OG Chapitre 252
OG Chapitre 254

Voilà un chapitre bonus pour remercier Corentin, Gryffender et Dylan pour leur générosité !  (et Madkeeper, je ne t’oublie pas tkt 😉 )

Encore merci à eux trois et bonne lecture à tous !

 

 

Chapitre 253

 

 

L’homme qui se tenait au sommet de deux milliards de joueurs, Kraugel.

Hao l’avait déjà rencontré il y a un an de ça, dans la forêt Elgad.

À l’époque, pour chasser dans cette forêt, les joueurs du top 100 du classement devaient former un groupe d’au moins 7 personnes pour survivre ! Kraugel, lui, y chassait seul. Il massacra les araignées tueuses et les papillons sans avoir besoin de personne.

C’est à cette époque que Hao avait réalisé que cet homme était un mur, une montagne infranchissable.

Il était dans une dimension totalement différente de la leur. Hao ne pouvait même pas l’envier devant la finesse de son contrôle qui touchait le divin, son sens du combat utilisant parfaitement le terrain… Kraugel était une figure imposant que personne ne pouvait surpasser.

Cet homme qu’il qualifiait de génie, le premier à lui donner un sentiment d’infériorité…

Pourquoi est-il là ?

Il était là, à Reidan. C’était le mystérieux fermier affrontant Seuron. Hao pouvait le deviner, car il s’était repassé constamment dans son esprit ses mouvements depuis qu’il l’avait vu il y a un de ça. Il voyait ses mouvements dans ceux du fermier.

« Épée de Lumière Blanche. »

Il lança à nouveau la technique à grande échelle qui éblouissait tout le monde. Hao resta immobile, les yeux fermés, et quand il les rouvrit ce fut pour voir Seuron disparaître dans une lumière grise.

« Ha… haha. »

Hao ne pouvait que rire. Kraugel s’était aisément joué de Seuron, qui était du même niveau que lui. Il était bien le ciel au-dessus du ciel. Kraugel était aussi fort qu’avant ; non, il l’était même davantage. Le chinois sentit ses jambes trembler sous l’excitation.

« Fuyez. » Ordonna-t-il à ses guildeux.

Envahir Reidan ? C’était impossible. C’était une forteresse imprenable tant que Kraugel s’y trouvait.

« FUYEZ ! »

La guilde Hadès battit en retraite.

 

***

 

« Devrions-nous les laisser partir ? » Demanda Damien.

« Ou devrions-nous les pourchasser ? » Répondit Kraugel.

« Hum… C’est inutile. »

Ils n’avaient pas de raison de traquer les fuyards. Ils étaient des fermiers, et non pas les chevaliers protecteurs de Reidan. Ils devaient juste protéger leurs champs.

Je n’ai pas besoin de me battre.

De fait, c’était à Grid et à la guilde Surstuffé de protéger Reidan, ça n’était pas leur problème. Ils avaient été mêlés à la bataille à cause de Piaro. Reidan était intact, mais la situation aurait été tout autre s’ils n’étaient pas intervenus.

Quoi qu’il en soit, tout ira bien à présent.

Il était aussi un peu fier d’avoir aidé à protéger le domaine de Grid.

« Au fait, qui es-tu ? »

Damien connaissait parfaitement la réputation de Seuron, qu’on estimait être plus fort que Grid, aussi le paladin se demandait qui était ce fermier qui l’avait aisément vaincu. Ce chapeau de paille qui ne l’avait pas quitté toute la semaine passée était à présent particulièrement agaçant.

Kraugel sourit. « Tu n’es pas le genre de personnes que ça intéresserait de savoir. »

« Effectivement. » Répliqua Damien sans essayer de le cacher. Seules les Filles de Rebecca l’obsédaient.

« Bordel de merde ! Cette bande d’enfoirés est en train de fuir ! »

« Barrons-nous ! »

« Quelle merde ! Je ne remettrai plus jamais les pieds ici ! »

La Guilde Dorée se mit également à fuir une fois que la guilde Hadès prit discrètement la poudre d’escampette. Ils savaient qu’ils n’étaient pas en position de défendre l’honneur de la guilde.

Bland, qui mangeait sa troisième patate arc-en-ciel, exprima son anxiété : « L’heure du dîner est passée, non ? Va-t-on devoir rester affamés ce soir ? »

« … »

Damien et Kraugel avaient pitié de Bland. Ils avaient appris qu’il était d’une famille noble et prestigieuse mais visiblement, sa position d’otage devait terriblement le stresser.

 

***

 

Box était le chef d’état-major de la Guilde du Serpent, et le ‘connecteur’ n°1 de son classement et le dernier survivant de sa guilde.

« Votre compétence est très intéressant, à pouvoir mélanger les sorts de vos collègues et à les rendre plus efficaces et puissants. » Le complimenta Piaro.

Malgré tout, Box n’en était pas heureux. Nombre de ses collègues tués plus tôt avaient également été grandement félicités, mais ils furent tous éventuellement tués. Quoi qu’il en soit, il allait également mourir, aussi se lança-t-il dans une dernière bravade. Il lança le sort ultime du connecteur, ‘Marionnette’, et tenta de contrôler le fermier.

Mais ce fut en vain. Piaro s’était amélioré davantage encore durant la bataille. Il approcha de Box avant même qu’il n’utilise son sort et le maîtrisa de force. Quand bien même son sort aurait été activé qu’il n’aurait pas pu le manipuler.

Puk !

La houe, couverte d’un Qi incolore, se planta dans son front. Ce fut alors que le 275e protagoniste de la rumeur ‘Il a été tué par une houe !’ naquit.

« K… Kuock… ! »

Box se changea en lumière grise. Piaro le regarda silencieusement disparaître avec un regard aussi profond que l’océan. Il s’était amélioré progressivement depuis ses débuts dans le domaine agricole, et la bataille d’aujourd’hui lui avait réellement permis de saisir toute l’amplitude de ces progrès.

Je ne suis pas Müller.

Effectivement, il était Piaro.

Un noble de l’Empire Saharan, Piaro.

Le Capitaine des Chevaliers Rouges, Piaro.

Piaro le Traître.

Piaro le Grand Épéiste.

Piaro, l’ami de Grid, de la guilde Surstuffé, de Kraugel, de Damien et de Bland.

Oui, il était Piaro. Un être distinct de Müller. Il n’avait pas besoin de suivre ses pas.

Je suis très bien tel que je suis.

Shaaaaaah.

La lumière des deux lunes qui baignait Piaro rappelait celle de la Voie Lactée. Une énergie instable et intense grandit, faisant trembler l’atmosphère autour de lui. Piaro devint à ce moment une légende. Était-il devenu un saint épéiste, comme il l’avait toujours rêvé ?

Non. Piaro avait déjà jugé qu’il n’avait pas besoin d’une épée. Il avait accompli de grandes choses avec toute une gamme d’outils agricoles comme une houe, une faucille ou une binette. Il n’avait pas besoin d’être obsédé par le titre de saint épéiste.

[Un fermier légendaire est né !]
[Tous les fermiers du monde le respecteront et chanteront ses louanges !]

Cette fenêtre de notification à propos de l’apparition d’une nouvelle légende apparut devant chaque joueur connecté à Satisfy. D’un autre côté, Damien et Kraugel qui avaient assisté en direct à son évolution étaient perplexes.

Pourquoi un fermier ?

Piaro était un épéiste, mais il était devenu un fermier…

C’était stupéfiant, mais il était heureux alors qu’elle importance qu’il devienne un fermier ou un épéiste légendaire ? Il était très bien comme il était, pas besoin de s’embarrasser de titres.

« Étiez-vous également dans ma situation… Pagma ? »

Le grand épéiste qui était devenu un forgeron légendaire, Pagma. Le fermier sourit à cette idée. Un fermier était une existence suprême : qu’il laboure un sol, et ce sol devenait fertile. Qu’il manie ses outils, et il pouvait détruire des centaines d’ennemis.

Les nouvelles légendes de Satisfy étaient un forgeron et un fermier.

 

***

 

Ah, ah… Bordel, j’ai du mal à bouger. »

Le désert la nuit était assez froid pour geler leurs os. Les survivants de la Guilde Dorée traversaient le désert, le moral à 0.

Nous avons été frappés par un fermier.

Ils ne vont pas nous poursuivre, hein ?

La crainte et la confusion qu’ils éprouvaient après cette expérience surréaliste pesaient de plus en plus lourd sur eux, et ce désert infini les rendaient nerveux.

Kuwaaah !

Kyaooooh !

Des vers géants et des grenouilles du désert apparaissaient sans cesse.

« Bordel… ! Si seulement le Maître était là ! »

La Guilde Dorée parvenait à peine à vaincre un ver géant. Les monstres de l’Ouest étaient trop puissants pour des joueurs dont le niveau était inférieur à 230. Ils réalisèrent une fois de plus à quel point Seuron était fort. Quel genre de monstre était ce fermier pour le tuer… ?

« Restez vigilants, ou nous allons tous être massacrés ! »

Les membres de la Guilde Dorée souhaitaient ardemment survivre. Ils se battirent continuellement en serrant les dents, mais certaines choses ne peuvent être surmontés avec les efforts seuls. Au bout du compte, moins de 100 d’entre eux survécurent jusque-là, et les survivants n’avaient quasi plus de vie, d’endurance et de mana.

Où s’étaient-ils fourvoyés ? Pourquoi une des plus puissantes guildes de Satisfy devait souffrir ainsi ? Alors que tous sombraient dans un profond désespoir, quelqu’un murmura :

« On ne devrait pas toucher Grid… »

« … »

Les membres de la Guilde Dorée ne l’avaient même pas vu, mais il était la cause de leur malheur. Il étendait son emprise, et c’est pour cette raison que les sept guildes ont éprouvé le besoin de le contenir et d’envahir Reidan.

Et voilà le résultat, ils s’étaient fait exploser et ils craignaient davantage encore Grid. Les guildeux ne voulaient même plus voir un G en peinture, et ils jurèrent plusieurs fois qu’ils ne l’approcheraient plus, même de loin.

Kuooooh !

Quelque chose d’énorme apparut dans le ciel. C’était une wyverne rouge.

« Non mais… ! »

Les membres de la Guilde Dorée étaient complètement épuisés et à présent, une wyverne pointait le bout de son museau.

« Restez en formation ! »

« Aaaargh ! »

Kwa kwa kwa kwang !

Les wyvernes avaient perdu de leur majesté depuis l’arrivée de Noé, mais elles étaient encore considérées comme les plus puissants familiers. La wyverne dans le ciel cracha du feu et fit rougir le sable du désert. Trois hommes apparurent devant les malheureux, qui hurlaient dans l’océan de flammes. Ces trois hommes, la Guilde Dorée les connaissaient bien.

« Ces bâtards sont déjà sur le chemin du retour, après avoir détruit Reidan ?

Un homme chauve et désemparé rougit sous l’extrême colère qu’il éprouvait, en brandissant sa hache vers les survivants.

« V-Vantner… ! »

Le chevalier gardien n°1 de son classement. Un monstre qui se targuait d’être un tank absolument extraordinaire, et qui était aussi fort qu’un ogre. Il se protégea des attaques de la Guilde Dorée avec un bouclier, puis il les massacra avec ses haches jumelles.

La puissance destructrice du Maître des Bêtes Toon était plus terrifiante encore.

« Vous avez osé vous attaquer à notre ville ! À la ville de Grid ! »

Les lames d’assassin à ses poignets devinrent sanglantes en un rien de temps. Les membres de la Guilde Dorée étaient faussement accusés, et ils auraient moins trouvé cela injuste s’ils avaient pu réduire Reidan en cendres. Mais ils n’avaient même pas pu y entrer, alors la détruire… Ils avaient été vaincus par des fermiers et s’étaient enfuis avant même de pouvoir y mettre un pied ! Cependant, ils furent tout de même taillés en pièces car les trois hommes n’en savaient rien.

Les malheureux de la Guilde Dorée avaient besoin d’un sauveur, et ils cherchèrent partout avant d’en trouver un. Contrairement à Vantner et Toon, Huroi observaient la situation avec une expression plutôt calme. Il semblait être la seule personne rationnelle ici-bas.

Les membres de la Guilde Dorée lui demandèrent donc de l’aide.

« Huroi ! Épargnez-nous, s’il vous plaît ! Nous n’avons causé aucun dommage à Reidan ! »

« Nous réfléchissons beaucoup à nos actions ! Calmez les deux autres, s’il vous plaît ! »

Le mongol les fixa du regard, tout pleurnichant et suppliant qu’ils étaient, puis il dit :

« Vos parents devraient vivre une vie longue et heureuse. »

« Oof… »

C’était une ligne qu’il ne fallait pas franchir. On ne touchait pas aux parents. Les membres de la Guilde Dorée réalisèrent alors une chose.

Huroi était pire que Vantner et Toon.

 

 

Les derniers articles par Wazouille (tout voir)
OG Chapitre 252
OG Chapitre 254

Related Posts

8 thoughts on “[Bonus !] OG Chapitre 253

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com