TheDAB : Chapitre 2

TheDAB : Chapitre 1
TheDAB : Chapitre 3

Chapitre 2

Pas de secte pour moi !

 

Toujours assis par terre, Shi Kun se sentait vibrer et trembler comme si deux gigantesques mains le secouaient de droite à gauche. Rapidement, ses idées devinrent plus claires tandis que l’alcool fut drainé de son cerveau, puis de tout son corps ; jusqu’à la moindre goutte d’alcool se ruait au travers de ses vaisseaux sanguins.

Leur destination ? Son dantian !

Cette lumière argentée se répandant en même temps et en suivant le même chemin, comme si elle était étrangement liée à l’alcool qui disparaissait mystérieusement de son corps, absorbé… ou transformé en quelque chose qu’il ne comprenait pas.

Cela dit, Shi Kun restait le fils d’une puissante famille de cultivateurs et possédait dans ses gènes l’instinct d’un nombre incalculable de générations. Il sut instantanément ce qu’il se passait, et le fait de ne plus avoir la tête embrumée par l’alcool l’aidait beaucoup : son dantian était en train de changer !

Shi Kun avait, à de nombreuses reprises, observé son dantian. Il était évidemment un mortel car il ne pouvait pas cultiver mais l’héritage génétique de sa famille lui conférait après tout certaines facilités en ce sens. Il avait, un nombre gigantesque de fois, vu ce dantian malformé, dont la forme n’était absolument pas ce qu’elle aurait dû être… Il le savait fort bien et l’avait toujours fait par curiosité plus que par dépit ou en rêvant de devenir un cultivateur accompli.

« Un cultivateur a des obligations, et doit passer son temps à faire des efforts, à gagner en puissance et à se battre, même dans les grandes familles. Moi, je bois et je dors quand je le désire. » Voilà ce que Shi Kun se répétait à chaque fois qu’il pensait à ce qu’aurait pu être sa vie s’il était né avec un dantian complet et fonctionnel. Et ce n’était pas uniquement pour se voiler la face : il le pensait sincèrement.

Cependant, à ce moment, il fallait compter sur ce qui lui arrivait, et il n’avait absolument pas la liberté nécessaire pour continuer à penser de telles choses ! Il savait que son dantian était actuellement en train de passer par une phase de reconstruction sévère et même s’il en ignorait la cause, ça avait tout à voir avec l’alcool qui se transformait en lueur argentée dans son corps !

« Non ! Ai-je trop bu et mon corps a évolué en celui d’un dieu de l’alcool ?! Non ! Rendez-moi ma vie ! J’ai dit que j’arrêtais de boire demain ! »

Persuadé qu’il avait décidément consommé trop d’alcool dans sa vie et qu’il l’aimait bien plus que de raison, Shi Kun cria encore une fois vers les cieux, faisant vœu de sobriété. Mais ses efforts et les larmes qui lui emplissaient les yeux à ce moment furent aussi inutiles qu’un bol de soupe jeté dans l’océan !

Il continua tant et si bien à trembler qu’il finit par être obligé de se coucher en position fœtale de peur de se blesser. S’il avait su que ce n’était pas le monde qui tremblait mais uniquement l’intérieur de son corps, il aurait peut-être réalisé que c’était parfaitement inutile mais il laissa pour autant libre cours à ses instincts les plus basiques.

Il commença à ressentir une vive douleur, comme si une lame lui perçait les entrailles. Il n’était plus anesthésié par l’alcool et l’ivresse ne lui permettrait pas d’oublier. Shi Kun hurla en se tenant le ventre mais rien ne fit. Lorsque suffisamment de temps eut passé pour que brûle un bâton d’encens, il était déjà sur le point de sombrer dans la folie, à cause de cette douleur innommable et persistante qui lui déchirait les organes.

Au bout de quelques temps, il avait même cessé de se débattre et de rouler sur lui-même pour simplement perdre conscience, la bave aux lèvres. Juste avant de sombrer dans le néant, il eut tout de même une dernière pensée pour sa gourde d’alcool vide. Que n’aurait-il pas donné pour pouvoir la remplir et la vider d’une traite, à ce moment précis !

Après un temps indéfini, Shi Kun ouvrit les yeux. Toute trace de la douleur avait disparue et il se releva, assis dans sa ruelle comme si rien ne s’était jamais passé. Totalement sobre, il baissa la tête et souleva sa robe grise afin de vérifier que son ventre ne montrait pas de trace de blessure, ou même de cicatrices. Après ce qu’il avait vécu, il aurait pu croire n’importe quoi.

« Je n’ai rien… Je n’ai rien ! » Shi Kun éclata de joie et un immense sourire déchira son visage. « J’ai rêvé tout ça ! Ah ! Évidemment, qui pourrait croire que des théières tombent du ciel ! »

Il tâta tout de même son ventre encore et encore, en proie à un léger malaise dont il ne parvenait pas à définir la source.

« Après tout, l’alcool peut provoquer des rêves étranges. » Cherchant à se convaincre, il alla s’asseoir, presque plus par réflexe que par habitude, contre le mur au fond de sa ruelle. Il leva les yeux vers le ciel et soupira.

« Ah… Les nuages. Celui en forme de théière, je ne veux pas le revoir. Il n’annonce rien de bon. Même si ce n’était qu’un rêve, je ne veux pas qu’il soit de mauvais augure. » Il admira encore un peu les nuages qui défilaient à un rythme paresseux avant de se saisir de sa gourde d’alcool et de la lever vers sa bouche.

Mais de celle-ci ne sortit plus la moindre goutte. Pas même cette toute petite dernière qui signifiait qu’il était arrivé à bout de son contenu tout récemment.

« … »

Shi Kun laissa tomber la gourde par terre. Il voulait boire – après tout, il n’avait promis d’arrêter qu’en rêve – mais ça signifiait devoir se déplacer jusque tout là-bas pour en voler une autre. À condition qu’il le puisse. Il se sentait si mal, comme si les vertiges qu’il avait ressentis dans son rêve étaient toujours bien présents dans sa tête.

Soudain, ses yeux brillèrent. Pour une raison inconnue, une idée étrange lui traversa l’esprit. Sans dire un mot, il plongea son regard vers l’intérieur, jusqu’à pouvoir de façon naturelle observer son dantian.

« … ! »

Il ne parvint pas à exprimer son ressenti. Ce dantian, qu’il avait regardé des centaines de fois, n’était désormais plus le même. La forme étrange de haricot sauté qu’il arborait précédemment, avec les petites boursoufflures sur les côtés, avait changé pour devenir parfaitement ronde et plate. Un dantian parfait, bien formé, et en pleine possession de ses moyens.

« Je… » Shi Kun ne savait pas s’il devait rire ou pleurer à ce moment. Alors il fit les deux ; il pleura en riant nerveusement. Il n’avait jamais réellement rêvé de posséder un dantian normal car on lui avait toujours dit que les cultivateurs se mettaient toujours naturellement dans des situations étranges et parfois périlleuses, fatigantes par-dessus tout. Il ne voulait absolument pas se mélanger à ces personnes. Tout ce dont il avait besoin se trouvait là, dans la rue.

En même temps cela dit, peut-être pourrait-il alors retrouver sa famille, maintenant que son dantian était réparé, par un miracle étrange et incompréhensible.

« Haha… » Ricanant légèrement, Shi Kun balaya cette idée. Après tout, son père avait la puissance et la richesse nécessaires pour l’élever même s’il avait dû rester un mortel pour le restant de sa vie. Il l’avait tout de même jeté dehors, en proie au vent et à la tempête de la rue.

Shi Kun perdit son sourire. Il détestait son père pour ce qu’il avait fait. Il le détestait du plus profond de son corps, jusque dans ses os et son foie. S’il avait pu, il aurait rasé la totalité des bien de sa famille, dont il ne se considérait plus faire partie, afin que ce vieux fou comprenne la vie dans la rue.

Shi Kun passa plusieurs heures à observer son dantian. Rien ne changea, il était tel qu’il était, il restait tel qu’il restait. Il se rendit bien compte que désormais, il allait devoir faire avec. Peut-être pas dans l’immédiat – rester assis et se reposer était d’une importance capitale – mais il savait que plus tard, il ne pourrait pas le cacher à la vue des cultivateurs les plus puissants. Ces derniers laissaient vivre en paix les mortels au dantian bien trop faible pour cultiver et ne leur cherchaient jamais de noises mais s’ils apercevaient le dantian de Shi Kun si puissant grâce à son héritage ancestral, ils ne manqueraient pas de le maltraiter à la moindre occasion pour prouver leur supériorité.

« Je crois que je ne vais pas avoir le choix. » Shi Kun réalisa après une mûre réflexion qu’il avait une possibilité de choix. Après tout, il pouvait désormais cultiver, et entrer dans l’une des sectes de la ville. Ainsi, il ferait d’une pierre plusieurs coups : il serait nourri gratuitement, il serait dans une moindre mesure à l’abri des cultivateurs qui voudraient le regarder de travers et…

« J’ai entendu que dans cette secte en particulier, on ne demande pas aux cultivateurs d’effectuer des missions. Seulement après avoir atteint un certain niveau sont-ils obligés de mettre la main à la pâte. » Évidemment, ce qui intéressait Shi Kun n’avait rien à voir avec la puissance et la cultivation. Ce qu’il voulait, c’était avoir un endroit ou paresser en toute sécurité !

« Aussi longtemps que je ne cultive pas jusqu’au troisième niveau de la maîtrise du qi, je ne devrais pas être embêté par l’administration de la secte. » Fier de son raisonnement, Shi Kun resta encore assis là un moment à cause d’une flemme un peu trop avancée avant de finalement soupirer et se lever, les yeux emplis d’une fatalité imbattable.

Il se rendit bien rapidement jusqu’à l’est de la ville ; grâce à un cultivateur rencontré en chemin et à qui il mendia un peu de bon cœur, il n’eut besoin que de quelques heures pour atteindre sa destination.

« Merci, exalté, merci. » Shi Kun s’inclina malgré sa réticence à faire des mouvements inutiles, afin de signaler au cultivateur-taxi qui venait de le déposer qu’il lui en était reconnaissant.

« Ah, ne t’en fais pas. Il s’agit de ma secte de toute façon, j’allais par là. » Le cultivateur anonyme fit un mouvement de la main pour montrer à quel point il se fichait d’être remercié avant de tourner les talons et repartir en avant dans un nuage de fumée.

Il passa la grande porte de la secte et Shi Kun le regarda disparaître ainsi.

Cette porte était vraiment immense. Elle faisait au bas mot trente mètres de haut ! Bâtie de pierre bleue, son arche recouvrait deux lourds battants de bois qui pouvaient être refermés à n’importe quel moment.

Au sommet de l’arche et des deux côtés de la porte étaient gravés des mots à la vue de tous :

Secte de la Porte Azure !

« C’est ça ! » Shi Kun sourit largement. Il était arrivé exactement où il le désirait. Dans la secte de la Porte Azure, il savait qu’il pourrait trouver refuge tant qu’il possédait un dantian assez puissant pour faire de lui un cultivateur. Il connaissait leurs règles : avant le 3ème niveau de la maîtrise du qi, on ne demandait pas aux nouveaux venus de remplir la moindre tâche, ou de partir en mission !

« Héhé… C’est vraiment l’endroit rêvé pour moi. Je vais rester bloqué avant le 1er niveau de la maîtrise du qi pour le reste de ma vie ! Ainsi, d’après leurs règles, je ne serai jamais sollicité, je serai tout de même nourri et bénéficierai de la protection liée au statut de membre de secte ! » Shi Kun prit une profonde respiration, bomba le torse et s’avança de son pas le plus assuré en direction du disciple qui montait la garde devant la porte majestueuse.

« Eh ! Salutations ! » Shi Kun fit de son mieux. Il s’inclina en faisant claquer ses mains l’une contre l’autre, se montrant excessivement poli envers le garde. Ce dernier tourna les yeux vers lui et hocha simplement la tête.

« Salutations. Que désires-tu ? » Il n’avait pas l’air particulièrement heureux, mais ne montrait aucun mécontentement non plus ; on aurait dit qu’il se contentait de faire son travail de façon machinale.

Shi Kun n’y alla pas par quatre chemins.

« Je veux entrer dans cette secte. » Il se frappa sur le ventre en souriant, « je viens de guérir et je peux maintenant cultiver ! »

Persuadé que son argument allait faire mouche, il attendit la réponse du garde. Shi Kun savait ce qu’il en était des rivalités entre les différentes sectes de la ville, situées aux quatre points cardinaux, et était alors persuadé qu’aucune d’entre elle ne refuserait jamais un disciple. Mais au bout de dix respirations, le garde était toujours en train de l’examiner des pieds à la tête, le visage sombre et hésitant.

« Quel est ton âge ? » Finalement, lorsqu’il ouvrit la bouche, ce fut pour poser cette simple question. Shi Kun fut pris au dépourvu et cligna des yeux plusieurs fois avant de réussir à émettre un simple son.

« Eh ? »

« Ton âge. Je te demande quel est ton âge. » Le garde fit claquer sa manche devant lui afin d’appuyer ses mots. Il fronça légèrement les sourcils face à l’incompréhension évidente de ce nouveau-venu.

« Je… Eh, j’ai quinze ans. » Shi Kun adopta un ton insistant en répondant, comme s’il s’agissait d’un argument imparable. C’était après tout la simple vérité, quoi qu’il arrive.

Le garde secoua la tête d’un air désolé.

« Je vois que tu n’as pas encore éveillé ton Dao, tu n’as pas atteint le 1er niveau de la maîtrise du qi, et tu as déjà quinze ans ? Je peux comprendre en t’entendant que tu as eu un passé difficile et que tu viens de guérir, mais les règles sont strictes… Il faut avoir douze ans au maximum pour rejoindre la secte à ton niveau ! »

Choqué, Shi Kun recula de deux pas, comme s’il venait de se prendre une claque monumentale.

« Je… Je… Mais… »

Dans sa tête défila une scène : il se voyait déjà dans la rue, harcelé par des cultivateurs anonymes simplement parce qu’il possédait un dantian en parfait état et allait être pris pour un faible cultivateur sur lequel on pouvait passer sa colère. Shi Kun secoua la tête et refusa l’explication du garde. Mais que pouvait-il y faire ?

Voyant son air dépité, le garde de la secte, qui n’était qu’un disciple dont c’était la mission actuelle, se gratta l’arrière de la tête et reprit la parole.

« Écoute… Je ne peux rien faire pour les règles mais… Si tu veux, je t’invite à la taverne, ce soir ? On ira boire ensemble. Je t’offre un verre pour me faire pardonner de t’avoir mis dans l’embarras. »

Exalté par ces mots, Shi Kun hocha immédiatement la tête, des étoiles dans les yeux. Il s’était arrêté aux mots « Je t’offre un verre ».

Raka

Mélange satyrique de Daria et Docteur House, élevé à grands coups de Fluide Glacial pendant un peu trop longtemps, le cynisme n'est égalé que par l'excès d'humour noir et de sarcasme quotidien dont je fais preuve.
Mais on s'en fout, pas vrai ?
Raka

Les derniers articles par Raka (tout voir)

TheDAB : Chapitre 1
TheDAB : Chapitre 3

7 Commentaires

  1. DarkramDarkram

    Merci pour ce chapitre.

    Répondre
  2. noname.exenoname.exe

    Merci pour le chapitre

    Répondre
  3. HinomuraHinomura

    Merci pour le chapitre

    Répondre
  4. GoblesGobles

    Merci pour ce chapitre

    Répondre
  5. DaguaDagua

    Second chapitre je sens que ça va être cool !! Va t’il simplement passer au 2ème ou au 3ème niveau rien qu’en picolant ? Je suppose qu’il va se passer quelque choe 🙂 vite le 3ème chapitre !!

    Répondre
  6. Aximili

    Merci pour le chapitre !

    Répondre
  7. gutsguts

    Merci pour le chapitre

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com