OG Chapitre 254
OG Chapitre 256

EH OH, LET’S GO !

Un nouveau jour et un nouvel OG ! A demain pour la suite :3

 

 

Chapitre 255

 

La force était quelque chose de relatif.

La guilde Surstuffé était considérée comme étant un groupe d’élites, mais on pouvait malgré tout les classer par ordre de puissance. Et dans ce classement interne à Surstuffé, Lauel faisait partie du bas de tableau.

Grid, Pon, Regas, Jishuka, Faker, Euphémina, Toon et Vantner ; tous les plus forts étaient absents.

Quand bien-même…

Hao avait bel et bien tenu 5 minutes à 15 contre 1. 5 minutes et 3 secondes, pour être exact. C’était un exploit que même Pon ou Regas ne pouvait répliquer.

Ces deux-là auraient tué la moitié d’entre nous en 3 minutes, puis ils auraient fini par succomber.

Et si ça avait été Grid ?

… Nous aurions tous été massacrés en quelques minutes.

Le forgeron avait progressé à pas de géants depuis le raid du doppelgänger, tant et si bien que Lauel ne voulait même pas imaginer à quel point. Il fit claquer sa langue, puis il analysa Hao.

Cet homme est intelligent.

Transformé en demi-draconien, le chinois s’était pleinement servi de ses caractéristiques et du terrain désertique pour leur échapper. Il se servit ainsi d’Explosion de Flammes pour constamment provoquer des bourrasques de sable qui bloquaient la vue, et il évita les techniques létales en s’envolant.

Il s’était battu dans le seul et unique but de gagner du temps plutôt que de tuer ses ennemis. Sa persistance et la maîtrise dont il a fait preuve dans le maniement de la chaîne étaient électrisantes.

Alors que Lauel était plongé dans ses réflexions, Hao fut capturé par Ibellin. « Tuez-moi. » Dit-il fièrement. Il ne craignait pas la mort, d’autant qu’il était satisfait d’avoir permis à ses guildeux de fuir sains et saufs.

De leur côté, les membres de Surstuffé étaient complètement dépités. 15 personnes avaient été retenues par un seul type, piétinant leur fierté au sol.

« Vous n’êtes pas faibles, vous êtes même plus fort que les rumeurs le prétendent. Cependant, je suis tout simplement exceptionnel. » Les réconforta le chinois d’un air orgueilleux.

Ce n’était pas de l’arrogance, et il n’avait pas tort au fond. Ils étaient devenus plus fort qu’avant grâce à Piaro, mais… Hao les surpassait.

Hmmm…

Un sourire apparut sur les lèvres de Lauel qui, pourtant, avait pris cette défaite plus à cœur que quiconque. C’était lui qui avait mené le groupe, et il avait été fier jusque-là de ses stratégies.

Lui, le chef d’état-major, avait été incapable de s’occuper correctement de Hao. Il avait été tactiquement vaincu. Mais…

J’ai gagné.

Son sourire s’accrut davantage encore.

« La guilde Hadès n’a pas réussi à s’échapper. » Dit-il à Hao.

« Bah, pourquoi me mentir ? Ça n’a plus aucun intérêt. »

« Je ne mens pas. Vérifiez votre chat de guilde si vous ne me croyez pas. »

Un moment plus tard, le regard du chinois devint tremblotant.

« Espèce de… Qu’avez-vous fait ? »

« J’ai déduit la route qu’allait suivre votre guilde pour battre en retraite et j’ai laissé quelqu’un là-bas. J’ai également demandé au groupe chargé de massacre la Guilde Dorée de le rejoindre une fois leur mission accomplie. »

Cet autre groupe, c’était Faker qui s’était remis de son combat contre la guilde de Bondre, ainsi que la bande de Huroi. Les quatre hommes avaient intercepté la guilde Hadès à la frontière entre l’Empire et le Royaume Éternel.

« Bordel de… »

Hao été frustré. Quitte à mourir, ils auraient au moins pu emporter des ennemis avec eux ! Alors qu’il éprouvait du regret, Lauel lui fit une suggestion.

« Seriez-vous prêt à servir le Duc Grid ? »

« Quoi ?! »

Pourquoi le chef de l’une des sept guildes, qui se tenait au-dessus de milliards de gens, se mettrait au service de quelqu’un ? Et de plus au service d’un type sans intérêt, qui n’avait pour lui que sa classe légendaire ?

Il refusa donc. « Un dragon ne peut servir un chien. »

Tous les guildeux devinrent rouges de rage en l’entendant traiter leur maître de guilde de chien.

« Cessez de me faire perdre mon temps et tuez-moi ! »

Ibellin, qui avait été capturé et traîné par terre par ses chaines au cours de la bataille, était plus furieux que quiconque, et Lauel dût le retenir avant qu’il ne transperce le cœur du chinois du fil de son épée.

« Et si Grid prouve qu’il est le ciel et non pas un chien, le servirez-vous ? »

Lauel convoitait le chinois non pas simplement pour sa grande puissance, mais pour sa noblesse de cœur qui le fit se sacrifier pour ses hommes, ainsi que pour ses grandes aptitudes tactiques. La guilde Surstuffé, qui avait tendance à se focaliser sur la puissance individuelle, avait besoin de lui.

Le chinois renifla. « Il y a déjà un ciel. »

Le ciel dont il parlait était évidemment Kraugel, qu’un homme comme Grid ne saurait égaler.

« Très bien. J’ai hâte d’y être. »

« … ? »

Lauel le relâcha, à sa grande stupéfaction. Il ne comprenait pas où il voulait en venir.

« J’ai hâte d’être au jour où nous serons réunis. Je vais faire relâcher vos guildeux, ne vous inquiétez pas. »

« Je ne me mettrai pas au service de Grid, même si vous faites tout ça. »

« Le servirez-vous s’il prouve qu’il est le ciel, alors ? »

« Oui, mais… »

Comment un chien ou une vache pourraient devenir le ciel ?

« Observez-le bien. Vous verrez bientôt qu’il est le seul ciel. » Dit Lauel en souriant d’un air triomphant.

« … Ahah. » Rit Hao. C’était du fanatisme, à ce niveau. Il avait l’impression qu’il faisait partie d’une pseudo-religion fondée sur Grid. « Soit, je comprends, je l’observerai. »

Le chinois n’attendait rien du forgeron. Il accepta la faveur qu’on lui faisait et s’en alla aussitôt.

Ibellin, qui n’aimait pas du tout ça, demanda à Lauel : « Pourquoi les laisses-tu partir ? Ces enfoirés ont envahi Reidan sans raisons ! T’es dingue ou quoi ? »

« N’as-tu pas lu le rapport de Huroi ? D’après les témoignages des membres de la Guilde Dorée, Reidan est saine et sauve. Tu devrais réfléchir de façon pratique, plutôt que de te laisser emporter une rancune mesquine. »

« Et merde, tiens ! Et que se passera-t-il s’ils décident de frapper à nouveau. »

Les yeux bleus de Lauel devinrent glacials. « À ce moment, nous les tuerons, puis nous irons piétiner leur domaine. »

Il ne permettrait pas une nouvelle invasion, et si ce devait arriver… Il n’y aurait pas de pardon.

 

***

 

Le jour se leva sur les champs de Reidan, et il vit l’arrivée des membres de Surstuffé, qui se dirigèrent vers les fermiers en sueur. Lauel s’inclina bien bas devant Piaro. « Merci d’avoir sauvé Reidan. Je passerai le restant de mes jours à vous rendre l’énorme grâce que vous nous avez faite. »

« Ne vous en faites-pas, j’ai juste agi en fonction de la valeur des repas que vous m’offrez. » Rit Piaro.

« De la valeur de vos repas… »

Le prix du repas d’un fermier était de 73 pièces d’argent.

Reidan vaut 73pa… des sentiments contradictoires l’envahirent.

Il jeta ensuite un œil aux vastes champs alentours, où la récolte battait son plein. Du blé de bonne qualité était ramassé en grande quantité. Le peuple de Reidan allait bientôt pouvoir manger du pain, et ne plus manger que des patates.

Tout ça, c’était grâce à Piaro qui non seulement accomplissait le travail de 100 hommes, mais en plus ne cessait de trouver des sources aquifères et de rendre la terre vivante. Il n’était pas arrogant bien qu’il soit un grand épéiste, il accomplissait fidèlement son devoir, et il faisait preuve de respect.

« Cependant… J’ai entendu dire qu’il y avait beaucoup d’ennemis. Comment les avez-vous repoussés ? »

Lauel avait entendu le témoignage de leurs ennemis mais il n’y croyait pas, pour être honnête. Il y avait, parmi les envahisseurs, nombre de gens célèbres tels que Zibal, Seuron et Hao, et Piaro les aurait tous repoussé seul ? C’était impossible, à moins qu’il ne soit du niveau de Pagma ou de Müller.

Il n’est quand-même pas… Il ne pouvait imaginer que le message désignant ‘l’apparition d’un fermier légendaire’ désigne Piaro, qui cherchait à devenir un saint épéiste. Il n’était pas un fermier. Alors que la confusion le gagnait, l’ancien commandant des chevaliers rouges désigna trois fermiers du doigt.

L’un d’eux était Bland, et les deux autres portaient des chapeaux de paille, aussi ne pouvait-il voir leur identité.

« Ils m’ont aidé. »

« Ah bon ? »

Il y avait d’autres grands guerriers parmi les rangs des fermiers ? Lauel approcha d’eux, à la grande panique des deux fermiers qui fauchaient le blé à la serpette.

Je ne voulais pas te croiser… Pensa Kraugel, qui n’avait pas envie que les gens apprennent qu’il avait déjà passé deux semaines à travailler dans les champs. Ça ne manquerait pas de faire jaser. Du coup…

« Ma mère m’appelle, je dois y aller. Déconnexion. »

« … »

La déconnexion dûe aux parents était un phénomène qui terrifiaient bien des joueurs de Satisfy. Il y avait même des gens forcés de quitter le jeu parce que leur mère leur disait de passer à table ; ces gens-là finissaient par être bannis en liste noire et avaient bien du mal à trouver un nouveau groupe. Quoiqu’il en soit, Damien se retrouva seul.

« Eh ? Qui était-ce ? » Lauel fut très surpris de voir que la personne qu’il prenait pour un PJN s’était déconnecté. Un joueur travaillait en tant que fermier… ? Il tourna tous ses doutes et sa confusion vers le paladin.

« Qui êtes-vous et pourquoi travaillez-vous dans les champs ? »

« … »

Damien ne s’était pas préparé à affronter cette situation. Il était embarrassé d’avouer qu’il jouait les fermiers, tout paladin de haut rang qu’il était. Cependant, il changea rapidement d’avis.

Cet homme est le bras droit de Grid.

S’il lui expliquait pourquoi il devait rencontrer ce dernier, il devrait facilement lui arranger un entretien.

Suuk.

Damien enleva son chapeau de paille, et ses cheveux bleu sombre / violet attirèrent l’attention de Lauel.

Son regard trembla devant sa belle apparence. « V-vous êtes… »

Damien, une personne exceptionnelle qui avait atteint le sommet du classement des paloufs bien qu’il soit un paladin de Rebecca. Mais un jour, il disparut subitement du classement, et par conséquent la rumeur courut qu’il avait obtenu une classe secrète. Et c’était un otaku. Mais que faisait un personnage aussi célèbre dans leurs champs ?

Damian salua d’un air gêné un Lauel qui en resta sans voix, ainsi que les autres membres de la guilde.

« Salut. »

« … »

 

 

Les derniers articles par Wazouille (tout voir)
OG Chapitre 254
OG Chapitre 256

Related Posts

8 thoughts on “OG Chapitre 255

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com