BTTH Chapitre 401

BTTH Chapitre 400
BTTH Chapitre 402

Et hop, cette fois pas de retard, voici le sec­ond BTTH de la semaine =) Voyons voir com­ment le Pere Yan va se sor­tir de son guépi­er ce coup-ci…

Bonne lec­ture à tous !

Chapitre 401 — Le pre­mier des trois change­ments mys­térieux : le change­ment du lotus vert !

Fan Lang n’eut le par­chemin argen­té entre les mains qu’une demi-sec­onde avant qu’on ne lui arrache, et il ne se reprit qu’en enten­dant ce rire moqueur. Il s’assombrit aus­sitôt et leva la tête pour fix­er la per­son­ne enca­pu­chon­née de noir sur la branche d’arbre. Il fut sur­pris de recon­naître cette sil­hou­ette qu’il avait déjà vu à l’hôtel des ventes, et il deman­da aus­sitôt d’une voix froide : « C’est vous ?!»

Pen­dant qu’il par­lait, la dizaine gardes de sang encore capa­ble de se bat­tre encer­clèrent avec une excel­lente coopéra­tion l’intrus. Le doyen Luo révéla égale­ment une expres­sion aus­si som­bre que glaciale, et fixa l’homme en noir avec une inten­tion de tuer man­i­feste. Quelle que soit l’intention de cet intrus, il ne pou­vait pas le laiss­er par­tir en vie.

Xiao Yan sourit en coin d’un air moqueur, en faisant tourn­er le par­chemin entre ses doigts : « Ké ké, nous nous croi­sons à nou­veau, jeune maître de secte Fan Ling. » Les gardes de sang qui l’encerclaient sem­blaient le laiss­er par­faite­ment indif­férent.

Fan Ling le poin­ta de son couteau rouge vif et dit d’un air som­bre : « Donne-moi le par­chemin et je lais­serai ton cadavre en un seul morceau !» (NdT il se répète) Une inten­tion de tuer froide se dégageait de lui.

Son jeune adver­saire haus­sa les épaules, l’ignora royale­ment et fit vire­volter le par­chemin dans les airs d’une chique­naude avant de le ranger dans son anneau de stock­age.

Le jeune maître sen­tit le coin de ses lèvres tres­sail­lir en le regar­dait faire. Son vis­age pâle verdit de rage et il cracha avec une ter­ri­ble envie de l’étriper : « Très bien, tu veux le jouer comme ça !»

En réac­tion à la remar­que de leur jeune maître, la dizaine de gardes de sang se mit à hurler de con­cert et leur Dou Qi rouge sang dense et som­bre les envelop­pa, avant de remon­ter jusqu’à la pointe des longs couteaux qu’ils tenaient. Ils prirent alors appui sur leurs branch­es et se jetèrent de façon explo­sive vers l’adolescent.

Ce dernier les bal­aya du coin de l’oeil, ten­dit lente­ment la main der­rière son épaule et se saisit de la poignée de son énorme règle noire, qui était cachée dans son dos sous sa robe. (NdT DISCRETION ABSOLUE). Il fer­ma légère­ment les yeux pour mieux sen­tir les forces froides l’approcher et, un moment plus tard, il ouvrit soudaine­ment les yeux en dégageant une puis­sante force. Une énorme ombre noire por­tant avec elle une pres­sion énorme sor­tit immé­di­ate­ment de la robe et se mit à tournoy­er telle une roue à vent géante.

« Clang, clang, clang…»

La roue à vent créa des étin­celles partout où elle pas­sa, et sa puis­sance fit trem­bler les couteaux que tenaient les gardes jusqu’à ce qu’ils les lâchent. Seuls très peu d’entre eux, un peu plus puis­sant que le reste, parv­in­rent à con­serv­er leurs armes… Mais seule­ment après que la peau entre leur pouce et leur index et con­vul­sé et se soit déchir­er sous la force.

Le jeune alchimiste ces­sa soudaine­ment de tourn­er sur lui-même et fit dis­paraître sa roue à vent. Il leva la tête et obser­va les gardes qui s’étaient arrêtés à cinquante cen­timètres de lui et le fix­aient avec féroc­ité. Il se mit alors à sourire froide­ment, prit soudaine­ment appui sur le tronc de l’arbre où il se trou­vait et se changea en une ombre noire rapi­de comme l’éclair. Il esqui­va les attaques des dix gardes tan­dis que des bruits étouf­fés reten­tirent ; à chaque bruit, un garde vom­is­sait du sang et tombait de sa branche avait de s’écraser lour­de­ment à terre. Ils se débat­tirent un peu une fois au sol avant de s’effondrer pour de bon.

Fan Ling obser­va le com­bat extrême­ment rapi­de dans les airs, et son vis­age som­bre devint soudaine­ment plus calme. Il reti­ra douce­ment du sol un long couteau ensanglan­té du pied, ten­dit la main pour le ramass­er fer­me­ment et déchi­ra un bout de ses vête­ments pour en essuy­er la lame. Il dit alors d’une voix indif­férente : « Il a l’air d’être un Da Dou Shi qua­tre étoiles… Et il ose venir m’arracher ma proie avec une si petite force. Il est vrai­ment auda­cieux et fier. »

« Doyen Luo, lais­sez-moi m’en charg­er et restez ici. Arrêtez-le s’il tente de s’enfuir. »

« Oui jeune maître de secte, soyez pru­dent. » Dit le vieil­lard en hochant légère­ment la tête. Il soule­va le doyen Han qui était tem­po­raire­ment inca­pable de se bat­tre, et rec­u­la de quelques pas. Ils avaient pu grossière­ment déter­min­er sa puis­sance en le voy­ant se bat­tre avec les gardes de sang. Ce type en noir était plus puis­sant et agile que les Da Dou Shis de la Tombe du Squelette Noir de tout à l’heure, mais ça n’était après tout qu’un Da Dou Shi. Fan Ling, par con­tre, était un vrai Dou Ling !

« Bang !» Le dernier garde tom­ba de sa branche, s’écrasa à terre et, le vis­age sanglant, fer­ma peu à peu ses yeux pour la dernière fois.

Xiao Yan descen­dit alors douce­ment à terre. Il pen­cha sa règle vers le bas et lais­sa le sang couler gradu­elle­ment le long de son corps à terre.

Fan Ling jeta nég­ligem­ment ses vête­ments cou­verts de sang et deman­da à voix basse : « Tu nous as suiv­is jusque là à cause du morceau de carte, pas vrai ?»

La lourde règle trem­bla légère­ment, et le jeune homme le dévis­agea avec une nou­velle froideur.

Le jeune maître remar­qua sa légère réac­tion et ne put s’empêcher de rire froide­ment : « Hé hé, on dirait que j’ai de la chance d’avoir obtenu un tré­sor acci­den­telle­ment ! Et vu comme tu tiens à met­tre la main dessus, ça ne doit pas être un truc ordi­naire. Je lais­serai mon père l’étudier une fois à la mai­son ; je suis sûr qu’il aura quelques idées quant à ce frag­ment de cartes, avec son expéri­ence. »

Une voix calme lui parvint de sous la robe noire : « Tu n’auras peut-être pas cette occa­sion…» Un Dou Qi vert jail­lit douce­ment de l’adolescent et l’enveloppa.

Le jeune maître leva un sour­cil et se mit à rire froide­ment. « Ah ouais ? J’en ai vu des pécores comme toi, l’esprit obnu­bilé par les tré­sors des Ter­res Sin­istres… Cela dit, ils ont tous mal fini !» Un Dou Qi rouge sang, som­bre et froid jail­lit lente­ment de lui, et emplit l’air d’une odeur fer­reuse.

En même temps, Fan Ling se pen­cha un peu telle une bête féroce devant sa proie. Ses yeux s’injectèrent peu à peu de sang et lui don­nèrent un aspect bes­tial.

Il plan­ta ses pieds dans le sol, pous­sa un rugisse­ment sourd, puis il prit soudaine­ment appui et bon­dit comme une flèche ! L’instant d’après, il apparut devant le jeune alchimiste et le frap­pa vicieuse­ment à la ver­ti­cale de son long couteau envelop­pé du Dou Qi rouge sang qui fit sif­fler le vent.

Ce puis­sant coup provo­qua une explo­sion sonique qui déchi­ra l’air.

L’énorme règle noire vint abrupte­ment à sa ren­con­tre, envelop­pée dun Dou Qi vert aus­si visqueux que du liq­uide, et les deux armes s’entrechoquèrent.

Bang !”

La ren­con­tre des deux armes provo­qua de nom­breuses étin­celles, tan­dis que les deux Dou Qi provo­quèrent des ondu­la­tions bicol­ores à leurs points de con­tact qui creusèrent un sil­lon de quinze cen­timètres au sol…

Le Da Dou Shi sen­tit ses mains s’engourdirent et changea légère­ment d’expression. Son adver­saire était bel et bien digne d’être un Dou Ling ; sa force était un cer­tain nom­bre de fois supérieur à la sienne, et pour­tant… Pourquoi le Dou Qi de ce type sem­blait facile­ment perçable ?

Nor­male­ment, avec sa force, il devrait pou­voir tenir quelques échanges con­tre un Dou Ling sans se servir de tech­niques de Dou, mais au prix d’une grande quan­tité de Dou Qi… Cepen­dant, bien l’attaque de Fan Ling avait été d’une féroc­ité incom­pa­ra­ble, elle était moins puis­sante que ce à quoi il s’était atten­du.

Alors que leurs armes étaient en con­tact, les deux adver­saires se bat­tirent avec leur pied à une vitesse prodigieuse, puis la règle tom­ba à la trans­ver­sale et ils reculèrent tous les deux de quelques pas. Le jeune maître de la secte de Sang pou­vait encore sen­tir une légère douleur dans ses jambes, et il ne put s’empêcher d’être un peu stupé­fié. Ce type a une grande force…

Père avait rai­son : la méth­ode de Qi de notre secte de Sang est écras­ante et bizarre, mais elle dépend exagéré­ment de fac­teurs externes, et le Dou Qi de ses prati­ciens ne peut pas être con­den­sé. C’est un léger désa­van­tage lors des com­bats… Mais j’ai de la chance que ce type ne soit qu’un Da Dou Shi ; je n’aurais pas de mal à le finir rapi­de­ment. Il jeta soudaine­ment son couteau, et son vis­age blanchâtre devint étrange­ment rouge vif.  Ensuite, un rouge sang apparut rapi­de­ment sur ses paumes, en suin­ta goutte par goutte et, en un clin d’oeil,  des paumes sanglantes apparurent sur ses mains, comme celles que Fan Lao avait util­isé pour tuer la Doyenne Qing.

« Qui que tu sois, tu n’as déjà plus assez de temps pour regret­ter de m’avoir attaqué ! Cela dit, je te remer­cie de m’avoir appris la vraie valeur de ce morceau de carte ! Je vais à présent te vider de ton sang !»

Une odeur fer­reuse et vom­i­tive se dégagea de ses deux paumes, qu’il leva vers Xiao Yan avec un sourire car­nassier. Il prit soudaine­ment appui, se changea en une brume sanglante qui fonça à la vitesse de l’éclair sur sa proie et, d’un geste de la main, il rem­plit le ciel et le sol alen­tour de ce brouil­lard.

Les deux doyens sur le côté ne purent s’empêcher d’être sur­pris en voy­ant les paumes de leur jeune maître se chang­er. « Les paumes malé­fiques sanglantes trans­for­mant les os ?!» Ils s’échangèrent un regard et se dirent : « Je ne m’attendais pas du tout à ce que le maître de secte ait même appris cette tech­nique au jeune maître. On peut dire que ce type en noir est venu s’empaler lui-même sur un os. »

« Heï, c’est bien fait pour lui. Il a osé dérober ce qui appar­tient à notre secte. Moi, je l’aurais vidé de son sang en le main­tenant en vie jusqu’au bout. » Dit le doyen blessé avec un rire malé­fique.

L’adolescent fixa inten­sé­ment de ses yeux noirs cette brume sanglante, dont il reni­fla l’odeur fer­reuse abom­inable. Sa per­cep­tion spir­ituelle excep­tion­nelle lui avait per­mis de claire­ment sen­tir la puis­sance féroce des paumes sanglantes que masquait le brouil­lard.

« Fais atten­tion, petit bon­homme, tu n’es pas encore de taille con­tre un puis­sant Dou Ling. » Rap­pela Yao Lao à son dis­ci­ple.

« Ce n’est pas for­cé­ment vrai. »

« Tu pens­es à…»

Le jeune homme rit douce­ment, fer­ma lente­ment les cieux et vit jail­lir des filets de flammes vertes de l’esprit d’acceptation au cen­tre de son vor­tex. Ensuite, il les fit suiv­re un chemin mys­térieux dans ses méri­di­ens et com­mença une rapi­de cir­cu­la­tion.

Tan­dis qu’il les fai­sait cir­culer, il sen­tit soudaine­ment une puis­sance énergie sauvage se dévers­er dans toutes les par­ties de son corps !

L’odeur sanglante qui emplis­sait l’air lui tom­ba soudaine­ment dessus, et la force froide et som­bre qu’elle con­te­nait atteignit instan­ta­né­ment le corps du jeune alchimiste.

Cepen­dant, alors que la brume allait com­plète­ment l’envelopper, il ouvrit subite­ment les yeux, d’où jail­lirent explo­sive­ment des flammes vertes. Une puis­sance égale à celles des forces en présence se mit alors à jail­lit subite­ment de lui.

Il ten­dit les mains à toute vitesse et des flammes vertes vin­rent les envelop­per. Il pous­sa un rugisse­ment assour­disse­ment en son for intérieur et frap­pa vio­lem­ment le brouil­lard  avec une puis­sance cat­a­clysmique.

« Le pre­mier des trois change­ments mys­térieux de la flamme céleste : le change­ment du lotus vert !»

Wazouille

Fondateur du site et traducteur de BTTH, DNC, TDG et SW, Wazouille est un grand audiophile, un gamer, un lecteur avide et bien d’autres choses encore, comme stakhanoviste, à son insu...

Les derniers articles par Wazouille (tout voir)

BTTH Chapitre 400
BTTH Chapitre 402

10 Commentaires

  1. Kids

    Merçi pour le chapitre

    Répondre
  2. Zhexiel Kurokage

    Mer­ci pour le chapitre.

    Répondre
  3. Alexisempereur

    Mer­ci pour le chapitre

    Répondre
  4. Alexisempereur

    Il sera bien­tôt à l’académie

    Répondre
  5. Alexisempereur

    J’ai com­mencé à lire SW ce matin et je suis déjà au chapitre 35 et je tiens à dire que j’adore ton boulot que ce soit sur SW TDG et BTTH

    Répondre
  6. HinomuraHinomura

    Mer­ci pour le chapitre

    Répondre
  7. Shirosuu

    Mer­ci pour le chapitre

    Répondre
  8. Khultima

    Mer­ci pour le chapitre.

    Répondre
  9. DarkspoartDarkspoart

    mer­ci pour le chap

    Répondre
  10. gutsguts

    mer­ci pour le chapitre

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com