BTTH Chapitre 583
BTTH Chapitre 585

Et on continue avec le BTTH juste derrière !

Le père Yan a le coeur brisé…

 

 

Chapitre 584 – Séparés

 

« La ferme, Ling Quan ! Le clan Xiao et le notre sont alliés par traité ! Comment oses-tu l’ouvrir pour les insulter ? » Hurla sévèrement Xun’Er à l’intention du fautif. Voir l’expression de Xiao Yan s’assombrir et devenir glacial la rendait anxieuse.

« Ké ké, pas besoin de vous énerver, jeune maîtresse, je suis juste un peu franc. » Dit Ling Quan en souriant avant de poursuivre soudainement : « Cela étant, avant que je parte à votre recherche, le chef du clan m’a demandé d’interroger le jeune maître Xiao Yan sur l’emplacement de la clef du clan Xiao, si je devais le croiser. »

Le jeune homme sourit alors et tourna son regard vers l’adolescent. « Pouvez-vous me répondre, jeune maître Xiao Yan ? »

Xun’Er tressaillit à cette question, craignant que son aimé ne révèle quoi que ce soit. Elle allait interjecter quand le jeune alchimiste fronça les sourcils et demanda avec hésitation : « La clef ? »

Ling Quan le regarda en fronçant les sourcils à son tour d’un air douteux. Ne me dites pas qu’il n’en sait rien ? Personne ne sait si le Hall des Âmes a volé la clef ou non, maintenant que le clan Xiao s’est effondré… Il serait problématique qu’ils aient déjà mis la main dessus.

« Je n’ai pas obtenu la moindre information sur cette clef après être restée dans le clan Xiao toutes ces années. Tu rêves si tu penses pouvoir l’obtenir si facilement. » Dit Xun’Er avec indifférence en soupirant de soulagement en son for intérieur.

« Ké ké, je demandais juste comme ça. Ma mission a pour objectif principal de vous ramener à la maison, jeune maîtresse. Le reste est accessoire. » Ling Quan s’inclina devant elle. « S’il vous plaît, jeune maîtresse ! Vous manquez beaucoup au chef de clan. »

La demoiselle plissa les yeux et secoua légèrement la tête. Alors qu’elle allait faire un pas en avant, son bien-aimé lui attrapa la main et lui demanda à voix basse : « Est-ce que tu t’en vas ? »

« J’ai quitté le clan de nombreuses années et j’ai déjà repoussé mon retour bien des fois, Xiao Yan ge-ge. On dirait que cette fois, je ne peux pas remettre mon retour à plus tard. N’oublie pas ce que je t’ai dit précédemment : ne révèle jamais que tu possèdes le jade divin antique Tou She. Tu apprendras en détail plus tard à quelle faction j’appartiens, mais tu ne dois pas te lancer à ma recherche avant d’être assez puissant pour protéger le jade antique. Autrement, certains membres du clan te retiendront contre ta volonté… Trop de choses reposent sur ce jade que tu possèdes. » Dit doucement la jeune femme, la tête légèrement baissée.

L’expression de Xiao Yan ne cessait de changer, et la main qui tenait celle de son amour tremblait légèrement.

« Je t’attendrai, Xiao Yan ge-ge. J’attendrai que tu deviennes un expert surpassant tout le monde. J’ai toujours cru que tu dominerais un jour le continent et quand ça arrivera, le clan Xiao déclinant aura à nouveau sa place grâce à toi. »

Le bras de l’adolescent trembla davantage, tant il était chamboulé par les déclarations de sa chère et tendre. Il avait beau ne plus être impulsif comme il l’avait été avant toutes ces années d’entraînement, il se sentait vraiment incapable d’accepter la situation et de subir ce genre de séparation après la tourmente qu’avait subi son clan. De plus, ce n’était qu’alors qu’ils devaient se séparer qu’il réalisait la place qu’occupait la demoiselle devant lui dans son coeur…

Le regard de Ling Quan devint lentement glacial lorsqu’il vit le jeune alchimiste tenir le bras de sa jeune maîtresse, mais il conserva son sourire chaleureux et enthousiaste. « Jeune maître Xiao Yan, c’est notre mission, alors veuillez relâcher notre jeune maîtresse, je vous prie. »

Le jeune homme l’ignora complètement et fixa intensément Xun’Er. Un moment plus tard, il relâcha lentement son bras sous le regard mauvais du garde, mais alors qu’il allait la libérer pour de bon… Il l’enlaça subitement, l’attira violemment contre lui et plongea son visage dans ses long cheveux noirs. Il murmura alors : « Attends-moi, Xun’Er, je viendrai te chercher ! Je me fiche de savoir à quel point ta faction peut être grande ou terrifiante, tu es mienne. Je m’efforcerai même de devenir Dou Zun si c’est qu’il faut pour que ta faction me considère pleinement. Et si ça ne suffit pas, alors je deviendrai un Dou Sheng ; si ça n’est pas assez, alors j’irai jusqu’à être Dou Shi ! L’ancêtre de mon clan a pu atteindre ce niveau à l’époque, alors il n’y a aucun raison pour que je n’y arrive pas ! »

Xun’Er se mordit les lèvres tandis que ses grands yeux s’embrumèrent un peu. « Espèce d’idiot. Si tu peux vraiment atteindre le rang de Dou Di, tu pourras choisir n’importe quelle fille que tu veux. »

Ling Quan perdit finalement son sourire en voyant Xiao Yan enlacer audacieusement sa jeune maîtresse. Son regard s’arrêta sur lui et devint aussi froid qu’une lame de rasoir. Il serra alors lentement le poing et une flamme légèrement substantielle l’enveloppa.

Xun’Er échappa de force à l’étreinte du jeune homme après avoir détecté cette fluctuation d’énergie. Elle murmura ensuite rapidement à son oreille : « Souviens-toi de ce que je t’ai dit : n’entre pas en contact avec mon clan avant d’avoir au moins atteint le rang de Dou Zong. » Une fois cela dit, elle se retourna, prit légèrement appui au sol et bondit dans les airs tandis que ses épaules tremblèrent légèrement. Une paire d’ailes de Dou Qi dorées et brillantes y apparurent alors ; un battement d’aile, et elle atterrit sur le dos d’une des bêtes à quatre ailes, avant de se lancer entraîner vers l’horizon dans une bourrasque.

Les neuf silhouettes derrières Ling Quan lui emboîtèrent rapidement le pas à dos de bêtes magiques et la rattrapèrent à la vitesse de l’éclair, pour la protéger fermement en leur sein.

Xiao Yan la regarda s’éloigner avec fermeté, malgré son coeur brisé. Il détourna le regard avant de s’arrêter sur Ling Quan, qui n’avait pas bougé d’un pouce. « Ne devez-vous pas partir, commandant en second Ling Quan ? »

« Oh, je ne suis pas pressé. » Répondit Ling Quan en souriant. Il perdit graduellement son sourire en fixant aussi froidement que sombrement son interlocuteur. « Je veux juste vous informer d’une chose : vous n’êtes pas assez bien pour la jeune maîtresse, avec votre clan qui a perdu son foyer comme un chien errant et vos maigres exploits. Je vais être honnête : le chef de clan a déjà réalisé que la jeune maîtresse pouvait avoir des sentiments à votre égard et par conséquent, il m’a demandé de vous dire quelques mots : Oubliez-la. Il vaut mieux que vous considériez vos sentiments passés comme n’étant jamais arrivés. La jeune maîtresse occupe une position extrêmement importante dans le clan, et seuls les hommes réellement puissants du continent sont assez bien pour elle. Vous… Vous n’êtes pas digne d’elle ! »

Ling Quan prononça cette dernière phrase avec un dédain marqué. Xun’Er était courtisée par tous les génies du clan, dont il faisait naturellement partie. Il n’avait pu se contrôler et réprimer son envie de le tuer sur le champ lorsqu’il l’avait osé l’enlacer que parce qu’elle était présente. Maintenant qu’il transmettait le message du chef, il allait naturellement le ridiculiser autant que possible et s’il pouvait le briser par ses insultes, ce serait parfait.

Cependant, le jeune homme devant lui resta calme, contre toute attente. Il le riva de ses pupilles noires et, un moment plus tard, il se mit doucement à rire en secouant la tête : « Ce n’est pas à toi de décider si je suis assez bien pour elle ou non. De plus… Tu me jalouses, pas vrai ? »

La méchanceté disparut du visage de Ling Quan, pour être remplacée par une expression sinistre. « Tu veux mourir ou quoi ? Ne pense pas pouvoir être aussi arrogant juste parce que la jeune maîtresse te protège. Je n’aurais pas plus de mal à te tuer qu’à écraser une fourmi. »

L’adolescent étudia son visage émanant d’intention meurtrière avec indifférence, mais le seul fait qu’il ne le craigne pas enragea davantage encore Ling Quan. Il haïssait cette chiffe-molle indifférente.

Alors que son intention meurtrière se répandait lentement, une vieille voix résonna soudainement dans la prairie. « Commandant en second, j’ai déjà fait preuve d’une grande tolérance en vous laissant entrer dans l’académie interne, et vous pensez maintenant vous attaquer à un de nos étudiants ? »

Une silhouette noire apparut étrangement dans les airs à ce moment. C’était étonnamment le Premier Doyen Su Qian.

Linq Quan rétracta rapidement son intention assassine en le voyant apparaître, puis il joignit les mains à son égard et rit : « Que dites vous là, Premier Doyen. Le jeune maître Xiao Yan et moi discutions juste à coeur ouvert. »

« Bon, ne noie pas le poisson devant moi. J’ai déjà fait preuve du plus grand respect envers ton clan en vous laissant venir chercher quelqu’un. Tu devrais partir immédiatement à présent que tu l’as trouvée. » Dit le vieillard d’une voix grave en fronçant les sourcils.

Ling Quan sourit à cet ordre, mais il ne répondit pas. Il s’inclina légèrement devant le vieil homme avant de se tourner à nouveau vers le jeune alchimiste, à qui il adressa un sourire superficiel. « On dirait que tu n’as pas encore laissé tomber. Soit, viens donc trouver la jeune maîtresse au clan si tu en es capable ultérieurement. Je te montrerai alors la différence qui nous sépare. »

Les épaules du commandant en second tremblèrent alors légèrement, et une paire d’ailes de Dou Qi rouge sombre apparut. Il les battit légèrement avant de s’envoler rapidement dans les airs, puis il fila à la vitesse de l’éclair à l’horizon et disparut en peu de temps.

Su Qian descendit lentement à terre en le regardant disparaître, puis il atterrit à côté de Xiao Yan dont il tapota l’épaule. « Ne laisse pas ce type te donner un coup, petit bonhomme, au risque de faire ce qu’il attendait de toi. Leur clan est un peu différent des gens ordinaires dans le sens où ils sont assez bénis dans leur entraînement. Cela dit, si on devait vraiment parler de talent à l’entraînement, il ne t’arriverait pas à la cheville. »

Le jeune homme sourit doucement en opinant silencieusement du chef. « Aurait-on dû se battre que je lui aurais laissé un souvenir, même si j’aurais dû me battre au point de finir grièvement blessé. » Dit-il à voix basse.

Su Qian fut légèrement surprise par cette déclaration, car il savait clairement que ce n’était pas des paroles en l’air… Il hocha la tête et sourit : « Je ne trouve pas étonnant que quelqu’un qui a retourné la secte des Nuages Brumeux sans dessus-dessous de ses propres forces en soit capable. »

« Ké ké, bien. Il sera temps pour toi demain d’entrer dans la Tour d’entraînement de Qi de la Flamme Céleste pour te faire raffiner le corps par la Flamme au Cœur de la Météorite. Si tu parviens à le supporter, tu t’ouvriras la voie vers le niveau de Dou Wang. Je n’ai rien à te dire de plus ; il n’y a qu’en devenant réellement quelqu’un de puissant que tu pourras te rendre à ce clan et récupérer ta petite amie. » Dit le vieillard d’un ton réconfortant en lui tapotant l’épaule. Il se retourna aussitôt après et s’en alla lentement vers la forêt.

Le jeune alchimiste sourit et acquiesça, puis il regarda le vieil homme partir jusqu’à ce qu’il disparaisse dans les bois. Ce ne fut qu’alors qu’il tourna son regard vers l’horizon Nord. « Attends-moi, Xun’Er… » Ses poings sortirent lentement de ses manches tandis que des gouttes de sang coulèrent entre ses doigts.

« Quant à toi, Ling Qian… Je me souviendrai de cette humiliation… »

Les derniers articles par Wazouille (tout voir)
BTTH Chapitre 583
BTTH Chapitre 585

Related Posts

6 thoughts on “BTTH Chapitre 584

  1. Merci pour les chapitres Waz!!

    J’avais recommencé BTTH depuis le début la semaine dernière histoire de patienter. Ca fait du bien d’avoir la suite. A vrai dire j’avais commencé le manga vu qu’il est bien plus avancé que ta traduction mais quelle déception. Rien a voir avec le novel en terme de qualité de détail et même l’intrigue est moins soutenue. 

    Depuis que je suis tombé sur TDG y a 2 ans finis pour moi les manga et vive les novels.
    Merci pour cette magnifique découverte et je serai fidèle à Xiaowaz pour longtemps.

    Prend soins de toi et bon courage pour la suite.

    1. Certes tes parutions mettent plus de temps
      Mais pour avoir « essayer » moi aussi le manga (où je n’ai tenu qu’un pauvre petit chapitre tellement le manga manque d’intensité )
      J’ai aussi essayé la version anglaise car complète
      Mais y’a pas photo ta traduction est de loin la meilleur tant le champ lexical y est riche et varié par rapport aux autres et l’intensité s’en dégageant transcende tes concurrents

      Donc oui c’est rageant de pas être arrivé 5-10 ans plus tard et de tout avoir ou presque
      Mais tu fais un boulot incroyable et prend le temps nécessaire pour continuer dans les meilleures conditions car un travail de qualité ça prend du temps 

      Bonne continuation et hâte de voir xiao Yan percer au rang de Dou Zhong

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com