TheDAB : Chapitre 44
TheDAB : Chapitre 46

Chapitre 45

Condamné pour l’éternité – ou presque

 

Combien de temps ? Combien de temps ai-je passé là, seul et immobile ? Perdu dans mes propres pensées et dans mes regrets ?

Des années ? Non. Des millénaires serait plus juste. De nombreux millénaires. Dix ? Peut-être vingt ? J’ai perdu la notion du temps qui passe.

Et puis quel serait l’intérêt de l’avoir conservée ? Je suis scellé ici à tout jamais, pour une raison que j’ignore aujourd’hui, oubliée dans les méandres du passé. Je ne me souviens pas de ma naissance. Je ne me souviens pas de ma croissance. Je me ne souviens même pas du moment où je suis arrivé sur ce plan. Oui, il y a là des cultivateurs faibles et que je pourrais facilement contrôler, je m’en rappelle maintenant.

Mais à quoi bon rêver ? Je suis bloqué ici, dans une formation que même moi, je ne peux briser. Enfermé dans une pierre, condamné à ne plus voir la lumière du jour.

Mon énergie ? Mon sens spirituel ? Combien de fois ai-je déjà tenté de l’étendre jusqu’hors de ce ridicule royaume dimensionnel ? J’ai perdu le compte également. Pourtant, je pourrais facilement couvrir le monde entier de ma conscience. Alors pourquoi faut-il que je sois ici, totalement immobilisé depuis des éons, à peine capable d’observer ce qui se passe à quelques pas de moi ?

Cette formation est réellement contraignante. C’est la pire chose qui me soit arrivée. Elle est capable de bloquer une créature telle que moi. C’est inconcevable. Il ne devrait pourtant pas y avoir de cultivateur aussi puissant que je l’étais, que je le suis. Pas dans ce monde, c’est impossible.

Oui, encore une fois, je pense à ça. De ça aussi, j’ai perdu le compte. Je ne sais combien de fois je me suis posé les mêmes questions, combien de fois j’ai dormi et me suis éveillé avec ces interrogations me rongeant l’esprit.

Il s’est sacrifié afin de me sceller, mais même consumer sa vie n’aurait jamais dû lui permettre de me sceller de la sorte. Je pense que je le respecte pour ça. Je le hais, et je le respecte. C’était un grand cultivateur, le plus puissant du monde, je le sais, je l’ai senti à cette époque. Le seul à peu près capable de me tenir tête sans mourir rapidement.

Il était empereur, il me semble ? Oui, ce devait être ça. Empereur. Simple empereur de ce monde de cultivateurs. Ce n’était pas quelque chose de terriblement puissant face à moi… Même s’il était le plus avancé de ce monde, il lui était impossible de m’égaler.

Et il a réussi à me sceller ici, dans une formation qui ne donne pas signe de faiblesse même après tout ce temps passé à attendre. Au départ, je l’avoue, je comptais dessus. La détérioration dans le temps. Il suffisait que cette formation perdre un peu de sa puissance pour que je puisse m’en tirer, je suis assez puissant pour ça. Et elle est toujours là comme au premier jour.

Pourtant, il n’était qu’empereur de ce monde, un simple cultivateur au stade du Seigneur Céleste. Qu’est-ce donc ? Le cultivateur le plus puissant que ce monde pouvait m’opposer était moins puissant que moi…

Je n’en peux plus.

Y repenser encore, me lamenter encore et maudire l’absence de logique de ces évènements est en train, finalement, de ronger mon esprit et ma conscience. Je sais que je ne suis déjà plus le même qu’il y a toutes ces années. J’étais jeune, naïf et tout-puissant. Je suis vieux et ai gagné une sorte de sagesse, même totalement coupé du monde. Ma base de cultivation ne peut pas progresser dans ce monde, encore moins dans cette pierre dans laquelle je suis coincé. Ma base de cultivation n’a pas progressé mais mon esprit est devenu plus clair, moins chaotique… plus pur.

J’ai eu le temps de penser, voilà pourquoi.

Je me souviens à peine d’un endroit qui n’est pas de ce monde. Une immensité où l’énergie spirituelle abondait des milliers, des millions de fois plus qu’ici ; est-ce de là que je viens ? Je ne m’en souviendrai jamais, cela fait bien trop longtemps. Et je m’en fiche aujourd’hui.

Tout ce que j’attends désormais, c’est la mort. La délivrance.

Je ne suis même pas capable de me l’apporter moi-même, immobile et incapable de donner un geste à ma volonté.

Une fois de plus, voilà que j’étends mon sens spirituel autour de ma prison de pierre. J’ai lu et relu ces mots des millions de fois. Pourquoi suis-je le mal ? Pourquoi me traite-t-on de la sorte ? Je ne cherchais qu’à survivre, à donner libre cours à mes instincts.

Est-ce parce que je ne suis pas un cultivateur ? Je n’arbore pas une forme humaine ? C’est pour ça, n’est-ce pas ? Parce que je ne suis qu’un ver, un ridicule ver, une créature à peine plus grande qu’un ongle humain ?

Ou est-ce parce que pour survivre et recréer mon espèce dont j’étais à priori le dernier représentant, j’ai cherché à contaminer et corrompre les cultivateurs de ce monde ?

Suis-je le mal… pour cette raison ridicule ?

Quels idiots.

Quels hypocrites.

Ne massacrent-ils pas d’autres créatures plus faibles, pour leurs besoins ? Ne se tuent-ils pas même entre eux, par simple orgueil ? J’ai eu le temps de l’observer jadis, et plus le temps passait, plus tout ça devenait évident. Est-ce que leur espèce mérite de vivre plus que moi ? Puisqu’ils prônent la loi du plus puissant, pourquoi se sont-ils levés contre la mienne ? J’étais si puissant, bien plus qu’eux tous. Plus puissant même que cet empereur qui m’a eu grâce à une technique que je ne comprends toujours pas aujourd’hui.

Alors je comprends qu’ils m’aient scellé. Je peux concevoir qu’ils aient pu tout faire pour assurer leur survie. Me tuer était impossible, ils n’avaient pas la puissance pour ça, alors ils ont fait ce qu’ils avaient de mieux à faire pour garantir la survie de l’être humain, mortel ou cultivateur.

Je peux le comprendre, oui. Mais pourquoi m’affubler alors d’un tel titre ? Le mal incarné ? Qu’ai-je fait de plus mal qu’eux ?

Oui, des hypocrites.

De plus, pourquoi avoir gravé ces mots dans la pierre ? Personne n’est venu ici depuis. Personne, à part moi, n’a posé les yeux sur cette pierre depuis que ces mots y ont été inscrits.

Oh, que je souhaite pouvoir sortir d’ici. Même si je dois en mourir, je veux le leur faire payer. Ils m’insultent en se croyant meilleurs que moi. Ce sont des menteurs, et ils se mentent à eux-mêmes par souci de confort personnel. C’est si simple de se fourvoyer afin de mieux dormir la nuit, n’est-ce pas ? Mais ce n’est pas si simple.

La vérité est là. Nous ne sommes que deux espèces différentes qui cherchons à survivre et à prospérer. Il me reste quelques milliers d’années à vivre, je le sens. Si je pouvais sortir, j’offrirai un avenir à mon espèce et j’en serai le roi. Que dis-je, le dieu. Je les contrôlerai tous jusqu’au dernier. Tous ces cultivateurs, tous ces mortels, ils seront tous une extension de ma conscience.

Après tout, telle est ma nature. Ne suis-je pas ce que cet empereur avait appelé un « ver neural » ? Une créature spirituelle dont le seul but était d’infecter les esprits afin d’en prendre le contrôle ?

Mais pourquoi suis-je à nouveau en train de divaguer ? Je ne peux sortir et je ne le pourrai avant la fin.

Rêver de les contrôler tous ? Oui, c’est peut-être tout ce qu’il me reste. Le rêve.

Je pourrais bien passer ces quelques milliers d’années avant la fin… à ne faire que rêver de ce qu’aurait pu être mon avenir et celui de mes enfants. Tous ces cultivateurs contrôlés par mes rejetons fidèles, parts de ma conscience et obéissant à ma volonté sans flancher.

… ?

Qu’est-ce donc ? Un mouvement près du vieux chêne, tout là-bas ?

J’ai dû rêver.

Combien de fois ai-je rêvé que ces lieux immobiles et inertes ne voient le mouvement naître et les animer ? Bien trop souvent. Et encore une fois…

…Quoi ? Encore ?

Il… il y a quelqu’un… ?

C’est une mauvaise plaisanterie ? Cette formation n’est pourtant pas faite pour ça. Elle ne m’a jamais fait le coup auparavant.

Mais non. Il y a bien quelqu’un ! Je vois un cultivateur au loin !

C’est une première… ! Et dire qu’il aura fallu tous ces millénaires pour ça !

Mais je ne suis pas stupide. Il s’agit d’un destin encore plus cruel que ce que je m’imaginais. Il n’approchera jamais de ma prison de pierre. Pourquoi le ferait-il ? C’est déjà un miracle qu’une âme humaine soit arrivée jusqu’ici.

Quelle tragédie. Il va sans doute bientôt partir et je ne peux rien faire pour l’attirer ici.

Ah ! Si je le pouvais ! Alors je pourrais contrôler son esprit et m’enfuir ! Mes rêves d’avenir seraient alors plus que des rêves. Une fois dehors, plus personne ne saurait m’arrêter ; je m’en assurerais, cette fois.

Oui ! Plus jamais je ne chercherais à les contrôler ouvertement, par orgueil et confiance en ma puissance. Je me souviendrais qu’il y avait un homme, un cultivateur capable de me tenir tête envers et contre le niveau de ma base de cultivation.

Je ferais en sorte que l’on n’entende plus parler de moi tant que mon empire ne serait pas établi.

Oui.

Le plan idéal. Personne ne serait capable de me détecter. Des cultivateurs si faibles ? Jamais. Pas même quelqu’un du niveau de l’empereur.

… ? Mais… il vient par ici ? Il… nage ?

Est-ce encore une cruauté du destin ?

Il semble que non ! Suis-je… Suis-je vraiment sauvé ?!

Vais-je enfin pouvoir conquérir le monde et tous les rabaisser au niveau qui est le leur ?! Créer mon propre empire, peuplé uniquement de mes propres enfants, tous logés dans l’esprit des humains ?

Mon rêve… Je ne sais quels dieux ou démons ont entendu mes prières, mais oui, il vient par ici ! Il a l’air décidé à fouler cette île du pied. S’il le fait… Alors je serai sauvé.

Sauvé ? Oui. Littéralement. Je me fiche pas mal de savoir qui il est, je peux sentir d’ici qu’il est presque aussi faible qu’un mortel. Sa cultivation n’a même pas de fondation. Comment est-ce possible ? Existe-t-il réellement une base de cultivation entre la mortalité et l’Établissement des Fondations ?

J’en suis perplexe.

Mais qu’en ai-je à faire ? Le voilà déjà. Le sort est jeté.

Je ne sais pas qui tu es, mais…

Merci.

Je n’ai plus qu’à étendre mon sens spirituel et… Oh, oui. Oui. Merci. Cette sensation, je l’avais oubliée. Réellement, je ne m’en souvenais plus. L’esprit humain, je… hm ?

Pourquoi ne puis-je pas pénétrer son esprit ? Quelque chose cloche chez ce cultivateur. Il semble posséder la faveur de ce monde. Un Dao légendaire ? Peu importe. Ce ne devrait pas me… Il y a autre chose. Mais quoi ? Je sens que…

…Qu’est-ce donc que ce trou noir ? Cherche-t-il à aspirer ce cultivateur ? Je ne peux le laisser faire !!

Hors de question !! Mon seul et unique ticket de sortie !!

Je ne peux le contrôler ?! Je… Une sacoche spirituelle ?

Je n’ai plus le choix ! Il faut que je m’y cache, le temps de comprendre ce qui me résiste encore dans son esprit. Je sens que je ne suis pas loin, j’y arriverai rapidement, mais pour l’heure… !

Alors, c’est tout ? Le ciel bleu, je l’avais oublié, lui aussi. Des murs, le sol. La civilisation. Et ce cultivateur, est-il inconscient ? Il dort. 

Je suis réellement à l’étroit dans cette sacoche spirituelle. Elle est incapable de contenir la totalité de ma conscience. Je ne peux pas étudier convenablement l’esprit de ce… Shi Kun ? Tel est donc son nom.

Hm ? Qu’est-ce donc que cette formation ridicule ? C’est elle qui m’empêche de me mouvoir à ma guise. C’est elle qui réprime ma conscience à ce point ?

Disparais, vulgaire formation. N’es-tu point du niveau de la Naissance de l’Âme ? Quelle facétie. Cela ne représente rien devant moi. Disparais.

Laisse-moi la place.

Maintenant, je suis à l’aise. Cette sacoche spirituelle est réellement vaste. Quel était l’intérêt d’en bloquer la majeure partie ? Encore une idée ridicule et stupide. Mais je suis à l’aise pour étudier l’esprit de ce Shi Kun, désormais.

Et je comprends. Il a consommé récemment un breuvage qui m’empêche, pour une raison que j’ignore, de passer la barrière de son esprit. Mais voilà qui est réglé : il suffisait que je le constate pour y remédier.

L’esprit humain est réellement… tout. Tout ce qu’il me faut. Shi Kun, tu vas devenir mon corps. Je vais devenir toi, et tu n’existeras plus lorsque le moment sera venu de détruire ton ego. Je te remercie une fois de plus pour ce que tu as fait pour moi.

Je suis libre, maintenant.

Mais ne suis-je pas dans une ruelle isolée ?

Oh, mais oui, voici déjà un passant qui s’égare. Un cultivateur ? Il est si faible. Comment ? Il me critique, parce que je dors dans la rue ? Il me traite de mendiant ? Qu’importe.

Je ne referai plus la même erreur. Je l’ai promis.

Il faut rester discret, il s’agit du maître-mot absolu. Rien ne sera plus important que la discrétion. Rien.

Il est seul. Parfait.

Prenons le contrôle de Shi Kun. Allez, ouvre les yeux, stupide enfant. Qu’il émane de toi ce qi… Oh, mon qi est vert ? Je l’avais oublié également.

Qu’il émane de toi ce qi, celui qui va donner naissance à l’un de mes descendants, copie sans intelligence de moi-même, m’obéissant en tous points. Oui, comme ça. Il faut que tu naisses dans son esprit. Cela prend un peu de temps. Combien, dix souffles, vingt ? Guère plus. Il est si faible et déjà sous mon contrôle, lui aussi.

Mais il ne faut pas que je m’égare. Discrétion absolue.

Voici tes ordres, copie stupide : ne jamais, jamais, entends-tu, jamais te montrer à quiconque qui pourrait te confondre par la suite. Infecte de tout ton cœur, mais ne te montre absolument jamais, à l’exception de la seule et unique condition où tu pourras infecter ta cible.

Et maintenant, va. L’esprit de ce cultivateur ne se souviendra jamais de toi ou de ce que tu lui fais faire.

Shi Kun, je vais te laisser t’éveiller et voyager, maintenant et tous deux, nous allons créer des copies stupides de moi-même partout où nous irons.

Lorsque ce monde sera contaminé, il sera mien.

Raka
Les derniers articles par Raka (tout voir)
TheDAB : Chapitre 44
TheDAB : Chapitre 46

Related Posts

17 thoughts on “TheDAB : Chapitre 45

  1. Merci pour le chapitre.
    Un chapitre angoissant ça change pas mal de l’atmosphère légère que l’on connait avec Shi Kun. Hâte d’en savoir plus 😀

    Si la créature a supprimé la limite du patriarche Shi Kun risque d’avoir accès à un tas de petites choses sympathiques ^^

      1. Il n’a jamais conscience de quand Shi Kun fait tel ou tel truc ? Et par curiosité, le ver vs le démon c’est qui qui gagne ?

        1. Il vit sur son plan de démons.
          Il ne sait pas ce que fait / où est Shi Kun tant qu’il n’est pas invoqué.

          Et par curiosité, le démon sous sa forme réelle il gagne à l’aise.
          En tant qu’invocation, il est pas beaucoup plus puissant que Shi Kun.

  2. Merci pour le chapitre !

    Shi kun a libéré un mal dépassant l’imagination ,ma foi,c’est des choses qui arrivent.

  3. merci pour le chapitre !
    ps : l’alcool empêche le contrôle mental ? si oui, faudrait être plus axé sur la bibine XD

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com