OG Chapitre 221
OG Chapitre 223

Bonjour tout le monde ! J’espère que vous aurez passé un bon week-end bien au chaud 🙂

Voici votre premier OG de la semaine !

Bonne lecture ^^



Chapitre 222

Un mois passa dans la réalité, et trois dans Satisfy.

Durant ce temps, les champs de Reidan poussèrent bien grâce aux sources d’eau découvertes par Piaro qui enrichirent les sols alentour, ainsi que les outils agricoles produits par Grid qui en améliorèrent la qualité.

Les finances de la ville s’améliorèrent, car ils n’avaient plus besoin d’importer de la nourriture. La végétation recommença à croître, ce qui affaiblit la prise du désert sur la cité et améliora la santé des habitants, qui pleurèrent de joie en voyant leurs enfants malades reprendre des forces.

« Tout ça, c’est grâce au Duc Grid ! »

« Ah, c’est bien vrai ! »

Ces pauvres gens avaient souffert dix années durant et avaient manqué de peu de mourir de faim,  aussi les membres de Surstuffé et Grid leur apparurent comme des anges envoyés par la déesse Rebecca. Ils obéissaient aveuglément à leurs sauveurs.

On les éduqua et leur apprit les métiers de fermiers, de forgerons, d’architectes, de soldats, etc. Faire revivre leur ville de leurs propres mains leur conféra un sentiment de satisfaction incomparable.

Reidan débordait de vitalité.

« Vous êtes-vous baladé dans les rues récemment ? On entend partout les gens chanter vos louanges, mon Seigneur. »

« Vraiment ? Je croule tellement sous le boulot que je n’ai pas le temps de sortir. »

Auparavant, Huroi avait juré de servir Grid pour lui rendre la faveur, mais les choses avaient changé. Il le respectait et lui était loyal.

« Je suis fier de vous. »

La ville fantôme au bord de la destruction débordait à présent de vie. Les monstres ne la menaçaient plus grâce aux membres de Surstuffé et à sa petite mais puissante armée entraînée par Jude.

Khan s’occupait des apprentis forgerons et, grâce à Lapin, Reidan se développa plus rapidement. Euphémina montra ses talents dans de nombreux domaines en répliquant des compétences de dompteur de monstres, de forgeron et d’architecte.

Jishuka, en particulier, joua un énorme rôle en tant que souveraine de Bairan. Avec l’aide de deux guildeux, elle entraîna les soldats et les chevaliers, continua de chasser les orcs éclats de givre et de tuer le Gardien de la Forêt. Grâce à elle, l’entrepôt de la guilde fut rempli de divers minerais et d’écailles de sylphides. Les membres de Surstuffé allaient bientôt tous être équipés de capes d’invisibilité.

Grid était celui qui avait réussi à réunir toutes ces personnes talentueuses au fort caractère ensemble, et c’est aussi pour cette raison que Huroi le respectait chaque jour davantage.

Le forgeron n’était pas satisfait par la situation actuelle, car Reidan était toujours en déficit.

Les seules structures que nous ayons sont la forge, la caserne et l’institut d’alchimie.

Le nombre d’habitants stagnait, les taxes ne pouvaient pas être levées et il avait beau produire cinq objets par jour, il n’en tirait pas un sou. Du coup, il était de mauvaise humeur. Combien aurait-il gagné s’il avait vendu ces 450 objets qu’il avait produits ces trois derniers mois, au lieu de tout investir dans la ville ?

J’aurais gagné au moins 1,5 milliard de wons, même en comptant les taxes et le coût des matériaux…

Il n’avait, bien sûr, pas produit un seul légendaire sur ces 450 objets, mais il avait au moins fait deux uniques. Il ne put cependant pas les vendre à des joueurs et les fournit aux diverses structures de la ville.

« Ne vous attardez pas vos pertes immédiates. Grâce aux objets que vous avez produits, les apprentis, les soldats et les alchimistes travaillent bien plus efficacement. Votre retour sur investissement n’en sera que plus élevé. »

« Je sais. »

C’était l’heure de déjeuner, et Grid mangeait à la forge en discutant avec Lauel et Huroi, car il avait énormément à faire. De son côté, Khan était occupé à former les apprentis forgerons.

« Khan devient plus fort de jour en jour. Quand je le regarde, j’en viens à me demander si le désert de Reidan augmente réellement la longévité. » Dit Lauel en faisant claquer sa langue.

« Son regain de santé est naturel. J’y pense, la vente des remèdes longévité augmente constamment, non ? »

« Oui, les ventes de ce mois-ci ont engendré 1,230 pièces d’or. »

« Ça ne représente cependant même pas le quart du salaire de Lapin. »

Lapin recevait 500po par moi en tant que vicomte, et 5,300po supplémentaires en tant que gouverneur de la ville. C’était le salaire ‘minimum’ qu’il s’était lui-même fixé. Il avait beau avoir prêté allégeance au forgeron, il ne travaillerait pas pour moins que ça. Il n’était pas exagéré de dire que le déficit actuel de Reidan lui était dû.

« Mains nous ne devrions pas lui en vouloir. La valeur de Monsieur Lapin ne peut être convertie en pièces d’or. »

« Je sais bien. »

Reidan croissait rapidement grâce à l’ancien marchand. Le développement des affaires internes de la ville était incomparable à celui des autres villes. Un PNJ nommé comme Lapin, avec une compétence administration de rang S, n’avait effectivement pas de prix.

Ne te tracasse pas et concentre-toi sur le futur.

Une fois que Reidan se serait développée, ils extermineraient les vers géants et la région Ouest se restaurerait. Il s’en servirait alors comme fondation pour son futur royaume. C’était un de ses objectifs à court terme.

Je gagnerai alors de l’argent et deviendra un magnat.

Il ne voulait plus jamais souffrir de pauvreté.

Clang ! Clang !

Le forgeron engloutit la plante qu’ils avaient fait pousser ces trois derniers mois, la patate arc-en-ciel. Comme il n’avait pas pu chasser tout ce temps, il était encore coincé au niveau 275, mais il ne s’inquiétait pas pour autant, car ses stats augmentaient à chaque fois qu’il produisait un objet de rang supérieur à épique.

Grâce à sa classe de forgeron, il pouvait faire monter ses stats même en restant à la forge.

***

La Baronnie Butin était tout à l’extrême Est de l’Empire Saharan. C’était une zone rurale avec des plages naturelles donnant sur l’océan, extrêmement paisible, car aucun monstre n’y apparaissait. Il était par conséquent extrêmement rare de voir des joueurs s’y rendre.

Cependant, le n°3 au classement des marchands, Muto, y faisait tourner une petite compagnie complètement concentrée sur les échanges commerciaux avec la baronnie. Elle n’avait peut-être pas de joueurs, mais c’était un centre touristique pour PNJs riches et nobles.

Muto fournissait exclusivement des produits de luxe aux touristes de la baronnie et, quand ses ventes diminuèrent soudainement, il en chercha la raison. « Le remède de longévité ? » Il regarda la petite quantité de sable dans la bouteille en verre et fronça les sourcils.

« Ce sable est vendu comme produit de luxe sous le nom de ‘remède de longévité’ ? Mes produits se vendent moins à cause de ce truc-là ? »

Muto avait vu d’innombrables objets au court de sa carrière et, en tant que marchand, il avait une perspicacité très élevée. Ainsi, il n’eut aucun mal à voir que ce pseudo remède n’était que du sable.

« C’est vraiment une excellente idée. »

Quel marchand a eu l’idée de commercialiser le sable de Reidan en tant que remède de longévité ? Se demanda-t-il après avoir entendu des PNJs de la baronnie en parler.

« Un tel sens des affaires relève presque de l’arnaque. »

Reidan devait cacher un marchand phénoménal. Muto en était certain. Il se demanda avec inquiétude de quelle manière il allait pouvoir rivaliser avec un tel concurrent et eut rapidement une idée.

« N’y a-t-il pas un énorme désert autour de Reidan ? »

Il sourit de satisfaction et mena aussitôt sa compagnie à Reidan, mais les problèmes commencèrent dès qu’il traversa la frontière.

« Qu’est-ce que c’est que ça ? »

Les gardes de sa compagnie étaient tous d’un niveau supérieur à 200. Comme tout bon mercenaire,  ils lui coûtaient cher, mais ils protégeaient parfaitement ses biens des monstres et des bandits. À peine entrèrent-ils sur le territoire de Reidan que des vers géants, des grenouilles du désert et d’autres puissants monstres dévorèrent les gardes.

« C-c’est de la folie… ! »

Pourquoi les monstres étaient-ils aussi puissants ? Les monstres les plus forts qu’il avait rencontrés jusque là étaient les ogres jumeaux, mais ils n’étaient rien face aux monstres de l’Ouest.

« F-fuyeeeez ! »

La Compagnie Muto dut fuir face à ces terribles monstres, mais Muto n’oublia cependant pas de mettre du sable dans son sac.

« Aaah, aaah ! Bordel, j’ai failli mourir ! » Dit-il en tremblant.

Il retourna ensuite à la Baronnie Butan, désespéré d’avoir perdu la moitié de ses hommes dans le désert.

« Je dois vendre tout le sable pour amortir une partie de mes pertes. »

Muto alla trouver un PNJ marchant, puis il sortit le remède de longévité qu’il avait produit à partir du sable de Reidan.

« Le remède de longévité est fait à partir du sable récupéré au centre de Reidan, et pas du sable ordinaire du désert. Nous ne reconnaissons que le sable du seigneur de Reidan comme remède de longévité ; tout le reste ne vaut rien. Je ne travaillerai plus jamais avec vous, car je ne veux pas m’associer avec un escroc comme vous. » Lui dit le PNJ en faisant claquer sa langue.

« … »

La situation était critique. Il pensait pouvoir gagner facilement de l’argent, mais son adversaire avait déjà prévu le coup. Muto fut frustré d’avoir perdu autant de gardes et de clients pour du sable tout bête.

***

Shin Youngwoo se déconnecta de Satisfy et se rendit dans la salle à manger pour dîner. Il y trouva alors ses parents affairés à peler de l’ail et s’assit à côté d’eux. « Je vais vous donner un coup de main. »

Les parents de Youngwoo tenaient un magasin primeur et comme l’ail était un de leurs produits, ils devaient en peler chaque jour. Ils ne les avaient jamais aidés de son propre chef auparavant, mais il avait changé.

Il avait mûri et voulait bien les aider, mais ses parents refusèrent.

« Dis Youngwoo, tu travailles dur sur ton jeu, non ? Tu devrais profiter de ta pause pour te reposer. »

« Oui, c’est notre boulot, Youngwoo. Tu devrais aller manger et te concentrer à nouveau sur le jeu. »

Ses parents ne faisaient aucun cas du jeu auparavant, mais ils le considéraient à présent comme son lieu de travail. Le jeune homme leur en était reconnaissant et il leur adressa un sourire radieux.

« Je veux vous aider. »

Quelqu’un qui n’en avait pas l’habitude avait du mal à peler l’ail, donc la surface était dure et la peau très fine. C’était un exercice qui demandait une certaine expérience. Depuis tout petit, Youngwoo n’avait jamais été doué de ses dix doigts, au point qu’il n’ait pas su lacer correctement ses chaussures jusqu’à son service militaire. Il mettait normalement trop de temps à peler une gousse d’ail pour être utile.

Ses parents le savaient, mais ils ne l’arrêtèrent pas pour autant vu qu’il avait envie de les aider.

Au bout d’un moment…

« Eh ben ! Depuis quand es-tu devenu aussi habile, Youngwoo ? » S’exclama sa mère, admirative.

Youngwoo pelait rapidement les gousses d’ail comme un pro. Il allait aussi vite que ses parents, qui tenaient leur boutique depuis des décennies. Même son père fut surpris.

« Bah dis donc ! »

Le jeune homme lui-même était plus épaté encore que ses parents.

Incroyable… Depuis quand c’est aussi facile de peler de l’ail ?

Il sentait qu’il était beaucoup plus habile de ses dix doigts qu’auparavant, mais pourquoi ? Il réfléchit à cette question en pelant une gousse, puis il trouva une réponse quelques minutes plus tard.

C’est le résultat de mes gestes répétitifs !

Produire des objets demandait des gestes délicats, et il en avait fait des milliers depuis qu’il était devenu le Successeur de Pagma. Il était devenu plus habile dans la réalité grâce à son expérience et ses souvenirs.

J’ai vu ça aux infos auparavant.

Un homme s’était inlassablement entraîné à l’épée dans Satisfy, et sa maîtrise avait augmenté dans la réalité. C’était le résultat inévitable de son entraînement répétitif. Bien sûr, les capacités physiques d’un joueur étaient inférieures à celles de son avatar en jeu, et il était du coup impossible de reproduire toutes les techniques. Cela étant, on pouvait sans trop de mal en reproduire quelques-unes.

Et c’était pour cette même raison que Youngwoo était devenu plus habile.

« Huhuhu… » Ricana-t-il de satisfaction. Il était content de pouvoir, s’il devait un jour avoir une copine, pouvoir la rendre heureuse avec sa toute nouvelle dextérité. Ce fut ce jour-là que sa dextérité manuelle légendaire, capable de satisfaire les femmes dans Satisfy, apparut dans la réalité.

Les derniers articles par Wazouille (tout voir)
OG Chapitre 221
OG Chapitre 223

Related Posts

9 thoughts on “OG Chapitre 222

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com