DNC Chapitre 406
DNC Chapitre 408

Alors que Xiao Yan a le blues, le Fourbe, lui, se prépare à faire de la purée maison ! 

Bonne lecture :3

 

 

Chapitre 407 – Poussez… Poussez…

 

Plusieurs troupes de l’armée du Grand Zhao étaient rassemblées à cet endroit. Ces soldats appartenaient à trois grands régiments, et le nombre de têtes s’élevait à un million d’âmes au total. Cela étant, ordonner autant d’hommes était une tâche éprouvante !

« Nous devons réarranger l’armée et battre en retraite rapidement avant qu’autre chose ne se produise. » Dit Long Ao avec une expression sérieuse. « Il est inutile de rester ici, nous ne ferons qu’être sapés petit à petit par l’ennemi. Et si… Et si l’ennemi devait bloquer notre retraite ? Nous serions alors foutus… »

Les deux autres généraux opinèrent du chef encore et encore.

En fait, ils savaient tous les trois que la majorité des troupes du Nuage de Fer étaient fermement retenues sur le champ de bataille principal par les forces du Grand Zhao et qu’une petite partie des soldats de l’ennemi était stationnée au Col, et qu’ils ne pouvaient pas quitter leur poste.

Par conséquent, ils n’avaient certainement pas à s’inquiéter de voir leur couper leur retraite. Long Ao ne faisait qu’énumérer toutes les raisons plausibles de retirer ses troupes de là.

Ces accidents les avaient en gros terrifiés, et ils préféraient encore se rendre sur le champ de bataille principale et s’y battre. Ils ne voulaient pas rester ici puisqu’ils pouvaient se retrouver face à une pluie de rochers à tout moment.

« Cependant, l’un d’entre nous doit rester ici pour empêcher Wu Kuangyun de profiter de notre retraite pour lancer une attaque soudaine.  Qui va rester ? » Demanda Jin Nankai en regardant ses deux collègues.

« Moi. » Dit solennellement Long Ao.

Jin Nankai Yu Chenglong s’échangèrent un regard et acquiescèrent. Rester sur place pouvait paraître comme le choix le plus risqué dans la situation actuelle, mais les troupes restantes ne risquaient pas d’être complètement annihilées. Par contre, les troupes battant en retraite courraient le risque de subir une embuscade des pierres tombantes.

Cela dit… Rien ne permettait de dire que ça arriverait ou non.

Les trois généraux arrivèrent rapidement à un accord. Nous allons d’abord attendre que le calme revienne puis, au moment que nous jugerons le plus sûr, nous ferons sortir nos deux troupes à marche forcée le long de la vallée pentue aussi vite que possible. Celles de Long Ao suivront immédiatement après.

Tout sera plus facile une fois que nous serons hors de la vallée !

« Quel dommage que nous nous soyons retrouvés dans une situation aussi difficile… » Dit Yu Chenglong dans un gros soupir. Il leva un regard plein de regrets vers le Col Séparant les Cieux, et les deux autres soupirèrent également.

Cette situation était aussi rare qu’inhabituelle. Les troupes du Nuage de Fer étaient coincées sur le champ de bataille principale au point de ne pouvoir en bouger d’un pouce, et Diwu Qingrou avait monté un plan ingénieux pour capturer cette forteresse en déployant trois régiments d’un coup. Un million d’hommes composaient cette armée, qui avait poursuivi de près l’ennemi jusqu’à la vallée pentue et au Col Séparant les Montagnes.

Ce Col était certainement considéré comme la place forte naturelle la plus solide au monde, mais elle n’était pas pour autant imprenable. L’armée du Grand Zhao était en supériorité numérique et avait attaqué jour et nuit ; elle aurait continué tant que l’approvisionnement militaire se maintenait. Certes, elle aurait subi des pertes de plusieurs centaines de milliers d’hommes durant ces assauts, et elle n’aurait réussi à capturer le Col qu’après plusieurs tentatives, mais ce sacrifice aurait valu le coup si elle avait réussi. Ils auraient pu ainsi ouvrir un passage en plein coeur du Nuage de Fer et capturer ce vaste territoire au nom de leur nation. Ça aurait été un exploit considérable !

En fait, ces trois bandits de généraux avaient été assignés à cette mission pour implanter cette stratégie-là ! Et ils n’avaient pas eu l’intention de rentrer sans réussir en arrivant pour la première fois sur place.

Ils auraient été prêts à faire de leur mieux, même s’ils devaient perdre dix de leurs soldats pour un du Nuage de Fer !

Ils avaient même commencé à relever des signes de fatigue sur le visage des défenseurs. Ils avaient réalisé qu’ils n’avaient besoin que de renforcer leurs offensives, et ils auraient réussi à percer les lignes ennemies tôt ou tard. Cependant, ils furent forcés de battre en retraite à cause d’évènements inexplicables et imprévisibles, ce qui était on ne peut plus affligeant.

Leur décision étant prise, il ne servait à rien de perdre davantage de temps. L’ordre de se préparer à battre en retraite fut transmis aux troupes, qui furent soulagées de le recevoir tant ce terrifiant phénomène avait effrayé aussi bien les soldats que les officiers. Ils ne perdirent pas de temps et emballèrent leurs affaires à la vitesse de l’éclair, mourant d’envie de partir…

Plus de quatre-vingt-dix pour cent d’entre eux se firent une promesse. Je ne reviendrai jamais ici ! Plutôt me fracasser le crâne et mourir que de crever dans un endroit pareil…

**** ****

Pendant ce temps, le Ministre Chu était sur son pic, qu’il coupait. La base du pic avait presque été entièrement évidée, et le voir vaciller était inquiétant. C’était comme s’il pouvait tomber à tout moment. De plus, l’excavation horizontale à l’arrière du pic était certes longue, mais ils n’avaient pas trop creusé verticalement.

Pourquoi ? Parce que Chu Yang ne voulait pas que le pic gigantesque tombe dans la mauvaise direction, gâchant ainsi tous leurs efforts.

Ensuite, il creusa un peu à gauche comme à droite, pour ne laisser qu’une section centrale épaisse d’une grosse dizaine de mètres… C’était tout ce qui retenait le pic attaché.

On avait l’impression que le pic allait tomber à chaque fois qu’un vent fort soufflait…

Le jeune homme utilisa plusieurs pierres pour soutenir l’arrière du pic, puis il coupa quelques gros arbres avec de longues branches et les plaça prudemment à l’arrière. Il avait l’intention de s’en servir comme de leviers ; son plan était d’utiliser plusieurs arbres en même temps pour fonctionner comme un seul et même levier. Il serait plus facile d’en utiliser plusieurs petits qu’un seul gros…

En fait, la puissance combinée des trois Rois Martiaux pourrait ne pas suffire à manier un gros levier… C’était d’autant plus vrai qu’ils étaient un peu fatigués. L’adolescent n’avait donc d’autre choix que de choisir cette solution, qui était la plus sûre vu que ces grands arbres leur permettraient de rester loin du bord et augmentaient leurs chances de réussir.

Cela étant, il creusa néanmoins une grosse grotte à proximité pour assurer leur sécurité. Les trois Rois s’y réfugieraient aussitôt que le pic commencerait à tomber…

Une fois que tout fut prêt, il dit d’une voix puissante : « Allez vous réfugier loin de là en premier, Votre Majesté. N’oubliez pas de vous boucher les oreilles pour éviter d’être blessée… »

Tie Butian s’exécuta aussitôt et utilisa sa technique de réduction de poids pour filer au loin. Elle arriva à une étendue plate à trois cents mètres de là, d’où elle apparaissait comme un petit point noir au Fourbe.

Celui-ci fit alors signe du bras droit, et les trois Rois commencèrent à utiliser leur force simultanément. Ils scandèrent le chant de l’ouvrier se faisant : « Un, deux trois, poussez… poussez… poussez… ! »

Les trois individus travaillèrent de concert, tenant chacun un arbre en main et le poussant lentement vers le bas. Ils mesurèrent leur force au départ, histoire de jauger la pression à applique pour éviter de devoir faire face à un rebond ingérable qui ferait accidentellement chanceler le pic. De plus, ils se tenaient à l’arrière alors une poussée soudaine vers le haut risqueraient de les éjecter de la montagne et de les faire s’écraser en contrebas…

Ils appliquèrent tous trois la même puissance et se rendirent compte que le pic tremblait un peu…

Cela étant, ils avaient employé leur pleine puissance, cette fois. « Arrêtez lentement d’appuyer, leeeentement… Pas tout à coup, lentement et graduellement. Réduisez votre force petit à petit… »

Lorsque les leviers retrouvèrent leur position de départ, Chu Yang fonça droit devant. Il avait visiblement découvert quelque chose. Il dégagea quelques grosses pierres de la base et réajusta le point d’appui des leviers, puis il jeta les pierres sur le côté.

Les deux ombres le virent faire des allers-retours sous le mégalithe à la base presque qu’évidés, et ils ne purent s’empêcher d’être recouverts de sueur froide. Le Ministre Chu finirait instantanément en une grosse flaque de sang si le mégalithe devait brusquement s’écraser…

Il est vraiment courageux !

Le jeune homme continua ses allers-retours sous le pic dans un ‘swoosh’, faisant transpirer davantage encore les deux ombres. Ce salopiaud ne cesse de tronquer la base du pic… Elle ne fait même plus six mètres d’épaisseur à présent…

Il fait sacrément audacieux !

L’adolescent revint à toute vitesse à sa place, puis il vérifia la position des arbres et fit quelques ajustements. Il se saisit ensuite de son levier et donna le signal : « Commencez ! »

Les trois Rois Martiaux commencèrent à exercer leur force à l’unisson.

Le pic s’inclina lentement, ce qui encouragea les trois experts de niveau Roi qui rassemblèrent toutes leurs forces avant de crier : « Et hop, tu descends ! »

Ils concentrèrent soudainement leurs forces et poussèrent leur levier vers le bas !

Le pic se pencha vers l’avant avec une lenteur incroyable et commença à chuter. C’était comme si un géant gigantesque s’apprêtait à tomber face contre terre… et que ça arrivait au ralenti.

« On a réussi ! Filons… » S’exclama le Ministre Chu en lâchant son arbre et en bondissant en arrière dans un ‘swoosh’. Les trois Rois bondirent çà et là en faisant siffler le vent et ils parvinrent à traverser les trois cents mètres à une vitesse incroyable, avant d’entrer dans la grotte creusée à l’avance…

Le pic chavira lentement jusqu’à dépasser le point d’inclination, puis il accéléra subitement !

Il glissa enfin à flanc de montagne !

BANG…

Les montagnes alentour tremblèrent férocement !

Le pic roula lentement vers la falaise, puis il glissa lentement sur la pente en dessous. Il se mit à rouler à partir de là… Boum ! Il y eut une autre secousse…

Et ensuite, les grondements devinrent de plus en plus forts et fréquents… Bang, bang, bang, bang, boum, boum, boum, boum…

C’était comme si le dieu du tonnerre faisait de la batterie. Le pic Chun Yang tout entier virevoltait en descendait, tel un météore tombant d’une altitude de neuf kilomètres de haut. Il grondait en descendant du sommet de la montagne.

Les montagnes dans un rayon de plusieurs centaines de kilomètres semblèrent danser le disco. Elles tremblèrent et la montagne où le pic tremblait tout particulièrement. Les rochers la parsemant sautèrent joyeusement une dizaine de mètres dans les airs, comme s’ils rivalisaient les uns avec les autres. Ils suivirent ensuite le pic en masse et dévalèrent la montagne…

Une telle force et un tel élan avaient effectivement de quoi secouer le monde !

Le grand pic n’avait pas encore descendu la moitié de la montagne qu’il avait causé des effets déjà équivalents à un éboulement massif, d’autant qu’ils se déroulaient simultanément dans un rayon de cinquante kilomètres !

Ce n’était pas un éboulement, mais la chute d’un mégalithe !

On utilise souvent l’analogie ‘un tsunami de la taille d’une montagne’ ou ‘un éboulement extraordinaire’, mais combien d’entre nous en ont réellement vu ?

La plupart des gens voudraient assister à un évènement pareil, et l’armée du Grand Zhao dans la vallée pentue aller assister à ce ‘spectacle d’une rare beauté’ de leurs propres yeux. Cependant, ils préféreraient certainement être nés aveugles que de voir ça !

**** ***

Jin Nankai et Yu Chenglong avaient fini d’organiser leurs troupes et firent leurs adieux à Long Ao avant de donner l’ordre de se mettre en route. Les roues des chariots cliquetèrent et les chevaux hennirent. Les arcs et les flèches pendirent de la taille des soldats. Un ordre militaire devait être strictement obéi, quoi qu’ils arrivent, aussi les soldats s’en allèrent précipitamment.

Les deux généraux tigres revêtirent leurs armures intégrales, puis ils firent demi-tour et montèrent au dos de leurs chevaux. Ils marchèrent en tête de l’armée avec des expressions maussades, les soldats avançant en colonne à leur suite, et la formation bien ordonnée commença sa retraite.

Tous les hommes étaient des vétérans bien entraînés, mais ils avaient tous l’air terrifiés et chagrinés.

L’ambiance était morose au sein des rangs, et les chevaux n’étaient pas de meilleure humeur. Ils baissaient tous la tête d’un air abattu, le regard éteint. Ils couvrirent plus de cinq kilomètres en un rien de temps, puis ils traversèrent quelques autres kilomètres avant d’atteindre la section de la vallée où les précédentes chutes s’étaient produites.

Jin Nankai jeta un regard lourd de sens à ses hommes et cria : « Pourquoi êtes-vous abattus ? Nous ne battons en retraite que temporairement, nous ne sommes pas encore vaincus ! Nous reviendrons, tôt ou tard ! Et cette fois, le Col nous appartiendra ! »

Il marqua une pause et continua : « Reprenez-vous, soldats. Nous devons forcer l’allure et traverser cette partie de la route d’un seul et même effort ; c’est compris ? »

« Oui, mon Général ! » Répondirent les soldats à l’unisson.

« Bien, pressez le pas à présent ! Allons-y ! » Jin Nankai et Yu Cheng éperonnèrent leurs chevaux, qui s’élancèrent en avant en faisant siffler le vent. Même eux avaient hâte de quitter cet endroit maudit.

À ce moment… Un bruit terriblement puissant et sourd résonna soudainement. « Boum ! »

Les derniers articles par Wazouille (tout voir)
DNC Chapitre 406
DNC Chapitre 408

Related Posts

7 thoughts on “DNC Chapitre 407

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com