un duc et non seulement il l’avait maltraité, mais en plus il avait essayé de le tuer à cause d’une vieille rancune. À présent qu’il avait réalisé que l’aventurier était digne de son titre, il réalisait avoir commis un crime, et il pensait qu’il aurait été normal d’être exécuté. Du coup, il ne pouvait pas accepter sa décision. Il l’observa d’un air circonspect.

« Vas-tu me demander quoi que ce soit ultérieurement ? »

J’ai eu pitié de lui et il doute encore de moi ? Le forgeron sentit son coeur battre plus fort. Auparavant, il aurait été par ses émotions et aurait dit n’importe quoi, mais à présent… Mieux vaut lui demander quelque chose en échange de sa vie.

Il avait appris à tirer parti de certaines situations en observant Laurel pendant 3 mois. Qu’allait-il tirer du Comte Ashur.

De l’argent ? Des joyaux ? Des terres ? Des objets ?

Il était cupide et tandis qu’il se retrouva profondément troublé quant à quoi demander, Laurel lui envoya un message privé. -Grid, tout le monde est arrivé à Reidan à part Euphémina. Quand arrivez-vous ?

Je pense prendre trois jours encore.

-Trois jours ? Pourquoi mettre aussi longtemps ? Ne pouvez-vous pas venir plus rapidement en volant ? Venez-vite, il y a une montagne de choses à faire.

-Je voyage avec un compagnon, qui ne veut pas utiliser de calèche… Alors nous marchons. Occupetoi de tout pendant quelques jours.

-Un compagnon… ? De quoi parlez-vous ?

-Tu verras quand tu le rencontreras. C’est bien que tu m’aies contacté ; en fait…

Grid expliqua brièvement la relation qu’il entretenait avec le Comte Ashur et la situation…

-Dans ces circonstances, que devrais-je demander au Comte ?

-Le Comte Ashur, hein…

Le Comte était une énorme célébrité en tant qu’un des 10 grands magiciens du continent. Lauel savait qui il était, aussi réfléchit-il prudemment avant de répondre.

Vantner m’a parlé d’un truc ; il paraît qu’il a causé des problèmes avec le fils du Comte le jour de votre mariage avec Irène ?

Ah bon ? Je l’ignorais. Je n’ai fait attention à rien d’autre qu’elle ce jour-là.

Faites attention à lui. Demandez au Comte Ashur de vous donner son fils.

Hein ? Qu’est-ce que tu racontes ?

Lauel avait prédit que le forgeron ne comprendrait pas et expliqua en détail.

Le Comte Ashur est célèbre pour l’amour qu’il porte à son fils. Si vous gardez son fils, il ne pourra plus s’opposer à nouveau à vous et il devra obéir à vos ordres. La grande puissance du Comte nous aidera certainement un jour.

Quel type fantastique.

Lauel considérait toujours leurs intérêts plutôt que l’argent, et Grid trouvait ça vraiment génial. Un jour, il deviendrait intelligent comme lui. Un sourire mauvais fleurit sur ses lèvres, et le Comte Ashur ne devint que plus anxieux.

« Donne-moi ton fils. » Demanda alors l’aventurier.

« Quoi… ? » Le Comte en resta interdit, comme frappé par la foudre. Il ne pouvait absolument pas l’accepter. « Tu veux dire que tu veux prendre mon fils en otage ! »

À 48 ans, le Comte Ashur était encore jeune et beau, avec un physique de héros de manwha. Il était très populaire depuis son enfance et quand il était jeune homme, des douzaines de femmes le collaient.

Mais le Comte n’avait jamais aimé qu’une femme. Elle n’était pas vraiment belle, mais il était tombé amoureux de sa grande bonté d’âme. Ils eurent un mariage heureux, et eurent deux fils.

Mais leur bonheur fut de courte durée.

Malheureusement, la femme d’Ashur fut atteinte d’une maladie incurable et mourut à un jeune âge. Le Comte eut le coeur brisé, mais il n’eut pas le temps de la pleurer : il avait l’obligation de défendre le royaume et de s’occuper de ses deux jeunes enfants.

Le Comte Ashur remplit fidèlement son devoir et éleva ses deux fils en même temps. Le premier devint un mage royal, et le second un épéiste magicien, car il était doué dans les deux domaines. Ashur put ainsi combler le vide laissé par sa femme avec la fierté que ses deux enfants lui inspiraient.

Mais les dieux furent impitoyables envers lui.

Il y a deux ans seulement, son premier fils mourut lors d’une extermination de monstres. Le Comte ne fut alors plus jamais le même, et il perdit sa gentillesse. Cependant, il se souciait encore de son fils restant. Bland était la seule famille de sang qui lui restait, et il le chérissait plus que sa propre vie.

« Tu peux brûler mon corps et mon âme, mais je ne te remettrai jamais mon fils. Tue-moi qu’on en finisse. »

Quelle tête de bois…

Que faire ? Grid n’était pas malin, alors la seule méthode à laquelle il pouvait penser était l’usage de la force, mais ce n’était pas un problème que la force pouvait résoudre.

Un homme blond apparut alors que le forgeron était confus. Il s’appelait Bland. « Je vais venir avec vous. »

« Pourquoi est-ce que tu… ?! »

Bland ignora son père paniqué et s’inclina devant Grid. « Moi, Bland de Ian, fils du Comte Ashur, je salue le Duc Grid, le grand héros de ce royaume. »

Grid et lui s’étaient battus en duel pour Irène mais au final, le forgeron le vainquit, et il fut chassé du mariage. Par la suite, il souffrit un temps, mais il était à présent déterminé.

« Je vais aller à Reidan selon la volonté du Duc Grid. »

C’était la seule façon de sauver son père, qui devint absolument livide.

« Bland ! Pourquoi décides-tu de ça tout seul ? »

L’aventurier était le rival qui avait privé son fils de son amour, aussi le Comte ne supportait pas qu’il devienne son otage. Il commença par concentrer la mana dans son corps endolori.

« Je vais te tuer et donner ton âme au Dieu Yatan si tu touches à un seul cheveu de mon fils ! »

Bland vint devant Grid avant que ce dernier ne puisse froncer les sourcils, et il tomba à genoux.

« Duc Grid, mon père a perdu son calme parce qu’il tient trop à moi. Ayez pitié une fois de plus, je vous en prie. »

« B-Bland… »

Il suppliait son rival à cause de son père ! Le Comte Ashur était choqué que son fils subisse davantage d’humiliations par sa faute et se tut. Bland le rassura alors : « Père, je vais aller étudier sous l’aile du Duc Grid. Ayez confiance en moi et attendez mon retour. Ne sautez pas vos repas. »

« Argh… »

Le Comte était frustré. Il avait été aveuglé par la rancune et à présent, son fils était pris en otage. Grid posa une main sur son épaule.

« Ne vous inquiétez pas, Comte Ashur, je vais prendre soin de votre fils. »

Ssik.

Était-il un démon ? Il pouvait jouir de la douleur et du chagrin des autres en souriant aussi brillamment… Aux yeux du Comte Ashur, Grid n’avait pas l’air humain, bien qu’il le soit, évidemment.

N’en fais pas trop, s’il te plaît. Je ne vais pas le manger.

Grid lança ensuite un regard à Piaro et Bland. « Allons-y. »

Après quelques instants, il ne restait plus qu’une scène désastreuse où le Comte avait l’air complètement cinglé, et les chevaliers blessés pitoyables…

Les derniers articles par Wazouille (tout voir)
OG Chapitre 212
OG Chapitre 214

Related Posts

5 thoughts on “OG Chapitre 213

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com