TheDAB : Chapitre 20 Bonus

TheDAB : Chapitre 19 Bonus
TheDAB : Chapitre 21 Bonus

Antoine en veut encore plus, il a pas encore eu sa dose du jour !

Merci à lui !

Tournée générale !

 

Chapitre 20

Les nouvelles robes

 

Après avoir erré pendant plusieurs heures, Shi Kun se retrouva près de la demeure de Shao Kang. Cela faisait plusieurs fois qu’il y venait et il commençait à se retrouver dans ce dédale de ruelles presque toutes identiques.

Shao Kang n’était pas chez lui. Peut-être de garde de jour à la porte de la secte, ou parti pour une raison quelconque. Après tout, il restait un disciple de la secte et devait cultiver, lui aussi, pendant son temps libre. Il n’avait pas besoin d’effectuer des missions parce qu’il travaillait comme garde de la porte.

« Si j’étais obligé d’effectuer des missions, je ferais garde de la porte aussi. C’est facile et pas très fatigant. » Shi Kun hocha la tête d’un air persuadé. « Mais pour le moment, il faut que je trouve ce petit lieu agréable qui deviendra mon chez-moi. Tout d’abord, il me faut un jardin. »

Après tout, ces maisons n’étaient pas grandes et le sentiment oppressant y était intense. Dormir dans un endroit si petit alors qu’il pouvait y avoir un jardin à proximité, avec la lune et les étoiles comme compagnons ?

« Hah. »

Après avoir fait le tour du quartier à plusieurs reprises, Shi Kun repéra un terrain vague sur lequel se trouvait un cabanon en bois vermoulu, qui menaçait de s’écrouler à la moindre tempête.

« C’est parfait. » En réalité, s’il y avait pu n’y avoir qu’un simple mur contre lequel s’adosser, Shi Kun aurait été tout aussi satisfait. Bien sûr, personne ne voulait de cet endroit et il n’eut aucun mal à en faire sa propriété personnelle. Il lui suffit de se saisir du médaillon et de faire tourner sa base de cultivation pour y injecter un peu d’énergie spirituelle, chose qu’il savait étrangement faire de façon naturelle, comme si le passage vers le 1er niveau de la maîtrise du qi le lui avait implanté dans la tête.

Le médaillon vibra et se dissout entre les doigts de Shi Kun. La périphérie de la propriété se mit à luire d’un beau blanc immaculé avant de redevenir paisible. Désormais, Shi Kun le savait, ce terrain vague était son domicile. Chez lui.

Auparavant, il avait élu domicile dans une ruelle et l’avait traitée comme son lieu de vie. Même les autres mendiants de la ville, les commerçants et certains passants habitués considéraient cette ruelle comme appartenant à Shi Kun. En réalité, il ne possédait aucun droit sur ces lieux et si quelqu’un avait décidé de l’en chasser, il n’aurait eu d’autre choix que de partir.

En revanche, sur ce terrain vague dans cette secte qui l’avait accueillie à bras ouverts – ou presque, il était chez lui. C’était son domicile, personne ne pouvait désormais prétendre le contraire, estimer avoir plus de droits que lui ou l’en chasser. Seuls des anciens ou le patriarche possédaient de tels privilèges et il leur fallait une bonne raison pour ça.

« Chez moi… » Shi Kun ne réalisait pas encore tout à fait. Peut-être qu’après avoir passé une nuit chez lui, ce serait plus clair dans sa tête, mais pour l’heure, il avait un peu l’impression d’être un étranger dans un lieu qu’il devrait rendre un jour ou l’autre. Pourtant, il avait décidé d’y passer le reste de sa vie et il savait bien qu’il finirait par s’habituer à ce sentiment chaleureux.

« Hmm… Le terrain est grand, je ne comprends pas que personne ne l’ait choisi avant. La cabane miteuse, peu importe. Dans le meilleur des cas, elle ne me servira qu’à ranger des choses. À moins que je puisse recevoir une sacoche spirituelle comme celle du patriarche… »

Posséder un tel trésor serait réellement une chance inouïe. Après tout, il s’agissait d’un petit sac porté en bandoulière sur le côté de la hanche et qui pouvait contenir plusieurs mètres cube d’objets en tout genre. Shi Kun avait même entendu que certaines sacoches plus rares possédaient des contenances encore plus grandes.

« Hmm, ne rêvons pas. Il s’agit de trésors. Je suppose que même dans une grande secte, il faut les mériter. » En prononçant ces mots, Shi Kun eut une idée.

« J’ai créé un Dao légendaire. Je suis un génie. On m’offrira sûrement une sacoche spirituelle ! » Il se voyait déjà ranger tout un tas de bouteilles d’alcool à l’intérieur, toujours prêtes en cas de soif intense.
« Mais où dois-je aller pour en réclamer une ? »

Il tenta alors de se remémorer ce que lui avait dit ce disciple qui lui avait fait une visite guidée, quelques jours plus tôt. Shi Kun se rendit vers un endroit que celui-ci avait décrit comme un bâtiment administratif, persuadé qu’il s’agissait là du lieu où il pourrait obtenir ce qu’il désirait.

Au bout de quelques temps de marche, Shi Kun arriva en vue de ce qu’il cherchait. Un immense pagode dans laquelle travaillaient des anciens divers et variés, tous affectés à des tâches tout aussi hétéroclites. Il fallait savoir, et Shi Kun l’avait appris lors de cette visite guidée, que tout disciple atteignant le stade de l’Établissement des Fondations et ayant rendu un grand service à la secte pouvait, s’il le désirait, devenir un ancien et travailler dans la section de son choix, si le patriarche le permettait.

Shi Kun entra dans le bâtiment et vit immédiatement un type relativement vieux, dont la barbe et les cheveux blancs se confondaient en une masse albâtre. Celui-ci émettait une aura écrasante, Shi Kun ne pouvait clairement pas jauger la différence qu’il y avait entre eux. Il s’agissait assurément d’un ancien de l’Établissement des Fondations.

Shi Kun s’avança vers lui et s’inclina, les mains rassemblées devant lui.

« Salutations, Ancien. » Sans un mot de plus, il leva légèrement les yeux afin d’observer la réaction de l’ancien. Ce dernier hocha la tête et Shi Kun sentit qu’il étendait ses sens spirituels afin de scanner la base de cultivation de ce jeune disciple qui se présentait devant lui.

« Que désire ce disciple ? » L’ancien demanda simplement ce qui amenait Shi Kun en ces lieux après avoir confirmé son identité : un disciple de la secte de la Porte Azure du 1er niveau de la maîtrise du qi. « Je vois que ce disciple a tout juste commencé à arpenter la voie du Dao ? Je suppose que tu veux quelques robes de la secte ? »

Shi Kun hocha la tête. En entendant ça, il se rendit compte qu’il était toujours habillé comme un mendiant mortel ; désormais, il faisait officiellement partie de la secte de la Porte Azure et même s’il se fichait de son apparence, les règles lui imposaient de se vêtir d’une robe de cultivateur.

« Ce disciple a pris du retard à la suite de problèmes de santé, et vient tout juste de créer son Dao. En plus des robes de notre secte, ce disciple aimerait obtenir une sacoche spirituelle afin de l’aider dans ses efforts sur la longue route de la cultivation. » Sans honte aucune, Shi Kun demanda qu’on lui fournisse une sacoche spirituelle. Il attendit tout d’abord que l’ancien réponde à sa demande avant d’en préciser plus.

Et évidemment, il lui répondit.

« Hm… Ça… Tu es nouveau et n’es sans doute pas familier des règles de la secte. Une sacoche spirituelle est un trésor et se mérite. Lorsque tu commenceras à remplir des missions, tu gagneras des crédits. Tu pourras alors t’en servir pour acheter des ressources de cultivation comme du thé spirituel, des plantes spirituelles rares ou comme tu le souhaites, une sacoche spirituelle. »

Shi Kun ne fut cependant pas pris au dépourvu. Il se doutait que ça n’allait pas être si simple, sinon ces objets ne seraient pas considérés comme des trésors. Il avait sincèrement la flemme de continuer à argumenter mais son désir était plus fort et il poussa un peu sa volonté au-delà de son niveau habituel.

« Hm… Ancien… Je… J’ai créé un Dao légendaire, je reviens tout juste d’une réunion privée avec le patriarche devant son bassin… Je pensais que je… »

« Hmpf… ?! » L’ancien manqua de s’étouffer et se mit à rire sans pouvoir se retenir. « Ha ha ha ha ha ! Lég… légendaire… ! Je dois avouer que tu as de l’humour, mais surtout du cran pour oser prétendre être un tel génie ! Allons, allons… De plus, le bassin du patriarche sur sa montagne privée ? Ha ha ha… Ha… Oui, elle était vraiment excellente ! Mais pour une plaisanterie, tu en fais un peu trop ! »

Il s’essuya le coin de l’œil avant de reprendre plus calmement.

« Mais pour rester sérieux, les règles sont les règles. Pour être franc, même si tu avais réellement créé un Dao légendaire et que tu étais devenu un ami proche du patriarche, même lui ne peut pas te permettre de transgresser les règles. Vois-tu, disciple, il existe dans le marché une formation spéciale dans laquelle tu peux échanger tes crédits contre tout ce que j’ai cité précédemment. Nous nous pouvons faire autrement. »

« Oh… » Shi Kun se sentit déçu mais comprit qu’il ne pouvait rien y faire. Puisqu’il fallait des crédits pour obtenir une sacoche, alors il allait devoir faire une croix dessus. Après tout, il était hors de question de participer à ces missions nécessaires au gain de crédits.

« Bien. Je comprends. Merci, Ancien. » Shi Kun s’apprêtait à faire demi-tour pour rentrer enfin se reposer chez lui lorsque l’ancien le rappela à l’ordre.

« Tu oublies tes robes. » Shi Kun tourna la tête et se rendit compte qu’il allait effectivement partir sans. L’ancien venait de tapoter sa sacoche spirituelle, attisant légèrement la jalousie de Shi Kun et en sortit cinq robes blanches et azures, qu’il lui tendit.

« Voici. Désormais, tu fais officiellement partie de notre secte. Tâche de lui faire honneur. »

« Lui faire honneur ? » Shi Kun ne put s’empêcher de répéter les derniers mots de l’ancien. Il n’en pensait pas grand-chose mais l’ancien lui répondit tout de même.

« Marche fièrement sur la voie de la cultivation en suivant le Dao que tu as choisi de suivre, et lorsque le moment viendra de comparer ta puissance et ton expérience, montre que tu portes haut le nom de notre secte de la Porte Azure ! »

« Hmmm… Comparer puissance et expérience ? N’est-ce pas un peu trop… un peu trop ? Pourquoi vouloir comparer ? Je me fiche pas mal des autres. » Shi Kun haussa les épaules, peu concerné par des comparaisons futiles.

« Oh… Crois-moi, jeune disciple, il arrivera un moment où tu seras obligé de le faire. Nous ne sommes pas la seule secte de la ville, et tu n’auras d’autre choix que rencontrer d’autres disciples dans des circonstances pas toujours amicales. »

« Quoi ? Mais pourquoi ? » Shi Kun ne comprenait pas cette obligation. Pourquoi les rencontrer de la sorte ? Au-delà du fait que cet ancien prétendait la chose inévitable, pourquoi devrait-ce forcément être inamical ? Ne marchaient-ils pas tous de concert sur la grande route de la cultivation ?

« Pour plusieurs raisons. » L’ancien continua calmement son explication, tel un enseignement. « Les ressources ne sont pas illimitées, les désirs des cultivateurs le sont. Pour progresser, il faut se battre. C’est ainsi. Mais ce n’est pas la seule raison… Au-delà des relations insignifiantes entre cultivateurs, il faut savoir regarder les choses comme un grand tout. Progresser et nourrir des rivalités permet de renforcer la cultivation générale de notre préfecture. Comprends-tu ? »

« Oui. » Shi Kun saisit le fond de la pensée de l’ancien. Ou plutôt, il le lui sembla. « Alors ce sont des rivalités saines… Il ne s’agit pas de tuer ou être tué, n’est-ce pas ? Le monde de la cultivation n’est donc pas ce qu’il me semblait, violent et empli de sang et où la mort peut frapper à chaque instant. C’est une bonne chose, vraiment. »

L’ancien ouvrit des yeux interloqués. Comment pouvait-on être aussi naïf ?

« Tu comprendras bien assez tôt le sens de mes paroles, disciple. Pour l’heure, tu dois faire honneur à notre secte et cultiver le Dao que tu as choisi. Ha ha… Légendaire… »

Shi Kun attrapa les vêtements en s’inclinant et s’en alla après avoir une nouvelle fois présenté ses respects à l’ancien, qui le regarda s’éloigner en souriant.

« …Légendaire… Elle était bien bonne. »

 

**

 

Après avoir déposé les robes de la secte dans la petite cabane sur sa propriété, Shi Kun en enfila une et tourna la tête dans tous les sens pour la comparer à ses anciens vêtements gris et usés.

« Ouah, je suis magnifique. Un vrai tombeur. Si les autres voyaient ça… » Il s’imaginait déjà leur donner à chacun une robe neuve mais il savait qu’il ne pouvait pas. Après tout, ils ne faisaient pas partie de la secte et n’étaient que des mortels. Leur offrir ces robes n’aurait attiré que des ennuis pour tout le monde et tant qu’il pouvait s’en passer, Shi Kun n’allait pas faire le difficile.

Cependant, rien ne l’empêchait de quitter l’enceinte de la secte et d’aller se pavaner auprès d’eux. Maintenant qu’il était officiellement un disciple de la secte de la Porte Azure, il ne craignait plus de se faire harceler à l’extérieur. Des disciples qui voudraient le maltraiter y réfléchiraient à deux fois : attiser la vengeance de disciples plus puissants désireux de protéger leur junior ne valait pas quelques instants de plaisir.

Aussi, Shi Kun sortit-il de la secte par la grande porte sous le regard ébahi de Shao Kang, qui n’eut même pas l’idée de l’arrêter pour le saluer. Ce ne fut qu’après quelques instants qu’il secoua la tête.

« N’était-il pas dans la Pagode du Dao depuis trois jours… ? Ai-je rêvé, n’est-ce pas lui ? »

Shi Kun arpenta ainsi les rues de la partie est de la ville, le menton relevé et la mine fière, en direction de la ruelle où il savait qu’il allait trouver ses vieux amis.

Raka
Les derniers articles par Raka (tout voir)
TheDAB : Chapitre 19 Bonus
TheDAB : Chapitre 21 Bonus

Related Posts

6 thoughts on “TheDAB : Chapitre 20 Bonus

  1. Merci à Antoine pour ce don et merci à toi pour ce chapitre. Faut croire que ton nouveau LN est victime de son succès si on se réfère aux nombres de chapitres bonus sortis récemment :p.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com