BTTH Chapitre 533
BTTH Chapitre 535

Yop, voilà la suite des aventures du Père Yan o/

A toute pour le DNC du jour !

 

 

Chapitre 534 – Pas humaine

 

Xiao Yan observa la petite fille vêtue de blanc, assise en tailleur face à lui, sans cligner des yeux. Il ne s’était vraiment pas attendu à ce que cette mignonne petite soit en fait une bête magique… C’était la première fois de sa vie qu’il en voyait une sous sa forme humaine et par conséquent, il fut surpris par cette nouvelle, mais il comprit également mieux certaines choses.

« Je comprends maintenant pourquoi elle ose manger des ingrédients médicinaux crus. La puissance médicinale sauvage et violente des ingrédients est incapable de surpasser la résistance qu’offre le corps solide d’une bête magique. »

La demoiselle s’énerva légèrement d’être ainsi dévisagée. Elle lui jeta le Pu doré dur qu’elle tenait en main et s’écria :  « C’est bon, tu en as assez vu ? Dépêche-toi de m’aider à raffiner ! » Le Doyen Hao avait beau avoir parlé à voix basse tout à l’heure, elle l’avait tout de même clairement entendu.

Le jeune homme attrapa le fruit au vol et acquiesça en souriant. Il fit apparaître un chaudron médicinal d’un geste de la main ; comme sa marmite précédente avait explosé durant la compétition, il en avait acheté un dans la zone commerciale. Ce n’était pas un pot de grande qualité, il était plutôt du même niveau que son prédécesseur, donc ça passait tout de même.

Il fit apparaître une flamme émeraude au bout de son doigt d’un petit geste et alors qu’il allait la jeter dans le chaudron, il fut surpris de voir la demoiselle filer avec air assez paniquer. Il comprit soudainement de quoi il retournait en voyant l’anxiété de son regard : elle avait probablement senti que la Flamme du Lotus Cyan n’était pas une flamme ordinaire. Il faut dire qu’une bête qui n’est pas d’affinité feu le craint naturellement.

« Ké ké, tout va bien. » La rassura l’adolescent. Il jeta la flamme dans la marmite, et la jeune femme se détendit aussitôt.

L’alchimiste attendit que la flamme chauffe suffisamment le chaudron, puis il y jeta le Pu. D’un geste de la main, il fit gonfler intensément les flammes ; ce n’était pas un raffinage compliqué : tout se passerait bien tant que la flamme était à une température suffisante. Du coup, ça ne le fatigua pas vraiment.

Pendant ce temps, il partagea son attention entre le pot et la demoiselle, envers qui il éprouvait une grande curiosité depuis qu’il avait appris son identité.

De son côté, la petite fixait le chaudron de ses grands yeux noirs sans cligner des yeux.

Xiao Yan toussota, puis il sourit et posa une question : « Dis petite soeur, je voudrais te poser une question. Tu veux bien y répondre ? »

« Quoi ? » Répondit son interlocutrice sans pour autant lever les yeux de la marmite.

Il sourit et posa une autre question : « Si je me souviens bien, une bête magique doit au moins être de niveau Dou Huang si elle veut prendre forme humaine, non ? Ne me dis pas que… » Il avait vraiment du mal à croire que la jeune fille devant lui possède une force de Dou Huang. Certes, elle était dotée d’une force terrifiante, mais il estima après l’avoir jaugée qu’elle était plutôt autour du niveau de Dou Wang.

La petite fronça les sourcils, n’ayant visiblement pas envie de s’épancher sur le sujet. Elle répondit du coup en fredonnant : « Je ne suis pas si forte, j’ai juste accidentellement mangé une herbe de transformation physique. Ensuite, je me suis retrouvée coincée sous cette forme… Je mange des ingrédients médicinaux pour rapidement grandir. Comme ça, je pourrais passer de ma forme bestiale à ma forme humaine comme je veux. »

« Une herbe de transformation physique ? Je comprends mieux… »   L’herbe en question était l’ingrédient clef de la pilule de transformation physique, aussi possédait-elle certains de ses effets. Cependant, qu’une bête n’ayant pas encore la force adéquate en consomme et elle se retrouvera coincée dans sa forme humaine jusqu’à ce qu’elle percer au rang de Dou Huang.

L’adolescent jeta un oeil au Pu qui fondait petit à petit sous le grill de la flamme verte, et il demanda : « Où sont tes parents ? »

« Je n’en ai pas. » La demoiselle baissa la tête et regroupa ses jambes devant elle. Elle étreignit alors ses genoux en se mordant les lèvres ; ses grands yeux noirs s’embuèrent de larmes. « D’aussi loin que je m’en souvienne, j’ai toujours vécu seule loin dans les montagnes. Quand j’étais petite, j’étais martyrisé par les autres et je ne pouvais rien faire d’autre que de fuir tristement… Jusqu’à ce que je mange l’herbe de transformation physique. C’est alors que j’ai rencontré le Premier Doyen de l’académie interne : il m’a amenée à l’académie et je suis restée ici. »

Le jeune homme, surpris, observa son interlocutrice se mordre fermement les lèvres. Même lui pouvait vaguement sentir la tristesse qui régnait en son coeur. Il poussa un léger soupir et fit de son mieux pour lui parler doucement ; « Au moins n’es-tu pas martyrisée ici. »

« Ces types ont peur de moi, alors comment oseraient-ils s’attaquer à moi. Je pourrais dévorer un type comme toi d’une bouchée. » Dit la jeune femme avec fierté.

« Ne dis pas des choses pareilles la prochaine fois que tu rencontreras quelqu’un ; tu as forme humaine, à présent. » Dit-il en secouant la tête, l’air pantois. Si seulement elle pouvait voir à quel point c’était drôle de l’entendre dire une chose pareille alors qu’elle avait un corps d’enfant…

« Hmpf. C’est la vérité ! Mais je n’ai pas encore mangé d’humains… » Grommela la jeune adolescente. Elle avait désormais un bien meilleur comportement, après avoir bavardé un temps avec l’alchimiste.

« Vaut mieux que tu continues ainsi… » Marmonna ce dernier. Il fit un petit geste de la main et un tas de poudre tomba dans le chaudron avant d’immédiatement se mélanger avec le liquide or. Il fit alors danser ses doigts rapidement et divisa prestement le liquide en plusieurs douzaines de petits amas.

« Solidifiez-vous ! » Cria doucement Xiao Yan. Le liquide obéit rapidement et en un clin d’oeil, il se changea en plusieurs douzaines de danwans dorés brillants, qui flottèrent au-dessus des flammes vertes en tournoyant.

« C’est vraiment facile de raffiner ces trucs-là. Si seulement le raffinage de pilules pouvait être aussi reposant… » Rit-il amèrement en regardant les danwans dorés. D’un petit geste, il les fit jaillir du chaudron, avant de les faire atterrir dans une bouteille de jade dans sa main.

Il sourit et tendit la bouteille à la petite demoiselle, qui le regardait avec impatience. « Hé, pourquoi n’en goûterais-tu pas une ? Ce devrait avoir bien meilleur goût que tes ingrédients crus. »

Oui oui. » Dit la petite en opinant répétitivement du chef, tandis qu’elle fit rouler un danwan doré dans sa main. Elle la jeta ensuite directement entre ses lèvres sans se soucier de la chaleur résiduelle, puis elle mâcha avec force.

Elle réduisit ainsi en pièces la bille après deux-trois bouchées, puis elle l’avala et se lécha les lèvres. « C’est délicieux… » Dit-elle en fixant la bouteille dans sa main.

Le jeune homme sourit, puis il fit apparaître les ingrédients nécessaires au raffinage de la pilule e force draconique de son anneau de stockage. Il les tria en disant : « Tu devrais garder ces danwans pour ta propre consommation. N’en donne à personne, au risque de torturer et tuer quelqu’un. » Un danwan n’était pas une pilule médicinale, mais une pilule impropre à la consommation humaine. Seule la petite devant lui pouvait supporter la violente force médicinale qu’ils contenaient, grâce à sa nature de bête magique. Si un humain devait en avaler, il perdrait sûrement sa peau et mourrait.

« Je sens moi-même que ça ne serait pas une bonne idée… » Murmura la jeune fille. Elle se leva ensuite et tapota l’épaule de son bienfaiteur avec paternalisme. « Tu t’es bien débrouillé. Tu pourras venir me trouver n’importe quand si quelqu’un s’en prend à toi, je te défendrai. Personne n’ose m’offenser dans l’académie interne. »

L’adolescent ne sut s’il devait rire ou pleurer, aussi secoua-t-il la tête et frotta-t-il la tête de la petite. Il dit alors en souriant : « D’accord, je viendrai définitivement te trouver au besoin. »

Elle se réjouit aussitôt de sa réponse et s’agenouilla devant lui, les yeux brillants d’anticipation : « Dans ce cas, pourras-tu m’aider à raffiner davantage de danwans quand j’aurais fini de les manger ? Vois ça comme une récompense pour ma protection. »

« … » Son interlocuteur roula des yeux. Il avait presque cru qu’elle avait bon coeur, alors qu’elle avait en fait tout calculé depuis le début.

Il répondit faiblement : « D’accord, d’accord, tu pourras venir me voir quand tu auras tout fini. Souviens-toi de mon nom et de là où j’habite. »

« Je sais ça. Tu t’appelles Xiao Yan ; le vieux machin l’a dit tout à l’heure. Et je saurais aussi où tu habites. » Dit-elle en riant. Elle était terriblement heureuse de ne plus avoir à manger ces ignobles ingrédients médicinaux. À ses yeux, le jeune alchimiste était à présent quelqu’un de formidable.

Satisfaite, elle lui tira la langue et rit : « Dans ce cas, tu devrais continuer de raffiner. C’est vraiment trop chiant comme processus. Je suis contente de ne pas avoir appris comment faire, ou je me serais ennuyée à mort. »

Xiao Yan secoua à nouveau la tête, perplexe. Il la regarda s’en allant avant de crier tout à coup : « Au fait, petite soeur, je ne sais toujours pas comment tu t’appelles ! »

« Je m’appelle Zi Yan ; c’est le nom que le Premier Doyen m’a donné. Cependant, les gens de l’académie interne me craignent énormément et m’appellent entre eux ‘Reine de la force brute’. Hmpf, ils s’imaginent que je ne suis pas au courant… » Dit-elle en fronçant les sourcils et en brandissant son poing devant elle. Aussitôt, un son aigu retentit et une paire de poings invisibles filèrent comme le vent. Ils passèrent près du visage du jeune homme et allèrent lourdement s’écraser dans le mur spécialement créé, qui était aussi dur que du métal. Ils y créèrent deux gros trous noirs d’où partirent des craquelures…

L’adolescent se frotta le front trempé de sueur froide, abasourdi. Ce ne fut qu’un long moment plus tard qu’il fusilla Zi Yan du regard. « Tu veux me tuer ou quoi, petit monstre ? »

Cette dernière se couvrit la bouche de la main et tira secrètement la langue, puis elle s’inclina précipitamment devant lui. L’alchimiste était actuellement une sorte de parent lui fournissant à manger, aussi ne devait-elle pas l’offenser.

« Continue de raffiner, Xiao Yan ge-ge, moi je file. Je reviendrai te voir quand j’aurais fini de tout manger ! » Dit-elle avant de s’enfuir précipitamment par la porte.

Xiao Yan rit amèrement en la voyant faire. Cette petite fille était effectivement mignonne, mais elle était un peu trop violente… Il soupira et fit de nouveau apparaître une flamme au bout de son doigt d’un geste.

Une petite tête apparut soudainement à la porte. « J’y pense, Xiao Yan ge-ge, je suis classée au sein de l’académie interne, dans ce ‘classement des puissants’ ou je ne sais quoi. Je suis la première alors si on t’embête, tu n’as qu’à mentionner mon nom ! » Elle sourit et fila aussi sec.

Pouf…” La flamme disparut complètement, tandis que le père Yan fixa la porte la bouche grande ouverte, abasourdi. Ce ne fut qu’un long moment plus tard qu’il marmonna en tressaillant des pieds à la tête. « Je… Je… C’est elle la première au classement des puissants, qui fait trembler Lin Yan de trouille ? »

Il pensa alors que le monde était plein de drames.

Les derniers articles par Wazouille (tout voir)
BTTH Chapitre 533
BTTH Chapitre 535

Related Posts

4 thoughts on “BTTH Chapitre 534

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com