DNC Chapitre 415
DNC Chapitre 417

Alors que la bataille finale est sur le point d’éclater, les fous de guerre se frottent les mains et se réjouissent à l’avance…

Comme le Fourbe :p

Bonne lecture !

 

 

Chapitre 416 – Je suis déjà une légende 

Diwu Qingrou tourna la tête vers Jing Menghun, qui pâlit tout à coup en s’écriant : « C’est impossible ! »

« Ça ne peut pas être impossible s’il se montre en personne. » Répondit insipidement le Ministre avant de se lever. Le Roi Martial resta immobile, stupéfié et le regard vide.

Un groupe de cavaliers du Nuage de Fer se tenait sur-le-champ de bataille, dans une formation ordonnée. Ils se tenaient bien droits et attendaient silencieusement.

Le vent fort de l’Est soufflait et soulevait leur drapeau vers le ciel. Ce drapeau claquait remarquablement au vent et nourrissait une passion belliqueuse et meurtrière chez ceux qui l’entendaient.

Deux pur-sangs rapides se tenaient immobiles à l’avant du groupe, chacun monté par un cavalier. Il était difficile d’estimer l’âge de ces cavaliers, qui se tenaient indifféremment bien droits sur leur montures. Bien qu’ils se tiennent face à une puissante armée et que le soleil brillait à son zénith, les silhouettes de ces deux personnes semblaient assez floues.

Un cheval noir se tenait à une trentaine de mètres devant eux, et un homme vêtu d’une robe noire le montait. Cette personne avait revêtu un masque doré, et sa grande robe noire claquait magistralement au vent d’Est. Ses manches claquaient de même, mais elles produisaient un son sinistre.

Une énergie froide à en glacer les os jaillissait autour de l’homme en noir, et elle l’enveloppait constamment de façon turbulente !

Ce cavalier était seul face à l’Armée du Grand Zhao, mais il donnait une forte impression aux soldats. C’est comme si un démon ancien était sorti des profondeurs des enfers en plein jour !

Tous ceux sur qui son regard acéré se posait se sentirent glacés jusqu’aux os !

C’est le Roi des Enfers Chu !

Il ne s’était nullement présenté mais cela étant, les soldats pensaient immédiatement à ce nom en le voyant !

Une présence aussi imposante, couplée à une aura aussi tyrannique, peut facilement rivaliser avec celles du Premier Ministre Diwu ! Et seul quelqu’un de ce calibre peut traverser six mille cinq cents kilomètres à toutes jambes, et s’en sortir en vie bien qu’il ait été traqué par le Hall des Cavaliers Dorés !

Et le voilà enfin !

Un clairon sonna du côté de l’Armée du Grand Zhao, et l’armée entière se scinda soudainement en deux pour dégager un chemin au milieu.

Tous les regards se tintèrent subitement de respect et de vénération.

Des bruits de sabots retentirent lentement, et les gardes de Diwu Qingrou apparurent, entourant une chaise au porteur où le Ministre était assis. Il apparut devant le Roi des Enfers Chu avec un léger sourire aux lèvres.

Les gardes hésitèrent alors un peu, mais Diwu Qingrou leur fit signe d’avancer avec l’éventail qu’il tenait en main. Il leur avait fait signe avec une très grande sévérité, aussi les gardes n’eurent d’autre choix que de lui obéir. Ils s’arrêtèrent seulement à mi-chemin entre le camp et le Roi des Enfers.

Ensuite, le Premier Ministre fit un petit geste de la main et ses gardes s’en allèrent, ne laissant que sur le champ de bataille sa chaise au porteur et un groupe d’un millier de soldats à l’arrière.

Ensuite, Diwu Qingrou leva la tête et regarda Chu Yang directement face à lui avec un léger sourire aux lèvres. Qu’on ne s’y trompe pas, cette légèreté cachait bien des choses…

Les deux ombres étaient prêtes à bondir à tout moment. Je ne sais pas pourquoi ce Diwu Qingrou est considéré comme étant une légende vivante. Il ne pratique même pas les arts martiaux. N’est-ce pas une occasion rêvée pour le capturer ou le tuer ?

Alors qu’elles se mirent doucement en mouvement, le jeune homme les interrompit en murmurant : « Vous voulez mourir ou quoi ? »

Les deux ombres en restèrent stupéfaites.

« Diwu Qingrou est un expert de niveau d’Empereur ! » Continua l’adolescent à voix basse.

Les deux ombres furent aussitôt couvertes de sueur froide des pieds à la tête, et leurs regards furent vidés de toute énergie. Un Empereur Martial ? Dans ce cas, Diwu Qingrou a dupé le monde entier ?

Ensuite, le Fourbe fit résolument avancer son cheval vers son rival, au pas.

La distance les séparant se réduisit de plus en plus…

Les deux hommes ne furent alors plus qu’à dix mètres l’un de l’autre ! C’était une distance très dangereuse, et tout particulièrement pour l’adolescent.

Celui-ci arrêta son cheval, puis il leva la tête et regarda droit devant lui. Le Premier Ministre fit de même et posa un regard chaleureux sur lui.

Leurs regards se croisèrent.

Pour une raison ou l’autre, les gens qui les accompagnaient à l’arrière eurent alors une impression étrange : c’était comme si le monde entier s’était brusquement mis à trembler, et que les ténèbres avaient complètement couvert le monde.

Diwu Qingrou rit alors doucement. Il semblait complètement détendu, assis sur sa chaise au porteur. « Il est vraiment difficile de vous rencontrer. »

« Peut-être est-ce parce que vous ne sortez jamais de chez vous, Premier Ministre. » Répliqua aussitôt Chu Yang.

Le Ministre rit gaiement. « C’est parce les affaires internes comme les questions extérieures demandent une certaine expérience. »

Le jeune homme rit également.

Cette rencontre n’était qu’un feu de paille.

Au départ, il avait l’intention de rester dans l’ombre et d’utiliser ses compétences pour saboter l’ennemi à la première occasion. Cependant, il avait réfléchi longuement à ce plan et avait fini par l’abandonner. C’est juste après qu’il décida de rencontrer Diwu Qingrou.

Tôt ou tard, le Ministre aurait fini par apprendre qu’il était en vie, mais l’impact psychologique qu’il aurait subi aurait été grandement minimisé, s’il avait fini par l’apprendre de la bouche d’un autre. Pourquoi ? Parce que Diwu Qingrou aurait eu assez de temps pour se préparer mentalement et se reprendre avec un éventuel entretien, et il aurait même élaboré des contre-mesures… Et ensuite, il aurait fait face au Fourbe avec une certaine satisfaction, comme si tout était sous son contrôle.

Cependant, dans les faits… Le Ministre était persuadé que le Roi des Enfers Chu était mort et enterré, et malgré tout, il s’était montré subitement et lui avait même demandé une audience ! Ce fut un coup dur pour Diwu Qingrou… Alors même qu’il était terriblement fier de sa réussite.

Il était ainsi parvenu à lui faire éprouver une frustration certaine. Alors il n’est pas mort ! Ce qui veut dire que tous les efforts, les ressources humaines et le temps que j’ai investi l’ont été en vain… !

Chu Yang avait besoin de lui faire sentir que ses plans avaient été déjoués, même un tout petit peu, histoire qu’il en vienne à penser que le cours des évènements déviait du grand plan qu’il avait échafaudé.

C’était une nécessité car l’issue de cette guerre ne dépendait pas du nombre de troupes de chaque côté… Mais de Diwu Qingrou ! Tous les efforts du Nuage de Fer ne serviraient à rien si le grand plan du Ministre n’était pas entravé. Ce serait indubitablement une guerre longue et ardue, mais qui finirait certainement par la défaite du Nuage de Fer !

C’est pourquoi Chu Yang voulait tout faire pour briser l’assurance de Diwu Qingrou et y créer une faille… Et cette réunion soudaine était la première étape de son plan…

Le Ministre observa le masque sinistre avec intérêt, puis il dit en gloussant : « Vous devriez laisser ces deux-là venir. »

Le jeune homme gloussa également et répondit : « Je devrais les laisser venir pour vous donner une bonne raison de nous tuer tous les trois devant tout le monde ? »

« Mais non ! » Diwu Qingrou sourit : « Ces deux-là mourront certainement s’il avancent, mais vous… Je n’en suis pas si sûr. » Il soupira doucement et dit d’un ton insipide : « Le mystérieux Roi des Enfers Chu, qui a bravement traversé six mille cinq cents kilomètres à toute vitesse depuis le Grand Zhao, ahah… »

L’adolescent rit de même. « Je suis honoré que vous me qualifiiez de ‘mystérieux’, Premier Ministre. »

Ce dernier resta silencieux un moment, puis il demanda : « Dans le Grand Zhao… Vous étiez le plus jeune des deux jeunes maîtres du clan Chu, n’est-ce pas ? »

Le Fourbe ne le nia pas, car c’eut été inutile à ce moment. « En effet. »

« Et c’était également vous qui avez été blessé par mon coup de paume ? » Demanda le Ministre d’un ton plutôt affirmatif.

« C’est exact. »

« Je vois… » Dit Diwu Qingrou, dont le ton devenait de plus en plus tranquille. « Et c’est également vous qui vous êtes infiltré dans ma chambre au trésor secrète ? »

« Votre chambre au trésor secrète ? » Répéta Chu Yang en fronçant les sourcils.

« Ça n’était pas vous ? » Demanda le Ministre à voix basse.

« Non, du tout. » Répondit le jeune homme, qui ne pouvait reconnaître son rôle dans une histoire impliquant les capacités secrètes de l’Épée des Neuf Calamités.

« Je vois… Alors ça n’était pas vous. » Dit doucement Diwu Qingrou, qui posa son regard inquisiteur sur son interlocuteur. C’était comme si regard acéré pénétrait le masque de l’adolescent pour observer chaque centimètre carré de son visage.

Au bout d’un long moment, il conclut lentement : « On dirait que c’était quelqu’un d’autre. » Il cessa inconsciemment de se soucier du sujet, secrètement soulagé.

Le Roi des Enfers Chu n’est pas le Maître de l’Épée des Neuf Calamités !

« Vous devriez garder correctement cette chambre au trésor, Premier Ministre. » Lui rappela le Fourbe. « Ce serait terrible que quelqu’un vole quelque chose. »

« Mon malheur vous réjouirait-il ? » Diwu Qingrou ne put s’empêcher d’éclater de rire, mais ensuite, il poursuivit en l’observant de son regard acéré : « Vous vouliez me rencontrer ; je doute que ça soit pour échanger des plaisanteries. »

Chu Yang hocha sérieusement la tête : « Je voulais voir de mes propres yeux l’homme qui règne sur tout le Grand Zhao, et qui a l’intention de contrôler le monde entier, Premier Ministre Diwu. »

« Et aussi pour me donner votre déclaration de guerre, je présume… » Dit Diwu Qingrou avec un petit sourire.

Il observa calmement le jeune homme. « Je savais que la bataille entre nos deux nations avait commencé au moment où j’ai appris que vous vouliez me rencontrer. »

« Cette guerre va décider qui va contrôler le monde, Premier Ministre. Vous allez probablement devoir sortir le grand jeu. » Dit l’adolescent d’une douce voix tandis que son regard devint graduellement plus acéré. « Un homme aussi illustre que vous ne doit pas perdre, de crainte de perdre sa réputation. »

« Oh, je vais effectivement sortir le grand jeu. » Diwu Qingrou opina lentement du chef. Il souleva alors calmement un point important, sans répondre à son agressivité : « Regardez ce champ de bataille déchiré par la guerre… Il est couvert de flammes montant jusqu’au ciel. Qui peut décider de l’issue de la guerre… ? Qui peut en déterminer le déroulement ? »

« Ah ah ah… Roi des Enfers Chu… Ne me décevez pas… » Dit doucement le Ministre.

« J’ai bien peur que vous ne deviez faire face à quelques imprévus. » Répondit indifféremment Chu Yang, qui fusilla intensément le Ministre du regard. On aurait dit que ses yeux étaient devenus des épées divines, qui étaient tournées droit vers le coeur de son interlocuteur !

Diwu Qingrou ne réagit pas, si ce n’est que ses pupilles se contractèrent légèrement. « Quand bien même devrais-je affronter l’imprévu — j’y ferai face et je l’emporterai ! »

Ils ne parlèrent plus davantage…

Le soleil brillait ardemment dans le ciel, et il n’y avait pas un nuage à des milliers de kilomètres à la ronde. Cependant, les deux armées derrière leurs chefs eurent l’impression qu’il allait pleuvoir. C’était comme si le ciel bleu allait leur tomber sur la tête à tout moment.

Un long moment passa… Chu Yang leva la tête vers le ciel et dit d’une voix grave : « Premier Ministre, votre nom restera gravé à tout jamais dans l’histoire du continent si vous perdez cette guerre. Le monde se souviendra à jamais de votre nom, vous deviendrez une légende ! »

Diwu Qingrou répondit calmement : « Je garantis également que je ferai rédiger votre biographie une fois que le Nuage de Fer sera détruit. Le nom du Roi des Enfers Chu deviendra alors une légende du continent ! »

Les deux hommes rirent de bon coeur.

Le Fourbe fit soudainement faire demi-tour à son cheval, puis il le lança au galop vers les troupes du Nuage de Fer. Il leva le nez vers le ciel et rit longuement, en faisant trembler le vent sur son passage. Son rire ne se tut jamais, mais le ciel trembla sembla proclamer avec lui : « Ahahah, c’est inutile ! Moi, le Roi des Enfers Chu, suis déjà devenu une légende immortelle dans les Trois Cieux Inférieurs ! »

Les derniers articles par Wazouille (tout voir)
DNC Chapitre 415
DNC Chapitre 417

Related Posts

7 thoughts on “DNC Chapitre 416

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com