TheDAB : Chapitre 7

TheDAB : Chapitre 6
TheDAB : Chapitre 8

Chapitre 7

Anxieux ? Pour quoi faire ?

 

Le groupe de disciples que Shi Kun avait rencontré lui indiquèrent la direction de la zone d’habitations dans laquelle se trouvait la demeure de Shao Kang. Celle-ci était finalement très proche de la porte de la secte. En réalité, tous les disciples dont le travail était de la garder y vivaient afin de faciliter leur quotidien.

« Veux-tu que je t’accompagne ? » Alors que Shi Kun s’apprêtait à partir après avoir remercié et salué son nouveau bienfaiteur, ce dernier lui proposa de faire un bout de chemin en sa compagnie. Ce n’était pas comme s’il n’avait pas de préjugés envers les mendiants, mais quelque chose au fond de lui… lui disait que ce mendiant-là n’était pas un bon-à-rien comme les autres. Peut-être vivait-il dans la rue simplement à cause de malheurs dans sa vie et… et probablement ne trouvait-il simplement pas de travail afin de subvenir à ses besoins.

« Oui, ça doit être ça. Il est respectueux et a de l’honneur. Il ne peut pas être inutile comme tous les autres » Ce fut ce qui décida ce disciple à faire un bout de chemin avec lui afin qu’il ne se perdre pas une fois de plus.

Ils se mirent à discuter de choses et d’autres, et même si Shi Kun ne faisait essentiellement qu’écouter par flemme de parler, il ne manquait pas de retenir tout ce que lui disait son interlocuteur.

« Et par-là, tu as le pilier des souvenirs. Des milliers de noms y sont gravés régulièrement… Il s’agit de tous les disciples tombés au cours des missions. On ne les oublie pas… »

« Si tu vas un peu plus loin, derrière cette zone d’habitations, il y a la Pagode du Dao. Elle permet de définir son Dao avec précision lorsque tu atteins le 1er niveau de la maîtrise du qi. C’est important, ton Dao est personnel et va te suivre pendant toute ta vie. Il est adapté à toi, et même si tu peux en changer, un autre ne te correspondra jamais aussi bien… »

Ce disciple était fier d’expliquer la grandeur de ce qui faisait la secte de la Porte Azure à ce mendiant humain. Il ne se doutait absolument pas qu’il y était venu pour être recruté et il désirait simplement vanter un peu sa secte, pour que, lorsque Shi Kun retournerait en ville, il puisse dire à tous ceux qu’il rencontrerait à quel point elle était grandiose.

« Dans cette direction, on peut trouver la Fosse Interdite. On n’a pas le droit de s’en approcher. »

« Oh ? » Pour la première fois, Shi Kun sentit sa curiosité s’éveiller. « Pourquoi ? C’est dangereux ? Il y a là quelque chose de précieux ? De puissant ? »

Son guide secoua la tête.

« Non, c’est une fosse à purin. On n’a pas le droit de s’en approcher simplement parce que si nous le faisions, on pourrait en repartir avec une odeur horrible sur les vêtements. »

« Et juste là, tu peux voir la demeure du Patriarche. Tu vois ? Sur la montagne ? On ne peut pas s’en approcher non plus, des formations la protègent. Seuls le patriarche et les anciens peuvent les traverser. »

« Le Patriarche ? Il habite tout là-haut ? » Shi Kun leva les yeux, visiblement légèrement impressionné. Le disciple qui l’accompagnait ne manqua pas de le remarquer et bomba le torse.

« Oui. Le Patriarche de ma secte de la Porte Azure vit dans un tel endroit ! On raconte qu’il y a des bassins et des ponts, et des jardins de cerisiers et de bambous, et des carpes spirituelles, et… C’est impressionnant, hein ? »

Shi Kun hocha la tête, totalement d’accord et contemplatif, les yeux perdus vers les hauteurs de la montagne.

« Oui, très impressionnant. Quand je pense qu’il monte et descend de là-haut tous les jours… Ce Patriarche est vraiment impressionnant… Moi, je ne pourrais jamais… Trop fatigant. »

Le disciple de la secte ne sut comment il devait interpréter ce qu’il venait d’entendre. Ce mendiant s’imaginait-il que le Patriarche descendait de la montagne à pied ? Le visage déconfit, il choisit d’ignorer le tout.

Bientôt, ils arrivèrent à destination et se firent leurs adieux sans autre formalité. Shi Kun remercia encore une fois celui qui l’avait aidé à retrouver son chemin et qui lui avait fait faire un tour d’horizon de la secte, avant de retourner dans le petit jardin pour y terminer la journée, allongé dans l’herbe et les nez dans les nuages.

« Vivement demain. » Voici tout ce qui lui était resté dans la tête.

Le soir venu, Shao Kang s’en revint de son poste avec une petite flasque d’alcool. Lorsque Shi Kun le vit arriver, il se leva en soupirant.

« Shao Kang. »

« Shi Kun. » Shao Kang lui rendit ses salutations en hochant la tête. « Alors ? Tu as trouvé mon médaill… »

« Eh ! » Shi Kun lui coupa la parole de façon nette et efficace. « Tu nous as ramené de l’alcool ! »

Il s’avança et fit mine de tendre la main pour partager avec son hôte le contenu de cette flasque qu’il venait de ramener, mais celui-ci recula d’un pas.

« Hein ? Non, non, non. C’est pour moi ! Toi, tu dois rester clair pour demain ! »

Shi Kun fut légèrement pris au dépourvu. Depuis quand devait-on rester sobre pour pouvoir boire ? Certes, il y avait cette histoire de défi, mais il s’en fichait totalement. Et puis, il n’avait rien bu de la journée et ses papilles commençaient tout doucement à frétiller.

« Allez ! Ne sois pas comme ça. Juste un peu. Partageons ! Je sens l’odeur d’un bon alcool d’ici, tu as été l’acheter à la taverne, n’est-ce pas ? » Les narines de Shi Kun se dilataient et se contractaient tandis qu’il humait l’odeur provenant de la flasque. « Tu es un cultivateur, tu peux consommer de l’excellent alcool spirituel autant que tu le désires, laisse donc ce vulgaire alcool humain pour les humains ! »

Mais même un tel plaidoyer n’y fit rien. Shao Kang secoua fermement la tête, légèrement perplexe.

« De l’alcool spirituel ? Mais que dis-tu ? Ça… Ça n’existe pas. »

« Eh ? » Shi Kun fut pris au dépourvu par cette réponse et se gratta la tête. « Ça n’existe pas ? »

« Techniquement, il pourrait exister mais… C’est une perte de temps. L’alcool est long à produire et les seuls effets qu’il pourrait avoir… Oui, l’ivresse et les effets spirituels. Pour l’ivresse, l’alcool normal est aussi bien. Pour les effets spirituels, le thé est plus rapide à infuser. »

Shi Kun se gratta sa barbe éternellement naissante. « Je vois… Ce qu’on pourrait lui trouver de bien se trouve déjà en mieux ailleurs… »

« C’est exactement ça. » Shao Kang sourit, fier d’avoir réussi à changer de sujet et à lui faire oublier son envie de boire.

« D’accord. » Shi Kun haussa les épaules. « Mais buvons ensemble quand même ! »

Shi Kun tendit à nouveau la main pour tenter de se saisir du précieux mais rien n’y fit. Après tout, il avait affaire à un cultivateur du 5ème niveau de la maîtrise du qi et n’avait de fait pas la moindre chance d’arriver à ses fins.

Au bout de deux essais à peine, il abandonna en soupirant.

« Oh. La flemme de me battre pour ça… »

Shi Kun s’en retourna dans le petit jardin, quelque peu vexé. Il s’adossa contre le mur et se mit à observer les étoiles. Au bout d’un moment, son estomac le rappela à l’ordre.

« Oh. Je commence à avoir faim. Hmm… » Il dodelina de la tête, soupesant l’intérêt de se lever pour aller réclamer quelque chose à se mettre sous la dent mais finit par décider qu’il n’avait pas assez faim pour ça et que ça pourrait attendre le lendemain. En attendant, sa longue vie dans la rue lui avait appris qu’il pouvait mâcher quelques plantes pour tromper sa faim un peu plus longtemps.

Il tourna la tête pour voir quel genre de plante pouvait pousser dans ce petit coin de verdure.

« Oh ? Des graines ? »

Il y avait au sol des petites plantes dont le cœur était empli de graines noires et blanches. Il tendit la main et s’en saisit avant de les renifler et de les fourrer dans sa bouche sans autre test.

Évidemment, il s’agissait de simples graines, et son estomac gronda une fois de plus quelques minutes plus tard. Ce fut à ce moment que Shao Kang sortit dans le jardinet, lui aussi.

« Tu as faim ? Je peux l’entendre jusqu’à l’intérieur. » Il tendit à Shi Kun une pêche spirituelle, que ce dernier dévora sans poser de question.

« Eh ? Une seule pêche a réussi à me caler à ce point ? »

« C’est une pêche spirituelle. Normalement, on s’en sert pour aider à la cultivation. Mais évidemment, elle remplit l’estomac aussi. En plus de ne plus avoir faim, tu devrais déjà sentir l’énergie spirituelle affluer vers ton dantian. N’est-ce pas ? »

En réalité, il ne l’avait pas uniquement nourri par bonté de cœur, même si c’était une des raisons. Shao Kang voulait découvrir jusqu’à quel point ce corps était étrange et lui avait donc donné de quoi cultiver. À son niveau, avec un dantian à peine formé, une seule pêche aurait dû être suffisante pour le propulser directement jusqu’à la limite de la percée et lui permettre de créer son Dao en un minimum d’efforts.

« De l’énergie spirituelle ? Eh, non. Je ne sens rien, mais c’était très bon. » Shi Kun s’essuya la bouche, du jus de pêche avait coulé jusque sur sa robe. Mais mis à part ce délicieux jus, rien d’autre n’était sorti de la pêche spirituelle ; en tout cas, rien qu’il ne pouvait sentir dans son corps.

Shao Kang ne put cacher sa surprise.

« Alors comme ça, il peut raffiner de l’alcool mais pas les fruits spirituels ? Merde, quel gâchis. J’aurais pu l’utiliser pour moi alors. » En vérité, il venait de sacrifier une journée complète du paiement qu’il recevait en tant que garde de la porte, tout ça pour se procurer cette pêche spirituelle. S’il avait su qu’elle allait servir à remplir un estomac, il l’aurait utilisée pour cultiver.

« Bah, c’est sans importance. Ce n’est qu’une journée de travail, après tout. »

Cependant, il comprit alors que Shi Kun était capable de raffiner l’alcool mais se trouvait imperméable à toute autre forme d’énergie spirituelle ; en tout cas, c’était ce que ce tout premier test lui apprenait et il n’osa pas aller plus loin de peur de perdre encore de précieuses ressources personnelles. Après tout, il s’agissait uniquement de curiosité. Et si les choses se passaient comme il se l’imaginait, alors ce défi allait être un évènement capable de secouer la terre et les cieux.

Quelque chose d’une ampleur à laquelle même Xiao Jie ne s’attendait pas !

Souriant tout bas, Shao Kang retourna dans sa maisonnette et s’installa pour pratiquer des exercices de respiration avant d’aller se coucher. De son côté, Shi Kun passa une partie de la nuit à attendre avec impatience ce lendemain qui n’arrivait pas assez rapidement, ce fameux défi où on allait une nouvelle fois lui offrir à boire.

« Ah… En tant qu’ancien, j’espère qu’il ne va pas lésiner sur la qualité de l’alcool… »

Au bout d’un long moment, il finit par s’endormir, le sourire aux lèvres.

Raka

Mélange satyrique de Daria et Docteur House, élevé à grands coups de Fluide Glacial pendant un peu trop longtemps, le cynisme n'est égalé que par l'excès d'humour noir et de sarcasme quotidien dont je fais preuve.
Mais on s'en fout, pas vrai ?
Raka

Les derniers articles par Raka (tout voir)

TheDAB : Chapitre 6
TheDAB : Chapitre 8

8 Commentaires

  1. Newancientgod

    Merci pour le chapitre

    Répondre
  2. PoloZore

    Merci pour le chapitre

    Un petit apéro avant la beuverie =P

    Répondre
  3. noname.exenoname.exe

    Merci pour le chapitre

    Répondre
  4. DarkramDarkram

    Merci pour ce chapitre.

    Répondre
  5. Aximili

    Merci pour le chapitre !

    Répondre
  6. HinomuraHinomura

    Merci pour le chapitre

    Répondre
  7. gutsguts

    Merci pour le chapitre

    Répondre
  8. kaplogo

    Ce type est geniale, il me tue

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com