DNC Chapitre 405
DNC Chapitre 407

La journée fut trèèèès longue, mais voici enfin vos chaps du jour, à commencer par DNC !

Bonne lecture !

 

 

Chapitre 406 – Soyez sûr que nous prendrons bien soin d’elle…

 

Le trou faisait quinze à dix-huit mètres de large et trente de long. Il avait presque rogné à moitié l’épaisseur du pic.

Il donnait l’impression sinistre qu’un géant avait ouvert sa grande bouche…

« Ce devrait suffire de ce côté… » Le Ministre Chu se vautra à terre sur le dos sans se soucier des apparences et continua de se plaindre. « Mes dieux, je suis tellement vanné. Je meurs d’épuisement… Bordel… C’est encore loin d’être fini… »

Il avait déjà dit tout ça de nombreuses fois auparavant ; la première fois, c’était lorsqu’il avait récupéré la Pointe de l’Épée. La seconde, lorsqu’il avait obtenu la pâte de jade de glace mystérieux, et il faut admettre qu’il s’était même plaint après en avoir récupéré une énorme quantité. Cela étant, ce n’était cette fois que du labeur pur et simple et rien de plus.

Il poussa un gros soupir, puis il sortit une énorme bouteille d’eau pour s’humecter le gosier. Il avala plusieurs gorgées d’eau en un coup.

« Eh gamin, partage cette eau avec tout le monde… » Dit une ombre.

« Euh… En fait, cette eau est assez précieuse, alors je n’en ai pas vraiment assez… » Dit le jeune homme en souvenant que la bouteille dans sa main contenait de l’eau de source de vitalité.

« Bah tiens ! Nous n’avons pas besoin d’un tonneau non plus, tu sais ? » L’ombre masculine lui arracha la bouteille des mains et la tendit à sa compagne plutôt que d’en boire.

Celle-ci leva la bouteille à ses lèvres et commença à se sentir différente dès que l’eau coula le long de sa gorge. Surprise, elle s’arrêta de boire et savoura avec attention l’eau dans sa bouche. « C’est de l’eau de source de vitalité ?! » S’exclama-t-elle, choquée.

L’autre ombre fut également surprise de l’entendre. Comme s’il avait oublié toute sa fatigue, il bondit sur ses pieds et fonça aux côtés de l’ombre féminine pour y jeter un œil.

De l’eau de source de vitalité ? N’est-ce pas une eau fantastique pouvant stimuler la vitalité et la force vitale d’une personne.

Le couple resta abasourdie en goûtant l’eau, et ils ne purent s’empêcher d’éclater en sanglots. Les larmes coulèrent le long de leurs joues tandis que leurs mains tremblèrent légèrement. On pouvait discerner une pointe d’amertume et de détresse dans leur regard.

C’était effectivement de l’eau de source de vitalité.

Ils s’étaient tous deux rendus au Clan du Dieu de la Médecine plusieurs fois dans l’espoir d’obtenir ce trésor inestimable. Ils avaient même vendu leur propriété familiale et y avait mis l’intégralité de leurs économies, mais malheureusement, ils se firent arnaquer et se retrouvèrent avec un faux produit. Ils ne s’arrêtèrent pas là pour autant et accumulèrent de précieux objets, avant de retourner à la Vallée du Roi de la Médecine pour les échanger pour la fameuse eau. Ils n’en obtinrent cependant que quelques gouttes en revendant tout… Ils n’en avaient besoin que d’une petite quantité pour étendre leur force vitale et leur vitalité. Leurs corps vieillissaient, et le seul remède était de percer.

Ils n’avaient besoin que d’une percée pour atteindre le niveau d’Empereur. Ça semblait n’être qu’une fine ligne à traverser, mais elle pouvait leur apporter des changements phénoménaux.

Cependant, ils ne parvinrent pas à percer malgré toutes leurs tentatives.

Le couple vécut ainsi dans le désespoir un long moment, puis ils acceptèrent une requête et descendirent dans les Trois Cieux Inférieurs pour protéger Tie Butian. C’était il y a une dizaine d’années. Ils n’auraient jamais imaginé que cette eau de vitalité élusive qu’ils avaient tant désiré toutes ces années apparaisse devant eux dix ans plus tard de cette façon…

Et de plus… dans une telle quantité…

En fait, ils la tenaient même entre leurs mains.

C’était un trésor mystérieux que tout le monde sur le continent désirait… Même dans leurs rêves. Et ils en avaient à présent une grosse bouteille dans les mains.

Pas étonnant qu’il ait dit que cette eau était assez précieuse, c’était donc pour ça… Tu dis qu’elle est précieuse ? Elle est inestimable, oui.

Les deux ombres n’avaient bû qu’un peu de cette eau, car la petite gorgée qu’ils avaient prise juste auparavant leur suffisaient. En fait, c’était plus qu’assez.

On ne pouvait pas convertir la valeur de cette petite gorgée en argent comptant. Il n’y avait pas d’autre mot pour la décrire qu’inestimable.

Et il en restait pourtant tellement…

Tout à coup, ils observèrent l’adolescent avec de grands yeux ronds, comme s’ils regardaient un monstre.

Même la Vallée du Roi de la Médecine et le Clan du Dieu de la Médecine n’en avaient pas autant dans leurs réserves annuelles ; en tout cas, ça ne suffisait définitivement pas à remplir une aussi grosse bouteille, non ? En fait, toutes leurs réserves ne rempliraient pas la moitié de cette bouteille…

Et ce gamin… Ce Roi des Enfers Chu… Se balade avec une telle quantité.

Et de plus, il l’utilise comme de l’eau bouillie ordinaire et en boit pour étancher sa soif…

Les deux ombres devinrent chèvres en se souvenant des gargouillis que le Fourbe faisait en engloutissant de grandes lampées de cette eau il y a quelques instants.

« Sais-tu ce que c’est ? » Demanda l’ombre masculine en étreignant la bouteille d’eau de source de vitalité comme si c’était la chose la plus précieuse aux monde, les yeux injectés de sang.

« Je le sais, oui. La personne qui me l’a donné m’en a parlé. » Répondit nonchalamment Chu Yang comme si ça n’avait aucune importance.

« Tu… Et tu la gâches malgré tout de la sorte ? » L’ombre devint folle de rage. Il ne pouvait pas comprendre. Qui utilise de l’eau de source de vitalité pour se désaltérer ? Qui es-tu, noms de dieux ? Le fils prodigue d’une famille riche ?

« N’avais-tu pas soif ? » Le jeune homme renifla. « Si tu veux en boire… Alors bois. Si tu n’en veux pas… Alors je la reprendrais volontiers.

« Woah, du calme ! » L’ombre le regarda des pieds à la tête, puis il sortit les gourdes de sa femme et lui. Il amena d’abord sa gourde à ses lèvres pour boire une gorgée d’eau, puis il en versa plusieurs dans sa gourde avant de remettre le bouchon.

Ils n’ont pas l’air cupide… Je peux voir rien qu’en les observant que ce sont des gens très simples et honnêtes. Je comprends mieux pourquoi Tie Butian leur fait autant confiance, ils le méritent totalement.

Mais il revit son jugement en voyant l’ombre se diriger vers Tie Butian et lui dire quelque chose. La jeune femme sembla un peu choquée, puis elle secoua ensuite fermement la tête. L’ombre ajouta quelque chose, mais elle secoua à nouveau le chef. Soudain. L’ombre se saisit alors soudainement de la petite bouteille de l’Impératrice et la remplit d’eau de source de vitalité, puis elle la lui rendit.

L’ombre revint alors vers l’adolescent, les joues rouges et un sourire embarrassé aux lèvres. « Tiens… Prends la. Je te la rends. »

Le Fourbe secoua la bouteille et remarqua qu’il ne resta qu’un peu plus de la moitié. Un grand sourire apparut alors sur son visage. « Eh… Vous avez terminé ? »

« Ahem… Nous avons abusé de ta gentillesse. » L’ombre sourit et ajouta d’un ton embarrassé : « En fait, c’est que… »

« Pas besoin de m’expliquer quoi que ce soit. » Chu Yang sourit. « J’étais déjà près à la partager. Je ne l’aurais pas sortie si je n’avais pas eu l’intention de vous en donner… Pas vrai ? » Il cligna des yeux. « Tant que ça vous est utile, je suis heureux. »

L’ombre le fixa alors un long moment, puis il dit : « Tu… Tu es vraiment un type bien… Vraiment bien ! »

L’autre ombre acquiesça.

Est-il vraiment seulement un type bien ? Si un autre que lui avait autant d’eau de source de vitalité, aurait-elle accepté de la donner gratuitement à d’autre ? Ne serait-ce qu’une goutte ? Bien sûr que non ! Mais ce Roi des Enfers Chu n’a pas été radin avec nous.

Tie Butian tourna son regard vers l’ombre et le jeune homme et tendit légèrement l’oreille. Elle avait l’air indifférente et hautaine, mais elle concentrait toute son attention sur la conversation entre les deux hommes. Un gentil sourire apparut sur ses lèvres en entendant les compliments de l’ombre ; elle avait l’air heureuse qu’on félicite l’adolescent.

« Rassure-toi, nous protégerons attentivement Sa Majesté, nous ne la laisserons pas subir la moindre blessure. » Dit l’ombre.

Le Fourbe fut pris par surprise. « Euh… Plaît-il ? » Je t’ai juste donné ça sans raisons particulières, c’est tout. Alors… Alors qu’est ce que ça à voir avec Sa Majesté ? Vous prenez soin d’elle et la protégez parce que c’est votre responsabilité ? Pourquoi me dire ça ?

Tie Butian toussa doucement et l’ombre, surprise, soupira et baissa la tête.

« Je pense que nous nous sommes assez reposés, pas vrai ? Allez, on continue. » Dit Chu Yang en se levant et en s’étirant.

« C’est vrai ! »

Ils firent tous les trois le tour du pic et se rendirent à l’arrière. Les ombres commencèrent à porter les pierres à l’avant afin de pouvoir les lancer, ce qui augmentaient certainement leur charge de travail. Cependant, la destruction et les morts provoquées par ces pierres tombantes étaient vraiment impressionnantes.

L’armée du Grand Zhao s’était cachée loin de la première zone de retombées mais comme il n’y avait pas eu le moindre mouvement ou bruit pendant longtemps, leur commandant en chef réalisa qu’il ne servait à rien de garder l’armée divisée en deux. Ainsi, quelques soldats s’étaient portés volontaires pour nettoyer tout ce chantier. Ils nettoyèrent d’ailleurs avec une certaine tristesse. Les deux bouts de l’armée se rejoignirent enfin une fois le nettoyage terminé, mais ils n’osèrent pas lever les yeux vers les tâches de sang sur la falaise… Pas plus qu’ils ne pouvaient s’empêcher de trembler…

Les soldats étaient toujours prêts à mourir sur le champ de bataille, mais mourir pour une raison inconnue était terrifiant et affligeant.

Cela étant, tout le monde fut soulagé d’entendre le commandant en chef dire que ça ne se reproduirait plus. Ils soupirent une fois de plus et se rassemblèrent.

Après un long moment…

« C’est quoi ce bruit ? » Demanda quelqu’un d’un air suspicieux en tendant l’oreille…

« J’entends aussi quelque chose… » Répondit une autre personne en fronçant les sourcils… »

« Le tonnerre peut-être ? »

« Oh putain ! Ça recommence… Courrez… ! »

Les grondements devinrent de plus en plus fort, et la montagne comme le sol se mirent à trembler à nouveau. Même les soldats devinrent sourd une fois de plus…

Jin Nankai et les autres généraux devinrent absolument livides en entendant ce terrible bruit.

Ça recommence !

Par mes ancêtres, comment est-ce possible !

Ce grondement violent était indubitablement le prélude au désastre à venir. C’était comme si c’était le seul qu’on pouvait entendre au monde. D’innombrables pierres carrées tombèrent du ciel d’une altitude de huit kilomètres et s’écrasèrent dans un bruit assourdissant…

Elles s’écrasèrent dans la foule humaine avec une force irrésistible et détruisirent tout sur leur passage sans distinction, écrasant tout et en laissant une traînée sanglante à travers l’armée du Grand Zhao.

« Mes dieux… Quel spectacle tragique et incroyable ! » Dit Wu Kuangyun, tout excité.

Il était au Col Séparant les Cieux, les oreilles bouchées avec des bouts de coton, et il remuait le popotin en rythme avec les tremblements. Wow… Ah ah ah… Je me sens si bien !

Vous avez essayé de nous envahir alors maintenant, affrontez la fureur des cieux, bande d’enfoirés ! Les cieux n’épargneront pas un seul d’entre vous…

Ah ah…

C’est tellement génial…

Les lamentations et les cris provoqués par le chaos étaient engloutis par le bruit tintamarresque…

Le chaos se poursuivit une heure durant avant de finir par s’arrêter, mais seulement après avoir causé plus de dix mille morts.

Soit plus de morts que la fois précédente.

Pourquoi ? Parce que les pierres couvraient une distance bien plus grande que précédemment. La première fois, les pierres avaient dû franchir de nombreux obstacles durant leur descente, et la texture du sol était assez inégale pour offrir une certaine résistance. Cependant, cette fois-ci, les rocs rencontrèrent moins de résistance, et même le sol avait été aplati au point de se comporter comme un coussin élastique qui préserva leur élan. Ainsi, ils avaient pu continuer de rouler sans s’arrêter et avaient couvert une plus grande distance.

L’armée du Grand Zhao avait subi deux accidents terrifiants à la suite, et les troupes étaient complètement plongée dans le chaos. Tout le monde regardait alentour d’un air paniqué, blanc comme des linges. L’horreur se lisait dans leur regard. C’était comme s’ils pouvaient s’effondraient à tout moment. Même Jin Nankai et les deux autres ne purent rester assis sans réagir.

Les derniers articles par Wazouille (tout voir)
DNC Chapitre 405
DNC Chapitre 407

Related Posts

9 thoughts on “DNC Chapitre 406

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com