DMS : Chapitre 117

DMS : Chapitre 116
DMS : Chapitre 118

Chapitre 117 – La taverne sous le château (4)

 

Je n’en revenais toujours pas. Ce type, un vulgaire humain, même pas un explorateur ! Il était entré dans mon donjon alors que c’était chose réputée impossible. Ne m’avait-on pas toujours dit que pour les humains normaux, l’entrée de donjons était une barrière infranchissable, qui les repoussait sans vergogne ? J’avais d’ailleurs misé sur le fait que je serais en sécurité dans mon donjon lorsque ce garde me courait après.

Qui aurait cru qu’il se retrouverait piégé avec moi sur mon territoire, en des lieux qui faisaient de moi une déesse même si j’étais loin d’égaler la puissance brute de ce garde ?

D’ailleurs, c’était la première fois que je me faisais cette remarque mais depuis que Joc avait foutu le bordel dans mes capacités de créatrice de donjons, je pouvais distinguer un niveau au-dessus de la tête des humains alors que je n’avais jamais pu le voir auparavant ; j’avais toujours juré qu’ils n’en avaient pas.

Mais il fallait croire que le système était plus pernicieux que je le pensais. Il avait affublé l’épée du forgeron d’un nom, de statistiques et d’une description alors qu’elle était une arme créée des mains d’un autochtone, pourquoi dans ce cas n’aurait-il pas également et en secret évalué la puissance de chaque être vivant d’Albion ?

Peut-être était-ce uniquement une information cachée car elle était inutile aux explorateurs.

Et voilà qu’à ce moment précis, son niveau n’avait plus d’importance. Il était là, comme un idiot regardant autour de lui sans comprendre la gravité de la situation. Il venait de me menacer chez moi et devant mes enfants, il n’allait plus s’en sortir, c’était certain.

Et puis… Je ne pouvais décemment pas lui permettre de remonter et de tout raconter.

— Orc’Geist ? murmurai-je à ce qui ressemblait à mon plus zélé serviteur.

Et il s’empressa de tourner la tête vers moi. Je ne pouvais toujours pas distinguer clairement ses yeux derrière la fente de son heaume mais je sentais qu’il posait sur moi un regard empli de révérence et avec un soupçon d’amour, comme s’il était réellement mon enfant. Et il l’était ; après tout, je lui avais donné la vie.

— Lui, fis-je en désignant le garde du doigt comme un vulgaire manant, il ne ressort pas d’ici. On est d’accord ?

Orc’Geist le croisé hocha rapidement la tête dans ma direction avant de la tourner vers sa très probable future victime. Tous les autres Orcs grognaient et je sentais que puisque j’avais donné l’ordre à Orc’Geist en particulier, ils rongeaient leur frein en n’osant pas se jeter sur le pauvre intrus.

Pauvre intrus qui commençait enfin à réaliser ce qui se tramait autour de lui. Il se mit à trembler et je pus vois des gouttes de sueur grosses comme des grains de raisin perler le long de son front.

— D… Des monstres ?! Que… Mais que… Mais où sommes-nous ?! balbutia-t-il sans trouver ses mots.

Et ses mots, il n’allait pas les trouver avant longtemps : Orc’Geist s’était déjà jeté sur lui pour l’attraper par la nuque et le soulever comme un brin d’herbe. Il se mit à rire grassement en voyant que le pauvre humain ne pouvait rien faire pour se défendre – le garde avait d’ailleurs tourné de l’œil à l’instant même où l’énorme main gantelée de métal s’était refermée sur lui.

— Huh… Quoi ? Misérable humain ? Vulgaire insecte… Pas capable de rester conscient pour savourer une défaite douloureuse ?

Un des Orcs sur le côté se plaignit. Il voulait à priori voir l’humain crier et implorer pour sa vie et le fait qu’il eût perdu connaissance ne l’avait pas satisfait.

— Ne t’en fais pas, Orc. Il se réveillera assez tôt, le rassura Orc’Geist en se retournant.

Il emmena sa victime en direction du bar, et le balança directement contre un mur à l’arrière de la pièce. Le pauvre s’écrase comme un sac de patates et y laissa une trainée de sang en s’écroulant au sol.

— Lui, il sait qui a pris Orcsalem. Je le sens, je le sais. Il pue le traître, le couard, le félon. Il va tout me révéler, et ensuite… Oh oui, ensuite… Je reprendrai Orcsalem !

Orc’Geist était reparti dans son délire mais au moins, il n’allait pas laisser ce type sortir du donjon. En tout cas, pas avant un sacré bout de temps au moins.

Pendant qu’il entamait sa séance de ce que je supposais être les prémices d’une torture façon Orc, je me retournai.

— Bon. Il est temps que je monte voir Arthur. Et que je ne me fasse pas reprendre une deuxième fois.

Je me permis d’enfiler à nouveau ma vieille toge, qui malgré le confort de l’armure de Duphine était plus chaude et me mettait plus à l’aise. Je sortis de la taverne sans un mot de plus et refis le chemin en sens inverse, jusque dans la grange éventrée ; personne ne passait par là et le jeune couple que j’y avais croisé n’allait certainement pas risquer de braquer les projecteurs sur eux : on leur aurait naturellement demandé ce qu’ils faisaient là. Lorsqu’on était un serviteur, il valait mieux ne rien voir et ne rien savoir pour passer inaperçu.

— La route est dégagée. Je peux enfin me rendre jusqu’à cette tour ? osai-je croire.

Après avoir parcouru exactement le même chemin que précédemment, j’aperçus à nouveau la vieille porte vermoulue au bas de la tour. Elle était verrouillée mais je comptais sur ma force pour en démolir la serrure, les gonds ou quoi que ce fut qui allait me permettre d’entrer.

Je fis quelques pas en avant en vérifiant bien qu’aucun garde ne passait par là, cette fois. Pas de torche en vue, pas de cliquetis léger du barda d’un garde. Je pus soupirer un peu avant de me jeter vers la porte pour parcourir les quelques mètres qui restaient sous le couvert de la nuit.

Je tentai, juste au cas où, de pousser la porte. Peut-être n’était-elle pas fermée à clé ce soir-là ?

Ce n’était bien sûr qu’un doux rêve. Elle était verrouillée à n’importe quelle heure du jour et de la nuit et je ne pouvais pas m’attendre à ce que le seul garde qui en possédait la clé oublie de la refermer derrière lui après son unique ronde de la nuit.

Je jetai encore un regard autour de moi en tendant l’oreille. La nuit était vraiment calme et si un garde s’était approché, j’aurais pu entendre le bruit de ses pas. Or, tout était parfaitement silencieux. Un peu trop même, j’eus peur que fracturer la porte n’attire l’attention d’un indésirable.

— Dois-je vraiment passer pas là ? hésitai-je tout à coup, et si on m’entendait ? On pourrait m’attendre lorsque je redescendrai, ou pire, essayer de me tuer à vue.

Je secouai la tête. Évidemment que je devais passer par là. Il n’y avait pas d’autre chemin sûr pour arriver à l’étage de la chambre du roi.

Je pris donc une profonde inspiration et tout en scrutant les environs de mes oreilles grandes ouvertes, je me mis à murmurer le plus bas possible.

— Bénédiction de force.

Une légère aura dorée m’entoura et s’évapora aussi vite qu’elle était apparue. Je sentis dans chacun de mes muscles qu’ils étaient tous prêts à fournir une violent décharge dès lors que je les solliciterais. Mais ce n’était pas tout. Après tout, je m’apprêtais à essayer d’exploser une serrure en métal… Ce n’était pas rien pour une jeune et frêle demoiselle.

Je fermai le poing et tout en décrivant un magnifique arc de cercle en direction du loquet, je murmurai encore.

— Frappe brutale !

Mon poing s’enflamma légèrement, comme s’il venait d’entrer dans l’atmosphère. Ce n’était vraiment pas mirobolant, juste une lueur orangée autour de mes doigts, de ma paume ; et une petite flammèche dans son sillage, qui mourut aussitôt.

Lorsque ma main entra en contact avec la serrure d’acier, cette dernière se tordit dans un bruit sec et un grincement douloureux. Elle tomba sur le côté en arrachant l’autre morceau, lui accroché au mur et scellé dans la pierre. Une légère pluie de poussière suivit le descellement dans un doux son sableux.

— Et voilà le travail. Le Paladin est le meilleur des voleurs, c’est sûr !

J’ouvris lentement la porte, de peur de la faire grincer. Ses gonds n’étaient pas utilisés plus de deux fois par jour et ils devaient être sacrément rouillés. L’oreille toujours aux aguets, je m’attendais presque à voir arriver un ou l’autre garde qui aurait entendu le bruit que j’avais fait.

Immobile, j’attendis dans l’encadrement de la porte pendant quelques dizaines de secondes durant lesquelles je retins même mon souffle.

Silence total.

Rassurée, j’ouvris finalement la porte juste assez pour pouvoir me glisser à l’intérieur. Un dernier coup d’œil à l’extérieur me confirma qu’on ne m’avait ni vue ni entendue. Je refermai alors lentement la porte pour ne pas attirer une attention malvenue.

— Bon. Il ne reste plus qu’à monter au bon étage, soupirai-je.

Et le bon étage était le troisième. Je gravis donc les marches de l’escalier en colimaçon le plus prudemment possible, à la fois parce que je n’y voyais rien et pour ne pas faire de bruit, comptant les petites meurtrières à chaque demi-étage.

— Me voilà arrivée.

Derrière cette porte en bois se trouvait un couloir que je connaissais pour y être déjà allée lorsque j’avais rendu visite à Lancelot. Sa chambre était proche de celle du roi Arthur et je devais me montrer la plus prudente du monde, encore plus qu’avant.

Je ne pouvais pas casser la serrure comme je l’avais fait en bas. Ici, un tel bruit au milieu de la nuit alerterait à coup sûr un garde, si ce n’était Lancelot en personne.

— Merde. Je ne pensais pas que cette porte était fermée à clé, me plaignis-je tout bas.

Et je ne pouvais en aucun cas me permettre d’attirer une attention malvenue.

Soudain, j’entendis un bruit dans le couloir, de l’autre côté de la porte. Un léger cliquetis accompagné d’un bruit métallique plus sec. Si près de la porte ?

— Ne me dis pas que…

Il ne pouvait s’agir que d’une chose : avec toutes ces conneries et le fait d’avoir dû redescendre dans le donjon, j’étais revenue pile à l’heure où le seul garde à posséder la clé entamait la visite nocturne de la tour.

— Putain de merde, lâchai-je sans trop le vouloir.

De l’autre côté, une voix répondit à mon juron.

— Hein ? Il y a quelqu’un là-dedans ?

J’eus l’excellent idée de réprimer ce besoin urgent de lui répondre que non, c’était son imagination, qu’il pouvait repartir dormir. Je compris instinctivement que ce garde n’aurait pas le sens de l’humour nécessaire pour rire à une telle blague en un tel moment et un tel endroit.

Je voulus alors faire demi-tour et descendre les marches quatre à quatre pour me cacher en bas. Ce n’étaient que des marches, même dans le noir, je ne risquais pas de tomber – ou pas vraiment.

Mais d’un seul coup, je réalisai.

La porte d’en bas était fracturée. Même si je sortais et que je me cachais, ce mec allait voir l’effraction et assurément donner l’alerte. La tour était un accès direct vers les appartements du roi et il ne prendrait pas ça à la légère !

Je m’arrêtais donc quelques mètres plus bas, pensive.

— Je… Je n’ai plus trop le choix. Merde… Merde.

La porte du haut grinça et une lumière flambante fit irruption jusqu’à l’endroit où je me trouvais. Avançant encore d’un pas, je mis quelques secondes à me décider.

Le garde entra dans la tour et descendit les premières marches avec prudence tout en posant à nouveau la question.

— Il y a quelqu’un ici ? Montez ! Cette tour est supposée être vide !

Il m’intimait de me montrer, avec une légère teinte de menace dans la voix. Je ne pouvais pas deviner son niveau mais il devait être au moins aussi puissant que l’autre garde s’il était affecté à l’intérieur du château, et à la surveillance du couloir où se trouvait la chambre du roi. Et il était le seul à posséder les clés de cette tour. Je ne pouvais pas le prendre à la légère.

Frappe étourdissante ? Je pourrais le sonner quelques secondes mais après ? Non, ça n’ira pas. Même avec ma bénédiction de force toujours active, je ne pense pas pouvoir lui faire mal. Et même avec les Armilles de Frappe, je n’aurai jamais le temps de l’assommer ! Merde… Que faire… Comment m’occuper de lui ?

Plus il avançait et descendait, plus je reculais et descendais moi aussi. J’étais probablement tout juste un étage en-dessous de lui et la lumière dansante de la torche sur les murs me suivait de près, de trop près…

Entrave ? Et après ? C’est pareil. Je ne peux rien lui faire. L’attirer jusqu’au donjon ? Hah, quelle idée. Et tous les gardes que j’ai esquivés entre temps ? Non, impossible. Je n’y arriverai pas.

J’arrivai finalement à la porte d’en bas, fermée mais définitivement déverrouillée. C’était le moment de vérité. Il fallait que je me décide.

Si j’abandonne et que je fuis, je laisse tomber Arthur. Je ne pourrai plus passer par ici, c’est certain. Et tout autre chemin, n’y pense même pas, ma pauvre Wuying. Abandonner Arthur à son sort ? Clairement, c’est non. Je n’ai pas fait tout ça pour rien. Je l’ai fait pour lui, et je…

— Je ne suis plus à ça près.

— Hein ? s’étonna le garde qui venait enfin de m’entendre à nouveau.

Il pressa le pas, certain désormais qu’il n’avait pas rêvé.

— C’est vraiment le moment d’essayer de faire la paix avec la déesse de la chance, Wuying ! m’écriai-je – mais pas trop fort non plus.

— Qui est là ?! Ne bougez plus ! tonna le garde qui venait d’arriver face à moi.

Le garde devant, la porte derrière. Je ne pouvais même plus l’ouvrir, je n’avais plus la place.

— Appropriation… !

Raka

Mélange satyrique de Daria et Docteur House, élevé à grands coups de Fluide Glacial pendant un peu trop longtemps, le cynisme n'est égalé que par l'excès d'humour noir et de sarcasme quotidien dont je fais preuve.
Mais on s'en fout, pas vrai ?
Raka

Les derniers articles par Raka (tout voir)

DMS : Chapitre 116
DMS : Chapitre 118

8 Commentaires

  1. Coco

    Merci pour le chapitre

    Répondre
  2. Hyrtik

    Merci pour le chapitre !

    Répondre
  3. Aximili

    Merci pour le chapitre !

    Répondre
  4. leffi

    merci pour ton travail. Bon quel pouvoir elle va emprunté, au pif regard pétrifiant

    Répondre
  5. DarkramDarkram

    Merci pour ce chapitre.

    Répondre
  6. GoblesGobles

    Merci pour ce chapitre

    Répondre
  7. gutsguts

    Merci pour ce chapitre

    Répondre
  8. HinomuraHinomura

    Merci pour le chapitre

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com