DNC Chapitre 213

DNC Chapitre 212
DNC Chapitre 214

Et voilà Khultima, voici un chapitre bonus pour te remercier une fois de plus de ta générosité ^^ Par contre, je ne sais pas si une telle fin vous permettra à tous lecteurs de tenir jusqu’à mercredi… x)

Bonne lecture et encore merci, Khultima !

Chapitre 213 - Une vie de regrets à chercher

« Plus je le regarde, plus je trouve qu’il ressemble à… Même son attitude agaçante est similaire. » L’étranger en bleu soupira, fit demi-tour et fit deux pas. Soudain, il tendit la main et une lueur violette vola vers Chu Yang. Il dit : « C’est pour toi, considère ça comme un petit cadeau de ma part. »

Après quelques pas, il tourna la tête et jeta un dernier regard à son visage. Il secoua ensuite la tête, prit une grande inspiration et s’envola dans les airs après avoir pris appui au sol. Il disparut dans un éclair en disant : « À plus tard, gamin !»

Tout à coup, on entendit parvenir de loin une voix ténue qui résonna à travers la forêt : «… Je traverse des milliers de montagne sans cesse, le cœur plein de regrets. La route, la longue route qui m’attend est brumeuse ; je m’enivre chaque jour, tant il m’est difficile de me débarrasser de ce chagrin…»

Contre toute attente, cette voix désolée suintait le désespoir et elle persista un long moment dans le ciel neigeux…

Le jeune homme perdit son regard dans la direction par laquelle l’homme en bleu avait disparu. Il ignorait pourquoi, mais il éprouvait de la tristesse… C’était comme si ses émotions étaient devenues confuses, brouillées et irréelles, comme le ciel neigeux…

Il ouvrit la main et vit dans sa main un jade violet, qui brillait d’un éclat vif. C’était un morceau de jade ordinaire sans aucune inscription…

Il soupira, rangea le jade et revint à la question qui le travaillait : Qui était cet homme ?

Gu Duxing et compagnie coururent vers lui en toute hâte et lui demandèrent : « Est-ce que ça va, grand-frère ?»

« Je vais bien. » L’adolescent se força à rire et dit : « Rentrons, maintenant. » Pour une raison ou l’autre, il avait le moral dans les talons… Il monta silencieusement sur son cheval et fit claquer son fouet. Le cheval hennit, et fila comme une flèche parmi les flocons.

Ses cinq amis s’échangèrent des regards, et ils s’aperçurent qu’ils éprouvaient tous de l’inquiétude. Ils n’osèrent pas perdre davantage de temps ; ils sautèrent sur leurs chevaux et poursuivirent leur grand-frère.

Les chevaux galopèrent comme le vent et disparurent rapidement. La neige continua de tomber lourdement et couvrit densément le sol. Rapidement, toutes traces du groupe du Fourbe avaient été effacées, et la neige occupa tout l’espace, la terre comme les cieux. Elle avait tant et si bien tapissé le monde que personne n’aurait pu dire que quelqu’un s’était trouvé là. En fait, personne n’aurait pu dire qu’il y avait une route…

Par la suite, la bande chevaucha pendant un moment…

L’étranger traversait la poudreuse tombante comme un rayon de lumière. Il ne cessait de disparaître et de réapparaître bien plus loin.

Tout un coup, il se figea et marmonna : « Quelque chose cloche. »

Il resta immobile sous la neige et réfléchit attentivement. Tout à coup, il se frappa le front et marmonna : « Tu es un âne ! On parle d’un objet d’une énorme valeur, et il n’est qu’un tout petit maître martial… Pourquoi oserait-il le porter sur lui ? Ce n’est pas parce qu’il ne l’avait pas sur lui… Qu’il ne l’a pas du tout !»

Il soupira, irrité, et marmonna : « Quand je lui ai demandé qui était son père, ce petit salop m’a répondu qu’il était mort il y a longtemps de ça, ce qui expliquerait effectivement son ton colérique. Par contre, s’il était bel et bien un fils de chasseur… Ça ne collerait pas !»

Il réfléchit et finit par dire : « Il faut que je retourne le voir. »

Il fit aussitôt demi-tour, et vola vers l’endroit où il venait de rencontrer Chu Yang…

Mais à ce moment, ce dernier était déjà parti depuis longtemps…

Là où il s’était séparé du jeune homme, l’homme en bleu poussa un léger ‘hmm’, puis il eut un petit sourire satisfait en coin. « Crois-tu que le morceau de jade que je t’ai donné n’a pas d’yeux ?»

Il ferma les siens et activa son énergie martiale.

Il avait laissé une trace de sa propre énergie dans le jade, et pouvait détecter sa position tant qu’il était encore à cinq cents kilomètres à la ronde en activant son énergie martiale.

Au cours des dernières années, il avait donné des centaines de morceaux de jade identiques afin de parvenir à trouver quelqu’un… Et bien que les résultats aient été décevants, c’était une manière très efficace de retrouver quelqu’un.

Au bout d’un moment, l’étranger écarquilla les yeux. « C’est étrange ! Même à cheval, il n’aurait pas pu couvrir plus de quelques dizaines de kilomètres… Alors pourquoi je ne parviens pas à sentir quoi que ce soit ?»

Il s’avérait que l’énergie du morceau de jade avait déjà complètement disparu, comme si elle n’avait jamais existé…

« C’est bizarre… Que se passe-t-il ?» Il reprit lentement sa marche et regarda alentour d’un air inquiet. À présent qu’il avait perdu sa trace, c’était comme chercher une aiguille dans une botte de fond. Par où devait-il commencer ses recherches ?

« Je vais passer quelques jours à le chercher et si je ne le trouve pas, je vais rentrer faire mon rapport…» Il se gratta la tête, sentant une migraine monter. Il repensa à toutes les fois où le clan s’était énervé de ces dons de centaines de morceaux de jade… Et à chaque fois, il avait échoué et s’était fait sermonner. Il frémit en y repensant.

« Bordel de merde ! C’est une véritable torture…» Plus il pensa, plus l’homme entre deux âges se lamenta. Il ne put s’empêcher de jurer : « Putain ! Vous avez réussi à perdre un enfant de même pas un mois, et c’est moi qui doit le chercher… Mais vous savez combien de gens il y a dans les Neuf Cieux ? N’est-ce pas comme retrouver un poisson dans l’océan ? Et vous passez votre rage sur moi à chaque fois que les recherches échouent. Y a-t-il encore des lois divines…» (NdT Dong Wushang, tu as un copain !)

Après avoir soupiré un moment, il planta finalement sa jambe à terre et disparut en grommelant…

*****

À ce moment, Chu Yang était déjà de retour à la Citadelle.

L’étranger lui avait donné un morceau de jade violet, mais l’esprit de l’épée y avait détecté une énergie étrange et l’en avait averti. Tu ne devrais pas conserver ce machin, l’énergie qu’il contient peut indiquer ta localisation.

Par conséquent, il avait permis à l’esprit de l’absorber dans l’espace de l’Épée des Neuf Calamités et, dès que le jade y fut, la pointe de l’épée l’engloutit sans laisser la moindre trace…

Le morceau disparut complètement !

Le jeune homme ne pensait pas que ce jade pourrait lui causer de problèmes, il sentait seulement que cet étranger n’était pas quelqu’un de bien. Cela dit, il ne s’était pas attendu à ce qu’il y laisse une balise. Que veut-il ? Humpf !

Les funérailles de Tie Shicheng avaient été tenues en trois jours ! Des funérailles aussi précipitées étaient un peu simples pour le souverain d’une nation mais cela étant, le Nuage de Fer était à ce moment dans une situation extraordinaire. Plus ils perdaient de temps, et plus Diwu Qingrou en aurait pour récupérer.

Par conséquent, ils étaient parvenus à une décision simple et unanime après délibération.

Une fois que l’adolescent fut rentré au Pavillon Butian, Cheng Ziang vint lui faire son rapport et dit avec hésitation : «… Et au final, le Prince n’a jamais fait mention du Ministre Chu…»

Ce dernier répondit nonchalamment : « Hmmhmm, tu devrais retourner travailler. »

Le chef de Palais Cheng et Chen Yutong sortirent hâtivement de son bureau.

C’est normal que tout le monde pense que je suis tombé en disgrâce aux yeux du prince.

Lors des funérailles, les fonctionnaires du pays avaient demandé à Son Altesse pourquoi le mystérieux Roi des Enfers Chu n’était pas venu rendre hommage au roi. Quel que soit son rang, il aurait au moins dû se présenter…

Ils furent cependant brutalement rejetés par Tie Butian. « Le Ministre Chu ? Hmpf ! Pourquoi viendrait-il ici ?» Avait-il dit d’une voix pleine de colère et de ressentiment.

Et ces derniers jours, le Pavillon Butian avait reçu ses ordres du Ministère de la Justice, et pas du ministre ! C’est pourquoi tout le monde pensait qu’il avait perdu les faveurs princières !

Tous ces signes en étaient la preuve. Nombre de gens furent ravis par cette nouvelle, et certains se mirent même à échafauder des plans. Je vais attendre que le Roi des Enfers Chu perde son poste, et je l’humilierai définitivement ! Il m’a tellement torturé que j’ai à peine pu dormir ou manger.

Le Fourbe ne put que rire face à ces rumeurs. Il savait naturellement pourquoi Sa Majesté ne l’aurait pas laissé venir aux funérailles. Il était furieux pour le moment, mais il ne s’en prendrait absolument pas à lui !

Et ce pour la raison la plus importante qui soit : son identité ne devait jamais être révélée, quoi qu’il arrive ! Et il y avait également une raison à cela : Tie Butian avait besoin de se calmer.

Il avait besoin de temps.

Il y avait encore une dernière raison : la nation ne pouvait pas rester sans empereur ! Un nouvel empereur accédait au trône à la mort du précédent et avec ce changement de régime, il y avait une foule de choses à faire. Son Altesse allait être très occupée !

Le Pavillon Butian, de son côté, n’avait pas grand-chose à faire parce qu’il n’avait aucune expérience dans les affaires politiques découlant de l’accession au pouvoir d’un nouveau souverain, et c’est pourquoi le ministère de la Justice leur avait donné des missions. Tout ça n’avait rien à voir avec les rumeurs.

Chu Yang le comprenait parfaitement, aussi était-il très heureux et détendu car pour une courte période, il allait avoir du temps libre…

Il quitta le Pavillon Butian et se rendit à celui de l’Armement Divin, où il reçut aussitôt après son retour de bonnes nouvelles. Dong Wushang, en rentrant, s’était immédiatement mis à cultiver et, contre toute attente… Il avait percé !

Tout le monde s’était réjoui pour lui, mais Dong Wushang resta triste. À peu de choses près, ce troisième frère était devenu le quatrième… Comment pourrait-il être heureux après ça ?

Il se souvenait encore de la promesse que son grand-frère lui avait faite et à présent qu’il le voyait de retour au pavillon, il lui demanda directement : « Grand-frère, tu avais dit auparavant que si je perçais au cours du mois, tu me donnerais un sabre !»

Le jeune homme opina du chef, et il ne put s’empêcher de rire en voyant son air impatient : « Quoi ? Tu ne peux pas attendre ?»

Dong Wushang se frotta la tête d’embarras. « Dans ce cas, dois-je retourner dans mon clan et récupérer l’acier noir ?»

« Hmmhmm. »

Après avoir reçu la confirmation de l’adolescent, Dong Wushang fila aussitôt vers la porte et cria au loin : « Je reviens tout de suiiiite !»

Il disparut sans lancer de trace.

Ce fut ensuite au tour de Ji Mo d’approcher discrètement. « Grand-frère, haha…»

« Qu’y a-t-il ?»

« N’avais-tu pas dit que… Qu’il me suffisait de parvenir à rester ici, et que tu me donnerais une épée…» Ji Mo se tenait bien droit, le torse bombé, et se frottait les mains l’une contre l’autre. « Une épée… Une épée…»

« Tu as tort. » Le Fourbe fut surpris ; il pencha la tête de côté et réfléchit un peu : « À ce moment, je t’ai dit… que tu avais simplement besoin de parvenir à rester ici et d’apporter une grande contribution au pavillon pour que je t’offre une épée en récompense. Hmm, et je n’ai dit ça qu’à Dong Wushang parce que son sabre était spécial. Je ne me souviens pas t’avoir promis quoi que ce soit. »

« Mon grand-frère bien-aimé ! Ah, mon grand-frère bien-aimé !» Ji Mo parut aussitôt anxieux, et il rougit tandis que son visage se tordit. « Grand-frère…» Il attrapa sa main d’un air pitoyable et la secoua d’avant en arrière, tout à fait comme un enfant boudeur réclamant un bonbon. « Mon plus grand désir dans la vie est d’avoir une épée pareille ! Grand-frère… S’il te plaît, exauce mon souhait pour moi. Vois ça comme une bonne action, comme de la charité, comme…»

« Stop ! Stop ! Ça suffit !» Chu Yang roula des yeux en cédant face à ce type éhonté. « Je vais t’en donner une ! Ça suffira ?» Il avait peur de se retrouver couvert de chair de poule s’il continuait à lui baver dessus…

 

Wazouille

Fondateur du site et traducteur de BTTH, DNC, TDG et SW, Wazouille est un grand audiophile, un gamer, un lecteur avide et bien d’autres choses encore, comme stakhanoviste, à son insu...

Les derniers articles par Wazouille (tout voir)

DNC Chapitre 212
DNC Chapitre 214

12 Commentaires

  1. Lectifer

    Merci pour ce chapitre

    Répondre
  2. TesaYuuTesaYuu

    Merci pour le chapitre, l’homme en bleu doit ABSOLUMENT retrouver Chu, je veux trop savoir son histoire. Mais je sens qu’il ne va pas le trouver…

    Répondre
  3. Ling_Tian

    Merci pour le chapitre !

    Répondre
  4. Khultima

    Merci pour le chapitre. Effectivement…comme tu dis mercredi est encore tellement loin =/

    Répondre
  5. guts

    Merci pour le chapitre

    Répondre
  6. grenvious

    merci pour le chapitre

    Répondre
  7. Ryuk

    Je veux la suite!!
    Merci pour ce chapitre.

    Répondre
  8. Zhexiel Kurokage

    Merci pour le chapitre.
    PS:lol, la famille de Chu l’a perdu et pas abandonné ! C’est une grosse information ça !

    Répondre
    1. essitamessitam

      Nan ! Un clan supérieur l’a perdu, il est mention nul part du clan chu (cela pourrait être un clan qui a tenté un kidnapping ou qui recherche un survivent d’un massacre!)

      Répondre
      1. Yuu-Sama

        Faut pas oublier le morceau de jade avec ecrit dessus chu, seul un clan supérieur peut graver ça dessus. Mais je vois pas comment ils auraient pu le perdre dans la zone inférieure.

        Répondre
  9. Psycho

    Merci pour le chapitre 🙂
    PS : on va peut-être avoir plus d’informations sur lui 🙂

    Répondre
  10. essitamessitam

    merci pour le chapitre

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com